Qu'est-ce que la Folie ?

Partagez|

Avant le premier rencart...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Avant le premier rencart... Lun 2 Avr - 6:26


J'eus droit à un coup de coude dans les côtes alors que j'avais fortement envie de rire. Kieran expliqua qu'il passerait récupérer leur père à l'aéroport le lendemain.

-Tu passes la nuit ... tu passes la nuit ici ? Donc ... Tu ne verras aucun inconvénient à ce que j'aille invité Remy à dormir ?

Regard fraternel assassin.

-Il prendra la chambre d'ami ça va de soi !

J'essayais vraiment de ne pas rire. Kieran n'avait pas l'air d'apprécier cet humour. Abi alla le prendre dans ses bras. Elle prit ensuite sa veste.

-De toute façon je suis venu avec son camion donc il faut quand même qu'il vienne et puis je te promets d'être prête à 11h demain, puis je sortirai pas de la maison ce soir.
- Tu sais où me joindre si tu as besoin.

Elle se tourna vers moi en me demandant si je venais. J'acquiesçais et saluais Kieran avant qu'on ne sorte.

-Ça t'ennuie si je prend la chambre d'ami également ?

Je la regardai avant de me mettre à rire.

- Tu fais ce qu'il te plaira. ça m'ennuiera pas le moins du monde.

Elle me tendit mes clés.

-Tu crois que tu peux arriver à conduire jusque là-bas ? Si t'as encore mal je peux le faire, en condition que tu me diriges, je devrais y arriver.
- ça devrait aller, t'inquiète.

A peine nous avions mis un pied dehors qu'elle se colla contre moi. Je passais un bras autour de ses épaules.

* ça va aller, t'as plus rien à craindre.*

Nous montâmes dans ma voiture et je mis le cap sur le pavillon de Kieran. Je me garais dans l'allée.

- Je dois m'attendre à quoi avec ton père ?

Nous descendîmes de voiture et entrâmes dans la maison. S'il était du même acabit que le grand-frère, autant être prévenu d'avance. Je suivis Abi à l'intérieur.

- Où est la chambre d'ami ?

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Lun 2 Avr - 9:47

Rémy semblait trouver ma blague de la chambre d'Amie plutôt comique je dirais.

-Tu fais ce qu'il te plaira. ça m'ennuiera pas le moins du monde.

Je lui fis un demi-sourire et lui tendit ses clés de camion, mais je m'assurai quand même qu'il se sentait assez bien pour conduire. Je venais à peine de le recoudre donc je voulais pas non plus prendre de chance
.
-ça devrait aller, t'inquiète.

Je ne rajoutai rien et nous sortîmes dehors. En passant la porte, j'eus le réflexe de me coller contre lui.

-*ça va aller, t'as plus rien à craindre.*

Je levais les yeux vers lui.

-Je sais ... T'es là !

Il passa son bras autour de mes épaules et le miens dans son dos. Nous montâmes dans le camion et il pris la direction du pavillon. C'était pas mal du tout, classique comme maison, mais ça refletait très bien mon frère.

-Je dois m'attendre à quoi avec ton père ?

Je poussai un léger soupire. En fait j'en savais trop rien. Nous sortîmes de voitures et entrâmes dans la maison.

-Où est la chambre d'ami ?

Je me tournai vers lui en levant les sourcils, un peu étonnée.

-Tu veux déjà aller te coucher? Je te signale que je mets les pieds ici pour la première fois également, donc j'ai aucune idée d'où se trouve la chambre d'ami et je sais même pas si on en fera une différence avec celle de Kieran.

J'ouvris d'abord les lumières qui nous éclaira la direction pour le deuxième étage.

-Je paris que c'est en haut ... Tu m'aides à trouver..

-*Sinon on essaie tout les lits et on prend le plus confortable.*

Je me retournai histoire de simplement lui adresser un clin d'oeil. Je me sentais moi-même et facilement en confiance avec Remy, mais y avait quand même une part de lui qui m'intimidait beaucoup. Nous montâmes donc à l'étage. On allait pas chercher longtemps, c'était 3 gigantesques pièces donc une sous verrou qui devait être le bureau de mon frère.

-Prend à gauche je prend à droite, dis-je en riant.

J'ouvris la porte et tombai dans la chambre de Kieran...Il y avait un vieil album photo sur son lit qui m'attirait comme une aimant. Je m'assis au pied du lit et commençai à tourner les pages de l'album.C'était tout plein de photos de ma jeunesse. Remy apparu dans le cadre de porte.

-Viens ...Tu veux?

Je lui montrai quelques photos de moi donc ma première séance de pom-pom girl où mon père m'avait inscrite à l'âge de trois ans.

-On c'est fait virer parce que le père d'une des jeunes filles à dit au miens que plus tard j'allais faire pleurer des coeurs parce que j'étais super jolie. Mon père lui à pété son poing sur la gueule en disant que j'étais bien élever et qu'aucun coeur ne pleurerait pour moi. Je comprenais pas la métaphore quand j'étais gamine, mais ça un sens très particulier pour lui.

Il savait ce que c'était de tomber amoureux des belles filles etde se faire larguer chaque fois. Pourtant mon père était un très bel homme pour son âge. Bref, il se refusait que je sois un temps soit peu comme ma mère. Je lui montrai une autre photo, beaucoup plus recente.

-La remise de diplôme. Le seul jour où j'ai vu mon frère et mon père verser une larme en même temps sans se taper sur la gueule en se traitant de faible ou un truc du genre. J'ai jamais réussi à entrer à la fac' mais à ce qu'on dit celle de Louisville est pas si mal. Quoi que je me sens un peu vieille pour gagner les banc d'école... Je verrai.

Je lui montrai d'autre photo, puis je refermai l'album que je remis sur le lit de mon frère. Je lui pris la main sans rien dire et me levai, puis l'attirai pour qu'il se lève aussi. Je l'entrainai jusqu'à la chambre d'ami et fermai derière nous avant de me tourner face à lui.

-Je crois que ce que je t'ai expliquer avec les photos c'est le meilleur moen pour que tu te fasses une idée de mon père, mais c'est aussi quelqu'un de très sympathique et de bon. Son métier le prouve pas tout le temps et ses absences non plus, mais j'admire mon père pour son courage et sa tenacité dans les épreuves. T'a pas à craindre qu'il te passe un questionaire de police ou qu'il t'aille dans le colimateur. Je suis certaine qu'il va t'apprécier et le réciproque aussi.

Je lui souris, puis je le tirai par le chandail jusqu'à me retrouver adosser à la porte, lui contre moi. Je me hissai sur la pointe des pieds et l'embrassai en glissant mes mains sous son t-shirt.

-Tu me plaits vraiment beaucoup Remy... Je suis quelqu'un qui s'accroche rapidement, j'ai pas envie de me faire de fausses idées, mais je veux pas non plus que ce soit compliqué entre nous.

Je posai à nouveau mes lèvres sur les siennes.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Lun 2 Avr - 11:49


Abi me fixa étonnée.

-Tu veux déjà aller te coucher? Je te signale que je mets les pieds ici pour la première fois également, donc j'ai aucune idée d'où se trouve la chambre d'ami et je sais même pas si on en fera une différence avec celle de Kieran.
- J'ai parlé de dormir ?

Je lui fis un sourire en coin. Elle alluma les lumières.

-Je paris que c'est en haut ... Tu m'aides à trouver.. *Sinon on essaie tout les lits et on prend le plus confortable.*

Elle me fit un clin d'oeil en se retournant. Puis nous montâmes en haut. Il n'y avait que trois pièces. On serait vite fixés.

-Prend à gauche je prend à droite.
-Ok.

Je tombais sur la chambre d'amis. J'allais voir Abi pour lui dire. Je la trouvais assise sur le lite de son frère, à regarder des photos. Je restais contre l'encadrement de la porte.

-Viens ...Tu veux?

J'acquiesçai et m'installai à côté d'elle. Elle me montra des photos d'elle en petite pom-pom girl.

-On c'est fait virer parce que le père d'une des jeunes filles à dit au miens que plus tard j'allais faire pleurer des coeurs parce que j'étais super jolie. Mon père lui à pété son poing sur la gueule en disant que j'étais bien élever et qu'aucun coeur ne pleurerait pour moi. Je comprenais pas la métaphore quand j'étais gamine, mais ça un sens très particulier pour lui.
- Wah.

Il devait vraiment l'aimer son père.

- Mon père me disait de pas m'occuper des autres. Il me suffisait de pas échapper la balle et ils arrêteraient de m'ennuyer... Oh, et de pas me laisser faire. De rendre les coups. ça a plutôt bien servi. Dans le stade et sur le terrain vague.

Elle passa d'autres photos pour arriver à la remise de diplômes.

-La remise de diplôme. Le seul jour où j'ai vu mon frère et mon père verser une larme en même temps sans se taper sur la gueule en se traitant de faible ou un truc du genre. J'ai jamais réussi à entrer à la fac' mais à ce qu'on dit celle de Louisville est pas si mal. Quoi que je me sens un peu vieille pour gagner les banc d'école... Je verrai.
- C'est jamais trop tard je pense. Si c'est ce que tu veux. T'étais ravissante ce jour-là.

Elle continua à me montrer quelques photos, et c'était as dur de savoir qu'ils tenaient vraiment à elle. Elle reposa l'album sur le lit avant de se lever et de me prendre la main pour que je me lève. Elle m'entraina dans la chambre d'amis et ferma la porte derrière nous.

-Je crois que ce que je t'ai expliquer avec les photos c'est le meilleur moen pour que tu te fasses une idée de mon père, mais c'est aussi quelqu'un de très sympathique et de bon. Son métier le prouve pas tout le temps et ses absences non plus, mais j'admire mon père pour son courage et sa tenacité dans les épreuves. T'a pas à craindre qu'il te passe un questionaire de police ou qu'il t'aille dans le colimateur. Je suis certaine qu'il va t'apprécier et le réciproque aussi.
- Je crois que oui... on verra bien.

Elle me tira par le col et se hissa sur la pointe des pieds pour m'embrasser, glissant ses mains sous mon chandail.

-Tu me plaits vraiment beaucoup Remy... Je suis quelqu'un qui s'accroche rapidement, j'ai pas envie de me faire de fausses idées, mais je veux pas non plus que ce soit compliqué entre nous.

Elle m'embrassa de nouveau.

- Tu me plais aussi... On est pas obligés de se compliquer la vie.

Je l'attirais contre moi. Je l'appréciais vraiment, mais je préférais autant éviter de trop me poser de questions, ça tuait tout. Je replaçai une mèche de cheveux derrière son oreille en souriant. Je l'embrassais. J'étais quand même un peu gêné.

- Tu sais, on est pas obligés de... Si t'as pas envie... On a tout notre temps...

Je savais pas vraiment comment le formuler, mais je ne voulais pas qu'elle se croit obligée de quoi que ce soit envers moi. Je voulais que les choses se fassent normalement. On n'avait pas à se précipiter.

* On t'a déjà dit que t'étais carrément magnifique ? Tu me plais vraiment Abigail O'Ryan.*

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Lun 2 Avr - 20:18

Je montrai quelques photos de mon enfance à Remy en commençant par une où je jouais les pom-poms grils à l'âge de plus ou moins trois ans en lui expliquant que j'avais du cesser rapidement parce que mon père en avait tabasser un autre, pour une de ses réflexion.

-Mon père me disait de pas m'occuper des autres. Il me suffisait de pas échapper la balle et ils arrêteraient de m'ennuyer... Oh, et de pas me laisser faire. De rendre les coups. ça a plutôt bien servi. Dans le stade et sur le terrain vague.

Je lui fis un large sourire. On aurait dit que les pères et le football américain ça ne faisait qu'un par moment. Je tombai ensuite sur une photo de ma graduation, puis je lui expliquai que mon possible retour à la fac me décourageait un peu étant donnée mon âge.

-C'est jamais trop tard je pense. Si c'est ce que tu veux. T'étais ravissante ce jour-là.

Je lui souris et j'étais un peu gênée.Je continuai de lui montrer quelques photos avant de ranger le tout et de reposer l'album sur le lit, puis je l'attirai dans la chambre d'ami. JE lui dit que je pouvais lui donner meilleur idée de mon père que ce que je venais de faire, mais que j'étais pas inquiète, qu'ils allaient surement s'apprécier. En fait je croyais vraiment que ça dépendait de ce que Kieran allait en dire.

-Je crois que oui... on verra bien.

Je l'attirai contre moi et l'embrassai sensuellement,mais je stopai en lui avouant que j'étais plutôt du genre à m'accrocher un peu rapidement et que je voulais pas me faire de faux espoirs sur son cas ni en souffrir au final. Autrement dit... On couche ensemble je t'aime bien, mais ne me démontre pas de sentiment si tu veux pas rester avec moi. C'était simple, mais efficace contre la douleur due à une séparation.

-Tu me plais aussi... On est pas obligés de se compliquer la vie.

Il me colla contre lui et replaça une mèche de mes cheveux derrière mon oreilles en me souriant, puis il m'embrassa.

-Tu sais, on est pas obligés de... Si t'as pas envie... On a tout notre temps...

Je me mordillai la lèvre. En fait je savais pas vraiment ce dont j'avais envie, ni de quoi demain serait fait,mais si j'écoutais mes pulsions et les battements de mon coeur, j'avais vraiment très envie de lui.

-* On t'a déjà dit que t'étais carrément magnifique ? Tu me plais vraiment Abigail O'Ryan.*

C'était ça qui me rendait folle. Il savait exactement quoi dire et comment me regarder, me sourire ou même me toucher pour me rendre folle de lui.Je me décallai légèrement sur la gauche et le contournai.Je me dirigeai à la penderie. Évidemment, si Harvard était très bavard il était aussi très prévoyant et avait tout fait livrer mes vêtements à la maison de mon frère. Je sortie un débardeur blanc et une brésillienne blanche, puis me dirigeai à la salle de bain adjacente à la chambre. Je me changeai et retournai dans la chambre après m'être brossé les dents et les cheveux. C'était un brin sexy, mais j'avais déjà couchée avec lui donc c'était pas la fin du monde.Je me dirigeai vers le lit et entrai sous les couvertures. Je souris à Remy et relevai un coin pour qu'il me rejoigne.

-J'ai froid, dis-je simplement en souriant.

Il vint dans le lit à mes côtés et je me blottis contre lui.

-Te vexes pas, mais à première vue je te croyais un peu macho et imbus de toi-même. Le genre de mec assez satisfaisant au plumard, mais décevant dans la vie de tout les jours... Je dois admettre que je me suis trompée pour la deuxième partie.

-*Mais pas du tout pour la première.*

J'eus un petit rire gênée, puis je le fixai un instant avant de l'embrasser langoureusement. Peu à peu, mes mains glissèrent sur son torse et je me retrouvai par dessus lui. Les cheveux tombant sur le côté de mon visage, je le regardai dans les yeux.

-J'ai pas l'impression que ce soit précipité et j'ai confiance en toi.

Inutile de préciser que je tenais pas à rester sur une relation forcé dépourvu de plaisir et totalement honteuse. J'avais l'impression de m'avoir fait voler ce qui me rendait femme et désirable, mais à la façon que Remy avait de me regarder, je le retrouvais momentanément et ça me faisait vraiment du bien. Ses mains glissèrent sur mes hanches et montèrent peu à peu jusqu'à me retirer mon débardeur. Je le fixai comme si j'avais peur de percevoir un regard dédaigneux, mais c'était tout le contraire. C'était très enflammé, doux, sensuel et très agréable surtout.

Nous prenions notre temps comme il ce devait, puis il me pénétra doucement. Son souffle sacadé, ses mains sur mon corps et ses lèvres qui parsemaient les miennes de baiser, me rendait totalement en confiance exactement comme je le pensais. Il y avait marge entre baiser et faire l'amour et là c'était tout sauf une baise à la va vite. Après un long moment nous atteignîmes l'extase dans une valse de cambrement sensuel et de souffle court. Je restai contre lui un moment et déposai un baiser sur son torse. Ma tête poser contre son épaule et mon coeur battant la chamade.

-Je suis ......*amoureuse de toi *

J'avais concience que c'était précipiter, mais est-ce qu'on devait vraiment attendre de se torturer d'amour pour quelqu'un pendant six mois pour le dire ? Je croyais pas en ça. Que je lui dise maintenant ou dans une semaine c'était aussi vrai. Je me relevai du lit et m'enroulai dans le drap en lui laissant la couverture, puis sans croiser son regard... Par gêne ... Je pris la direction de la salle de bain où je parti la douche. J'entrai sous l'eau et m'adosser au mur de la douche en laissant l'eau chaude ruisseler sur ma peau. Je me sentais mal de lui avoir dit. Après coup si ça changeait tout pour lui, la veille de l'arrivé de mon père... J'avais peur d'avoir tout gâcher d'un seul coup...

HS:Je te laisse enchainer je sais pas si tu me rejoins sous la douche, mais sinon tu peux me faire sortir Wink

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Mar 3 Avr - 6:21


Abi me contourna et alla se chercher des affaires. Elle alla ensuite se changer dans la salle de bains pour revenir revêtue d'une tenue plus légère. Elle se glissa sous les draps. Elle me fit un sourire avant de relever un coin des draps.

-J'ai froid

Je lui rendis son sourire et la rejoignis. Elle se blottit contre moi.

-Te vexes pas, mais à première vue je te croyais un peu macho et imbus de toi-même. Le genre de mec assez satisfaisant au plumard, mais décevant dans la vie de tout les jours... Je dois admettre que je me suis trompée pour la deuxième partie. *Mais pas du tout pour la première.*

Je ris légèrement.

- C'est juste un air que je me donne... Et je dois avouer que j'ai un certain niveau d'égo...

Elle eut un petit rire gêné avant de m'embrasser langoureusement. Elle laissa ses mains glisser ses mains sur mon torse avant de se mettre au dessus de moi.

-J'ai pas l'impression que ce soit précipité et j'ai confiance en toi.

Je lui fis un petit sourire avant de poser mes mains sur ses hanches avant de remonter lentement mes mains et lui ôter son débardeur. Elle me fixa légèrement, l'air de craindre de voir quelque chose chez moi - chose qu'elle ne trouva pas.
Je restai doux avec elle et nous nous emportâmes vite. Nous fîmes durer le plaisir, jusqu'à en avoir le souffle court. Elle resta ensuite contre moi. Elle déposa un baiser sur mon torse, avant de se caler la tête contre mon épaule.

-Je suis ......*amoureuse de toi *

Elle se releva et s'enroula dans le drap. Je restai muet quelques instants. Elle partit dans la salle de bains. Je me levais et la rejoignis sous le jet. Je lui fis un petit sourire.

- Moi aussi...

Je l'embrassai.

- Je suis en train de tomber amoureux de toi...

Je lui souris. ça me faisait assez drôle de le dire à voix haute. Mais c'était sincère. Nous nous lavâmes avant de retourner dans la chambre. Je me mis à rire.

- Tu crois que ton frère va réussir à accepter ça ?

Je trouvais ça assez comique. Je caressais son visage avant de l'embrasser. Je jetais un coup d'oeil à ma blessure. ça tenait bien et ça ne faisait même plus mal. Plus vraiment. Du vrai travail de pro.

- On devrait se reposer si on veut être debout quand ton frère et ton père vont arriver.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Mar 3 Avr - 10:31

Voilà c'était fait, je lui avais avoué que j'étais amoureuse de lui. Après coup je me demandais si j'aurais pas mieux fait de me taire. Je voulais pas que ça change rien entre nous. Je restai adossée au mur de la douche à faire couler l'eau sur moi. Je levai les yeux quand la porte de douche s'ouvrit. Remy entra sous le jet d'eau avec moi et me fit un léger sourire.

-Moi aussi...

Il m'embrassa et je mis un temps à tout réaliser. J'avais envie de sourire comme une gamine.

-Je suis en train de tomber amoureux de toi...

Là trop tard, je souriais comme une gamine. Il me sourit également. Nous nous lavâmes avant de sortir se sècher et de retourner à la chambre. Je sortis enroulée dans une serviette. Remy se mit à rire et je fronçai les sourcils en souriant et en l'interrogeant du regard.

-Tu crois que ton frère va réussir à accepter ça ?

Je haussai les épaules.

-Kieran y peu rien. Je suis assez grande pour décider et faire mes propres choix. Crois moi, il t'aime bien et il préfèreras me savoir avec toi plutôt qu'un autre.

Il glissa sa main contre ma joue avant de m'embrasser encore. Il se recula et regarda sa blessure. Il semblait plus avoir mal.

-On devrait se reposer si on veut être debout quand ton frère et ton père vont arriver.

J'acquiesçai. Je laissai tomber la serviette au sol et me couchai sous les couvertures totalement nue. Lorsqu'il s'installa je me blottis contre lui, son bras autour de mes épaules.

-Bonne nuit, Romeo!

Je lui fis un léger sourire et l'embrassai brièvement.Je me replaçai tout contre lui et en très peu de temps je sombrai dans un sommeil profond.J'étais vraiment fatiguée et j'en avais besoin. Alors que je dormais très bien je senti une main se poser sur mon épaule et me secouai légèrement.

-Abi... Abi... Réveille-toi ...Merde Abi...

J'avais l'impression que la voix chuchotait, je grognai quelques peu et m'assis sur le lit.

-Ah putain Abigaïl couvre toi...

Je remontai le drap en vitesse contre moi pour voir Harvard qui c'était tourner de dos.

-Sors d'ici Harvard qu'est ce que tu fou là ? dis-je à voix basse pour pas réveiller Remy.

Il se retourna face à moi l'air un peu offusqué.

-Ton père et ton frère son dans le stationnement et ton frère à cru bon que je vienne t'avertir pour éviter qu'en ce moment tu ne sois face à ton père, nu et ... avec un tombeur .

Je baissai les yeux.

-Merci Harvard...

Il ouvrit les rideaux d'un coup faisant jaillir les rayons du soleil directement sur le visage de Remy.

-Debout le bourreau des coeurs. Y te reste grosso modo, 10 minutes à ma monte avant de te faire décapiter et qu'on retrouve ta tronche au bout d'une pique à l'entrée du jardin.

Il se tourna ensuite vers moi.

-Toi je te conseille de t'habiller en vitesse et de descendre. Ne laisse pas de doute à ton père quand à ta soirée ... mouvementé,sinon tu sais comment ça finira.

Il sorti de la chambre et ferma la porte derrière lui. Je me levai du lit en vitesse. J'enfilai des sous-vêtements propre et une jolie robe noir. Simple mais jolie. Je me maquillai que très peu en vitesse,brossai mes dents, plaçai mes cheveux rapidement et retournai dans la chambre ou Remy n'était toujours pas debout. Je passai par-dessus lui et l'embrassai.

-Je vois que ce que t'as dit Harvard, t'as vraiment motivé à te dépêcher, mais je tiens simplement à te préciser qu'il n'a pas exagéré.

Je déposai un dernier baiser et me levai pour me rendre jusqu'à la porte.

-Je t'attends en bas... Je dirai que tu es sous la douche, donc mouille toi les cheveux.

Je lui fis un clin d'oeil et descendit les marches. Mon père était juste là, en bas des escaliers et me regardait descendre comme on regarde la huitième merveille du monde. Je me sentais toujours spécial et très importante au près de mon père. Une fois en bas je le serrai longuement dans mes bras et en silence. Une larme roula sur ma joue.

-Tu m'as manqué papa... Tu m'as beaucoup manqué, dis-je en sanglotant.

Il resserra son étreinte.

-Ne pleure pas mo banphrionsa (ma princesse). Tu m'as manquée aussi, énormément. Je me suis fait un sang d'encre pour toi et j'ai mis mes meilleurs hommes à ta recherche. RIen de mieux que ton frère, dit-il en tapant amicalement l'épaule de Kieran.

Je serai mon frère dans mes bras.

-*Tu lui as rien dit Kieran ? Je veux pas qu'il sache...*

-Je t'aime mon frère.

Un raclement de gorge ce fit entendre derrière moi. Je calai un peu plus mon visage dans l'épaule de mon frère pour cacher mon sourire. Je repris un air tout à fait... passible.

-Papa, je te présente Jeremy Reagan.

-*Je t'assure que c'est un garçon vraiment formidable papa...*

Ok à voir la tête de tout le monde, y avait pas que mon père qui avait entendu ça. Mon père lui tendit la main.

-Mr.Reagan... C'est donc à vous que je dois la survie de ma fille, bien que personne ne veule m'expliquer en quoi elle aurait pu y laisser sa vie, mais je suis honnoré de vous rencontrer... dit-il avant de se tourner vers moi. Quand à toi ma fille, tu penses trop et je te connais trop bien.

Je lui souris et il me retourna un clin d'oeil. Il s'installa sur le canapé du salon. On aurait dit que le monde arrêtait de tourner parce qu'il était là. Je regardai Kieran.

-T'as réussi à dormir un peu ? Ça va toi ?

Il avait l'air épuisé.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Mar 3 Avr - 13:41


Abi et moi dormîmes l'un contre l'autre. ça faisait du bien d'être dans un vrai lit, et d'être au calme. De manière générale, lorsque je dormais, il était presque impossible de me réveiller. Cette fois là ne fit pas exception. Même si j'entendais des voix comme lointaines, j'étais pas tout à fait réveillé. Jusqu'à ce qu'un petit génie décide d'ouvrir les rideaux. Le soleil sur la tronche, c'est un des trucs qui me réveillent le plus.

-Debout le bourreau des coeurs. Y te reste grosso modo, 10 minutes à ma montre avant de te faire décapiter et qu'on retrouve ta tronche au bout d'une pique à l'entrée du jardin.

Je laissais échapper un grognement.

-Toi je te conseille de t'habiller en vitesse et de descendre. Ne laisse pas de doute à ton père quand à ta soirée ... mouvementé,sinon tu sais comment ça finira.

Porte qui ferme. Je me cachais les yeux avec mon bras. J'entendis Abi se lever et bouger dans la pièce. Elle se posa ensuite au dessus de moi et m'embrassa.

-Je vois que ce que t'as dit Harvard, t'as vraiment motivé à te dépêcher, mais je tiens simplement à te préciser qu'il n'a pas exagéré.
- Mmmh... Vraiment ?

Elle m'embrassa encore une fois.

-Je t'attends en bas... Je dirai que tu es sous la douche, donc mouille toi les cheveux.
- Ok...

Elle me fit un clin d'oeil avant de sortir. Je restais quelques secondes encore dans le lit avant de repousser les couvertures et me lever. J'attrapais des fringues dans le sacs que j'avais eu la présence d'esprit de monter la veille. Je passais par la salle de bains et me lavais sommairement, mais passais carrément la tête sous l'eau, histoire de vraiment me réveiller. Une fois que j'eus l'air à peu près présentable, je descendis. J'arrivais en plein milieu des embrassades. Je me raclais légèrement la gorge pour annoncer ma présence.

-Papa, je te présente Jeremy Reagan. *Je t'assure que c'est un garçon vraiment formidable papa...*

Heureux de l'entendre... Comme toutes les personnes dans la pièce. Je n'aurais pas pu être plus gêné encore. Le père des deux irlandais me tendit la main. Je la lui serrais automatiquement.

-Mr.Reagan... C'est donc à vous que je dois la survie de ma fille, bien que personne ne veule m'expliquer en quoi elle aurait pu y laisser sa vie, mais je suis honnoré de vous rencontrer... Quand à toi ma fille, tu penses trop et je te connais trop bien.
- L'honneur est pour moi, monsieur. Appelez moi Remy.

En fait, si, je pouvais être plus gêné encore. Il s'assit sur le canapé. C'était étrange comment l'atmosphère était totalement modifiée quand il était là. Il était encore plus impressionnant que le coach quand il poussait une gueulante à l'entrainement ou à la mi-temps. Je m'attendais presque à ce qu'il me dise d'aller courir dans les gradins pour me calmer, tiens. Abi demanda à son frère s'il avait réussi à dormir.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kieran O'Ryan

avatar


✖ Messages : 165
✖ Date de naissance : 15/09/1983
✖ Bougies : 34

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Mar 3 Avr - 16:19


J'avais passé la nuit au casino. D'ordinaire, j'arrivais à dormir un peu, mais je devais avouer que la venue de notre père me stressait un peu. J'aurais préféré choisir le moment pour l'appeler plutôt que ce soit Harvard qui le fasse. Du coup, je voulais que tout soit impeccable pour son arrivée... Autant dire que ça relevait de l'impossible. Je réussis néanmoins à somnoler un peu, jusqu'à ce qu'Harvard me secoue légèrement l'épaule.

- C'est l'heure d'aller à l'aéroport, Kieran.
- Laisse moi cinq minutes, tu veux ?

Le temps qu'il me fallait pour mettre de l'ordre dans ma tenue et avaler un café. En vérité, j'avais plus de marge qu'Harvard avait voulu me faire croire. Après tout, je ne pouvais pas aller chercher mon père avec une tronche d'épouvantail déterré. Je laissais les instructions pour la journée à la barmaid en service. Elle ferait passer la note au reste du personnel. J'embarquai Zack avec moi et prit la direction de l'aéroport. Nous attendîmes en silence l'arrivée de mon père. Il arriva à l'heure prévue. Nous passâmes récupérer ses affaires avant de sortir rejoindre la voiture.

- Il était temps que tu la retrouves.
- J'ai fait comme j'ai pu. Moi aussi je suis heureux de te revoir.

Nous embarquâmes. Le trajet se fit dans le silence. Une fois devant la maison, j'envoyais Harvard prévenir ma soeur qu'on était là.

- Tu as l'air de plutôt bien t'en sortir.
- J'ai été à bonne école.

Nous entrâmes et Abi ne tarda pas à arriver. Et la carapace de mon père céda pour laisser place au père.

-Tu m'as manqué papa... Tu m'as beaucoup manqué

Elle se réfugia dans ses bras en sanglotant.

-Ne pleure pas mo banphrionsa (ma princesse). Tu m'as manquée aussi, énormément. Je me suis fait un sang d'encre pour toi et j'ai mis mes meilleurs hommes à ta recherche. RIen de mieux que ton frère

Il me tapa sur l'épaule.

-*Tu lui as rien dit Kieran ? Je veux pas qu'il sache...* Je t'aime mon frère.
- * Pas un mot. Tu lui diras ce que tu voudras. * Je t'aime aussi p'tite soeur.

Remy arriva avec l'air de sortir de la douche et se racla la gorge.

- Papa, je te présente Jeremy Reagan.*Je t'assure que c'est un garçon vraiment formidable papa...*

Et là tout le monde avait dû entendre. Ce qui me fit sourire.

-Mr.Reagan... C'est donc à vous que je dois la survie de ma fille, bien que personne ne veule m'expliquer en quoi elle aurait pu y laisser sa vie, mais je suis honnoré de vous rencontrer... Quand à toi ma fille, tu penses trop et je te connais trop bien.
- L'honneur est pour moi, monsieur. Appelez moi Remy.

*Faut bien que quelqu'un de la famille réfléchisse un peu.*

Papa s'installa sur le canapé. Harvard nous avait laissé. J'allais faire du café pour tout le monde.

- Alors, quelqu'un veut bien m'expliquer ce qu'il s'est réellement passez pour qu'on sauve ma fille mais qu'on ne veuille pas en dire plus ?

Eeeeeh... Non. Je jetais un coup d'oeil à ma soeur et à Remy.

_________________
It was a lie when they smiled And said, "you won't feel a thing"
And as we ran from the cops We laughed so hard it would sting
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Mar 3 Avr - 19:56

Remy était visiblement mal à l'aise et y avait de quoi. Moi avec mon don que je ne maitrisait pas encore parfaitement, ça pouvait vraiment être très gênant à l'occasion. Je laissai mon père s'installer dans le salon et en profitai pour prendre des nouvelles de mon frère, qui semblait dépassé. On ce serait cru en plein tournage du film " Le parrain". Kieran se rendit à la cuisine et Harvard avait disparu de la surface de la circulation.

-Alors, quelqu'un veut bien m'expliquer ce qu'il s'est réellement passez pour qu'on sauve ma fille mais qu'on ne veuille pas en dire plus ?

Bon là c'était à moi de prendre le relais avant que Remy ou Kieran ne parle trop. Je me dirigeai dans le salon et pris place devant mon père.

-Tu te souviens des deux agents qui tournait autour de la maison ?

Il acquiesça.

-Ils sont venu alors que Kieran et toi étiez absent. Ils m'ont clairement fait comprendre que si je restais avec vous et que je ne les suivaient pas, ils allaient s'en prendre à vous par tout les moyens et que tôt ou tard j'allais céder.

Il renifla sarcastiquement et me fit signe avec sa main d'enchainer. Je sentais tout les regards peser sur moi.

-Je me suis enfui de la maison sans rien dire, parce que j'ai cru que si je partais et qu'il me courrait après, il n'arriverait rien à Kieran et toi. Ils recrutent supposément les gens ... comme moi. Qui ont des aptitudes un peu spécial.

Il devait déjà être au courant que Remy était comme moi enfin, génétiquement, mais je n'osais pas parler de ça maintenant.

-J'ai pu faire à peine une trentaine de kilomètres, avant d'être happé de plein fouet par un camion. Je me suis réveiller dans une cellulle d'isolement dans la qu'elle j'ai passé deux mois et on me refusait tout appel téléphonique ou contacte. J'ai pu savoir qu'ils étaient au courant que Kieran était dans la ville, donc j'ai ecris une lettre et quand je suis sorti je suis tomber sur Remy dans la caféteria du centre. Je l'ai supplier de m'aider et c'est ce qu'il a fait.

Mon père me regarda très sérieusement.

-Sans lui je serais encore là-bas ou pire tu pourais être entrain de m'enterrer au lieu de m'accueillir.

Il se leva les mains dans le dos et avança jusqu'à la fenêtre.

-Continue ...

Je secouai la tête.

-Y a rien d'autre à dire.

On aurait pu entendre une mouche voler. Il me fit signe de m'approcher ce que je fis. Il pris mon visage entre ses mains et me regarda intensément.

-Ne me dupe pas Abigaïl...Tu es une O'Ryan, donc tu es une battante. Si ta vie était en danger, c'est pas parce que tu es resté emprisonnée dans une cellule d'isolement. Ne gâche pas la confiance que j'ai en toi et ne me ment pas ma fille.

Une larme roula sur ma joue. Il leva le regard vers Kieran et Remy.

-Je vous conseille fortement de me dire ce qui c'est produit, parce que sinon messieux je vous jure que la prison Mexicaine vous parraitrait d'un club med en comparaison à ce que je vous ferai subir.

Je secouai la tête et repoussai légèrement l'étreinte de mon père.

-Non ... C'est moi qui leurs à demander de rien te dire... Ne ... ne soit pas dur avec eux pour ça.

Il croisa les bras et me fixa.

-Un des gardiens du centre était un gros pervers. Depuis mon réveil qu'il passait des commentaires sur moi ou j'arrivais à lire dans sa tête qu'il m'imaginait ... tu sais ce que je veux dire.

Il serra les dents et acquiesça.

-Il me matait sous les douches et je pouvais rien faire, mais c'était comme ça pour toute les résidentes donc je n'ai rien dit. Remy était résident là-bas, mais il allait quitter le centre, donc l'infirmière en charge de moi lui a demander de me montrer sa chambre qui allait devenir la mienne... Le gardien nous à surpris et il a jalouser Remy.

Il leva le regard sur Remy et je pouvais clairement lire dans sa tête qu'il devinait que j'avais couchée avec lui.

-L'infirmière est ensuite venu me chercher pour une prise de sang en demandant à Remy de rester derrière. Une fois plus loin sur la passerelle, elle c'est mis à me dire qu'elle était désolé et m'a laisser entre les mains du gardes...

Je commençai à trembler et mon père me fit signe de me taire.

-Suffit... J'ai pas besoin d'entendre la suite... Kieran dit moi que tu as fait honneur à la famille et que cet homme est refroidi.

Son regard était froid et sombre. Kieran lui répondit. Il s'avança ensuite vers Remy.

-T'as couché avec ma petite fille ? Est-ce que tu l'aimes au moins ? Est-ce que tu sais ce que tu fais ? demanda-t-il froidement.

Je me plaçai entre les deux et regardai mon père.

-Oui... Je l'aime. Je sais ce que je fais et je sais ce que je dis.

Il me prit par le bras et me pointa son doigt près du visage.

-Tu ne sais pas ce que tu fais, ni ce que tu veux Abigaïl. Tu es en état de choc et je te ramène à la maison dès ce soir. Tu te reposeras et on en rediscutera.

Je secouai négativement la tête.

-Non papa... Je veux pas rentrer. Je veux rester ici avec Kieran et Remy...

Il regarda Remy brièvement avant de regarder mon frère, son fils.

-La prunelle de tes yeux, tu m'entends ? Si on touche qu'un seul de ses cheveux, je t'écorche vif.

Il se tourna vers un des gardes de mon frère et ramassa sa veste, avant de se diriger vers la porte. Il me regarda un instant.

-Ne me déçois pas Abigaïl. Je pars, j'ai à faire. Inutile de me racompagner, j'ai besoin d'être seul.

Je baissai les yeux, puis sursauté légèrement lorsqu'il ferma la porte. Je me tournai ensuite face à mon frère et Remy.

-Désolé Kieran, c'est de ma faute. Tu n'avais pas à te faire traiter comme ça.

Je m'avançai vers Remy et me hissai un peu pour l'embrasser.

-Je devrais peu-être partir... J'ai pas envie que tu ailles la pression à cause de moi.

Je regardai mon frère en alternance avec Remy. Je voulais pas rentrer, mais je voulais pas qu'ils aillent à se porter garant de moi.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Mer 4 Avr - 6:53


-Alors, quelqu'un veut bien m'expliquer ce qu'il s'est réellement passez pour qu'on sauve ma fille mais qu'on ne veuille pas en dire plus ?

Abi alla se placer devant son père. Je préférais ne rien dire pour ma part.

-Tu te souviens des deux agents qui tournait autour de la maison ? Ils sont venu alors que Kieran et toi étiez absent. Ils m'ont clairement fait comprendre que si je restais avec vous et que je ne les suivaient pas, ils allaient s'en prendre à vous par tout les moyens et que tôt ou tard j'allais céder.

Il renifla sarcastiquement et lui fit signe d'enchainer.

-Je me suis enfui de la maison sans rien dire, parce que j'ai cru que si je partais et qu'il me courrait après, il n'arriverait rien à Kieran et toi. Ils recrutent supposément les gens ... comme moi. Qui ont des aptitudes un peu spécial. J'ai pu faire à peine une trentaine de kilomètres, avant d'être happé de plein fouet par un camion. Je me suis réveiller dans une cellulle d'isolement dans la qu'elle j'ai passé deux mois et on me refusait tout appel téléphonique ou contacte. J'ai pu savoir qu'ils étaient au courant que Kieran était dans la ville, donc j'ai ecris une lettre et quand je suis sorti je suis tomber sur Remy dans la caféteria du centre. Je l'ai supplier de m'aider et c'est ce qu'il a fait.

Son père la regarda très sérieusement.

-Sans lui je serais encore là-bas ou pire tu pourais être entrain de m'enterrer au lieu de m'accueillir.

Je ne pensai pas que ça serait allé jusque-là à mon avis... Le Centre ne l'aurait pas toléré. Il se leva les mains dans le dos et avança jusqu'à la fenêtre.

-Continue ...
-Y a rien d'autre à dire.

On aurait pu entendre une mouche voler. Il lui fit signe de s'approcher et prit le visage d'Abi entre ses mains en la fixant intensément.

-Ne me dupe pas Abigaïl...Tu es une O'Ryan, donc tu es une battante. Si ta vie était en danger, c'est pas parce que tu es resté emprisonnée dans une cellule d'isolement. Ne gâche pas la confiance que j'ai en toi et ne me ment pas ma fille.

Il nous fixa, Kieran et moi d'un air sévère.

-Je vous conseille fortement de me dire ce qui c'est produit, parce que sinon messieux je vous jure que la prison Mexicaine vous parraitrait d'un club med en comparaison à ce que je vous ferai subir.

Je restai muet. Abi repoussa légèrement son père.
-Non ... C'est moi qui leurs à demander de rien te dire... Ne ... ne soit pas dur avec eux pour ça.

Il croisa les bras et me fixa.

-Un des gardiens du centre était un gros pervers. Depuis mon réveil qu'il passait des commentaires sur moi ou j'arrivais à lire dans sa tête qu'il m'imaginait ... tu sais ce que je veux dire. Il me matait sous les douches et je pouvais rien faire, mais c'était comme ça pour toute les résidentes donc je n'ai rien dit. Remy était résident là-bas, mais il allait quitter le centre, donc l'infirmière en charge de moi lui a demander de me montrer sa chambre qui allait devenir la mienne... Le gardien nous à surpris et il a jalouser Remy. L'infirmière est ensuite venu me chercher pour une prise de sang en demandant à Remy de rester derrière. Une fois plus loin sur la passerelle, elle c'est mis à me dire qu'elle était désolé et m'a laisser entre les mains du gardes...

Au regard du paternel, il avait compris qu'on avait pas fait que discuter avec Abigail... Il lui fit signe de se taire.

Suffit... J'ai pas besoin d'entendre la suite... Kieran dit moi que tu as fait honneur à la famille et que cet homme est refroidi.
- Remy et moi, on s'en est chargé. J'ai envoyé Craig faire du nettoyage.

Il s'avança ensuite vers moi.

-T'as couché avec ma petite fille ? Est-ce que tu l'aimes au moins ? Est-ce que tu sais ce que tu fais ? demanda-t-il froidement.

Abi vint se placer entre nous, fixant son père.

-Oui... Je l'aime. Je sais ce que je fais et je sais ce que je dis.
- Je sais parfaitement ce que je fais, et j'aime votre fille, monsieur.

Il prit sa fille par le bras et pointa son doigt près de son visage.

-Tu ne sais pas ce que tu fais, ni ce que tu veux Abigaïl. Tu es en état de choc et je te ramène à la maison dès ce soir. Tu te reposeras et on en rediscutera.

Je serrai légèrement les dents, je ne voulais pas trop l'ouvrir. Abi secoua négativement la tête.

-Non papa... Je veux pas rentrer. Je veux rester ici avec Kieran et Remy...

Il me fixa brièvement avant de reporter son attention sur son fils.

-La prunelle de tes yeux, tu m'entends ? Si on touche qu'un seul de ses cheveux, je t'écorche vif.
- Je ne laisserai plus personne lui causer du tort. Une fois n'est pas coutume.

Il se détourna et ramassa sa veste.

-Ne me déçois pas Abigaïl. Je pars, j'ai à faire. Inutile de me racompagner, j'ai besoin d'être seul.

Il sortit en claquant légèrement la porte. Abi se tourna vers nous.

-Désolé Kieran, c'est de ma faute. Tu n'avais pas à te faire traiter comme ça.
- T'inquiète. C'est pas comme si c'était nouveau.

Elle s'avança vers moi et se hissa sur la pointe des pieds avant de m'embrasser.

-Je devrais peu-être partir... J'ai pas envie que tu ailles la pression à cause de moi.
- Hey. J'suis habitué à gérer la pression. Et les situations de crise.

Je lui souris.

- ça c'est pas si mal passé, non ? C'est à toi de choisir ce que tu veux faire, mais t'as pas à t'inquiéter pour moi. Je peux gérer. J'ai pas envie que tu partes, ok ? Je crois pas que ce soit un état de choc comme dit ton père. Enfin, que ce qui nous arrive y est dû.

J'avais déjà connu ça, "l'état de choc" et j'avais pas couché la première personne venue.

- Il doit avoir un peu de mal à te voir sortir avec quelqu'un...


Je ferais Kieran après toi Wink

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Mer 4 Avr - 11:25

J'avais l'impression d'avoir extrêmement déçu mon père et au sein de notre famille, ça voulait dire beaucoup de chose.J'avais quand même 25 ans, mais il venait de réaliser que je n'étais plus sa petite fille naïve et ça me l'avait fait réaliser en même temps. Ça me blessait de le décevoir. Je n'avais jamais été comme lui et mon frère, mais pourtant ils ne m'avaient jamais laissé tomber et m'avaient toujours garder une place de choix. Le viol était un des crimes que mon père n'acceptait vraiment pas. Sous aucune forme, aucune condition ni considération, mais le fait que ce soit arriver à moi, sa fille... Semblait l'avoir mis hors de lui. Je m'excusai au près de mon frère pour l'avoir mis dans une situation pareille aux yeux de notre père, puis je me tournai vers Remy que j'embrassai. Je leurs dit que je devrais peu-être mieux quitter, pour leur évitter la pression et les ennuies. Intérrieurement j'en avais auncune envie, mais j'étais prête à faire le sacrifice si c'est ce qu'ils voulaient.

-Hey. J'suis habitué à gérer la pression. Et les situations de crise.

Il me sourit.

-ça c'est pas si mal passé, non ? C'est à toi de choisir ce que tu veux faire, mais t'as pas à t'inquiéter pour moi. Je peux gérer. J'ai pas envie que tu partes, ok ? Je crois pas que ce soit un état de choc comme dit ton père. Enfin, que ce qui nous arrive y est dû.

Je fermai les yeux pour éviter de pleurer ou de craquer sous la pression.

-Il doit avoir un peu de mal à te voir sortir avec quelqu'un...

Je le regardai un instant.

-C'est pire que ça... Je l'ai déçu, il m'en veut et ça c'est atroce dans ma famille. J'aurais du l'appeller immédiatement et lui dire moi-même, je n'aurais pas due lui mentir. Il va mettre un temps monstre à me pardonner et ça s'il le fait.

Je regardai Kieran un instant, puis revint sur Remy.

-Quand une femme est violé, dans nos traditions, elle devient coeur de pierre et corrompu. Le père marie sa fille avec une Irlandais de bonne famille et pourvoyeur, de façon à rétablir l'ordre des choses. Mon père m'a toujours dit " Habille toi convenablement, ne prend jamais les chemins sombres et reste fidèle qu'à toi même... Le meilleur Irlandais est ton frère et je pourrai pas rétablir l'ordre des choses."

Je fis un léger sourire à mon frère.

-Il me voit comme une impure et corrompu, il me reniera et me détestera. Il va prendre du recul et obliger Kieran à entrer au pays et je les verrai plus jamais... Si je rentre maintenant, il trouvera un Irlandais surement moche et qui me plaira pas du tout, mais qui rétabliera l'ordre des choses et qui empêchera de tâcher son nom.

En fait c'était surtout ça. Il voulait pas tâcher le nom de O'Ryan. Je regardai mon frère.

-Appel-le... Dit lui que je prendrai le nom de ma mère, que je ne tâcherai pas son nom et dit-lui...dit-lui que je l'aime s'il te plait.

Abigaïl Garritty... Ça sonnait beaucoup moins bien (lol). Je me blotis dans les bras de Remy et passai mes bras autour de sa taille.

-Je viens de te trouver et j'ai pas envie de te perdre maintenant. Je vais rester. Je vais rester et me prendre un logement en ville, bossé honnêtement et repartir sur de bonne base et je veux que Kieran et toi soyez à mes côtés.

Y avait rien de simple dans ma situation, mais je pouvais faire en sorte que ça le devienne un peu.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kieran O'Ryan

avatar


✖ Messages : 165
✖ Date de naissance : 15/09/1983
✖ Bougies : 34

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Mer 4 Avr - 17:33


Nous laissâmes Abi tout raconter, c'était un peu lâche, mais ça lui revenait. Remy ou moi, nous aurions trop vite eu fait de lâcher quelque chose qui aurait attiré son attention. Et il l'amena à en parler de toutes façons. Rien ne lui échappait. Et le fait qu'on se soit occupés de l'autre bâtard n'y changea rien.

-La prunelle de tes yeux, tu m'entends ? Si on touche qu'un seul de ses cheveux, je t'écorche vif.
- Je ne laisserai plus personne lui causer du tort. Une fois n'est pas coutume.

Je serrai légèrement les poings. J'avais horreur qu'il agisse comme cela. Il se détourna et ramassa sa veste.

-Ne me déçois pas Abigaïl. Je pars, j'ai à faire. Inutile de me racompagner, j'ai besoin d'être seul.

Comment pouvait-il partir comme ça ???

-Hey. J'suis habitué à gérer la pression. Et les situations de crise. ça c'est pas si mal passé, non ? C'est à toi de choisir ce que tu veux faire, mais t'as pas à t'inquiéter pour moi. Je peux gérer. J'ai pas envie que tu partes, ok ? Je crois pas que ce soit un état de choc comme dit ton père. Enfin, que ce qui nous arrive y est dû. Il doit avoir un peu de mal à te voir sortir avec quelqu'un...
-C'est pire que ça... Je l'ai déçu, il m'en veut et ça c'est atroce dans ma famille. J'aurais du l'appeller immédiatement et lui dire moi-même, je n'aurais pas due lui mentir. Il va mettre un temps monstre à me pardonner et ça s'il le fait.

Elle me fixa un instant avant de regarder Remy.

-Quand une femme est violé, dans nos traditions, elle devient coeur de pierre et corrompu. Le père marie sa fille avec une Irlandais de bonne famille et pourvoyeur, de façon à rétablir l'ordre des choses. Mon père m'a toujours dit " Habille toi convenablement, ne prend jamais les chemins sombres et reste fidèle qu'à toi même... Le meilleur Irlandais est ton frère et je pourrai pas rétablir l'ordre des choses."

Elle me fit un léger sourire que je ne parvins pas à lui retourner.

-Il me voit comme une impure et corrompu, il me reniera et me détestera. Il va prendre du recul et obliger Kieran à entrer au pays et je les verrai plus jamais... Si je rentre maintenant, il trouvera un Irlandais surement moche et qui me plaira pas du tout, mais qui rétabliera l'ordre des choses et qui empêchera de tâcher son nom.
- Je ne rentrerai pas. Ma place est à tes côté petite soeur. Nuada n'a jamais lâché les siens.

Et j'allais lui ouvrir les yeux, à notre père.

Appel-le... Dit lui que je prendrai le nom de ma mère, que je ne tâcherai pas son nom et dit-lui...dit-lui que je l'aime s'il te plait.
- Je vais faire mieux que ça, petite soeur.

Elle se blottit dans les bras de Remy.

-Je viens de te trouver et j'ai pas envie de te perdre maintenant. Je vais rester. Je vais rester et me prendre un logement en ville, bossé honnêtement et repartir sur de bonne base et je veux que Kieran et toi soyez à mes côtés.
- Remy ? Reagan c'est irlandais ça, comme nom ?
- Hein ? ... Ouais... ça l'est... Pourquoi ?

La lueur sembla se faire dans son regard.

- Abigail, tu resteras une O'Ryan. Cette Famille restera unie. Ne bougez pas, je reviens.

Je ne leur laissai pas le temps de protester. Je descendis comme une furie. Je savais que Papa ne serait pas parti. En effet, il était dans le stationnement, à côté de la voiture. Il devait attendre Harvard pour qu'il le reconduise. Je me plantais face à lui et l'affrontais du regard.

- Cesse de te comporter comme le dernier des cons, Papa. Abi a besoin de toi. Pas de ton déni. Elle a besoin de son père autant que son frère. Et au diable les traditions ! C'est une O'Ryan, et elle l'est restée même dans la difficulté. Tu peux rejeter la faute sur moi, si tu veux. Mais pas Abi. Oh, non, pas elle.

Il me fixa froidement.

- C'est bon tu as fini ?
- Non. C'est toi le premier à m'avoir surnommé Nuada. Qui malgré son infirmité a toujours su être le chef des Thuatha dé Dana, malgré son infirmité. Je ne sais pas laquelle est la mienne. Mais je ne laisserai pas une injustice arriver. C'est ta fille. Bon sang, ta fille ! La chair de ta chair !

On devait m'entendre même à l'intérieur mais je m'en foutais.

- Tu veux rester dans les traditions ? Reagan est irlandais. Et l'avoir dans ma famille ne me dérange pas. Il a reçu un coup de couteau pour sauver ta fille, tu t'en souviens, tu l'as remercié pour ça.

Je me tus et le fixais calmement. Sans que je m'y attende, il me gifla. ça faisait des années qu'il ne m'avait pas frappé. Ma dernière correction remontait au temps du lycée, et la cause était mes résultats. Il ne voulait pas d'un abruti comme fils.

- Ne t'avises jamais plus de me parler comme ça.

Puis, chose des plus surprenantes, il me serra dans ses bras. Woah.

- Enfin tu te montres digne de ton sang, Nuada... Va dire à Zack qu'il cesse de chercher ses clés. Je vais rester un peu ici. Si tu peux me loger, fils.
- Tu es chez toi ici.

J'allais chercher Harvard tandis qu'il remontait.

- Plus la peine de chercher tes clés, Harvard... Merci.
- Mais j'ai rien fait... En dehors de perdre tes clés... Dans ma poche...

Je ne retins pas un éclat de rire. Finalement, je l'appréciais de plus en plus.

_________________
It was a lie when they smiled And said, "you won't feel a thing"
And as we ran from the cops We laughed so hard it would sting
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Mer 4 Avr - 17:50


-C'est pire que ça... Je l'ai déçu, il m'en veut et ça c'est atroce dans ma famille. J'aurais du l'appeler immédiatement et lui dire moi-même, je n'aurais pas due lui mentir. Il va mettre un temps monstre à me pardonner et ça s'il le fait.

Elle fixa un instant son frère avant de me regarder.

-Quand une femme est violé, dans nos traditions, elle devient coeur de pierre et corrompu. Le père marie sa fille avec une Irlandais de bonne famille et pourvoyeur, de façon à rétablir l'ordre des choses. Mon père m'a toujours dit " Habille toi convenablement, ne prend jamais les chemins sombres et reste fidèle qu'à toi même... Le meilleur Irlandais est ton frère et je pourrai pas rétablir l'ordre des choses."

Elle fit un léger sourire à son frère. Je tiquais un peu. C'était dépassé ce genre de coutumes.

-Il me voit comme une impure et corrompu, il me reniera et me détestera. Il va prendre du recul et obliger Kieran à entrer au pays et je les verrai plus jamais... Si je rentre maintenant, il trouvera un Irlandais surement moche et qui me plaira pas du tout, mais qui rétabliera l'ordre des choses et qui empêchera de tâcher son nom.
- Je ne rentrerai pas. Ma place est à tes côté petite soeur. Nuada n'a jamais lâché les siens.

Mais c'était du n'importe quoi ! Cependant, je me taisais, c'était plus entre le frère et la soeur qu'avec moi. Je n'étais pas vraiment de la famille, et j'avais du mal a comprendre leur mode de fonctionnement là.

Appel-le... Dit lui que je prendrai le nom de ma mère, que je ne tâcherai pas son nom et dit-lui...dit-lui que je l'aime s'il te plait.
- Je vais faire mieux que ça, petite soeur.

Elle se blottit dans mes bras et m'enlaça.

-Je viens de te trouver et j'ai pas envie de te perdre maintenant. Je vais rester. Je vais rester et me prendre un logement en ville, bossé honnêtement et repartir sur de bonne base et je veux que Kieran et toi soyez à mes côtés.
- Remy ? Reagan c'est irlandais ça, comme nom ?

Je le fixais sans trop comprendre.

- Hein ? ... Ouais... ça l'est... Pourquoi ?

Ding. ça y est. J'avais compris.

- Abigail, tu resteras une O'Ryan. Cette Famille restera unie. Ne bougez pas, je reviens.

Comme si on allait partir faire le tour du monde en pédalo. Je déposais un petit baiser sur les lèvres d'Abigail.

- Je crois que ton frère va rétablir les choses.

Il ne fallut pas attendre plus pour que des éclats de voix nous parviennent. Surtout ceux de Kieran.

- Il est expressif finalement, ton frère.

Je trouvais ça un peu angoissant de rester là.

- Le truc du mariage... C'était vraiment sérieux ?

Je n'y connaissais rien en tradition irlandaise. Trent avait peut-être des origines irlandaises, mais je n'étais jamais qu'un adopté. Mes parents pouvaient être aussi bien nord-américains que serbes ! Le père O'Ryan rentra de nouveau dans la pièce. Je relâchais légèrement mon étreinte sur Abi.

- Tu t'es vraiment battu pour elle, Remy ?
- Deux fois monsieur. Et sans aucune hésitation.
- Un coup de couteau, c'est ça ?
- Un cran d'arrêt. Mais ça reste superficiel, quoique assez douloureux.

Il me jaugea du regard. Il ne devait pas trouver que j'avais l'allure d'un irlandais.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Mer 4 Avr - 20:42

Je savais pertinement ce qui m'attendait et je me sentais vraiment pas bien. Mon père était très cher à mes yeux, ça me faisait extrêmement mal qu'il me voit de cette façon. J'avais expliqué en gros comment ça fonctionnait.Surtout pour Remy, parce que Kieran savait déjà ce qu'il en était.

-Je ne rentrerai pas. Ma place est à tes côté petite soeur. Nuada n'a jamais lâché les siens.

Les mots n'existaient simplement pas pour dire à quel point j'aimais mon frère et à quel point cette phrase me touchait. J'enlaçai Remy et me blotis contre lui en lui disant que comme je venais de le trouver, j'avais pas envie de le perdre tout de suite.

-Remy ? Reagan c'est irlandais ça, comme nom ?

Nous regardâmes mon frère, pour ma part je voyais pas où il voulait en venir.

-Hein ? ... Ouais... ça l'est... Pourquoi ?

Mon frère avait comme un demi-sourire victorieux sur les lèvres.

-Abigail, tu resteras une O'Ryan. Cette Famille restera unie. Ne bougez pas, je reviens.

Je tirai le bras pour le retenir.

-Non Kieran...attends...

Je parlais dans le vide et il était déjà dehors. Remy déposa un léger baiser sur mes lèvres.

-Je crois que ton frère va rétablir les choses.

Je secouai la tête.

-Rétablir les choses ? Tu sais ce qu'il a en tête ?

Je me tus en entendant la voix de mon frère.

-...Mais je ne laisserai pas une injustice arriver. C'est ta fille. Bon sang, ta fille ! La chair de ta chair ! Tu veux rester dans les traditions ? Reagan est irlandais. Et l'avoir dans ma famille ne me dérange pas. Il a reçu un coup de couteau pour sauver ta fille, tu t'en souviens, tu l'as remercié pour ça.

Je soupirai toujours en restant dans les bras de Remy.

-Je déteste quand il s'engueule et encore plus quand c'est moi qui en suit la cause.

C'était d'ailleurs la première fois que j'en étais la cause.

-Il est expressif finalement, ton frère.

Ça pour exprimer sa colère et son mécontentement, il avait jamais vraiment eu de problème.

-Le truc du mariage... C'était vraiment sérieux ?

Je levai doucement mon regard vers le siens.

-Si... C'est très sérieux, c'est pour ça que je suis pas d'accord avec ce que Kieran à en tête.

Il me relâcha légèrement et je mis un temps à me tourner vers mon père.


-Tu t'es vraiment battu pour elle, Remy ?

Il acquiesça.

-Deux fois monsieur. Et sans aucune hésitation.

Je baissai les yeux.Mon père lui demanda si c'était bien un coup de couteau qu'il avait eu. Je voyais pas pourquoi il lui demandait ça.

-Un cran d'arrêt. Mais ça reste superficiel, quoique assez douloureux

Mon père posa sa main sous mon menton et releva ma tête pour me regarder dans les yeux.

-Je t'aime ma fille et je t'aimerai quoi qu'il arrive, mais tu connais ma position. Je dois tenir les traditions sinon je perdrai tout et ça on peut pas le permettre.

Les larmes se mirent à rouler à nouveau sur mes joues.

-J'ai que vingt-cinq ans papa. Je ne veux pas me marier, enfin si je le veux, mais pas tout de suite, pas comme ça. Tu n'as pas besoin de respecter les traditions pour être craint et aimer des autres papa tu le sais bien.

Il fronça les sourcils.

-Ta cousine et deux camarades avec qui tu allais à l'école... Elles ont été marier à d'ignard fils d'épicier. Tu crois que ton oncle, mon frère... Me pardonnerait d'avoir obligé ma nièce à suivre la tradition contre toute volonté et que j'en ferais une brèche pour ma fille ? C'est comme ça et pas autrement.

Je m'essuyai les yeux du revers de la main.

-Tu m'as dit que tu l'aimais et il m'a dit qu'il t'aimait... Tu as déjà un large point d'avance sur les autres filles qui ne se voient pas offrir le choix de leurs futur mari. Quel est ton problème Abigaïl O'Ryan ?!? demanda-t-il froidement.

J'inspirai profondément, j'allais faire ce que je n'avais jamais fait jusqu'ici. C'est-à-dire tenir tête à mon père.

-Mon problème? Mon problème c'est ton boulot de gangster qui passe avant ta famille, c'est que tu traites Kieran comme s'il était qu'un chien bien dompté et c'est que tu sois prêt à sacrifier les rêves de ta fille pour tes stupides traditions. Voilà mon problème papa.

Il me pris par le bras et me tira fortement vers lui.

-Lâche-moi tu me fais mal.

Il me jeta un regard noir.

-Je suis ton père, tu me dois le respect et l'obéissance. Je sais pas qu'elle mouche vous a piqués aujourd'hui pour que vous aillez aussi peu de jugeotte, mais ne me parle plus jamais comme ça ... Tu m'entends Abi... JAMAIS !

Il me relâcha et regarda Remy.

-Tu marieras Abigaïl et cette fois tu sauveras toute une famille sans hésitation. Tu me donneras l'adresse de ton père que je communique avec lui pour lui faire part de la situation... Ceci clos la discussion. Je ferai tout ce que j'ai à faire pour que ma fille reste à jamais une O'Ryan.

Il sorti à nouveau dehors. Je contournai Remy et parti vers le salon pour sortir dehors, mais à l'arrière de la maison. Remy sorti dehors et je me retournai vers lui.

-Tu n'as pas à accepter ça. C'est stupide . Je sais que j'ai de fort sentiment pour toi et qu'ils sont sincère et que j'ai vraiment pas envie de te perdre, mais je veux pas que tu sois forcer de te marier avec moi, alors que ça fait un peu plus de soixante-douze heures qu'on se connait.

C'était vraiment n'importe quoi.

-T'inquiète pas je trouverai, je me marierai... Un mariage de convenance que pour avoir de faux papier et je divorcerai après un mois...Mieux je pourrais m'enfuir, voilà je partirai vers...vers ... au Texas tiens. C'est plein de petite ville où on me trouverait jamais. Kieran perdrait une source de conflit et toi tu... tu pourrais venir avec moi ...

Voilà je divaguais complètement je disais n'importe quoi, mais il était hors de question que je laisse Remy me filer entre les doigts pour une histoire de mariage.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Jeu 5 Avr - 6:49


Le père d'Abi lui releva le visage.

-Je t'aime ma fille et je t'aimerai quoi qu'il arrive, mais tu connais ma position. Je dois tenir les traditions sinon je perdrai tout et ça on peut pas le permettre.

Elle se remit à pleurer.

-J'ai que vingt-cinq ans papa. Je ne veux pas me marier, enfin si je le veux, mais pas tout de suite, pas comme ça. Tu n'as pas besoin de respecter les traditions pour être craint et aimer des autres papa tu le sais bien.
-Ta cousine et deux camarades avec qui tu allais à l'école... Elles ont été marier à d'ignard fils d'épicier. Tu crois que ton oncle, mon frère... Me pardonnerait d'avoir obligé ma nièce à suivre la tradition contre toute volonté et que j'en ferais une brèche pour ma fille ? C'est comme ça et pas autrement. Tu m'as dit que tu l'aimais et il m'a dit qu'il t'aimait... Tu as déjà un large point d'avance sur les autres filles qui ne se voient pas offrir le choix de leurs futur mari. Quel est ton problème Abigaïl O'Ryan ?!?

Ouh, j'aimais vraiment pas cette situation. Abi inspira profondément.

-Mon problème? Mon problème c'est ton boulot de gangster qui passe avant ta famille, c'est que tu traites Kieran comme s'il était qu'un chien bien dompté et c'est que tu sois prêt à sacrifier les rêves de ta fille pour tes stupides traditions. Voilà mon problème papa.

Il la prit par le bras et l'attira vers lui.

-Lâche-moi tu me fais mal.

Il lui jeta un regard noir.

-Je suis ton père, tu me dois le respect et l'obéissance. Je sais pas qu'elle mouche vous a piqués aujourd'hui pour que vous aillez aussi peu de jugeotte, mais ne me parle plus jamais comme ça ... Tu m'entends Abi... JAMAIS !

Il tourna son regard vers moi.

-Tu marieras Abigaïl et cette fois tu sauveras toute une famille sans hésitation. Tu me donneras l'adresse de ton père que je communique avec lui pour lui faire part de la situation... Ceci clos la discussion. Je ferai tout ce que j'ai à faire pour que ma fille reste à jamais une O'Ryan.

Là, il allait avoir du mal... Il ressortit de la pièce. Abi me contourna et sortit par l'arrière de la maison. Je la rejoignis assez vite.

-Tu n'as pas à accepter ça. C'est stupide . Je sais que j'ai de fort sentiment pour toi et qu'ils sont sincère et que j'ai vraiment pas envie de te perdre, mais je veux pas que tu sois forcer de te marier avec moi, alors que ça fait un peu plus de soixante-douze heures qu'on se connait. T'inquiète pas je trouverai, je me marierai... Un mariage de convenance que pour avoir de faux papier et je divorcerai après un mois...Mieux je pourrais m'enfuir, voilà je partirai vers...vers ... au Texas tiens. C'est plein de petite ville où on me trouverait jamais. Kieran perdrait une source de conflit et toi tu... tu pourrais venir avec moi ...
- Et gâcher une partie de ta vie ?

Je l'attirais contre moi avec douceur.

- Ecoute... Nos vies sont trop courtes pour qu'on se prenne la tête. On est pas obligés de le faire tout de suite, non ? On peut prendre notre temps. ça sert à rien de se compliquer pour ça, ok ?

J'essuyais les dernières traces de larmes sur son visage.

- Mon père est mort, il y a sept ans. Et on a toujours été tout les deux. Il ne reste que moi. On a peut-être de la famille quelque part, mais on la voyait rarement. Donc, dans cette histoire, c'est à moi de décider, non ?

Je lui fis un petit sourire. C'était la première fois que je disais que Trent était mort. ça faisait partie des choses que je gardais toujours pour moi. Le dire à voix haute, c'était accepter vraiment qu'il ne soit plus là. Et même au bout de 7 ans c'était dur à accepter.

- Le mariage n'a pas d'importance pour moi. Je peux accepter si ça t'évite de devoir faire semblant de vouloir te marier au premier quidam trop impressionné par ton père. Mais on est pas obligé de le faire de suite.

Je déposais un baiser sur ses lèvres.

* On a la vie devant nous, tu sais. On a le temps d'apprendre à se connaitre avant de décider quoi que ce soit. On peut tourner les traditions à notre avantage, non ? Il doit bien y en avoir d'autres qui pourraient nous laisser du temps ?*

A vrai dire, l'idée de l'épouser n'était pas franchement pour me déplaire. J'étais amoureux d'elle. Le reste suivait.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Jeu 5 Avr - 13:52

J'essayais de trouver rapidement une solution pour échaper à cette histoire de mariage forcé, mais les premièrs idées qui me venaient en tête était pas forcément bonne à prendre. J'allais même jusqu'à proposer à Remy de s'enfuir avec moi au Texas, mais je croyais pas vraiment encore là, que c'était une solution vraiment envisageable.

-Et gâcher une partie de ta vie ?

Il m'attira doucement contre lui et je soupirai.

-T'a bien changé de ville toi et ça t'a pas trop mal réussi on dirait.

Je venais de changer de ville. J'étais même pas là d'où je venais et je voulais quand même fuir.

-Ecoute... Nos vies sont trop courtes pour qu'on se prenne la tête. On est pas obligés de le faire tout de suite, non ? On peut prendre notre temps. ça sert à rien de se compliquer pour ça, ok ?

Je le regardai un instant et j'espérais qu'il avait raison. Il glissa son pouce sur ma joue, pour effacer les dernières traces de larmes.

-Mon père est mort, il y a sept ans. Et on a toujours été tout les deux. Il ne reste que moi. On a peut-être de la famille quelque part, mais on la voyait rarement. Donc, dans cette histoire, c'est à moi de décider, non ?

Je haussai les épaules.Il me fit un demi-sourire et je captai quelques images de son père qui défilait dans sa tête.

-Le mariage n'a pas d'importance pour moi. Je peux accepter si ça t'évite de devoir faire semblant de vouloir te marier au premier quidam trop impressionné par ton père. Mais on est pas obligé de le faire de suite.

Je me passai la main dans les cheveux. J'allais répondre, mais il posa ses lèvres sur les miennes, déclanchant un feu d'artifice dans ma poitrine.

-* On a la vie devant nous, tu sais. On a le temps d'apprendre à se connaitre avant de décider quoi que ce soit. On peut tourner les traditions à notre avantage, non ? Il doit bien y en avoir d'autres qui pourraient nous laisser du temps ?*

Je continuai de l'embrasser un peu avant de répondre.

-C'est pas une décision à prendre à la légère, il s'agit d'un mariage. Si tu tombais amoureux d'une autre dans je sais pas moi.. 2 ans ... T'imagines que tu serais pris avec moi, parce que on accorde pas le divorce dans ce genre de situation, on ne me laisserait jamais signer les papiers. C'est juste énorme comme tragédie.

Je voulais pas qu'il tombe amoureux d'une autre fille, mais si ça devait arriver... Pour moi et pour lui, je voulais pas être dans les parrages.

-J'avais toujours penser me marier dans un jardin en Irlande, sur le gazon vert avec des jolies fleurs blanche. Avoir que la famille et les amis proche, puis je m'imaginais monter l'allée souriante au bras de mon père... Ce sera loin d'être comme je l'avais imaginer.

En fait c'était exactement le même mariage que ma grand-mère paternel que je voulais.

-Tu devras expliquer à mon père que le tiens ne pourras pas se présenter , sous toute évidence et tu devras lui dire ce que tu m'as dit. Moi je n'arriverai pas à le convaincre. Après on aura qu'à espérer qu'il accepte, parce que sinon je suis bonne pour me retrouver marier à Harvard ou un truc du genre.

Bon Harvard était largement mieux qu'un épicier boutoneux, mais c'était d'être forcée qui me dérangeait. Je soufflai un coup.

-Je suis vraiment désolé de t'avoir entrainer dans tout ça, tu dois regretter d'être passé par la caféteria l'autre jour ? Si j'aurais su que ça prendrait autant d'ampleur, je t'aurais pas embarquer la dedans.

Je lui fis un demi-sourire. Peu-être que dans 50 ans j'allais en rire avec mes petits enfants, mais la je trouvais ça un peu ... gros.

-Tu sais quoi ?... Si on allait à se match de Foot maintenant. Je crois que ce changer les idées à toute les deux nous feras le plus grand bien.

On avait encore de la marge, ça commençait que dans trois heures, mais on pourrait en profiter pour aller boire une bière et se promener un peu avant comme tout le monde faisait en temps normal avant un match de foot.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Jeu 5 Avr - 15:22


Elle m'embrassa avant de répondre.

-C'est pas une décision à prendre à la légère, il s'agit d'un mariage. Si tu tombais amoureux d'une autre dans je sais pas moi.. 2 ans ... T'imagines que tu serais pris avec moi, parce que on accorde pas le divorce dans ce genre de situation, on ne me laisserait jamais signer les papiers. C'est juste énorme comme tragédie.

Je grimaçais.

-J'avais toujours penser me marier dans un jardin en Irlande, sur le gazon vert avec des jolies fleurs blanche. Avoir que la famille et les amis proche, puis je m'imaginais monter l'allée souriante au bras de mon père... Ce sera loin d'être comme je l'avais imaginer.
- Si on se marie un jour, on fera comme ça.

Je lui fis un léger sourire en coin.

- Tu devras expliquer à mon père que le tiens ne pourras pas se présenter , sous toute évidence et tu devras lui dire ce que tu m'as dit. Moi je n'arriverai pas à le convaincre. Après on aura qu'à espérer qu'il accepte, parce que sinon je suis bonne pour me retrouver marier à Harvard ou un truc du genre.
- Je lui parlerais. T'inquiète.

Harvard... Dire qu'il était entré dans la chambre où on couchait tout les deux. C'était assez flippant en y repensant. Mais il avait pas l'air méchant. Abigail souffla.

-Je suis vraiment désolé de t'avoir entrainer dans tout ça, tu dois regretter d'être passé par la caféteria l'autre jour ? Si j'aurais su que ça prendrait autant d'ampleur, je t'aurais pas embarquer la dedans.
- Je regrette rien. Pas un seul instant. J'ai fait ce que je devais faire. Et je le referais sans hésiter.

*Cesse de ressasser ça.*

Elle me fit un demi-sourire.

-Tu sais quoi ?... Si on allait à se match de Foot maintenant. Je crois que ce changer les idées à toute les deux nous feras le plus grand bien.
- Superbe idée ! J'aurais bien mis un de mes maillots, mais ça ferait tâche dans le décor.

Je ris.

- Va enfiler une tenue plus adaptée. Et on y va.

J'allais pour ma part enfiler un vieux t-shirt de l'université.

- On passe prendre un verre d'abord ?

Elle me répondit et nous partîmes après avoir prévenu Kieran.

- Ils ont d'assez bonnes statistiques. Le match devrait valoir le coup. Bon sang, ça va me faire drôle d'être dans les gradins.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Jeu 12 Avr - 8:21


Abi prit mes clés et les glissa dans sa poche.

-Tu as ta réponse.

Elle sortit et se dirigea vers la porte. Je la rejoignis. Elle noua ses doigts aux miens.

-Coucou, c'est moi ! Je suis rentrée.
-Pressé d'aller au lit ? Je t'ai connu plus couche tard Mademoiselle O'Ryan.

Je se tourna vers Harvard.

-Il y a longtemps que vous ne m'avez pas vu Monsieur.McAllister.
-Pourquoi vous viendriez pas vous joindre à nous ? Ton père nous fait son discours sur l'ascension du Croagh Patrick qui rassemble plusieurs centaines de milliers de pèlerins, et la minuscule île du Purgatoire-de-Saint-Patrick tout les ans.

Il était railleur.

-Ça ira merci, je connais cette histoire par coeur et je suis crevé.

Elle me lâcha et alla souhaiter la bonne nuit à sa famille, puis à Harvard. Elle lui sourit et nous montâmes. Elle verrouilla derrière nous.

-Tu sais quoi ? Je crois que dès demain je cherche un terrain
- Ah ouais ?

Déjà ? Elle retira son jean avant de s'asseoir sur son lit.

-Tu crois vraiment qu'avoir un mini O'Ryan serait si pénible que ça ?
- Pas plus qu'un mini Reagan. ça dépend du caractère je dirais.

Je souris légèrement. Vu le caractère familial, son fils ou sa fille aurait un sacré caractère fort.

-Non parce que je vais bientôt avoir 26 ans ... J'ai l'impression que mon horloge biologique tire à sa fin. Je voudrais bien avoir un ou deux gosses, mais j'ai pas l'impression que tout de suite soit nécessairement ce que je veux... J'essaie de tout envisager à l'avance et c'est pas un bon plan en restant comme ça chez mon frère.
- J'en ai 27... J'vais me sentir vieux si tu dit ça.

Je lui souris.

-Tu sais si tu as de la famille ? Biologique, je veux dire ... Ça t'a jamais passé par l'esprit de chercher tes origines ? *T'es pas obligé de répondre... Je pose beaucoup de question, je sais...*

Je haussais les épaules. Elle me fit un sourire.

- J'en ai aucune idée. Mon seul lien avec ma famille biologique, c'est "Jeremy", mon prénom. J'ai eu l'idée de chercher, mais je n'ai jamais eu de résultats. Et puis j'avais Trent.

Il avait été un excellent père.

- Pourquoi tu me demandes ça ?

Je me laissais aller en arrière.

- Tu crois que je devrais les chercher ?

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Jeu 12 Avr - 12:46

Après être remonté à la chambre je dis à Remy que dès demain je me cherchais un terrain, ce qui sembla le surprendre. J'eus un petit rire. En fait c'était ironique et surtout en lien avec les monopolisation sur mon cas. J'étouffais un peu. Je lui demain s'il était sérieux avec ses allusions au fait qu'un mini O'Ryan serait ... Tout un numéro.

-Pas plus qu'un mini Reagan. ça dépend du caractère je dirais.

Ça pour avoir un caractère ça risquait pas de passer à côté. Je lui dit que c'était surtout que à la veille de mes 26 ans je me sentais un peu au bout de l'attente si je voulais un jour avoir un gosse.

-J'en ai 27... J'vais me sentir vieux si tu dit ça.

Je ris et il me sourit. Je changeai légèrement de sujet en lui demandant s'il avait toujours de la famille biologique ou si il avait chercher à savoir. Il haussa les épaules.

-J'en ai aucune idée. Mon seul lien avec ma famille biologique, c'est "Jeremy", mon prénom. J'ai eu l'idée de chercher, mais je n'ai jamais eu de résultats. Et puis j'avais Trent.

Je comprenais son point de vue, mais moi j'avais été élevée sous l'importance de connaître nos racines et de toujours savoir d'où l'on viens.

-Pourquoi tu me demandes ça ?

Il se laissa tomber par en arrière sur le lit. (bah oui parce que là je t'imaginais te rétamer la gueule au sol lol)

-Tu crois que je devrais les chercher ?

Je réfléchis un peu à comment formuler la chose.

-Bah ouais un peu... Tu as peu-être des frères ou des soeurs, peu-être que ça pourrait répondre à des questions aux qu'elles tu n'as pas de réponse, mais peu-être pas non plus. Je suis pas dans ta situation donc j'en sais rien, mais moi je le ferais.

Je fis un léger sourire.

-En même temps je suis un peu mal placée pour parler. Comme ma mère n'a jamais chercher à savoir ce que j'étais devenue... Je n'ai jamais cherché à savoir, ni pour elle , ni pour personne dans sa famille, mais je crois que si je devais perdre mon père j'essaierais au moins de comprendre pourquoi elle n'a jamais voulu de moi.

Ça me faisait un peu mal d'y penser, mais je connaissais rien d'elle.

-Bon plus sérieusement, j'étais pas sérieuse pour le terrain, mais par contre, demain je vais avoir un service à te demander.

Je me couchai sur le ventre en balançant mes pieds.

-Je voudrais que tu me conduise dans une concession automobile. Je veux acheter une voiture. J'ai suffisament de côté pour ça et je veux pas dépendre de mon frère et toi tout le temps, mais c'est juste si tu n'as rien à faire... Sinon je demanderai à Zack ou Kieran.

Je me tournai sur le côté en lui faisant les yeux doux.

-Mais je préfèrerais que ce soit toi, dis-je en riant.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Jeu 12 Avr - 15:21


-Bah ouais un peu... Tu as peu-être des frères ou des soeurs, peu-être que ça pourrait répondre à des questions aux qu'elles tu n'as pas de réponse, mais peu-être pas non plus. Je suis pas dans ta situation donc j'en sais rien, mais moi je le ferais.

Elle fit un léger sourire.

-En même temps je suis un peu mal placée pour parler. Comme ma mère n'a jamais chercher à savoir ce que j'étais devenue... Je n'ai jamais cherché à savoir, ni pour elle , ni pour personne dans sa famille, mais je crois que si je devais perdre mon père j'essaierais au moins de comprendre pourquoi elle n'a jamais voulu de moi.
- ça fait 27 ans... Je leur dirais quoi ? "Hey, t'as pas voulu de moi il y a 27 ans, mais je voulais avoir un aperçu de toi, histoire de voir si ça en valait la peine ?"

Je me passais la main dans les cheveux.

- Ma famille c'était Trent. Ils n'ont jamais essayé de me revoir... Et tout ce que j'ai comme piste c'est mon prénom. Et des Jeremy, il doit y en avoir un paquet. Et les adoptions, c'est un merdier pas possible... Je dois avouer que j'ai pas envie de m'entendre dire un truc du genre "j'avais pas le choix, je pouvais pas t'élever."

Je fixais le plafond. J'avais peut-être un peu peur plutôt, de m'entendre dire ça. Même si j'avais été plus qu'heureux avec Trent, il y avait toujours eu ce "pourquoi" qui trottait dans un coin de ma tête.

-Bon plus sérieusement, j'étais pas sérieuse pour le terrain, mais par contre, demain je vais avoir un service à te demander.

Elle se coucha sur le ventre et balança ses pieds.

-Je voudrais que tu me conduise dans une concession automobile. Je veux acheter une voiture. J'ai suffisament de côté pour ça et je veux pas dépendre de mon frère et toi tout le temps, mais c'est juste si tu n'as rien à faire... Sinon je demanderai à Zack ou Kieran.

Elle se tourna vers moi et me fit les yeux doux.

-Mais je préfèrerais que ce soit toi.

Je lui souris.

- Pas de problèmes. Quand j'aurais fini ma journée de boulot par contre. Et puis, les voitures, ça me connait, ça t'évitera de te faire arnaquer.

Je lui fis un clin d'oeil.

- T'as déjà une idée de ce que tu veux comme véhicule ? C'est le mieux d'avoir une idée de base. Ou un budget de prévu.

J'avais le sens pratique dans ce genre de situations.

- Avoir une voiture à soit c'est la liberté... Et faire le taxi pour les amis aussi.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Jeu 12 Avr - 23:59

J'avais dit à Remy que à sa place j'aurais peu-être essayer de retrouver ma famille biologique, mais que j'étais pas la mieux placée pour dire ça étant donné que je n'avais pas chercher à contacter ma mère depuis qu'elle m'avait abandonné à la naissance, mais que si je perdais mon père et Kieran... Peu-être que je l'envisagerais.

-ça fait 27 ans... Je leur dirais quoi ? "Hey, t'as pas voulu de moi il y a 27 ans, mais je voulais avoir un aperçu de toi, histoire de voir si ça en valait la peine ?"

Il avait pas tors, mais je trouvais ça un peu triste quand même.

-Ma famille c'était Trent. Ils n'ont jamais essayé de me revoir... Et tout ce que j'ai comme piste c'est mon prénom. Et des Jeremy, il doit y en avoir un paquet. Et les adoptions, c'est un merdier pas possible... Je dois avouer que j'ai pas envie de m'entendre dire un truc du genre "j'avais pas le choix, je pouvais pas t'élever."

Je ne rajoutai rien, mais c'était quand même moins pire que de ce faire dire " T'es un erreur et j'ai jamais voulu de toi, pas plus hier qu'aujourd'hui ! " Chose que j'étais à peu près certaine d'entendre de ma mère advenant que je la cherche et trouve. Je changeai de sujet voyant que ça minait un peu le terrain et lui dit que j'étais pas sérieuse pour la recherche du terrain, mais que j'avais quand même un service à lui demander, soit de m'accompagner pour que je puisse faire l'achat d'un véhicule. Je précisai que je voulais pas le monopoliser, mais avec des yeux doux pour le sudoyer un peu.

-Pas de problèmes. Quand j'aurais fini ma journée de boulot par contre. Et puis, les voitures, ça me connait, ça t'évitera de te faire arnaquer.

Il me fit un clin d'oeil.

-C'est pas plus mal, je connais un excellent mécano, dis-je en souriant.

Je préfèrais quand même éviter de m'acheter un taco et je voulais pas non plus lui coller au basket jusqu'à son boulot.

-T'as déjà une idée de ce que tu veux comme véhicule ? C'est le mieux d'avoir une idée de base. Ou un budget de prévu.

Je réfléchis un peu.

-J'ai un bon compte en banque, mais je vais pas me ruiner pour une voiture...Donc si je pense à m'en garder de côté pour pouvoir me prendre un petit appartement, plus les session à l'Université... Je devrais pouvoir investir environ dix ou quinze milles dollars. J'imagine que je peux avoir un truc assez bien qui ne soit pas du genre "Dolorean" comme dans " Back to the futur."

J'eus un petit rire.

-Avoir une voiture à soit c'est la liberté... Et faire le taxi pour les amis aussi.

Je fis une moue hésitante.

-Mouais, possible, mais j'aime bien ma grasse matiné du samedi et dimanche matin, donc le taxi sera fermé les week-end et jours férié.

J'étais pas très taxi et de toute façon j'étais pas très sortie entre copine. Je m'étirrai pour regarder mon cadran et filai directement sous la couverture.

-T'a boulot demain et j'ai inscription demain et il est passé deux heure du mat'... Je crois qu'on devrait songer à essayer de dormir.

J'entendis rire en bas fortement.

-Eux ça fait parti du boulot ça ! dis-je en riant.

Je déposai un baiser sur le coin de ses lèvres et fermai la lumière avant de me blottir contre lui. Je ne mis pas vraiment de temps à m'endormir, mais à quatre heure quarante-quatre, tapante, je me réveillai en sursaut. Je me tournai pour voir Remy qui semblait toujours dormir et en passant une main autour de lui je senti que c'était mouillé. J'ouvris la lumière et criai au meurtre en le voyant assassiné. Un homme se tenait debout dans le coin de la chambre... Beckett. Je me réveillai d'un rêve à un autre comme ça trois à quatre fois de suite. En réalité c'était se réveiller dans un rêve, dans un autre rêve et ainsi de suite. Le genre de truc qui fait grave fliper ne sachant pas quand on est réellement réveiller. Le dernier coup je n'eus pas besoin d'ouvrir la lumière car le cadran afficha six heure. Les rayons du soleil passaient au travers du voilage des fenêtres, mon souffle était court, mes poumons brulait et Remy se tourna la tête en essayant d'éviter le soleil. Je soupirai et me levai doucement pour me rendre à la salle de bain où je me passai de l'eau sur le visage en me regardant dans la glace.

-C'était qu'un rêve... Relaxe !!!

Je retournai à la chambre après avoir pris une douche rapide. J'enfilai une robe légère blanche et noir et nouai mes cheveux en queue de cheval. Le réveil affichait maintenant sept heure. Je m'assis au bord du lit en passant délicatement une main dans les cheveux de Remy.

-Hey, dis-je doucement. Il est sept heure... T'a faim ? Je vais aller faire à manger et préparer du café. Je vais t'attendre dans la cuisine.

Je déposai un baiser sur son front et fit ce que je venais de dire. Je pris mon café, debout face à la fenêtre regardant simplement au loin, puis il arriva. Je me tournai et lui tendit une tasse de café avec un léger sourire.

-Je dois passer à l'Université, ensuite je crois que je vais en profiter pour me balader un peu dans la ville, histoire de faire mes propres point de repaire et regarder pour un appartement en même temps. Tu m'appelleras pour la voiture quand t'auras terminé ta journée ?

C'était tellement calme, aussi tôt dans la journée. Ça faisait un bien fou.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Ven 13 Avr - 18:58


On parla de son choix de voiture un moment avant qu'elle ne fasse remarquer qu'il se faisait plutôt tard et qu'on devait se lever le lendemain. Elle se coucha sous les couvertures et je la rejoignis. On entendait des rires en bas. Elle me dit que ça faisait partie du boulot. Elle déposa un baiser sur le coin de mes lèvres avant d'éteindre la lumière et se blottir contre moi. Elle s'endormit vite, mais moi, j'avais notre conversation qui me tournait dans la tête. Son envie d'avoir des enfants. Mon adoption. Peut-être que je devrais essayer de retrouver ma vrai famille. Ou peut-être pas. Je finis par m'endormir à force de cogiter là dessus.

Je me tournais quand je sentis la lumière du soleil m'effleurer le visage. Je détestais me réveiller avant l'heure. Je me rendormis plus ou moins, mais me réveillais quand Abi passa sa main dans mes cheveux. Je gardais les yeux clos, mais souris.

-Hey. Il est sept heure... T'a faim ? Je vais aller faire à manger et préparer du café. Je vais t'attendre dans la cuisine.
- J'arrive dans 5 minutes...

Elle déposa un baiser sur mon front et descendit. Je me levais et m'étirais en baillant. Je me sentais plutôt d'attaque. Je passais par la case douche matinale et m'habillais avant de descendre. Abi me tendit une tasse de café fumante quand je la rejoignis.

- Merci.
-Je dois passer à l'Université, ensuite je crois que je vais en profiter pour me balader un peu dans la ville, histoire de faire mes propres point de repaire et regarder pour un appartement en même temps. Tu m'appelleras pour la voiture quand t'auras terminé ta journée ?

Je lui souris.

- Bien sur. Je te dépose à l'Université ? C'est sur ma route. Aujourd'hui j'aurais sans doute pas le temps mais j'irais voir dans la semaine s'ils ont besoin d'un coach assistant.

Je bus mon café.

- Si t'as besoin de quoi que ce soit ou quoi, t'auras qu'à m'appeler sur mon portable. Il est toujours branché.

Je posais ma tasse sur le comptoir et je l'embrassai.

- On devrait éviter de trop tarder pour pas être à la bourre.

Nous fîmes rapidement un petit nettoyage du petit déj avant de nous mettre en route. Je souris en approchant de la fac, en fait, c'était un léger détour sur mon trajet, mais bon. Je repensais à la fac en Louisiane. Tony et ses plans d'esquive de cours. Je me garais sur le parking.

- Bon, ben... Bonne inscription.

Je pouffais soudainement de rire.

- Ne parles pas aux inconnus et n'accepte pas les bonbons.

Elle roula des yeux.

- Ok. Je reste sérieux...

Je lui fis un sourire en coin. Je l'embrassais.

- Allez, file. Je t'appelle tout à l'heure, ok ?


//je te laisse le choix de continuer ou de finir (a)

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Avant le premier rencart... Sam 14 Avr - 15:17

Une fois que Remy soit venu me rejoindre à la cuisine, je lui tendit une tasse de café. Il me remercia et je lui énumérai mon planing de la journée.

-Bien sur. Je te dépose à l'Université ? C'est sur ma route. Aujourd'hui j'aurais sans doute pas le temps mais j'irais voir dans la semaine s'ils ont besoin d'un coach assistant.

J'acquiesçai d'un signe de tête et nous bûmes notre café.

-Si t'as besoin de quoi que ce soit ou quoi, t'auras qu'à m'appeler sur mon portable. Il est toujours branché.

J'eus un petit rire.

-Je crois que je vais arrivée à m'en sortir pour une journée, sinon je crois que je vais devoir revoir ma version de l'autonomie.

Je lui souris.Il posa sa tasse sur le comptoir et m'embrassa.

-On devrait éviter de trop tarder pour pas être à la bourre.

Nous débrassâmes rapidement le comptoir et nous sortîmes pour monter dans le pick-up. Il se dirigea directement à la fac ou il ce stationna sur le parking.

-Bon, ben... Bonne inscription.

Je lui souris et mis la main sur la poignée pour sortir alors qu'il pouffa de rire. Je tournai la tête vers lui en l'interrogeant du regard.

-Ne parles pas aux inconnus et n'accepte pas les bonbons.

Je roulais des yeux.

-*Merci je me sens comme une gamine de huit ans maintenant.*

Il me dit qu'il resterait sérieux avec un sourire en coin, puis il m'embrassa légèrement.

-Allez, file. Je t'appelle tout à l'heure, ok ?

J'acquiesçai d'un signe de tête.

-Mon portable à tendance à pas capter dans les endroits clos et je compte faire un arrêt au centre-commercial. Donc si t'appelle et que je répond pas laisse un message s'il te plait.

Je lui souris et fermai la portière avant d'entrer à l'université. Ça me faisait étrange de fouler ce sol à nouveau !!!...

HS:Tu es free Wink

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Avant le premier rencart...

Revenir en haut Aller en bas

Avant le premier rencart...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée des Cinglés :: Louisville :: Habitations :: K.O'Ryan-
Sauter vers: