Qu'est-ce que la Folie ?

Partagez|

Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Dim 15 Juil - 21:56

Lorsque Kieran arriva, je me jetai littéralement dans ses bras en m'inquiètant de comment il allait et en m'assurant qu'il n'avait pas perdu son casino. Je refusais de servir de monnaie d'échange et que mon frère perdre quoi que ce soit à cause de moi.

-ça va mieux maintenant que t'es hors de danger. Et il est pas encore né celui qui me fera plier. On a quelques alliés de taille.

Je voulu le serrai de nouveau dans mes bras, mais ses yeux se posèrent sur les bandages autour de mes poignets. Il recula légèrement et je baissais les yeux avant de croiser son regard.

-*Je veux pas savoir pourquoi tu as fait ça, mais ne refais plus jamais ça, je me suis bien fait comprendre ?*

J'acquiesçai d'un simple signe de tête comme une enfant qui se faisait gronder par son père.

-Dès que tu seras en forme, tu apprendras à te défendre. Et c'est pas une proposition.

Je relevai la tête sèchement en fronçant les sourcils, comme pour l'implorer de ne pas m'imposer ça, mais je savais que c'était pas le moment de ronchogner sur ses dires.

-"Riamh Ná cuir amháin glúine, tugann suas." (ne mets jamais jamais un genou à terre, ne baisse jamais les bras) N'oublie jamais ça, petite soeur. Tu es une O'Ryan et les O'Ryan n'abandonnent jamais.

-*C'est lourd d'être une O'Ryan mon frère...*

Vraiment très lourd, surtout c'est temps si. Il se tourna pour parler au garçon et j'écoutai d'une oreille distraite. Il fit quelques demande à Zack. Je n'osais plus le regarder. J'avais tellement aimer cet homme autrefois et de savoir que son coeur battait encore pour moi, m'était difficile. Surtout que je le voyais maintenant comme un frère, ou que je m'efforçais de le voir comme tel. De toute façon j'étais certaine de mes sentiments pour Remy.

-On ferait mieux de rentrer. Enfin, je vous laisse chez moi, vous y craindrez rien, il me reste quelques détails à régler au casino.

Je m'avançai vers lui.

-Quoi ???Tu ne rentres pas avec nous ?

C'était comme parler à un mur et je n'eus aucune réponse.

-N'ouvrez à personne, sauf moi, ok ? J'ai bien peur que pour l'instant, il n'y ait pas grand monde à qui on puisse se fier. En attendant que je... m'assure de la loyauté de mes hommes, on dira qu'on est seuls contre tous.

Fallait savoir, soit on avaient des alliés de taille, soit on était seul. Le voyage jusqu'à chez lui se fit dans le silence complet. J'appuyai mon front contre la vitre passager arrière et regarder le paysage défilé, un peu déformé par la pluie qui ruisselait sur la vitre froide.Une fois arrivé nous sortîmes tous de la voiture et Kieran resta debout près de sa portière ouverte. J'avançai vers le porche tandis qu'il parlait à Remy et Harvard, puis une fois que c'est deux dernier furent à l'intérieur je me tournai vers mon frère.

-J'ai l'impression d'avoir 13 ans et de te regarder partir avec papa sans savoir si tu reviendras. Je déteste les aurevoirs !

Je tournai les talons sans un mot de plus et entrai à l'intérieur avec une mine débitée. Je le regardai partir par la fenêtre jusqu'à ce que sa voiture soit hors de mon champ de vision. Je me tournai vers les deux hommes dans le salon qui avait l'air de pas trop savoir quoi faire.

-Je vais me doucher ce serait sympa si vous pouriez commander une pizza pendant ce temps. À moins que d'ouvrir la porte à un livreur soit trop dangereux, poussai-je sarcastiquement.

Je montai les marches et me dirigeai directement vers la salle de bain. Je restai un moment sous l'eau avant d'en sortir et me sechai. J'enfilai un short très court et moulant noir avec un débardeur tout aussi moulant , mais blanc. C'était plutôt simple comme habit, mais c'était ce que j'appellais mon pyjama. Je descendis les marches et retrouvai Remy affalai dans un canapé devant la télévision, même s'il semblait plus perdu dans ses pensés que dans l'émission qui jouait et Harvard déjà concentré devant son ordinateur.

-Vous croyez qu'on va être séquestré encore longtemps ?

Je passai nerveusement les doigts de ma main gauche sur la cicatrice de mon poignet droit mis à découvert depuis que j'avais enlevé le bandage. C'était rouge et un peu gonflé, mais ça commençait à guérir. L'ambiance était mossade et je devais trouver un truc pour changer ça avant qu'on se mette tous à déprimer en choeur. Je me dirigeai vers le bar et sortit 3 bouteilles de whisky pure malte. Je les déposai sur la table basse du salon et m'assis au sol en tailleur.

-Lâchez vos truc, faut se détendre un peu.

Je me sentais soudainement interrogeai du regard.

-On joue au gamin. Vaut mieux essayer de s'amuser un peu sinon on va prendre les plies du canapé et prendre la poussière par le fait même. Alors on joue à " Je n'ai jamais ..."Un dit un affirmation par exemple, Je n'ai jamais sauter à la corde à danser. Si c'est vrai pour nous on ne bois pas si c'est faux on bois.

Je remplis les trois verres et regardai les deux hommes.

-Oh aller, ou sinon trouver mieux, mais faut faire un truc, je vais pas déprimer ma vie pendant des siècles y'en a marre. Allez c'est Zack qui commence, dis-je en forçant sur un sourire de jeune fille.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zack MacAllister

avatar
♥ Valet de Coeur ♥ Always.


✖ Messages : 28
✖ Date de naissance : 03/01/1987
✖ Bougies : 31

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Lun 16 Juil - 14:57


J'étais bien heureux que Kieran soit arrivé. ça changeait agréablement la situation... ça empêchait surtout que je me ridiculise plus. Je me sentais stupide de ne pas avoir plus surveillé mes pensées. Ce n'était pas comme si je connaissais l'existence du don de Abi depuis un bon moment ! Imbécile de MacAllister ! Kieran nous donna ses consignes avant de nous laisser chez lui.

-J'ai l'impression d'avoir 13 ans et de te regarder partir avec papa sans savoir si tu reviendras. Je déteste les aurevoirs !

Elle tourna les talons et alla se réfugier à l'intérieur. Je rentrais à mon tour, laissant Jeremy fermer la marche et la porte.

-Je vais me doucher ce serait sympa si vous pouriez commander une pizza pendant ce temps. À moins que d'ouvrir la porte à un livreur soit trop dangereux

Je haussais les épaules.

- Tu gèreras ton frère si l'un de nous meurt étouffé avec un noyau d'olive, ironisai-je.

Elle disparut dans la salle de bain. Je rejoignis ma chambre et me défis avec un immense soulagement des fringues tâchées de sang. Je les jetais directement à la poubelle. Puis, j'attrapais mon pc de "secours" et allait m'installer au salon. Je commençais à bosser sur la sauvegarde du réseau. J'avais au moins une nuit blanche de travail devant moi. Abi redescendit finalement, revêtue d'une "pyjama" qui ne cachait pas grand chose.

-Vous croyez qu'on va être séquestré encore longtemps ?
- Jusqu'au siècle prochain, marmonnai-je dans mon coin.

Je me reconcentrai sur mon ordinateur. J'entendis Abi aller vers le bar et sortir des bouteilles, je me retournais, intriguée pour la voir avec des bouteilles à la main.

-Lâchez vos truc, faut se détendre un peu.
-J'ai du boulot. Pas le temps pour la détente.

En prime j'étais pas très copain avec l'alcool.

-On joue au gamin. Vaut mieux essayer de s'amuser un peu sinon on va prendre les plies du canapé et prendre la poussière par le fait même. Alors on joue à " Je n'ai jamais ..."Un dit un affirmation par exemple, Je n'ai jamais sauter à la corde à danser. Si c'est vrai pour nous on ne bois pas si c'est faux on bois.

Je soupirais, j'avais vraiment pas envie de perdre du temps avec ça. Elle remplit les trois verres.

-Oh aller, ou sinon trouver mieux, mais faut faire un truc, je vais pas déprimer ma vie pendant des siècles y'en a marre. Allez c'est Zack qui commence

Elle sourit. Je fronçais les sourcils.

- Tu sais très bien que je ne bois pas, Abi.

Jeremy me fixa l'air moqueur.

- Allez, Harvard, lâche ton ordi un peu, il va pas s'enfuir en courant.

Lui, il était sans doute pas du genre à utiliser son ordinateur pour autre chose que surfer sur le web. Je me levais et les rejoignis.

- Venez pas vous plaindre après !

Je m'assis là où il restait de la place.

- Très bien... alors... j'ai jamais joué à un jeu plus con que ça !

Remy ricana et but, en solitaire.

- Bon, ben j'crois que c'est à moi... Je me suis jamais réveillé sans gueule de bois au lendemain d'une fête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Mar 17 Juil - 12:29

J'avais besoin de me changer les idées et je n'avais rien trouvée de mieux que de jouer à un jeu de beuverie digne d'une soirée du vendredi à la fac. Zack était loin d'avoir envie de jouer et je savais qu'il tenait pas l'alcool, du moins autant que moi. En revanche, Rem' semblait tout à fait d'accord pour jouer le jeu. J'annonçai fièrement que je laissais le premier tour à Harvard. Il vint nous rejoindre sans trop de conviction.

-Tu sais très bien que je ne bois pas, Abi.

Je lui lançai un regard suppliant.


-Allez, Harvard, lâche ton ordi un peu, il va pas s'enfuir en courant.

J'étouffai un petit rire, mais c'était le genre de réplique capable de frustrer Zack.

-Venez pas vous plaindre après !

Je souris largement, fier de l'avoir convaincu. Remy s'avança sur le fauteuil pour s'approcher un peu, je m'adossai contre ses jambes en restant assise au sol et Zack pris place face à moi de l'autre côté de la table de salon.

-Très bien... alors... j'ai jamais joué à un jeu plus con que ça !

Je ne laissai mon verre sur la table et Zack aussi, mais Remy ricana et but le siens. Je levai les yeux vers lui en me moquant légèrement.

-Y a vraiment plus stupide que ça comme jeu ? m'étonnai-je.

Selon moi ça battait des records et quand on annonçait qu'on avait jouer à ce jeu, on avait toujours droit au même commentaire , "Mon dieu ! Tu n'avais rien à faire..." et c'était généralement vrai, comme en ce moment.

-Bon, ben j'crois que c'est à moi... Je me suis jamais réveillé sans gueule de bois au lendemain d'une fête.

Je pris mon verre et le callai cul sec et rempli les verres vides en riant.

-Je n'ai jamais été infidèle.

Je laissai mon verre sur la table et je crus me rendre compte que Zack défiait Remy de boire en le toisant du regard. Je me levai rapidement.

-Ok je crois qu'on va changer de jeu, c'est pas une si bonne idée tout compte fait !

Je préfèrais qu'on évite de s'entretuer le premier soir.

-On a pas le droit de sortir, mais je présume qu'on à quand même accès à la terrasse et à la piscine non ?

Remy m'emboita le pas et je poussai Zack dehors presque de force en fermant le rabat de son portable. Il allait avoir en masse de temps pour pianoter dans les prochains jours. Nous déposâmes verres et bouteilles sur la table patio. Je retirai mon débardeur et mon short et pris une bouteille avant de détacher mes cheveux d'une main libre. Ce n'était pas un maillot de bain, mais il y avait pas une grande différence entre des sous-vêtements noir et un maillot de bain selon moi. Je descendis à la piscine et me tournai vers les deux gars qui me regardaient.

-Oh pitier... Vous avez déjà vu une fille en sous-vêtements et j'ai pas de maillot, ne me regarder pas comme si je venais de faire l'impensable.

Je pris une longue gorgée à même la bouteille et leur souris.

-Aller... Y parrait que l'alcool fait moin d'effet quand on est dans l'eau. Trouvez un jeu et ne me tirez pas de tête, on a le droit de s'amuser même quand on a passé la vingtaine.

Je restai appuyé sur le bord de la piscine et me mordit la lèvre inférieur en leur faisant les beau yeux pour les suddoyés.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 34

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Mer 18 Juil - 12:32


Abi semblait décidée à nous faire jouer à un jeu d'alcool, mais Harvard était réticent - réaction d'intello, si vous voulez mon avis. Il finit quand même par céder et lança qu'il n'avait jamais joué à un jeu plus stupide. Je ricanais et bus, le seul de nous trois. ça commençait bien. Abi leva les yeux vers moi moqueuse.

-Y a vraiment plus stupide que ça comme jeu ?
- La bouteille... entre autres. Le 21.

Tous les jeus d'alcools étaient stupides généralement. Vu que c'était mon toour, je lançais que je m'étais jamais réveillé un lendemain de soirée sans gueule de bois. Cette fois, Zack et Abigail vidèrent leurs verres. Abi les remplit de nouveau en riant.

-Je n'ai jamais été infidèle.

Ni elle ni Zack ne touchèrent à leurs verres. Le second me regarda fixement, avec un air bizarre sur la figure. Abi se leva précipitamment.

-Ok je crois qu'on va changer de jeu, c'est pas une si bonne idée tout compte fait !

Euh, c'était juste Harvard qui "pétait une durite", moi j'avais rien fait.

-On a pas le droit de sortir, mais je présume qu'on à quand même accès à la terrasse et à la piscine non ?

Je haussai les épaules et me levais à mon tour pour la suivre. Elle traina limite de force un Harvard pas motivé et rabattit l'écran de son ordinateur, histoire d'être sure qu'il ne joue pas les bourreaux du travail. Je retins un rire. Elle avait ramené les bouteilles et les verres. Après les avoirs posés, elle se mit en sous-vêtements et détacha ses cheveux avant d'aller dans l'eau, puis elle se tourna vers nous.

-Oh pitier... Vous avez déjà vu une fille en sous-vêtements et j'ai pas de maillot, ne me regarder pas comme si je venais de faire l'impensable.
- C'est bien la première fois que j'entends une fille qui gueule pas quand on la voit en sous vêtements, fis-je avec un léger rire.

Elle but une longue gorgée d'alcool.

-Aller... Y parrait que l'alcool fait moin d'effet quand on est dans l'eau. Trouvez un jeu et ne me tirez pas de tête, on a le droit de s'amuser même quand on a passé la vingtaine.

Elle nous fis les yeux doux.

- Ouais, mais tu flottes moins bien quand t'es bourré.

J'eus un sourire en coin avant de me mettre en caleçon et sauter à l'eau. Harvard resta perché sur le bord de la piscine pas décidé à descendre à l'eau. Je me rapprochai d'Abi et lui pris la bouteille avant de boire.

* Je crois qu'il a besoin d'aide pour venir dans l'eau.*

Je sortis de l'eau et avec nonchalance, me dirigeai vers Harvard le bougon de service, histoire de lui donner un coup de main pour aller nager un peu. Ce qui n'eut pas l'air de trop lui plaire. Fallait avouer que finir dans une piscine habillé, c'était pas forcément top.

- Ah putain ! Tu fais chier, Reagan.

Je ne pus m'empêcher de rire. J'allais chercher les bouteilles restants et en tendis une à Harvard qui l'accepta de mauvaise grâce.

- Pour le jeu... Je sais pas. En général, ça se fait plutôt autour d'une partie de cartes. C'est le plus simple pour les jeux à boire. Et un peu plus équitable aussi, plus de chances que tout le monde finisse par boire.

Sur ce, je débouchai ma bouteille pour boire un coup, tandis que Harvard se débattais avec ses fringues trempées.

- Donc, en gros, on reste dans la flotte et on boit ? Y en a vraiment qui ont besoin de peu pour s'amuser...

Tout bonnement désespérant ce mec. Il pouvait pas se comporter en mec normal au moins quelques heures , au lieu de ne penser qu'à bosser ?

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Lun 23 Juil - 12:33

Je ne savais carrément pas ce que je faisais, mais je ne pensais plus à ce que j'avais endurer c'est dernier temps, donc ça vallait la peine. Je leur dit de venir me rejoindre à l'eau et que à ce qu'il parait on sentait moins l'effet de l'alcool une fois à la flotte.

-Ouais, mais tu flottes moins bien quand t'es bourré.

Il eut un sourire en coin et j'eus un petit rire. Il se déshabilla pour finir en simple boxer et sauta à l'eau pour me rejoindre. Il s'approcha de moi tandis que Zack resta debout sur le bord de la piscine avec un air blasé au plus haut point. Remy me prit la bouteille des mains avant de boire un peu.

-* Je crois qu'il a besoin d'aide pour venir dans l'eau.*

Je lui fis un large sourire et il me redonna la bouteille avant de sortir de la piscine.En moins temps qu'il avait mis pour sortir, il poussa Harvard à l'eau ce qui me fit éclatter de rire même si ce dernier ne semblait pas dutout apprécier.

-Ah putain ! Tu fais chier, Reagan. maugréa-t-il en se débattant avec ses vêtements.

Remy ne su pas retenir un rire et alla chercher les bouteilles restantes pour en donner une à Zack. Ce dernier l'accepta non pas sans fusiller Remy du regard.

-Pour le jeu... Je sais pas. En général, ça se fait plutôt autour d'une partie de cartes. C'est le plus simple pour les jeux à boire. Et un peu plus équitable aussi, plus de chances que tout le monde finisse par boire.

Je haussai les épaules avec un demi-sourire.

-Donc, en gros, on reste dans la flotte et on boit ? Y en a vraiment qui ont besoin de peu pour s'amuser...

J'affirmai d'un signe de tête.

-C'est exactement ça mon grand savant !

Je lui souris et m'approchai de lui. À force il avait réussi à se défaire de son pantalon qu'il avait envoyé valsé sur le pavé autour de la piscine. Je déboutonnai sa chemise et l'aidai à la retirer, puis je la mis au côté de son pantalon.

-Le jeu de carte c'est pas mal, mais dans la piscine c'est nase et j'ai pas envie de sortir... En revanche on a chacune bouteille...

Je regardai la mienne qui était légèrement commencé vu les gorgées pris par Zack et Remy un peu plus tôt.

-Nous sommes à part égale. Chacun 26 onces avec le même pourcentages d'alcool. Donc concours de rapidité ... Le premier qui fini sa bouteille gagne.

Je levai ma bouteille et commençai à boire. Plus l'alcool descendait plus j'avais l'impression de me faire observer étrangement. Je relâchai la bouteille et regardai son contenue. J'en avais caller presque la moitié d'un coup.

-Bah il vous reste pas grand temps pour commencer ou je vais gagner...mais on gagne quoi ?

J'eus un petit rire.

-Disons que celui qui gagne clamera lui même son prix ... Est-ce que ça vous va ?

Je m'amusais, c'était paisible, pas de kidnappeur en vue et personne pour nous prendre la tête. Je voyais pas ce qu'il y avait de mal à se détendre comme 3 êtres humain normal!


_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zack MacAllister

avatar
♥ Valet de Coeur ♥ Always.


✖ Messages : 28
✖ Date de naissance : 03/01/1987
✖ Bougies : 31

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Lun 23 Juil - 17:55


J'étais pas vraiment chaud pour boire. C'était pas très responsable dans la situation actuelle. Je n'avais pas envie que Kieran en fasse une maladie. Mais Reagan m'avait foutu à l'eau. Résultat je mis un moment à enlever mon pantalon.

-C'est exactement ça mon grand savant !

Elle s'approcha de moi en souriant et m'enleva ma chemise. J'étais assez mal à l'aise. Elle la balança à côté de mon pantalon. Heureusement que je n'avais pas mon téléphone portable, il serait carrément mort noyé.

-Le jeu de carte c'est pas mal, mais dans la piscine c'est nase et j'ai pas envie de sortir... En revanche on a chacune bouteille...

Oh non c'était pas vrai. Elle fixa rapidement sa bouteille.

-Nous sommes à part égale. Chacun 26 onces avec le même pourcentages d'alcool. Donc concours de rapidité ... Le premier qui fini sa bouteille gagne.
- Et tu pensais qu'il y avait rien de plus stupide comme jeu que "je n'ai jamais" ?

J'eus un léger sourire. Il avait pas tort, là. Elle commença à boire et ne s'arrêta à moitié bouteille tandis qu'on la fixait, un peu bouche-bée.

-Bah il vous reste pas grand temps pour commencer ou je vais gagner...mais on gagne quoi ?

Elle rit.

-Disons que celui qui gagne clamera lui même son prix ... Est-ce que ça vous va ?

Kieran allait me tuer. Je haussais les épaules.

- ça roule. J'ai la meilleur descente de la Nouvelle Orléans, prenez en de la graine les mômes!
- C'est de la triche, t'as une bouteille moitié entamée !

Si je m'enfilais ne serait-ce que la moitié, j'étais certain d'être totalement sec. Mais autant pisser dans un violon.

- Ok, les jeunes , prêts ? ... 3... 2 ... 1... Buvez !

Je n'eus pas d'autres choix que boire, j'allais pas me dégonfler alors que même Abi buvait. Je fermais les yeux et essayait de boire sans "faire gaffe à ce que j'avalais". C'était même plus gober qu'avaler d'ailleurs. Je m'étouffais presque sur la fin. Je posais la bouteille sur le rebord. Le bruit sonna bizarre à mes oreilles. J'y voyais un peu trouble. Je regardais les deux autres... Enfin, juste deux si je plissais les yeux. Ils avaient pas fini.

- J'ai f-f-fait... Mieux q-q-que v-v-vous ! B-b-ban-bande de lo-lo-lo-lopettes...

Je les regardais et un drôle de rire sorti de ma bouche. Je souris stupidement.

- J'ai d-d-droit à q-q-quoi c-c-c-omme p-p-prix ?

J'arrivais même pas d'articuler.

- Nooon... Tsé q-quoi ? J'veux même p-p-p-pas de p-p-p-prix ! J'veux j-j-juste que tu m'dises c-c-c'que tu r'ssens p-p-pour moi... Sincèrement....

J'avais la tête qui tournait un peu. Beaucoup.

- J'vais gerber...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Lun 23 Juil - 22:04

Soit j'étais entrain de perdre la tête, soit j'étais vraiment insouciante, mais je venais de proposer un concours de callage à Remy et Zack. Je leur dit que celui qui gagnait avait le droit de choisir son prix.

-ça roule. J'ai la meilleur descente de la Nouvelle Orléans, prenez en de la graine les mômes!

Je sais pas si c'était l'effet de l'alcool, mais Remy me paraissait encore plus sexy que d'habitude.

-C'est de la triche, t'as une bouteille moitié entamée !

Je pouffai de rire. Ça allait rien changer. C'était officiel que je n'allais pas gagner.

-Ok, les jeunes , prêts ? ... 3... 2 ... 1... Buvez !

Je levai ma bouteille et voyais que le ciel et les étoiles qui devenaient de plus en plus flou et ma gorge qui brulait un max, puis le bruit d'une bouteille vide résonna sur le bord de la piscine. J'étais presque certaine que c'était Remy, mais je fis les yeux ronds et éclattai carrément de rire en voyant que c'était Zack.

-Pour quelqu'un qui ne veut pas boire...

J'arrivais encore à alligner une phrase correctement, mais j'avais cet espèce de sourire débile d'estamper sur le visage et ce gout monstre de rire pour rien.

-J'ai f-f-fait... Mieux q-q-que v-v-vous ! B-b-ban-bande de lo-lo-lo-lopettes...

Ok comment ne pas rire. Je réussi à peine à le comprendre lorsqu'il dit qu'il demanda à quoi il avait droit comme prix ou un truc du genre.

-Nooon... Tsé q-quoi ? J'veux même p-p-p-pas de p-p-p-prix ! J'veux j-j-juste que tu m'dises c-c-c'que tu r'ssens p-p-pour moi... Sincèrement....

Hahaha....

-QUOI ?

Oh non il ne pouvait pas me faire ça ! Comment désaouler une femme en une leçon facile écrit par Zack MacAllister....

- J'vais gerber...

J'échangeai un regard avec Remy. On était bien déchiré, mais l'envie de rire nous avaient soudain passé. Nous aidâmes Zack à sortir de l'eau et je voulus courrir à l'intérieur pour aller lui chercher une serviette, mais j'avais oublié que le carrelage avec des pieds mouillés c'était glissant. Je m'écrasai au sol avec une nouvelle crise de rire, puis je ramassai 3 serviettes que je sorti dehors. J'en passai une autour des épaules de Zack qui était adosser au mur de la maison assis au sol.

-Ça va aller ?

Son regard me relançait simplement la question. Je me trouvais à être dos à Jeremy, mais même sans voir ses yeux , je n'osais pas parler et mon don allait carrément résonner jusqu'en Chine vu le taux d'alcool que j'avais dans le sang.

-Je t'ai aimée ... sincèrement et de tout mon coeur. J'ai réellement cru que nous deux ça pouvait marcher et que l'on était des âmes-soeur, mais même si j'ai mis beaucoup de temps pour passer à autre chose après notre rupture...

J'eus un soudain haut de coeur. Si le mélange d'alcool était proscrit fallait avouer que le mélange beuverie et sentiments était bien pire.

-Après notre... Fin aujourd'hui je suis amoureuse de Remy. Tu comptes beaucoup... même plus que beaucoup pour moi, mais ...

Je n'arrivais pas à dire que je ne l'aimais plus. Mon coeur battait encore pour lui même si j'aimais vraiment Remy.

-C'est moi qui vais être malade...

Je me relevai et me rendit de peine et de misère dans la salle de bain et je crois qu'il eut le double de ce qui était entré qui venait de sortir en moins de 10 minutes. Là je me mis à réaliser ce que j'avais dit, l'ampleur de la situation, comment Kieran allait me tomber dessus pour avoir caller ses 3 bouteilles de Scotch. Je me levai et me passai de l'eau froide sur le visage, je me brossai les dents même si le goût de la pâte à dents était vraiment horrible en ce moment. Je filai ensuite à ma chambre et enfilai un pantalon de survêt' gris beaucoup trop grand et un débardeur noir moulant. Je nouai mes cheveux en une queue de cheval négligée et descendis lentement sur la terrasse où se trouvaient les deux hommes de nouveau habillé avec des vêtements sec.

-Je crois que j'ai trop bu... Non en fait j'ai trop bu ! Je devrais aller me coucher je crois, mais j'arriverai pas à dormir.

Je m'assis sur une chaise et je sentais l'ambiance vraiment très lourde.

-Est-ce qu'on pourrait faire comme si j'avais rien dit ?

Je doutais de la réponse et c'est d'ailleurs pour ça que je regardais mes pieds.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 34

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Mar 24 Juil - 17:10


Abi lança l'idée d'un concours-descente, ce qui me fit rire un peu, j'en rajoutais une couche. Je lançais donc le concours descente, mais à ma surprise, Zack finit le premier. Abi éclata de rire.

-Pour quelqu'un qui ne veut pas boire...
- Joli descente...

Je pris la peine de terminer les deux-trois gorgées qui restaient dans ma bouteille.

-J'ai f-f-fait... Mieux q-q-que v-v-vous ! B-b-ban-bande de lo-lo-lo-lopettes...

Il bafouilla encore pour demander son prix, mais j'étais trop mort de rire pour entendre ce qu'il disait totalement.

-Nooon... Tsé q-quoi ? J'veux même p-p-p-pas de p-p-p-prix ! J'veux j-j-juste que tu m'dises c-c-c'que tu r'ssens p-p-pour moi... Sincèrement....
-QUOI ?

Ouh, j'aimais pas trop beaucoup ça moi. Abigail tirait une drôle de gueule.

- J'vais gerber...

J'échangeai un regard avec Abi et nous sortîmes Zack de l'eau. Elle courut à l'intérieur chercher des serviettes tandis que j'aidais Zack à s'asseoir. Il était un peu verdâtre. Abi revint avec les serviettes et en posa une sur les épaules de Harvard.

-Ça va aller ?

Il se contenta de la regarder, un peu vaseux, un peu interrogateur.

-Je t'ai aimée ... sincèrement et de tout mon coeur. J'ai réellement cru que nous deux ça pouvait marcher et que l'on était des âmes-soeur, mais même si j'ai mis beaucoup de temps pour passer à autre chose après notre rupture...

BAM prenez vous ça dans la gueule les mecs.

-Après notre... Fin aujourd'hui je suis amoureuse de Remy. Tu comptes beaucoup... même plus que beaucoup pour moi, mais ...

Mais ? La suite vint pas.

-C'est moi qui vais être malade...

Elle se releva et rentra en direction de la salle de bain sans doute. Je me séchais rapidement et renfilais mes fringues avant de rentrer chercher des fringues à Harvard. Je les lui balançais sans prêter attention à ce qu'il faisait.

-Je crois que j'ai trop bu... Non en fait j'ai trop bu ! Je devrais aller me coucher je crois, mais j'arriverai pas à dormir.
- C'est toi qui a voulu qu'on fasse des jeux avec de l'alcool.

Je haussais légèrement les épaules. Elle s'assit sur une chaise.

-Est-ce qu'on pourrait faire comme si j'avais rien dit ?
- On peut faire semblant de faire ça. L'eau renversée ne retourne pas dans son bol...

Mais on pouvait pas l'ignorer non plus. Ou alors, fallait se mettre une murge de tous les diables pour plus s'en souvenir après. Ce qui était aussi faisable, du moment que j'étais apte à bosser le lendemain.

- J'crois qu'il vaut mieux arrêter de boire ce soir... Harvard pourrait faire concurrence à de la vase vu la couleur de son visage... C'est plus ... sage de s'arrêter là pour ce soir.

Et c'était moi qui disait ça.

- Tout le monde au lit. Je prouverai ma suprématie la prochaine fois.

J'aidais Abi à se relever et avec un peu (beaucoup) de mauvaise foi, j'aidais aussi Zack à se remettre sur ses pattes. Il était a peine un peu moins vert. Je montais dans la chambre qu'Abi avait occupé la dernière fois.

- Je serais sans doute pas là demain matin. Si je manque un jour de plus de boulot, j'vais me faire virer.

J'embrassai Abi.

- Essaye de dormir ça ira un peu mieux après une nuit de sommeil.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Jeu 26 Juil - 11:30

Finalement je n'avais pas eu l'idée du siècle avec ce concours de déscente. Le temps à rire avait été bien moindre en comparaison à celui où j'allais être mal à l'aise. La question de Zack avait carrément miner l'ambiance et après coup je me dis que j'aurais peut-être du mentir. Je retournai au près d'eux malgré tout, je pouvais pas non plus me cacher comme une gamine. Je m'assis sur une chaise et fini par demander si on pouvait faire comme si je n'avais rien dit.

-On peut faire semblant de faire ça. L'eau renversée ne retourne pas dans son bol...

Je continuai de fixer mes pieds en gardant le silence. Je me sentais mal autant à cause de l'alcool qu'à cause de l'ambiance.

-J'crois qu'il vaut mieux arrêter de boire ce soir... Harvard pourrait faire concurrence à de la vase vu la couleur de son visage... C'est plus ... sage de s'arrêter là pour ce soir.

Je n'allais surement pas protester, de toute façon je n'avais plus aucune envie de boire.

-Tout le monde au lit. Je prouverai ma suprématie la prochaine fois.

Il m'aida à me lever et Zack aussi, même si je sentais bien qu'il aurait eu envie de nous laisser là comme de vulgaire chaussette sale. Ça me faisait extrêmement mal, parce que je l'aimais sincèrement. Je l'avais blessé et je ne pouvais pas revenir en arrière. Décidément ça n'allait pas en s'arrangeant. Zack fila directement vers sa chambre au premier étage, alors que je talonnai Remy jusqu'au deuxième. Je ne pris même pas la peine de me déshabiller et filai directement sous la couverture.J'avais les larmes au bord des yeux, des palpitations cardiaques et je me couchai en boule en remontant la couverture sur mes épaules, puis je fixai une lumière qui provenait de l'extérieur par la fenêtre.

- Je serais sans doute pas là demain matin. Si je manque un jour de plus de boulot, j'vais me faire virer.

Il m'embrassa un peu sèchement. Avant de se coucher lui aussi.

-Essaye de dormir ça ira un peu mieux après une nuit de sommeil.

Des larmes roulèrent de mes joues silencieusement pour finir leur courses sur mon oreiller, seul quelques reniflement trahissait la situation. Je me retournai et me blottis contre lui. Il se raidit quelques peu, mais je laissai ma tête sur son épaule. Il ferma la lumière sans dire un mot.

-Remy je suis désolé... Je t'aime comme jamais je n'ai aimé qui que ce soit...Je t'en conjure crois moi...

Je fini par m'endormir en attendant une quelconque réaction qui ne vint pas. Au matin lorsque les rayons du soleil percèrent le voilage de la fenêtre, j'entre-ouvris les yeux pour me rendre compte que j'étais seule dans mon lit. Je restai couché sans bouger un long moment en me rongeant de l'intérieur. Pas de mot, pas de message texte, ni de message sur le répondeur... Est-ce que j'avais signé l'arrêt de notre couple avec cette soirée regrettable ? Mon coeur ce mit à battre la chamade à cette seul pensée et je me passais nerveusement la main dans les cheveux en me levant du lit. Je pris le pull chaud qu'il avait laissé sur le coin du bureau et l'enfilai. Il ne faisait pas froid, mais je m'enfouis le visage dans le col et respirai son odeur longuement. Je fini par trouver le courrage de descendre en bas. Harvard était assis à la cuisine avec un café et pianotait déjà sur son pc. Je lui jetai un bref coup d'oeil et allai me servir un café également.

-Tu as croisé Remy avant qu'il parte ? Il t'a dit quelques chose ?

-*Bon matin Zack ! ... Bravo pour le tact Abi...*

Le bruit de la cuillère qui choquait les paroies de la tasse me résonnait dans la tête comme dans une concerve vide. Je tirai une chaise en grimaçant légèrement contre le bruit qu'elle faisait en frottant sur le parquet de la cuisine.

-Est-ce que Kieran à donné signe de vie ?

Je pris une gorgée de mon café et poussai un soupire.

-Zack ! Lâche ton ordinateur s'il te plait et parle moi... Je suis désolé pour hier soir, j'aurais du t'écouter ...Ne pas faire de jeu d'alcool, mais c'est fait, ta question à été posé et je t'ai répondu, mais tu n'as rien dit...

Pas que je tenais à remettre ça sur le tapis, mais tant que ça n'allait pas être régler, je n'allais pas réussir à passer à autre chose.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zack MacAllister

avatar
♥ Valet de Coeur ♥ Always.


✖ Messages : 28
✖ Date de naissance : 03/01/1987
✖ Bougies : 31

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Jeu 26 Juil - 13:59


J'aurais jamais mais vraiment jamais du boire autant. Je me sentais... à la limite de vomir. Vraiment. J'étais à peine dans ma chambre que je m'écroulais sur mon lit pour m'endormir comme j'étais tombé, sans même me déshabiller. Je me réveillais dans un état encore pire. je descendis à la cuisine, les yeux moitié fermés et essayai d'améliorer mon état à grand renfort d'aspirine, d'eau froide et de café brûlant. Puis je me mis devant mon pc et me lançais dans mon travail, un mug de café limite bouillant à côté de moi. Au bout d'un moment, je vis Abi passer devant moi et se servir un café.

-Tu as croisé Remy avant qu'il parte ? Il t'a dit quelques chose ?
-*Bon matin Zack ! ... Bravo pour le tact Abi...*


Je me massais légèrement les temps. Je m'étais rendu ridicule la veille, j'avais pas envie de m'étaler là dessus.

-Est-ce que Kieran à donné signe de vie ?

Elle tira une chaise pour s'asseoir, je fixais mon écran d'ordinateur, mais mes doigts étaient immobiles sur les touches, je regrettais la discussion qui pouvait suivre. Elle soupira.

-Zack ! Lâche ton ordinateur s'il te plait et parle moi... Je suis désolé pour hier soir, j'aurais du t'écouter ...Ne pas faire de jeu d'alcool, mais c'est fait, ta question à été posé et je t'ai répondu, mais tu n'as rien dit...

Je relevais les yeux et la fixais simplement.

- Que je dise quoi ? " Super, tu m'aimes encore, mais t'aime encore plus un autre mec que moi, et ça me fout les boules" ?

Je secouais la tête.

- J'ai croisé ni Remy, ni Nuada. ça fait pas longtemps que je suis débout.

Je savais même pas quoi lui dire. J'aurais jamais du poser cette foutue question la veille. Je fixais un instant Abi avant de me mettre à rire. Je partis dans un fou rire incontrôlable. Quand je réussis à me calmer un peu, j'essuyais mes larmes d'hilarité, en fixant Abi.

- Tu verrais ta tronche... L'alcool ça te réussit vraiment pas...

Je pouffais de rire. C'était débile, je devais avoir au moins autant sale trogne qu'elle. Je me mis de nouveau à rire, à croire que j'avais pas vraiment fini de décuver.

- Ecoute, j'peux pas faire semblant de rien ressentir pour toi... Et... Franchement... Le fait que même toi tu... m'aimes encore... J'suis sens faire quoi moi ? Trouver quelqu'un d'autre ? J'aurais été comme Jeremy ou Kieran, ça aurait pas été un soucis. Mais le mec dont le surnom c'est le nom de la plus prestigieuse fac du pays... ça attire pas des masses.

Je haussais les épaules. A vrai dire, j'avais jamais rencontré personne avec qui je sois aussi à l'aise que lorsque j'étais avec Abigail. Je soupirais.

- Me refait plus jamais boire comme ça et... ça n'arrivera plus.

Je me levais et déposais un baiser sur sa joue. Même si j'aurais préféré ses lèvres. Ta gueule Zack.

- J'essaierai de faire un effort. Jeremy a l'air d'un mec bien. Tu t'inquiète trop Abi. Tu vas finir aussi ridée que ton père avec un paquet d'années d'avance.

Je lui fis un clin d'oeil.

- T'veux manger un truc ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Lun 30 Juil - 13:18

J'avais un mal de tronche de tout les diables, une humeur plus ou moins massacrante et en prime j'étais confrontée seule à seule avec ack. Au mémoire de la soirée de la veille, disant que la tension était palpable. Je lui sommai de fermer son ordinateur et de me parler. Je n'étais pas de celle qui arrivait à faire comme si de rien n'était. Il leva simplement les yeux de son écran pour me regarder par-dessus.

-Que je dise quoi ? " Super, tu m'aimes encore, mais t'aime encore plus un autre mec que moi, et ça me fout les boules" ?

Je poussai un long soupire. Finalement on allait jamais réussir à passer à travers cette situation à moins de faire semblant. Il secoua la tête.

-J'ai croisé ni Remy, ni Nuada. ça fait pas longtemps que je suis débout.

Je haussai les épaules et vont pour prendre une gorgée de café, pile au moment où Harvard se mit à rire comme un cinglé. Je fronçai les sourcils. Il en pleurait tellement il était mort de rire, si bien que je passai près de rire également par contagieons.

- Tu verrais ta tronche... L'alcool ça te réussit vraiment pas...

Il pouffa de rire de nouveau. Je trempai mes doigts dans mon verre d'eau et lui balançai les gouttes froides en plein visage. Je fini par secouer la tête avec un léger sourire.

-Ecoute, j'peux pas faire semblant de rien ressentir pour toi... Et... Franchement... Le fait que même toi tu... m'aimes encore... J'suis sensé faire quoi moi ? Trouver quelqu'un d'autre ? J'aurais été comme Jeremy ou Kieran, ça aurait pas été un soucis. Mais le mec dont le surnom c'est le nom de la plus prestigieuse fac du pays... ça attire pas des masses.

Je baissai les yeux.

-Tu n'essaies même pas de trouver quelqu'un d'autre. Tu es accros à moi depuis qu'on a 13 ans et ça ne t'es jamais passé.

Comme une âme-soeur qui lui était refusée. Il fini par soupirer d'un air désinvolte.

-Me refait plus jamais boire comme ça et... ça n'arrivera plus.

Je pris finalement ma gorgée de café . Il vint poser un baiser sur ma joue.

-J'essaierai de faire un effort. Jeremy a l'air d'un mec bien. Tu t'inquiète trop Abi. Tu vas finir aussi ridée que ton père avec un paquet d'années d'avance.

Il me fit un clin d'oeil.

- T'veux manger un truc ?

Je me levai et me plaçai face à lui. Je pris son visage entre mes mains et fermai les yeux en l'embrassant langoureusement. Il y avait ensuite la question qui résonnait de partout "Pourquoi tu fais ça ?"... C'était simple... Je voulais savoir si je ressentais toujours quelques chose pour lui, est-ce que mon coeur appartenait à une seul personne ou est-ce que j'étais fragile au point de risquer une amitiée et une relation qui fonctionnait bien ? Je me reculai et le regardai un instant. Je lui souris sincèrement.

-Je n'ai pas faim, mais merci...

Je laissai ma tasse de café en plan et filai à l'étage je m'habillai d'une jolie robe soleil blanche, des tongs et je détachai mes cheveux qui descendait en une longue cascade de vague jusqu'au milieu de mon dos. Je descendis ensuite les marches avec un sourire resplandissant. Zack tirait toujours une drôle de tête. Je posai mes mains sur ses épaules en lui souriant toujours.

-Tu trouveras la femme parfaite pour toi, tu trouveras la femme qui saura te combler de bonheur. Tu crois que c'est moi, car tu n'as jamais essayé de trouver ailleurs, mais je te rend tellement malheureux...

Je le relâchai.

-J'aime Jeremy, j'en suis certaine. Tu occuperas toujours une place importante pour moi, mais je ne t'aime plus de la même façon qu'autrefois Zack. Je suis certaine qu'il y a une brillante jeune femme quelques part qui est fait pour toi.

Je fini mon café et sorti mes livres de littérature que je posai sur la table. J'agissais comme si rien n'avait eu lieu. N'en tenait qu'à Zack de jouer le jeu ou de finalement ce vider le coeur.

-Je dois étudier Othello pour un examen, ça te dirait de m'aider à réviser ? Si tu es trop occupé sur ton programme c'est correct, je comprendrai. Je pourais t'aider ???

Je fini de tout placer sur la table et l'interrogeai du regard.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zack MacAllister

avatar
♥ Valet de Coeur ♥ Always.


✖ Messages : 28
✖ Date de naissance : 03/01/1987
✖ Bougies : 31

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Lun 30 Juil - 18:23


J'essayais de parler d'un ton désinvolte, mais je devais avouer que c'était largement contraire à ce que je ressentais réellement. Elle se leva et se plaça face à moi et pris mon visage entre ses mains. Et m'embrassa.

* Qu'est-ce que tu fais ?*

Elle finit par se reculer légèrement en souriant. Je restais figé.

-Je n'ai pas faim, mais merci...

Elle laissa son café et monta à l'étage. Je ne savais plus où donner de la tête. Elle redescendit, vêtue d'une robe et les tongs aux pieds. Elle avait laissé ses cheveux détachés. Elle vint vers moi et posa ses mains sur mes épaules, sans cesser de sourire.

-Tu trouveras la femme parfaite pour toi, tu trouveras la femme qui saura te combler de bonheur. Tu crois que c'est moi, car tu n'as jamais essayé de trouver ailleurs, mais je te rend tellement malheureux...

Elle me relâcha.

-J'aime Jeremy, j'en suis certaine. Tu occuperas toujours une place importante pour moi, mais je ne t'aime plus de la même façon qu'autrefois Zack. Je suis certaine qu'il y a une brillante jeune femme quelques part qui est fait pour toi.

Je me détournai un instant. J'en étais pas aussi sur qu'elle... Je l'entendis sortir des livres.

-Je dois étudier Othello pour un examen, ça te dirait de m'aider à réviser ? Si tu es trop occupé sur ton programme c'est correct, je comprendrai. Je pourais t'aider ???
-Othello, hein ? "J'aimerais mieux être un crapaud et vivre des vapeurs d'un cachot que de laisser un coin dans l'être que j'aime à l'usage d'autrui!"

Merci, Shakespeare, d'avoir su en ton époque éloignée, trouver les mots pour décrire ce que je ressens ! Amen... Ok, c'était un peu... malvenu de faire cette citation-là.

- Tu ne pourrais pas m'aider en grand-chose, à moins que tu m'aies caché des talents en informatique ? Mais moi je peux t'aider sur Othello. ça sert d'être un génie des fois !

Sauf quand il était réellement question d'amour.... Là, j'étais qu'une grosse bille. Et, évidemment, avec Abigail, c'était encore moins facile.

- Tu sais, j'ai déjà essayé de sortir avec une autre fille. C'était à la fac. Et c'était lamentable. Tu me rends pas malheureux... Enfin... Si... Mais... Rooh, et puis merde Abi. Je t'aime et j'ai jamais rencontré personne qui t'arrives ne serait-ce qu'à la cheville. Et j'me fous que ton don puisse nous attirer des ennuis. Je fais partie de la mafia, c'est déjà un paratonnerre à emmerdes... J'suis juste heureux quand t'es là ... Et quand tu m'souris. ça me donne l'impression d'être réellement important, tu vois. De pas être juste une encyclopédie sur patte qui fait des miracles avec son intelligence qui surpasse le commun des mortels !

Je me tus. J'aurais préféré dire ça la veille, ivre. J'aurais eu une excuse.

- J'suis heureux que tu aies trouvé quelqu'un que t'aime vraiment, et qui t'aime vraiment en retour. Tu le mérites. Simplement, tu pourras jamais éviter que j'aurais aimé être à la place de Jeremy. C'est tout...

Je me raclai la gorge.

- Tu dois faire quoi exactement, sur Othello ? Présentation ? Analyse ? Dissertation ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Mer 1 Aoû - 17:10

Le baiser que j'avais échangée avec Zack n'étais pas forcément une bonne idée, mais je me devais d'être certaine que mon coeur n'était pas divisé en deux. Je fis mine d'avoir tout compris, mais c'était totalement faux. Je voulais le pousser à passer à autre chose pour que je puisse moi aussi faire cet espèce de deuil, mais ce baiser m'avait enflammer.Je sortis mes livres et déviai la conversation en lui demandant si je pouvais l'aider ou s'il pouvait m'aider à réviser Othello.

-Othello, hein ? "J'aimerais mieux être un crapaud et vivre des vapeurs d'un cachot que de laisser un coin dans l'être que j'aime à l'usage d'autrui!"

Mon sourire s'effaça de suite. De toute les citation d'Othello pourquoi fallait-il qu'il est choisi celle là ?

- Tu ne pourrais pas m'aider en grand-chose, à moins que tu m'aies caché des talents en informatique ? Mais moi je peux t'aider sur Othello. ça sert d'être un génie des fois !

Je lui fis un demi-sourire et baissai les yeux sur mon livre.

-Tu sais, j'ai déjà essayé de sortir avec une autre fille. C'était à la fac. Et c'était lamentable. Tu me rends pas malheureux... Enfin... Si... Mais... Rooh, et puis merde Abi. Je t'aime et j'ai jamais rencontré personne qui t'arrives ne serait-ce qu'à la cheville. Et j'me fous que ton don puisse nous attirer des ennuis. Je fais partie de la mafia, c'est déjà un paratonnerre à emmerdes... J'suis juste heureux quand t'es là ... Et quand tu m'souris. ça me donne l'impression d'être réellement important, tu vois. De pas être juste une encyclopédie sur patte qui fait des miracles avec son intelligence qui surpasse le commun des mortels !

Je relevai le regard sur lui, mais cette fois je ne cachais pas très bien mes émotions. J'avais les yeux bordé de larmes et une énorme boule dans la gorge.

-J'suis heureux que tu aies trouvé quelqu'un que t'aime vraiment, et qui t'aime vraiment en retour. Tu le mérites. Simplement, tu pourras jamais éviter que j'aurais aimé être à la place de Jeremy. C'est tout...

Il se racla la gorge et je laissai mon regard fixé sur lui.

-Tu dois faire quoi exactement, sur Othello ? Présentation ? Analyse ? Dissertation ?

Je me levai et sans répondre je me blottis contre lui. Je le serrai dans mes bras, le visage enfouis dans son cou. Je restai comme ça un moment sans rien dire, lorsque je reculai mon visage quelques peu pour lui adresser la parole, aucun mot ne sortit de ma bouche, mais mes lèvres furent automatiquement attiré par les siennes. Je me laissai aller dans un baiser ultra-sensuel, mes mains glissèrent sous sa chemise et sans vraiment savoir si c'était lui ou moi, ma robe glissa sur le sol. Je ne me pré-occupai même pas de mon téléphone qui sonnait, même si je savais qu'en quelques sorte j'étais sur le point de comettre une grosse erreur. Mon plus gros livre glissa de la pile et heurta le sol dans un bruit sourd. J'ouvris les yeux en sursaut et par chance. Je me reculai vivement.

-Il y a quelqu'un dehors ....

Je m'avançai lentement vers la porte et tirai discrètement le voilage.

-Merde Zack... C'est la police ... Pourquoi ils sont ici ? dis-je en chuchotant.

Je retournai près de lui et enfilai ma robe en vitesse, puis je ramassai mon téléphone. Je regardai finalement le message et je plaquai ma main devant ma bouche.

-Quel genre de petite-amie je suis han ?

Il n'eut pas le temps de répondre et l'on toqua à la porte.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meï Qiao

avatar


✖ Messages : 7
✖ Date de naissance : 11/08/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Mer 1 Aoû - 17:35

Depuis mon arrivée il y avait de ça deux mois, rien n'étais vraiment étrange, compte tenu que j'étais déjà au courant que la plus part des gens d'ici avaient des dons qui sortaient de l'ordinaire. Tout était assez tranquile, mais dans tout les cas qu'on rapportait concernant la ville au Vatican, il y avait souvent le nom O'Ryan qui en ressortait. J'avais donc comme mission d'enquêter sur eux. Je ne savais pas vraiment à qui j'avais affaire. Je réussi facilement à trouver un dossier au nom du père qui faisait parti de la mafia New-Yorkaise et le fils qui était son bras droit et nouvellement établi ici. Il mentionait l'existence d'une fille également qui n'était mêler à rien de tout ça, mais tout ce qui touchait le centre Heiser nommait son nom dans le rapport. Y avait pas mal de point à éclaircir là-dedans. De plus elle faisait parti des suspects numéro un dans la disparition d'un des gardes du centre qui l'avait abusée quelques mois plus tôt. Comme j'étais enquêteure, je n'avais pas à me coltiner l'uniforme verdâtre, les cheveux tiré en chignon et les bottes cirées. J'avais une jolie robe blanche soleil, les cheveux détaché seulement retenue par une petite pince à l'arrière pour empêcher qu'il me tombe sur le visage, une paire de tong de plage, tout ça ne collait pas très bien avec le double -serre armes qu'on enfilait sous le blouson, mais ça m'était égale. Je montai dans la voiture de patrouille et me dirigeai au domicile des O'Ryan. À mon arrivé je détectait des mouvements dans la pièce principale, je montai donc sous le porche et toquai. Une jeune femme dans la même tranche d'âge que moi vint m'ouvrir la porte. À son visage je la savait anxieuse et boulversé.

-Est-ce que je suis bien chez les O'Ryan ?

Elle acquiesça d'un faible hochement de tête.

-Puis-je entrée je vous pries, j'aurais quelques questions à vous poser.

Elle se décala et tendit le bras vers l'intérieur pour me faire signe d'entrée. Je remarquai tout de suite la présence d'un homme, qui ne ressemblait aucunement à ceux que j'avais vu dans les dossiers. J'allais devoir m'assurer qu'il quitte avant l'intérrogatoire. Une fois que la jeune femme eut fermer la porte je me tournai vers elle et lui tendit la main.

-Je suis enquêteur Qiao, des forces policière de Louisville. J'aurais quelques question à posé à mademoiselle Abigaïl O'Ryan et monsieur Kieran O'Ryan. Vous êtes bien Abigaïl, mais est-ce que votre frère est ici ?

Elle secoua la tête.

-Je suis bien Abigaïl, mais mon frère n'est pas ici. Qu'est-ce qui ce passe, pourquoi vous devez m'intérroger ?

Je détournai le regard vers l'homme à la chemise ouverte. Au début simplement en signe de questionnement, mais mon regard resta quelques peu accroché. Il était très beau. Je fini par détourner le regard et regarder de nouveau la femme, lorsqu'elle prit la parole.

-Vous pouvez parler devant lui. C'est Zack MacAllister, un ami d'enfance et l'avocat de la famille de surcroît.

Je haussai un sourcil.

-*L'avocat que vous payez en nature ?* songeai-je.

Ils avaient tout les deux l'air de sortir du lit et du même, si vous voyez ce que je veux dire.

-Non, non je vous assures que ce n'est pas du tout ça...

Je lui fis un demi-sourire.

-Ça ne me regarde en rien, mais vous venez de me confirmer que vous êtes télépathes.

Elle sembla mal à l'aise.

-D'accord, donc tant qu'à vous avoirs tout les deux sous la mains. Dites-moi en quoi vous êtes concerné par le centre Heiser ?

La disparition de son agresseur viendrait plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zack MacAllister

avatar
♥ Valet de Coeur ♥ Always.


✖ Messages : 28
✖ Date de naissance : 03/01/1987
✖ Bougies : 31

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Mer 1 Aoû - 19:05


J'avais touché juste, et c'était un coup à partir en sucette. D'ailleurs une fois que je me tus, elle se leva et vint se blottir dans mes bras. Je l'étreignis comme au temps où on pouvait encore dire qu'on était ensemble. Elle leva la tête et... m'embrassa. Ses mains se faufilèrent sous ma chemise. Je fis glisser sa robe. Un téléphone sonna mais je m'en foutais. Abi sursauta quand un des bouquins chuta sourdement au sol. La magie était rompue. Abi se recula en un sursaut.

-Il y a quelqu'un dehors ....

Merde ! Elle s'avança vers la porte et tira légèrement le rideau pour voir plus en détail.

-Merde Zack... C'est la police ... Pourquoi ils sont ici ?
- J'en sais rien moi...

Elle se dépêcha de se rhabiller et regarda son message avant de plaquer sa main devant sa bouche.

-Quel genre de petite-amie je suis han ?
- T'as rien fait. C'était ma faute. Je t'ai... provoquée...

Je ne voulais pas causer de trouble entre elle et Jeremy. Les flics toquèrent à la porte et avant que j'ai pu dire quoi que ce soit, Abigail avait ouvert la porte. Inconsciente !

-Est-ce que je suis bien chez les O'Ryan ?

Abi se contenta d'acquiescer. J'allais rapidement fermer l'ordinateur. Flic ou pas, c'était hors de question que quelqu'un y voit quoi que ce soit. Ce foutu programme avait déjà causé assez de bordel sur le réseau et ce n'était pas parce que j'avais le droit à l'accès à distance sur le serveur du casino qu'il fallait que je fasse n'importe quoi.

-Puis-je entrée je vous pries, j'aurais quelques questions à vous poser.

Abigail s'écarta pour laisser la policière rentrer. Je restais spectateur dans mon coin, en simple observateur pour l'instant.

-Je suis enquêteur Qiao, des forces policière de Louisville. J'aurais quelques question à posé à mademoiselle Abigaïl O'Ryan et monsieur Kieran O'Ryan. Vous êtes bien Abigaïl, mais est-ce que votre frère est ici ?

ça, ça sentait le roussi. J'en aurais mis ma mai à couper.

-Je suis bien Abigaïl, mais mon frère n'est pas ici. Qu'est-ce qui ce passe, pourquoi vous devez m'intérroger ?

La policière fixa son attention sur moi. A son regard insistant je me rendis compte que ma chemise était ouverte. Je me sentis rougir. Je m'empressais de la reboutonner.

-Vous pouvez parler devant lui. C'est Zack MacAllister, un ami d'enfance et l'avocat de la famille de surcroît.

L'enquêtrice Qiao haussa un sourcil et à la réaction d'Abigail, elle devait avoir pensé quelque chose qui lui avait déplu.

-Non, non je vous assures que ce n'est pas du tout ça...

Et merde.

*Abi !*
-Ça ne me regarde en rien, mais vous venez de me confirmer que vous êtes télépathes.

Je sentis le malaise d'Abigail sans aucun mal.

-D'accord, donc tant qu'à vous avoir tout les deux sous la mains. Dites-moi en quoi vous êtes concerné par le centre Heiser ?
- Ne répond rien Abigail.

Machinalement, je réarrangeai ma chemise.

- Vous n'avez présenté ni mandat, ni commission rogatoire. Par conséquent, rien ne nous oblige à répondre à vos questions.

Je me retrouvais plus dans mon élément.

- Si vous cherchez quiconque à incriminer, commencez d'abord par vous tourner vers le centre. Ils ont fait ... pression sur ma cliente.

Autant ne pas parler de l'enlèvement.

- Ma cliente n'a strictement aucun contact avec le Centre. Il en va de même pour son frère, Kieran. Si toutes vos questions concernent le centre, vous attarder ici est totalement inutile. Et le fait que vous sachiez pour la..; capacité extrasensorielle de ma cliente est absolument obsolète. D'ailleurs comment une simple officier de police peut savoir pour ce genre de choses ?

Visiblement, elle ne s'attendait pas à ce revirement de situation. Il ne restait plus qu'à espérer que Kieran n'allait pas revenir de sitôt.

* Ne t'en fais pas, Abi, je devrais pouvoir gérer ça en finesse. Je suis sur qu'elle n'a rien.*

Je gardais mon attention fixée sur la flic. Pas question qu'elle se doute un seul instant qu'on échangeait des pensées. Enfin, disons, le moins possible.

* Tu pourrais savoir ce qu'elle nous veut ?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meï Qiao

avatar


✖ Messages : 7
✖ Date de naissance : 11/08/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Jeu 2 Aoû - 14:05

Ma première question fût de leur demander en quoi ils avaient rapport avec le centre, mais le jeune homme somma la jeune femme de ne rien dire et celle-ci baissa la tête d'un air coupable en fermant la bouche. Je me tournai vers l'homme qu'elle avait appellé Zack.

- Vous n'avez présenté ni mandat, ni commission rogatoire. Par conséquent, rien ne nous oblige à répondre à vos questions.Si vous cherchez quiconque à incriminer, commencez d'abord par vous tourner vers le centre. Ils ont fait ... pression sur ma cliente.

Je levai un sourcil.

-Je suis simplement venu intérroger, je ne cherche personne à incriminer.

Le fait qu'il soit autant sur la défensive, laissait présager qu'il savait certaine chose.

- Ma cliente n'a strictement aucun contact avec le Centre. Il en va de même pour son frère, Kieran. Si toutes vos questions concernent le centre, vous attarder ici est totalement inutile. Et le fait que vous sachiez pour la..; capacité extrasensorielle de ma cliente est absolument obsolète. D'ailleurs comment une simple officier de police peut savoir pour ce genre de choses ?

Je lui adressai un demi-sourire. Il me fixa, mais sa pupille dilaté me prouvait qu'il n'était pas concentrée sur ma personne.

-Donnez moi un instant.

Je sorti et me dirigeai vers ma voiture , puis revint de nouveau en lui tendant un papier.

-Voilà votre mandat! Je ne suis pas venu ici par hasard et j'ai le droit d'être franche avec vous si vous êtes franc avec moi.

Je n'avais pas le droit de leur parler de ma réelle division, mais j'avais le droit de leur dire pourquoi j'étais ici. Nous étions tous debout autour de la table de la salle à manger planter comme des poteau de téléphone, mais comme personne n'avait offert de s'asseoir, je me contentai de cette méthode.

-*Inutile de chercher dans mon crâne, je sais très bien maitriser mes pensées...*

Elle me regarda surprise avant d'échanger un regard avec le dit Avocat.

-Je suis sur les traces de celui qu'on appelle le Marionnetiste. Un décupleur de force 5 qui contrôle la majeur partie des spéciaux. Nous en sommes à croire qu'ils font des expériences avec l'aide du centre de façon à créer des spéciaux à partir d'humain normaux. Ils se servent des internés comme rat de laboratoire. Je sais que mademoiselle O'Ryan à séjournée à cet endroit et je veux simplement savoir à quel reprise ils lui ont fait des prises de sang, si elle à vu où ils apportaient les échantillons et en vue e son dons... Qu'a-t-elle pu entendre sur les spéciaux.

Elle m'offrit finalement de m'asseoir et nous prîmes place à table .

-Je ne suis pas certaine du nombre de prises de sang qu'ils m'ont pris.Je n'y suis pas allée de mon plein gré, ils m'ont enlevé et ils m'ont tenu inconsciente une partie du temps, puis dernièrement ils m'ont...

Elle ne fini pas sa phrase et se tut subitement en baissant les yeux. Je crois que je détestais avoir à faire au télépathe pour ça.

-Et ils t'ont ?...

Elle me lança un regard désolé, mais aucune réponse ne vint à moi.

-Peu importe....Si vous me parliez de l'homme qui vous a agressé au centre. J'imagine que vous ne savez rien au sujet de sa disparition ?

Elle regarda MacAllister d'un air suppliant.

-Excusez moi un instant.

Elle se leva et fila d'un pas rapide vers l'étage. Je me tournai donc vers le jeune homme.

-Je ne suis pas ici pour vous nuire, je veux simplement faire mon travaille. Je ne compte arrêter personne, ni rendre personne mal à l'aise. Je sais que certaine question peuvent être plus difficile que d'autre à répondre, mais c'est mon boulot... Vous comprenez ?

Il semblait dotté d'une intelligence supérieur, c'était visible à sa façon de s'exprimer et à sa vitesse de réaction. Il était trop mignon pour être du KGB ou du FBI qui engageaient que de vieux grisonnant à la semi retraite pour ce genre d'opération et il trempait dans les affaires de la mafia. Son côté mystérieux m'attirait énormément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zack MacAllister

avatar
♥ Valet de Coeur ♥ Always.


✖ Messages : 28
✖ Date de naissance : 03/01/1987
✖ Bougies : 31

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Ven 3 Aoû - 9:02


On pouvait dire que la flic était tombé pile au bon moment. Je me focalisais immédiatement sur la situation présente et non pas le dérapage qui avait bien faille se concrétiser. L'agent de police Qiao m'écouta avant de sourire brièvement.

-Donnez moi un instant.

Elle tourna les talons et retourna à sa voiture. Elle revint avec une feuille de papier. Dommage. Elle me tendit ledit papier.

-Voilà votre mandat! Je ne suis pas venu ici par hasard et j'ai le droit d'être franche avec vous si vous êtes franc avec moi.

Je pris la peine de lire le mandat. Tout avait été fait dans les règles. Je le repliais soigneusement et le posai sur la table de la cuisine. Elle sembla repérer la manigance de Abigail. Re merde. Abi me fixa.

* On aura essayé, t'inquiètes. Je devrais pouvoir gérer.*

On ne sortait pas d'Harvard avec les honneurs si on était une bille au barreau.

-Je suis sur les traces de celui qu'on appelle le Marionnetiste. Un décupleur de force 5 qui contrôle la majeur partie des spéciaux. Nous en sommes à croire qu'ils font des expériences avec l'aide du centre de façon à créer des spéciaux à partir d'humain normaux. Ils se servent des internés comme rat de laboratoire. Je sais que mademoiselle O'Ryan à séjournée à cet endroit et je veux simplement savoir à quel reprise ils lui ont fait des prises de sang, si elle à vu où ils apportaient les échantillons et en vue e son dons... Qu'a-t-elle pu entendre sur les spéciaux.

Je ne sais pas vous, mais chez moi, 1 et 1 ça fait deux. Et je vis une relation entre ce "Marionnettiste" et nos récentes mésaventures. L'ordinateur. Le Centre... C'était même un peu trop évident dans le fond. Avant que j'ai pus dire un mot à Abi, elle avait pris la parole et invita la policière à s'asseoir. Je pris mon pc et le posai sur le comptoir derrière moi et je m'assis à côté d'Abi sans être trop proche. On pouvait même dire que j'étais exactement au milieu entre les deux jeunes femmes.

-Je ne suis pas certaine du nombre de prises de sang qu'ils m'ont pris.Je n'y suis pas allée de mon plein gré, ils m'ont enlevé et ils m'ont tenu inconsciente une partie du temps, puis dernièrement ils m'ont...

Elle baissa les yeux. Sous la table, je serrais légèrement les poings.

-Et ils t'ont ?...

Silence.

-Peu importe....Si vous me parliez de l'homme qui vous a agressé au centre. J'imagine que vous ne savez rien au sujet de sa disparition ?

Abi me fixa d'un air suppliant. Je détestais ce genre de regard. J'acquiesçais légèrement.

-Excusez moi un instant.

Elle se leva et monta à l'étage. Je me forçai à me "détendre". Comme si on pouvait réellement être détendu avec un flic dans la même pièce.

-Je ne suis pas ici pour vous nuire, je veux simplement faire mon travaille. Je ne compte arrêter personne, ni rendre personne mal à l'aise. Je sais que certaine question peuvent être plus difficile que d'autre à répondre, mais c'est mon boulot... Vous comprenez ?
- Je le comprend. Comme j'imagine que vous comprenez que je ne dise rien qui ne puisse, d'une manière ou d'une autre nuire à mes clients.

Et il fallait que ça soit un lendemain de cuite, bien évidemment !

- Un café ?

J'allais me servir en attendant sa réponse. Je ne pouvais rien dire sur le garde.

- L'homme qui l'a agressé, on ne l'a plus jamais revu. Juste croisé une fois à l'Amadeus. C'est tout. Ce n'est pas une bonne chose de rappeler ce passage de sa vie à Abigail.

Je jetais un léger coup d'oeil en direction de l'étage.

- Son agresseur a visiblement compris qu'il valait mieux pour lui qu'il évite de traîner dans les parages. Honnêtement, je doute qu'il ait des raisons de revenir par ici. Ce genre de personnes, on ne peut pas dire qu'il y ait beaucoup de monde pour les apprécier.

Je pris une gorgée de café tout en l'observant rapidement. Elle était jeune pour une flic. Logiquement, elle n'aurait dû être qu'une "bleue" en uniforme. Donc, il y avait quelque chose derrière cela.

- ça c'est passé il y a un moment déjà. Pourquoi revenir sur cette agression ?

J'étais curieux d'entendre sa réponse.

- Comment est-ce que ces ... informations sont arrivées aux oreilles de la police de Louisville ? On ne peut pas dire que tout ce qui touche aux "Spéciaux" soit très... comment dire... exhibé au grand public. Au contraire, cela tient plus du secret de polichinelle. Donc, vous n'êtes pas simplement une policière, si mes déductions sont bonnes.

C'était un peu risqué de m'hasarder autant, mais je ne pouvais pas agir sans connaitre certaines choses. Et de toutes façons, il était hors de question que je trahisse Abigail et Kieran. Elle ne saurit que ce qui ne risquait de nuire à personne. Surtout pas à "nous".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meï Qiao

avatar


✖ Messages : 7
✖ Date de naissance : 11/08/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Lun 6 Aoû - 22:37

Je n'eus pas le loisir de parler avec Mademoiselle O'Ryan très longtemps, avant qu'elle nous fausses compagnie. Je me tournai vers le jeune homme et tentai de lui faire comprendre que je n'étais pas la méchante dans l'histoire. Je devais simplement faire mon boulot, même si certain point était moins facile que d'autre.

-Je le comprend. Comme j'imagine que vous comprenez que je ne dise rien qui ne puisse, d'une manière ou d'une autre nuire à mes clients.

Je haussai légèrement les épaules. Je crois que je venais de faire un détour par ici, totalement pour rien.

-Un café ?

Je regardai ma montre.

-S'il vous plait. Noir avec deux sucres, je vous pries.

Je n'étais pas à la course, même si j'étais assez déçu de la tournure des choses.

-L'homme qui l'a agressé, on ne l'a plus jamais revu. Juste croisé une fois à l'Amadeus. C'est tout. Ce n'est pas une bonne chose de rappeler ce passage de sa vie à Abigail.

Elle allait pourtant devoir s'y faire.

-Vous savez tout ce qu'elle fait sans arrêt ??? Qui vous dit qu'elle ne l'à jamais revu... réellement ?

Non parce que là, ça faisait limitte avocat qui vous colle un traqueur au fesses.

-Son agresseur a visiblement compris qu'il valait mieux pour lui qu'il évite de traîner dans les parages. Honnêtement, je doute qu'il ait des raisons de revenir par ici. Ce genre de personnes, on ne peut pas dire qu'il y ait beaucoup de monde pour les apprécier.

Encore fallait-il que les gens connaissent leur réel identité. C'était souvent très bien caché. Il déposa les cafés sur la table et je le remerciai accompagné d'un sourire.

-ça c'est passé il y a un moment déjà. Pourquoi revenir sur cette agression ?

Il pris une gorgée de son café et j'en fis de même.

-J'enquête sur tout ce qu'il y a d'étrange et qui concerne le centre Heiser. En outre, un garde qui viole, la fille d'un grand de la mafia Irlandaise, qui en prime possède un don et ce garde qui disparait tout de suite après, c'est assez étrange pour qu'on se penche sur la question. Il en était pas à son premier déli et je ne pleurerai certainement pas sa mort, si c'est ce qui lui est arrivé, mais Abigaïl et Kieran O'Ryan sont dans les suspects numéro ainsi qu'un certain Jeremy Reagan qui revient régulièrement dans le rapport du centre.

Encore une fois je ne faisais que mon job.

-Comment est-ce que ces ... informations sont arrivées aux oreilles de la police de Louisville ? On ne peut pas dire que tout ce qui touche aux "Spéciaux" soit très... comment dire... exhibé au grand public. Au contraire, cela tient plus du secret de polichinelle. Donc, vous n'êtes pas simplement une policière, si mes déductions sont bonnes.

Je lui fis un petit sourire en coin et pris une gorgée de mon café.

-On ne vous surnome pas Harvard pour rien vous han !

Je hochai la tête en retenant un petit rire qui se changea en un reniflement sarcastisque.

-Je ne suis pas simplement une policière de Louisville éfectivement, mais je ne peux vous dévoiler pour qu'elle autre agence je travaille. Vous pouvez chercher dans tout les ordinateurs que vous voulez vous ne trouverai rien sur moi ni sur eux. Disons simplement qu'on essaie d'empêcher certaines personne en soif de pouvoir de se servir des spéciaux comme de rat de laboratoire. J'ai cru me rendre compte que votre cliente était très solicité, donc elle était en tête de liste pour les intérrogations.

Je me tournai la tête en voyant un ombre courrir devant la porte.

-Je crois que je suis venu pour rien. dis-je en étant sur que c'était elle qui venait de s'enfuir.

Pourtant je n'étais pas menaçante et j'avais été clair.

-Écoutez, je ne suis pas ici pour vous faire perdre votre temps et visiblement toute raison pour lesquelles je me suis présenté ici aujourd'hui, viens de s'enfuir en courrant.

Je fini mon café d'un trait et me levai en lui tendant ma carte.

-Il y a mon numéro personnel à l'endos et pas sur écoute. Si vous ou eux venez qu'à vouloir m'aider, je crois qu'on pourrait s'entendre et peut-être travailler de concert. N'hésiter pas à m'appeller je vous pries.

Étrangement, j'éprouvais une petite attirance pour lui qui me retenait de partir sèchement comme à mon habitude, mais c'était aussi très rare qu'on me laissait librement fréquenter des hommes. D'ordinnaire mes suppérieur trouvaient toujours le moyen de m'en empêcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zack MacAllister

avatar
♥ Valet de Coeur ♥ Always.


✖ Messages : 28
✖ Date de naissance : 03/01/1987
✖ Bougies : 31

MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ? Mar 7 Aoû - 9:45


Je demandais à la policière pourquoi elle s'intéressait autant à cette disparition. Bien entendu, j'étais au courant de l'histoire. Et je couvrais Kieran, comme toujours, ce qui faisait de moi, aux yeux de la loi, le complice d'un meurtre.

-J'enquête sur tout ce qu'il y a d'étrange et qui concerne le centre Heiser. En outre, un garde qui viole, la fille d'un grand de la mafia Irlandaise, qui en prime possède un don et ce garde qui disparait tout de suite après, c'est assez étrange pour qu'on se penche sur la question. Il en était pas à son premier déli et je ne pleurerai certainement pas sa mort, si c'est ce qui lui est arrivé, mais Abigaïl et Kieran O'Ryan sont dans les suspects numéro ainsi qu'un certain Jeremy Reagan qui revient régulièrement dans le rapport du centre

Super, on y était jusqu'au cou. Plutôt que de continuer sur ce terrain plus que glissant, j'orientais la conversation sur sa présence ici, pour moi, il était clair que ce n'était pas qu'une enquête de routine. Rien n'était vraiment routine à Louisville. Elle eut un sourire en coin avant de boire une gorgée de son café.

-On ne vous surnome pas Harvard pour rien vous han !
- Simplement parce que j'ai fait mes classes dans cette université. Avec disons... certaines facilités. Je suis plus doué pour me servir de mon cerveau plutôt que de mes poings. C'est un fait.

Elle hocha la tête et eut un reniflement un peu sarcastique.

-Je ne suis pas simplement une policière de Louisville éfectivement, mais je ne peux vous dévoiler pour qu'elle autre agence je travaille. Vous pouvez chercher dans tout les ordinateurs que vous voulez vous ne trouverai rien sur moi ni sur eux. Disons simplement qu'on essaie d'empêcher certaines personne en soif de pouvoir de se servir des spéciaux comme de rat de laboratoire. J'ai cru me rendre compte que votre cliente était très solicité, donc elle était en tête de liste pour les intérrogations.

Elle se retourna quand une ombre passa devant la porte. Abi.

-Je crois que je suis venu pour rien.

Oh bordel de ... Je lâchais une bordée de jurons en irlandais.

-Écoutez, je ne suis pas ici pour vous faire perdre votre temps et visiblement toute raison pour lesquelles je me suis présenté ici aujourd'hui, viens de s'enfuir en courant.

Sans déconner, j'avais pas remarqué ! Je me retins de répliquer juste à temps. Ce n'était pas le moment de finir coffré pour outrage à agent... Elle finit son café d'un trait et se leva en me tendant un petit bristol.

-Il y a mon numéro personnel à l'endos et pas sur écoute. Si vous ou eux venez qu'à vouloir m'aider, je crois qu'on pourrait s'entendre et peut-être travailler de concert. N'hésiter pas à m'appeller je vous pries.

Je hochais la tête. La carte était sobre, simple. Totalement flic.

- Je connais Kieran et Abigail depuis assez longtemps pour pouvoir vous dire de façon certaine que tant qu'ils ne seront pas assuré de qui vous êtes et de vos intentions... Ils ne feront jamais appel à vous.

Kieran et les flics, une grande histoire d'amour, vraiment. J'omis de dire que mon avis personnel ne comptait pas pour grand chose non plus. Je me mordis les lèvres un instant.

- Abigail n'est pas la cible originale de tout ce qui c'est passé. Sauf ce qu'il s'est passé au centre. Avec le garde.

J'avais l'impression de trahir Kieran et Abi. ça me mettait plutôt mal à l'aise. Je fis tourner ma tasse entre mes doigts.

- Abi... Elle en a suffisamment bavé pour le moment. On peut pas lui en vouloir de réagir comme ça...

Je me passais la main dans les cheveux.

- Ecoutez... Je suis pas contre vous aider... Seulement, je ne peux et ne veux rien faire qui aille contre Abigail et son frère. C'est tout ce que je peux dire. Kieran se méfie trop de la police pour accepter votre aide. Mais il faut que ce ... Marionnettiste ou quelque soit son nom paye pour ses actes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ?

Revenir en haut Aller en bas

Tant qu'à être séquestré, aussi bien s'amuser ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Ecrire comme Tolkien (Davonline)
» Andy Murray ! Je ferais aussi bien que toi ! (libre)
» Elles étaient aussi bien de fesses que de face.
» « Une bonne communication est aussi stimulante qu'une tasse de café et empêche aussi bien de dormir après. » [Livre II - Terminé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée des Cinglés :: Louisville :: Habitations :: K.O'Ryan-
Sauter vers: