Qu'est-ce que la Folie ?

Partagez|

Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Sam 9 Juin - 13:50


Je roulais comme un dingue en direction du centre. J'avais qu'une idée en tête, retrouver Abigail. Je faisais même pas attention à la douleur due aux coups que je m'étais pris sur la gueule. Je n'avais même pas d'idée sur comment j'allais faire. J'arrivais en vue du portail.

- Oh et puis merde !

J'appuyais à fond sur l'accélérateur. Et fonçais vers le portail. L'avantage des vieux pick-up, c'est que c'est foutrement plus costaud que les machins qu'ils font depuis quelques années. Je défonçais allègrement l'entrée, causant un peu d'affolement parmi patients et soignants. J'en avais comme qui dirait strictement rien à foutre. J'avais roulé sur personne, c'était l'essentiel. Quoi que, ce n'était pas le truc qui me préoccupait le plus. Je m'arrêtais, ou je calais, je suis pas très sur de la réaction de mon vieux tacot, devant le bâtiment d'administration. Je descendis de ma place comme une fusée - boiteuse et amochée, mais quand même comme une fusée - et rentrais dans le bâtiment, droit vers le bureau du directeur. Un des gardes / aide-soignants de la place essaya de m'arrêter, mais je l'envoyais valser contre le mur, avec un petit coup de pouce de mon don, histoire de pas l'avoir à nouveau dans les pattes. J'envoyais paître deux autres gardes de la même façon avant d'arriver au bureau du directeur. J'ouvris la porte avec fracas, limite à la faire sortir de ses gonds.

- Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson !

Comment pouvait-il rester assis tranquillement à son bureau. J'étais en colère. J'étais à deux doigts de réellement exploser. J'attendis qu'il réponde, les poings serrés, prêt à frapper s'il le fallait.


// foutrement court, mais bon, je peux pas faire plus énorme, je crois. Wink

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donovan Hanson

avatar


✖ Messages : 57
✖ Date de naissance : 27/07/1967
✖ Bougies : 50
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Sam 9 Juin - 17:15

Après avoir reconduit Shannah à sa chambre, je retournais à mon bureau. Attendant des nouvelles de cet événement. Celui du patient qui avait réussi ... par miracle ... à quitter le Centre sans que personne ne puisse faire quoi que ce soit. J'étais d'humeur plutôt neutre. Je devrais durcir tout les règlements et mon personnel semblait fortement être à la relâche. Plus ça allait et y me semble que plus il y avait ... d'incident de ce genre. Si cela continuait comme ça... J'allais devoir intervenir d'une main de fer. Ça ne pouvait continuer. Ce patient, servira d'exemple pour tout les autres. On ne se jouait pas de mon Centre et encore moins de moi. Bien assied à mon bureau, je pianotais quelques informations sur mon clavier tout en grommelant lorsque la porte claqua fortement. J'inspirai profondément et je levais les yeux.

Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson !

Je fronçais les sourcils sans répondre.

Tien tien ... mon fils me rend une petite visite de courtoisie ...

Il semblait tout à fait hors de lui. De couleur vermeil, il serrait les poings fortement. Je soupirais et lançai glacial.

De quoi tu parle !?!?!?

Je n'en avait pas la moindres idée. Voyant qu'il était on ne peut plus sérieux et agressif. J'attrapais mon flingue à fléchette. Trois gardes entrèrent en trombe dans mon bureau et juste avant qu'ils ne se servent de leur teaser gun sur Remy, je levais la main pour les retenir.

Stop !!! Qu'est-ce qui se passe ici à la fin !!! QUELQU'UN VA T-IL FINIR PAR ME LE DIRE !!!

Je me relevais brusquement en frappant le plat de mes mains sur mon bureau. Pointant ensuite mon doigt sur Remy, je crachais.

Premièrement jeune homme !!! On entre pas dans mon établissement en saccagent tout sur son passage ! Suis-je bien clair ! T'avais qu'à me demander et je t'aurais accueillit comme il se doit.

J'étais légèrement en colère. Avant que quiconque ne parle à nouveau, je pointais les trois gardiens.

Vous !!! Sortez d'ici j'ai à parler avec mon ...... cet homme. Ce sera votre tour ensuite. Dehors !!

Le dernier des trois qui était un peu mal en point eu le temps de foutre une taloche derrière la tête à Remy avant de quitter. Les deux autres le regardèrent de travers. Je n'avais aucun doute qu'ils allaient se servir de leur teaser quand il sortirait d'ici. Je plissais les yeux et désignait le banc en face de mon bureau. Je sortis la bouteille de fort de mon bureau pour la deuxième fois de la journée puis, je la glissait vers Remy.

Là, tu va te calmer les nerfs ou sinon, je te tranquillise et tu va faire un tour au trou jusqu'à ce que ce soit le cas...

J'étais prêt à faire feu au moindres signe d'attaque venant de sa part.

Bon ... Tu va m'expliquer ce qui se passe et je te dirai ce que je sais. Ensuite, pour le bordel que t'a causer ... tu feras trois jours de travaux communautaire. Non négociable. Ils vont te poursuivre pour ce que tu leur à fait. Si tu fais ce que je t'ai demander, je devrais être en mesure de ... les calmer et de leur faire oublier ce petit incident. Compris ?

J'attrapais la bouteille et je bus directement au goulot. Mon fils se tenait devant moi. Maintenant un homme fait. J'étais pas peu fier de lui. Il me ressemblait beaucoup avec son caractère bouillant. J'eus un mince sourire en coin en pensant à ça. Il me rappelait ma jeunesse en quelques sortes. C'était un batailleur, tout comme moi. Il ne lâchait jamais prise. Il était chanceux sans s'en rendre compte. Normalement, une personne ayant causer un tel désordre aurait été au trou pour une ou deux semaines à raison d'un seul repas par jour et aucune sortie. Lui ... il aurait droit à la corvée pour trois jours maximum. C'était une chance. Je ne pouvais passer outre ce qu'il avait fait, même si j'en avais envie. Il devait payer, comme tous. Moins mais payer quand même. Sans m'informer de quoi que ce soit en réalité, il m'avait ordonner de lui dire où était Abigail ...

Comment tu veux que je le sache ... Y me semble que si elle serait ici, je le saurait ... Je suis pas sortis de mon bureau depuis les premières heures du jour et j'ai rien entendu de cette fille. Sinon, tu crois pas que je serais le premier au courant ? J'en ai absolument rien à faire d'elle en plus, elle vient faire ses examens volontairement alors, je peux pas la retenir ici. Réfléchit et calme tes nerfs bon sang. C'est pas de même qu'on fonctionne ici et tu le sais.

Malheureusement, il avait les oreilles fines et avait remarquer mes deux hésitations quand j'avais parler aux autres de lui. Je le voyait bien qu'il avait eu une lueur d'interrogation dans son regard. J'espérais seulement avoir été assez rapide pour lui avoir fait oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Sam 9 Juin - 19:08


Le directeur du Centre resta d'un calme olympien, alors que la colère coulait en moi comme un torrent tumultueux.

De quoi tu parle !?!?!?

Avant que j'ai eu le temps de répondre, trois des chiens de garde du centre entrèrent. Je fis volte face, prêt à frapper.

Stop !!! Qu'est-ce qui se passe ici à la fin !!! QUELQU'UN VA T-IL FINIR PAR ME LE DIRE !!!

Je me tournais vers lui lorsqu'il frappa violemment sur la table. Il me pointa du doigt avant de se mettre à vociférer.

Premièrement jeune homme !!! On entre pas dans mon établissement en saccagent tout sur son passage ! Suis-je bien clair ! T'avais qu'à me demander et je t'aurais accueillit comme il se doit.

Pour un portail et deux bouts de pelouse. J'étais pas non plus arrivé dans un tank. Il pointa les gardes du doigt.

Vous !!! Sortez d'ici j'ai à parler avec mon ...... cet homme. Ce sera votre tour ensuite. Dehors !!

Je ne fis même pas attention à la façon dont sa langue fourcha, ça m'importait peu ce qu'il disait à ses toutous. Le dernier à sortir pris la peine de me flanquer une taloche à l'arrière du crâne. C'était celui qui s'était mangé le mur via mon don. Crétin. Hanson plissa les yeux et me désigna le banc en face de lui. Par pur défi et parce que je voulais pas perdre de temps avec des simagrées, je ne bougeais pas d'un pouce. Il sortit une bouteille d'alcool et la poussa vers moi.

Là, tu va te calmer les nerfs ou sinon, je te tranquillise et tu va faire un tour au trou jusqu'à ce que ce soit le cas...

J'émis un grognement en guise de réponse. Il croyait vraiment qu'il m'impressionnait. Sa main était près de son arme. Je n'aimais pas ça du tout.

Bon ... Tu va m'expliquer ce qui se passe et je te dirai ce que je sais. Ensuite, pour le bordel que t'a causer ... tu feras trois jours de travaux communautaire. Non négociable. Ils vont te poursuivre pour ce que tu leur à fait. Si tu fais ce que je t'ai demander, je devrais être en mesure de ... les calmer et de leur faire oublier ce petit incident. Compris ?

Il but à la bouteille. Voilà que sa langue fourchait de nouveau. Etrange.

- Qu'ils me poursuivent, j'en ai rien à foutre. J'embarque plus dans ton putain de centre à la con. C'est fou ce que ça aide les gens de les parquer comme des bêtes. C'est simple, tu me dis où est Abigail et je quitte ton précieux centre et tu me revois plus jamais.

Je tentais de rester calme, mais j'étais toujours sur les nerfs, et ça allait durer un moment. Et pas question que je boive avec Hanson comme on trinque avec un vieil ami ou un membre de sa famille.

Comment tu veux que je le sache ... Y me semble que si elle serait ici, je le saurait ... Je suis pas sortis de mon bureau depuis les premières heures du jour et j'ai rien entendu de cette fille. Sinon, tu crois pas que je serais le premier au courant ? J'en ai absolument rien à faire d'elle en plus, elle vient faire ses examens volontairement alors, je peux pas la retenir ici. Réfléchit et calme tes nerfs bon sang. C'est pas de même qu'on fonctionne ici et tu le sais.
- Non c'est vrai, t'as pas fait enlever Abigail y a plusieurs moi. C'était qui ? Ton jumeau maléfique peut-être ? NE ME PREND PAS POUR UN CON !

J'appuyais mes poings sur son bureau et me penchais en avant.

- Deux types sont venus chez nous et nous ont agressés sans raison aucun. Ils ont enlevé Abi et celui que j'ai choppé à dit qu'elle pourrait être par ici. Donne moi une seule raison que t'y es pour rien.

Je me redressais et finalement, raflais la bouteille pour en prendre une gorgée. L'alcool ne rendait mon don que plus dangereux. J'avais déjà dérapé une ou deux fois par le passé parce que j'étais ivre et que le facteur d'inhibition était plus qu'absent à ce moment-là. Je reposais la bouteille et me laissais tomber dans le siège derrière moi.

- Ta langue a fourché deux fois quand tu me parlais. Qu'est-ce que tu me caches, Hanson ? Tu ferais mieux de me répondre sincèrement, avant que je perde patience. Et c'est pas ton pistolet à fléchette qui m'arrêtera longtemps.

ça me mettrait K.O. pour un certain temps, et après, il ferait quoi ? Il me garderait enchaîné et drogué pour le reste de ma vie ? Je lui demandais pas le bout du monde. Juste qu'il me dise simplement où était Abigail et je partirais. Au contraire de quoi, s'il disait rien, j'allais m'énerver réellement...

- Je bougerais pas d'ici avant d'avoir des réponses, Hanson.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donovan Hanson

avatar


✖ Messages : 57
✖ Date de naissance : 27/07/1967
✖ Bougies : 50
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Lun 11 Juin - 22:36

Il répliqua effrontément.

Non c'est vrai, t'as pas fait enlever Abigail y a plusieurs moi. C'était qui ? Ton jumeau maléfique peut-être ? NE ME PREND PAS POUR UN CON !

Fini t-il un peu plus fortement. Je soupirais de lassitude, n'ayant rien à répondre à ça. Après tout, ce n'était pas ses foutues affaires à lui. Il appuya ses poings sur mon bureau et se pencha un peu plus vers moi.

Deux types sont venus chez nous et nous ont agressés sans raison aucun. Ils ont enlevé Abi et celui que j'ai choppé à dit qu'elle pourrait être par ici. Donne moi une seule raison que t'y es pour rien.

Il attrapa la bouteille et but directement au goulot. Reposant ensuite la bouteille, il retomba dans le siège.

Ta langue a fourché deux fois quand tu me parlais. Qu'est-ce que tu me caches, Hanson ? Tu ferais mieux de me répondre sincèrement, avant que je perde patience. Et c'est pas ton pistolet à fléchette qui m'arrêtera longtemps.

J'eus un petit rire sarcastique. Mon arme possédait un chargeur à 7 fléchettes. Une, paralysait un patient. Deux, endormait. Trois fléchettes, plongeait dans un coma éthylique et plus de quatre tuait n'importe qui à coup sur.

Je bougerais pas d'ici avant d'avoir des réponses, Hanson.

Je commençais particulièrement à me lasser de ce petit ton arrogant. Je lui répondit tout aussi froidement.

Écoute moi bien jeune homme. Je te dois rien. Tu prends ma parole ou tu prends rien, je m'en contre fou. Si je te dit qu'elle est pas ici. C'est qu'elle l'est pas. Arrête avant que je ne me fâche et change de ton en ma présence.

Étrangement, je parlais autorité mais, plus celle d'un père envers son fils têtu. Je l'observais, froidement.

N'ose seulement pas te servir de tes capacités contre moi car, il t'en coûterai cher. Très cher. Tu n'aurais plus la paix du restant de tes jours. Tu serais traqué. C'est pas parce que tu es spécial que tu es immortel jeune homme et tu n'es pas plus un Dieu.

Je voulais clairement lui faire comprendre la gravité de la situation s'il osait seulement faire une connerie. Il pouvait tout aussi bien s'en prendre à moi et me tuer mais, lui, ensuite, implorerai la mort de tout ses voeux sans être seulement capable de l'obtenir. Je connaissais parfaitement les façons de fonctionner de mon Centre puisque c'est moi qui les avaient créer en totalité. Il y en avait eu plein de petit effronté comme lui. On les avaient tous briser. À court ou à long terme, ils finissaient toujours par implorer la mort.

J'avais répondu à sa première question. Tournant brusquement l'écran vers lui, j'écrivis le nom de la jeune femme. Affichant son dossier, je le fit défiler vers le bas. Il vit la case de ses propres yeux. Il était clairement écrit la date de sortie de la jeune femme noir sur blanc. Il y avait une petite note en dessous qui disait qu'un jour ou l'autre, elle reviendrait de gréer ou de force au centre mais, en dessous, plus rien. Les cases étaient totalement vide. Je retournais alors l'écran vers moi.

Tu l'as ta foutue preuve. Maintenant. Fiche moi la paix et va t'énerver ailleurs avant que tu n'aggrave ton propre cas. Tout ce que je sais est écrit dans ce dossier. Pas plus, ni moins.

C'était l'entière vérité. J'espérais grandement lui avoir fait oublier sa deuxième interrogation. Ce ne semblait pas être le moment de lui dévoiler. Peut-être ce moment ne viendrai t-il jamais en fait. Je n'en savais absolument rien. Mais, pour l'instant, je n'étais pas con. Il était assez énervé comme ça. Si ce jour fatidique venait qu'à venir, je détenais la preuve la plus solide et la plus incontestable. Je détenais son certificat de naissance original signé du médecin et du curé en personne et je possédais aussi le contrat d'adoption. En fait, je possédais tout les papiers important le concernant, jusqu'à ses premier bulletin de note préscolaire. Je gardais le tout précieusement, bien caché quelque part.

M'adossant contre le fauteuil, j'attrapais la bouteille et but au goulot à mon tour. Une très longue gorgée. La remettant sur le bureau, je fixais mon regard droit dans le sien en écartant légèrement les bras et en levant les épaules.

Je peux rien faire de plus pour toi malheureusement. Mais, sache qu'un jour, elle devra revenir ici. Tôt ou tard et tu le sais et elle aussi le sais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Mar 12 Juin - 13:59


J'étais pas un monstre de patience, et il commençait à me courir sur les nerfs - déjà bien usé par la journée - je lui demandais pourtant pas la lune.

Écoute moi bien jeune homme. Je te dois rien. Tu prends ma parole ou tu prends rien, je m'en contre fou. Si je te dit qu'elle est pas ici. C'est qu'elle l'est pas. Arrête avant que je ne me fâche et change de ton en ma présence.
- Parce que moi je te dois quelque chose, peut-être ?

Je l'énervai ? Tant mieux ! Il me fixa froidement.

N'ose seulement pas te servir de tes capacités contre moi car, il t'en coûterai cher. Très cher. Tu n'aurais plus la paix du restant de tes jours. Tu serais traqué. C'est pas parce que tu es spécial que tu es immortel jeune homme et tu n'es pas plus un Dieu.

Je ne pus m'empêcher de rire.

- Je n'ai jamais dit que j'étais immortel et je me prend pas pour un dieu, ça c'est tes autres patients.

Je lui fis un demi-sourire moqueur. Je n'avais que faire de ses menaces. Je n'étais pas un faible, et je savais très bien me démerder avec comme sans mon don. Et je n'étais pas du genre à fuir. Je n'avais fui qu'une seule fois dans ma vie. ça ne se referais pas. Hanson tourna brusquement son écran vers moi, et entra le nom d'Abigail, faisant ressortir les données qui la concernait. C'était écrit qu'elle n'y était pas, mais qu'elle devrait y repasser. De gré ou de force. ça ne prouvait rien. Il le tourna de nouveau vers lui.

Tu l'as ta foutue preuve. Maintenant. Fiche moi la paix et va t'énerver ailleurs avant que tu n'aggrave ton propre cas. Tout ce que je sais est écrit dans ce dossier. Pas plus, ni moins.
- Et tu crois que je vais croire un foutu logiciel ? Eh, j'approche des 30 ans pas des 5 !

Il but une longue gorgée d'alcool. Il me fixa droit dans les yeux, écarta légèrement les bras et haussa les épaules.

Je peux rien faire de plus pour toi malheureusement. Mais, sache qu'un jour, elle devra revenir ici. Tôt ou tard et tu le sais et elle aussi le sais.
- Dans tes rêves, Hanson. Tu peux envoyer tes chiens de garde. Je peux très bien les mettre hors-jeu. Avec ou sans don. Tu peux faire quoi d'autre ? Gueuler au monde que les mutants existent ? Excellente idée...

Je levais les yeux au ciel.

- Elle ne remettra pas les pieds ici, ça je peux te le jurer.

Pas tant que je serai en vie, pas tant que Kieran et Harvard le seraient aussi. C'était simplement hors de question.

- Maintenant, arrête de me prendre pour un con qui remarque pas quand on élude ses questions. Qu'est-ce que tu essayes aussi malhabilement de me cacher ?

Je n'allais pas partir tant qu'il ne m'aurait pas répondu. Ce n'était pas lui le maitre à bord. C'était fini le temps où je me prêtai docilement à son petit jeu. Je n'avais pas besoin de me cacher pour quoi que ce soit. Je fermais les poings et laissait l'énergie affluer, sans la laisser déborder pour autant. Je maitrisais largement. Cela étant, s'il tentait quoi que ce soit, l'énergie se propagerait en onde de choc, quelle que soit son attaque. Et ça ferait plus de dégâts que mon pick-up.

- Tu ferais mieux de répondre, je commence à perdre patience.

La menace était plus que sous-jacente. J'en avais assez de perdre du temps avec ses esquives de merde. Abi était en danger, qu'il la cache dans le centre où non, je finirais par la trouver. Je me calais dans mon siège avant de le fixer, tout aussi froidement qu'il l'avait fait.

Conclusion ? Hanson était face à une bombe qui n'attendait qu'un prétexte pour exploser. Si j'étais à sa place j'éviterais de trop chercher les ennuis.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donovan Hanson

avatar


✖ Messages : 57
✖ Date de naissance : 27/07/1967
✖ Bougies : 50
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Mar 12 Juin - 21:36

Dans tes rêves, Hanson. Tu peux envoyer tes chiens de garde. Je peux très bien les mettre hors-jeu. Avec ou sans don. Tu peux faire quoi d'autre ? Gueuler au monde que les mutants existent ? Excellente idée...

Je lui répondit d'un petit sourire énigmatique. Je l'avait mainte et mainte fois entendue celle-là. Rien de vraiment impressionnant en réalité. Jeremy n'en savait pas beaucoup et je ne lui dévoilerait rien. Cette femme, un jour où l'autre, reviendrait en ces murs. Jeremy ou pas Jeremy. Peu importait. Il levait les yeux en l'air. Je commençait à fulminer intérieurement.

Elle ne remettra pas les pieds ici, ça je peux te le jurer.

Même petit sourire. Sauf que cette fois, j'ajoutais mystérieusement.

Ne jamais jurer sur des paroles que tu ne sais pas si tu seras capable de tenir. Tu le sais ça au moins ?

Non et il s'en foutait. Mais, c'était pas un choix que je donnais. J'avais dit, de gré ou bien de force. Consciente ou pas. J'avais le bras vraiment long et une poigne légèrement tenace. Il ne savait pas ce qu'il disait. Des paroles en l'air.

Maintenant, arrête de me prendre pour un con qui remarque pas quand on élude ses questions. Qu'est-ce que tu essayes aussi malhabilement de me cacher ?

Je repris mon air sérieux et impassible.

Tu ferais mieux de répondre, je commence à perdre patience.

Je voyais bien qu'il était en colère mais, son espèce d'air trop arrogant qu'il avait en permanence depuis qu'il était dans mon établissement, me fit perdre la patience. Je me penchais légèrement vers lui tout en plissant les yeux et plus qu'arrogant, je crachais mon fiel à mon tour tout en appuyant sur le bouton d'alerte générale qui se trouvait sous mon bureau.

Et puis quoi encore ? Tu crois vraiment me faire peur ... Désolé de te décevoir mais, ça fonctionne pas. Ce que j'élude, effectivement, ça te concerne. Mais, quoi que tu fasses, ça reste à moi de décider si je te le dit ou pas car vois tu, ça me concerne tout autant et JE juge que le moment n'es pas le bon...

Je retournais à ma position originale et écartais les bras en éclatant de rire.

T'es encore plus gamin que je le croyait. Prêt à tout saccager et à tuer ... pourquoi ? Pour absolument rien.

J'attrapais la bouteille et en but une longue goulée encore une fois. Puis, tout sérieusement, je fixais mon regard au sien.

En passant, j'ai sonner l'alerte générale. Donc, si t'a l'intention de me démolir, je te conseille fortement de le faire tout de suite car, dans moins de 5 minutes tout le personnel de l'hôpital risque de débarquer ici-même. Bien sur, tu en démoliras quelques uns mais, dit toi qu'il ne suffit que de une fléchette pour te mettre K.O et pour ton information, si tu es si dangereux que ça. Une fois qu'ils t'aurons mit la main dessus, tu seras un légume pour le restant de tes jours par la drogue. Ou sinon, tu te calme et t'arrête de faire le gosse trop gâter et on discute entre homme et tout finira bien. Je te laisse le choix ? Mais, tu ne pourras pas sortir de ce Centre sans mon seul consentement.

Je priais pour qu'il choisisse la première option. Je savais fortement que mon supérieur n'aurait de cesse que de lui mettre la main dessus par dessus tout. Cet homme était capable de virer le monde à l'envers pour un oui ou pour un non et étrangement, je ne voulais pas que mon fils souffre à ce point. Bien sur, de mon bureau, nous entendions rien. Mais, tout les agents étaient en pied d'alerte en ce moment et se dirigeait par ici, armé. C'était une alerte silencieuse mais, très efficace. J'y avait eu recours à quelques reprises avec des patients assez violent. Un tantinet nerveux, je lui dit.

Fait pas le mauvais choix ... s'il te plaît ... car, effectivement, j'aurais peut-être bien une piste pour toi ... Si s'en est vraiment une ... car j'en ai aucune espèce d'idée. Tu en jugera par toi-même.

J'avais conscience qu'il était impulsif. Je pouvais mourir mais, quoi que je dise, dans son état, il entendrait tout de travers. Je devais le calmer. Et puis, n'était-ce pas le rêve de tout les pères de se faire enterrer par ses enfants...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Mer 13 Juin - 17:30


Hanson se pencha vers moi l'air de perdre patience.

Et puis quoi encore ? Tu crois vraiment me faire peur ... Désolé de te décevoir mais, ça fonctionne pas. Ce que j'élude, effectivement, ça te concerne. Mais, quoi que tu fasses, ça reste à moi de décider si je te le dit ou pas car vois tu, ça me concerne tout autant et JE juge que le moment n'es pas le bon...

Je ne voyais pas le rapport entre lui et moi. Il se remit comme il était avant et se mit à rire.

T'es encore plus gamin que je le croyait. Prêt à tout saccager et à tuer ... pourquoi ? Pour absolument rien.
- Non pas pour rien. Abigail n'est pas rien.

Je secouais légèrement la tête. Il but de nouveau une longue gorgée avant de me fixée.

En passant, j'ai sonner l'alerte générale. Donc, si t'a l'intention de me démolir, je te conseille fortement de le faire tout de suite car, dans moins de 5 minutes tout le personnel de l'hôpital risque de débarquer ici-même. Bien sur, tu en démoliras quelques uns mais, dit toi qu'il ne suffit que de une fléchette pour te mettre K.O et pour ton information, si tu es si dangereux que ça. Une fois qu'ils t'aurons mit la main dessus, tu seras un légume pour le restant de tes jours par la drogue. Ou sinon, tu te calme et t'arrête de faire le gosse trop gâter et on discute entre homme et tout finira bien. Je te laisse le choix ? Mais, tu ne pourras pas sortir de ce Centre sans mon seul consentement.

Je serrai les mâchoires. On était dans une impasse. Il avait l'air soudainement... ébranlé ? Nerveux ? Je n'étais pas sur de le suivre.

Fait pas le mauvais choix ... s'il te plaît ... car, effectivement, j'aurais peut-être bien une piste pour toi ... Si s'en est vraiment une ... car j'en ai aucune espèce d'idée. Tu en jugera par toi-même.

Tout ça pour en arriver là. Je relâchais l'énergie accumulée doucement, sans faire de vagues.

- Pourquoi t'as pas commencé par là ? Abrège et je quitte la place sans faire de vague.

J'étais soudainement lassé de tout ça. Je voulais simplement qu'on nous foute la paix. Ils pouvaient faire chier quelqu'un d'autre au lieu de s'acharner sur Abigail. Je soupirais.

- Finissons en. Et vite. Dis ce que t'as à dire, et je pars.


//tu m'énerves a tourner autour du pot lol

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donovan Hanson

avatar


✖ Messages : 57
✖ Date de naissance : 27/07/1967
✖ Bougies : 50
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Mer 20 Juin - 21:59

Jeremy resta tendu pendant un moment. Étudiant ainsi l'impasse dans laquelle nous nous trouvions. Dans mon cas, je trouverais la mort rapidement mais, dans le sien ... cela pouvait durer jusqu'à son dernier souffle de vieillesse. Je ne le souhaitait pas. Je le vis se détendre peu à peu. Bien, très bien. Une part de maturité ce trouvait en cet homme. J'avais réussis à la toucher.

Pourquoi t'as pas commencé par là ? Abrège et je quitte la place sans faire de vague.

Je rivais simplement mon regard au sien, sans expression. Le compte à rebours se terminait.

Finissons en. Et vite. Dis ce que t'as à dire, et je pars.

Je vis alors de nombreuses ombres passer devant la grande vitrine opaque de mon bureau. C'était le comité d'accueil qui arrivait. Ils ouvrirent directement la porte puis braquèrent tous leurs armes sur Jeremy. Ils étaient une bonne douzaine dans mon bureau et il y en avait qui arrivait sans cesse. Je levais les mains et je m'adressais à eux.

Ceci n'était qu'un test !!! Une fausse alerte uniquement. Retournés tous à vos postes calmement et soyez vigilant. Cela à été beaucoup trop long messieurs.

C'était comme qui dirait, une alerte surprise. Je vérifiais si leurs vigilances à tous était bien présente et je les gardaient vifs. Mes gardes eurent tous le mouvement de sortir tout en acquiesçant de la tête. Quand, j'aperçus un visage particulier parmi eux, je m'adressais particulièrement à lui.

Monsieur Richard ... Veuillez rester ici !!!

Je l'avais vu tiquer quand il avait remarquer Jeremy. Je lui fit signe d'approcher.

Richard, quelqu'un m'a dit que tu t'étais absenté pendant un certain temps ce matin ... Pourquoi ???

Demandai-je froidement. (C'est le gardien bouclier qui était avec les deux autres pendant l'enlèvement...) Richard se tendit et regarda un peu partout nerveusement. Fixant mon regard glacial sur lui, j'attendis une réponse.

Monsieur Hanson ... J'avais un rancart important que je ne pouvais pas manquer.

Je sentais de la crainte dans sa voix.

Vous auriez pas pu me prévenir ? Vous en êtes à votre deuxième avertissement Richard. Je vous avais prévenus qu'au troisième, vous serez congédier n'est-ce pas ?

Il acquit piteusement de la tête. Je lui fit signe de s'approcher. Il hésita. Je me retournais alors vers Jeremy.

La voilà ta piste. Chaque fois que cet homme quitte mon établissement, il semble y avoir ... un contre temps avec d'autres personnes ... C'est peut-être une coïncidence quelconque mais, j'en doute fortement.

À voir le visage de mon fils, ils se connaissaient déjà. J'eus un petit sourire puis m'adressais ensuite à Richard.

Deux jours sans solde pour toi et ... allez régler vos problèmes ailleurs que dans mon établissement je vous pris. Sinon, je vous envois tout les deux dans le noir pour un bon bout de temps.

Richard regarda Jeremy. Il faisait facilement le double de sa corpulence. Jeremy devint vermeil et Richard fuit en ne demandant pas son reste. Je frottais mes mains et m'exclamais à Jeremy juste avant qu'il ne sorte.

Tu repasseras me voir quand tu auras régler tes affaires, nous avons à discuter de choses très importantes pour toi !!!!

Je doutais fortement que Richard parlerais de quoi que ce soit. Probablement qu'il lancerait Jeremy sur une fausse piste quelconque. Enfin, tout ça n'étais peut-être qu'une coïncidence, je n'en savais absolument rien ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Jeu 21 Juin - 18:02


Je m'étais légèrement calmé, même s'il n'aurait pas fallut grand chose pour que je m'énerve. Je me retrouvais soudainement dans la ligne de mire d'un peu trop d'armes à la fois. Hanson leva les mains.

Ceci n'était qu'un test !!! Une fausse alerte uniquement. Retournés tous à vos postes calmement et soyez vigilant. Cela à été beaucoup trop long messieurs.

A mon grand soulagement, ils obéirent assez vite. Ils hochèrent la tête avant de sortir. Je gardais mon attention rivée sur Hanson. A mes yeux c'était lui la plus grosse menace de la pièce, parce que c'était lui qui tirait les ficelles. Un seul geste pouvait le trahir.

Monsieur Richard ... Veuillez rester ici !!!

Il fit signe au gars d'approcher..

Richard, quelqu'un m'a dit que tu t'étais absenté pendant un certain temps ce matin ... Pourquoi ???
Monsieur Hanson ... J'avais un rancart important que je ne pouvais pas manquer.

Je relevai légèrement la tête au son de sa voix. Je rêve où il flippe ?

Vous auriez pas pu me prévenir ? Vous en êtes à votre deuxième avertissement Richard. Je vous avais prévenus qu'au troisième, vous serez congédier n'est-ce pas ?

Hanson me fixa ensuite.

La voilà ta piste. Chaque fois que cet homme quitte mon établissement, il semble y avoir ... un contre temps avec d'autres personnes ... C'est peut-être une coïncidence quelconque mais, j'en doute fortement.

Je me tournais et reconnus le mec qui avait failli m'aligner et que j'avais aligner. Je serrais les mâchoires.

Deux jours sans solde pour toi et ... allez régler vos problèmes ailleurs que dans mon établissement je vous pris. Sinon, je vous envois tout les deux dans le noir pour un bon bout de temps.

Richard me fixa et je sentis la colère monter, il tourna les talons et fuis. Je me levais et m'apprêtais à le poursuivre quand Hanson m'interpella.

Tu repasseras me voir quand tu auras régler tes affaires, nous avons à discuter de choses très importantes pour toi !!!!

J'acquiesçai, sans trop savoir si je reviendrais. Je m'élançais à la poursuite de Richard. Il était pas allé bien loin. Je l'acculais dans un coin isolé. C'était un dégonflé, ça se voyait. Il était bon qu'à fuir.

- Ou-elle-est ?

Je détachais chaque syllabe comme si je parlais à un attardé. Je n'eus qu'à faire rougeoyer un peu mon poing pour qu'il flippe.

- J'en sais rien ! Je devais juste neutraliser les dons. Ma part du contrat s'arrêtait là.

Je le plaquais violemment contre le mur.

- Elle a pas pu se volatiliser ! Où elle est ?!
- Y avait un autre mec, c'est tout. J'en sais pas plus, on ma dit d'attendre ses mecs et de les suivre.

Fait chier ! Je lui envoyais mon poing dans la gueule. Il refusa d'en dire plus. C'était peine perdu, on aurait presque pu le croire lobotomisé. Je le lâchais, dégoûté.

- Recroise plus jamais ma route.

Je me barrais. J'avais pas plus avancé. Je retournais au Centre, droit dans le bureau de Hanson.

- De quoi tu voulais parler, alors ?

Je m'appuyais contre le mur.

- J'espère que c'est pas une perte de temps.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donovan Hanson

avatar


✖ Messages : 57
✖ Date de naissance : 27/07/1967
✖ Bougies : 50
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Sam 23 Juin - 0:20

Jeremy avait acquis de la tête tout juste avant de prendre le garde en filature. Sans refermer la porte. Je me levais donc et allais la fermer doucement tout en jetant un coup d'oeil dehors. Il n'y avait plus personne. Je retournais m'assoir à mon bureau mais, auparavant, je fis un petit détour et j'ouvris le placard où je rangeais mes sarraus. Les écartant, je tâtonnais dans le mur du fond puis après un certain temps, j'entendis un petit déclic et une petite porte secrète chuinta en ouvrant. C'était un tout petit casier très bien caché. De la main, j'attrapais la seule petite boite présente. Elle n'était pas bien lourde mais, très précieuse à mes yeux. Pour quiconque d'autre, ça ne signifiait pas beaucoup et n'avait absolument aucune valeur réel de marchandage quelconque. Enfin, la petite boîte à chaussure dans les mains, je retournais m'assoir à nouveau à mon bureau. Revoir Jeremy à nouveau m'avait légèrement ébranlé. Pourtant, je croyais ce temps de sentimentalisme complètement révoqué. Posant la boîte face à moi, je rivais mon regard dessus. N'osant pas l'ouvrir. Je sortis ma bouteille de Scotch et m'enfilais quelques verres tout en toisant cette fameuse boîte du regard.

Comment je peux bien faire ça ... Maintenant ... Reviendra t-il vraiment ??? Je crois pas ... Il à des chats plus important à fouetter...

Pensai-je sans lâcher la boîte des yeux. Je vis une ombre passer dans la vitrine. Je n'y portait aucunement attention jusqu'à ce que la porte de mon bureau ouvre à nouveau. Sur Jeremy ... Je levais le regard, légèrement paniqué. Ne sachant pas réellement quoi faire, je croisais les bras pour dissimuler la boîte. Il n'y porterait peut-être pas attention avec de la chance. Mais, je n'y comptais pas trop. Il était fin limier et retenait cette particularité de son géniteur.

De quoi tu voulais parler, alors ?

Je ne trouvais simplement aucun mot à répondre. Toujours un peu livide. J'enfilais à nouveau un verre. Il s'appuya contre le mur tout en me toisant du regard.

J'espère que c'est pas une perte de temps.

Je relevais mon regard sérieux vers lui.

Je ne croyais pas te revoir sitôt ... Tu ne m'en donne alors pas le choix même si je ne pense pas que le moment soit le bon. Il ne dois jamais vraiment y avoir de bon moment pour ces choses ...

Je soupirais de découragement. C'était étrange. Je me sentais tellement vulnérable en ce moment. Bizarrement, je ne sais même pas ce que je craignais.

J'en déduis alors que c'était une fausse piste. Viens t'assoir et prend un verre avant. ça va te porter un dure coup. Je crois ...

Je soufflais les deux derniers mots plus qu'autre chose.

Toi, particulièrement, je t'ai toujours plus ... garder à l'oeil que tout les autres.

Je coulais un verre de Scotch à Jeremy tout en ayant un petit rire un peu nerveux. Je le glissais ensuite vers lui doucement, de la pointe des doigts. Me redressant, je dévoilais la petite boîte. Posant mes mains dessus, je fermais les yeux un court instant puis, je la glissait doucement vers Jeremy en ajoutant.

C'est pour toi ...

Dans cette boîte, il y avait, sa première paire de chaussure et son premier habit. Celui que les bébés portent en sortant de l'hôpital. Son bonnet était là aussi ainsi qu'une petite boule de chaire brunâtre. Son nombril. Certificat de naissance, certificat de baptême. Même le petit bracelet que les infirmières attachent après le poignet des poupons à leur naissance. Il y avait aussi quelques photos de moi qui le tenait dans mes bras. Aucune de sa mère par contre. Elle était morte en lui donnant naissance. Accouchement très difficile, elle avait souffert comme aucune autre personne en se monde en ce faisant imploser par son propre enfant. Jeremy ouvrit la boîte et regarda rapidement ce qu'il y avait sur le dessus. Aucune réaction mis à part de l'emmerdement n'était visible sur son visage. Je ne dis rien. Devenant un peu plus livide, j'attendis qu'il fouille un peu plus. Il n'était pas fou, il réaliserait tout seul. Je n'étais pas capable de rien dire en réalité. Il écarta le petit pyjama et devint blême en rivant son regard dans la petite boîte. Je pris la bouteille et je bus au goulot avidement. J'avais besoin d'une bonne dose de courage en ce moment difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Sam 23 Juin - 19:57


J'étais revenu voir Hanson après une entrevue décevante avec Richard. Je voulais savoir ce que le Dirlo me voulait. J'espérai que ça en valait la peine, parce que j'avais comme la haine, subitement. J'avais l'impression d’être un aveugle lancé dans un labyrinthe. Hanson se contenta de vider un verre, se resservir, et lever les yeux vers moi.

Je ne croyais pas te revoir sitôt ... Tu ne m'en donne alors pas le choix même si je ne pense pas que le moment soit le bon. Il ne dois jamais vraiment y avoir de bon moment pour ces choses ...

Je fronçais les sourcils. Je me sentais pas d'humeur à jouer les devins. Il cachait une espèce de boite derrière ses bras.

J'en déduis alors que c'était une fausse piste. Viens t'assoir et prend un verre avant. ça va te porter un dure coup. Je crois ...
- C'était une piste. Mais le genre voie sans issue.

Je soupirai et finis par aller m'asseoir et me servir un verre, comme il l'avait dit, j'avais besoin de calmer mes nerfs à vif autrement qu'en démolissant tout, même si c'était une chose vraiment tentante.

Toi, particulièrement, je t'ai toujours plus ... garder à l'oeil que tout les autres.

Il servit un verre de Scotch qu'il poussa vers moi du bout des doigts. Je le pris, sans lâcher le directeur du regard. Il eut un petit rire nerveux.

- Pourquoi ?

Parce que je pouvais faire exploser ce qui m'entourait ? Il se redressa dévoilant une petite boite genre boite de chaussure. Il ferma un instant les yeux avant de la pousser vers moi. Je le fixais, sans réellement comprendre. Aurai-je été debout, j'aurais sans doute dansé d'un pied sur l'autre, mal à l'aise. J'aurais pas su dire quoi, mais une chose ne me mettait pas "en confiance".

C'est pour toi ...

Je fronçais les sourcils. Quelque chose ne collait pas dans son comportement. J'ouvris la boite, pour tomber sur le genre fringues de nouveau-né. Et alors ? Je relevais les yeux vers Donovan, qui était livide. Il se payait ma tête ? J'écartais les bouts de tissu, qui étaient légèrement rêches. Je sentis comme une main de glace serrer mes entrailles lorsque mes yeux se posèrent sur les documents dans le fond de la boite. Je me sentis blêmir. Je sortis les papiers et mes mains tremblaient légèrement. C'étaient des infos qui répondaient aux questions qui m'avaient hanté toute ma vie.

- Non...

J'essayais de rester calme en les posant sur le bureau. C'était impossible. ça ne pouvait pas être vrai.

- Tu te paies ma tête.

Je le fixais cherchant en lui la preuve de sa duperie, mais ce n'était pas ce qu'il renvoyait. Les papiers... Les photos, ça pouvait être des faux. Je ne pouvais pas le croire. Tout les bébés se ressemblent. Et Jeremy était un prénom commun. Il savait que j'avais été adopté, c'était un fait que je n'avais jamais caché. Fallait-il être un lâche pour jouer là-dessus. Je reposai avec un calme seulement apparent la boite et son contenu sur la table.

- Trouves toi un autre mec à emmerder, Hanson. Je marche pas dans tes conneries. Je suis plus un môme à qui on fait croire n'importe quoi. Tes papiers ? Rien de plus simple à falsifier. Les photos ? Tous les bébés se ressemblent.

Même si j'avais une drôle d'impression qui ne me lâchait pas, je ne voulais pas le croire. S'il était vraiment mon père pourquoi m'avoir abandonné ? Et pourquoi attendre plus de vingt foutues années ? Je me levais sèchement.

- J'en ai fini ici. Avec ta foutue connerie de centre.

Je me barrais, point final. J'allais pas le laisser jouer à son jeu sordide. Et s'il était vraiment mon paternel... Qu'il aille au diable.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donovan Hanson

avatar


✖ Messages : 57
✖ Date de naissance : 27/07/1967
✖ Bougies : 50
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Lun 25 Juin - 21:02

Déposant la bouteille doucement sur le bureau, j'observais Jeremy qui, lentement, fouillait plus profondément dans la boîte. Il prit les papiers dans le fond et je remarquais que ses mains tremblaient légèrement. Il les observa, livide.

Non...

Il tremblait de plus en plus tout en posant les documents sur le bureau. Comme s'ils étaient la chose la plus fragile au monde.

Tu te paies ma tête.

Je pinçais les lèvres en déniant de la tête doucement.

Pas vraiment, non...

Il fixa ensuite son regard sur moi. Il semblait en état de choc. Avais-je fais une erreur. Probablement. Mais, c'était un secret qui me pesait trop. Surtout depuis qu'il était revenu dans le décors. Je n'aurais pas cru, jamais, devoir lui avouer un jour. Encore moins ressentir ce que je ressentais en cet instant. On m'avais toujours dit que le lien qui vit entre un père et un fils est l'un des liens les plus puissant et des plus tenace. Jamais je n'avais cru c'est ... divagation stupide. Aujourd'hui, je le vérifiait par moi-même et dieu que j'aurais voulut être ailleurs en ce moment. Je n'avais jamais été aussi peu sur de moi qu'en cet instant. Aussi troublé. Béat. Il semblait analyser mon expression d'un regard de mort. Je rivais mes yeux aux siens, lui dévoilant ainsi mon âme. Après un instant, trop long, il déposa la boîte et tout son contenu doucement sur le bureau.

Trouves toi un autre mec à emmerder, Hanson. Je marche pas dans tes conneries. Je suis plus un môme à qui on fait croire n'importe quoi. Tes papiers ? Rien de plus simple à falsifier. Les photos ? Tous les bébés se ressemblent.

Il niait tout en bloc. Premier réflexe d'un état de choc. Ça faisait mal par contre. Mal où? Je ne saurais le dire réellement. Je me fit remontrance.

Effectivement, tu t'attendais à quoi Hanson. Stupide Hanson ! Qu'il te tombe dans les bras en pleurant PAPA ??? Non, tu l'as perdu le jour où tu l'as abandonné. Maintenant, assume et fait ce que t'a toujours voulut faire de lui !!!

Je déniais à nouveau de la tête pour moi-même. Je l'avais détester le jour où il avait tué sa mère, ma femme adorée. Je l'avais haïs dès cet instant. Il était tellement attendu pourtant. Nous le voulions notre fils. Juste avant de mourir, elle m'avait chuchoter qu'elle m'aimait et de prendre soin de notre fils. Je n'avais pas été capable. La haine me grugeait déjà parce que je savais qu'elle allait partir. Elle était morte avec le sourire. Je n'avais pu la sauver. Étais-je en train de lui pardonner malgré moi ? Je n'en savais foutrement rien et je ne voulais pas le savoir pour l'instant. J'étais trop ébranlé.

Je pinçais les lèvres à ses injures sans rien dire. J'en étais pas capable. Il se releva sèchement et cracha son fiel à nouveau.

J'en ai fini ici. Avec ta foutue connerie de centre.

Ce fut plus fort que moi. Mon regard s'obscurcit soudainement et je lui crachait tout juste il tournait les talons.

Tu as tuer ta mère !!! C'est pour ça que je t'ai abandonné. Je t'ai haïs dès cet instant. Je n'étais plus capable même de poser les yeux sur toi. Je la voyait trop. Tu lui ressemble tellement.

J'avais craché ça sèchement. J'avais conscience de probablement avoir le visage vermeil de colère. J'étais tellement en colère présentement. Les larmes coulaient. Une vraie inondation. Ce poids que je venais de laisser tomber me faisait un bien fou.

Je n'ai pu la sauver. Elle était déchiquetée de l'intérieur. Elle est morte lentement, au bout de son sang. Avec un sourire sur le visage tout en te tenant si tu tiens à le savoir. Elle ne t'en voulait même pas. Moi, si. Mais, je m'en suis toujours plus voulut à moi-même. Les forceps. J'aurais dont dû éviter ça. Tu t'es servis de ton don à ta naissance car tu étais en difficulté respiratoire. Tu t'es servis des Forceps comme exutoire à ton énergie et tu t'es frayer un chemin en dehors de ta mère.

Il voulait savoir !!! Il saurait tout !!!

Je ne t'ai garder que quelques heures. Le temps qu'elle meure. Ensuite, j'ai appeler mon cousin. Trent. Pour qu'il vienne te chercher avant que je ne fasse quelque chose d'encore plus irréparable. Il est accourut et il est repartit avec toi. J'ai toujours pourvus à vos besoins. Vous n'avez jamais manquer de rien et il m'a toujours tenus au courant de tes progrès en tout.

J'attrapais la bouteille et but goulûment. Je la lançait ensuite contre le mur. Rageant et pestant contre je sais pas quoi.

Si tu crois que j'ai juste ça à faire de falsifier des foutus papier. Tant mieux !!! Si tu crois que ça me plaît de faire ce que je fais en ce moment. Tant mieux !!! Si tu crois que mon but unique est de te manipuler. Sache que j'ai de bien meilleurs sujets que toi et bien moins arrogant.

Je m'approchais de lui rapidement et je serrais le poing droit tout en lui plantant mon index dans la poitrine. Froid comme le marbre et en colère comme la pire des tempêtes, je fixais mon regard dans le sien et murmurai en saccade.

Voilà 27 ans ... que ... je cherche .... la force de faire ... ce que ... je vais ... faire....

Je tapais à nouveau de l'index sur sa poitrine tout en disant.

Je ... je ... je te pardonne ... Jeremy. Mon fils. Mon fils unique. Je ... je te pardonne ... d'avoir ... t ... tué ta mère.

Puis, les sanglots vinrent. Des sanglots silencieux. Je fis quelques pas en chambranle par derrière avant de m'affaler sur mon siège. Prenant ma tête à deux mains, je fermais les yeux.

Voilà ma femme. C'est fait ... J'espère que tu ne m'en veux pas trop ... Ça été long. Vraiment très long mais ... mieux vaux tard que jamais ... Accueil moi maintenant à bras ouvert car, je viens te rejoindre ... Il va me tuer ... Il en est capable.

Je levais la tête au plafond, simplement. Attendant mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Mar 26 Juin - 12:33


Je ne pouvais pas le croire, ça ne pouvait pas être vrai. Lui ? Mon père ? Je lui dis plus ou moins d'aller se faire foutre, j'en avais fini avec ses conneries. Alors que je venais tout juste de tourner les talons pour vider les lieux, il reprit la parole.

-Tu as tuer ta mère !!! C'est pour ça que je t'ai abandonné. Je t'ai haïs dès cet instant. Je n'étais plus capable même de poser les yeux sur toi. Je la voyait trop. Tu lui ressemble tellement.

Je me tournais lentement, mécaniquement, j'étais abasourdi. Il était cramoisi de colère. Et il pleurait ??? Je ne savais pas quoi faire ou dire. Bordel, il avait l'air sincère !

-Je n'ai pu la sauver. Elle était déchiquetée de l'intérieur. Elle est morte lentement, au bout de son sang. Avec un sourire sur le visage tout en te tenant si tu tiens à le savoir. Elle ne t'en voulait même pas. Moi, si. Mais, je m'en suis toujours plus voulut à moi-même. Les forceps. J'aurais dont dû éviter ça. Tu t'es servis de ton don à ta naissance car tu étais en difficulté respiratoire. Tu t'es servis des Forceps comme exutoire à ton énergie et tu t'es frayer un chemin en dehors de ta mère.

J'accusais le coup, sans doute blanc comme un mort. J'étais tétanisé, incapable de bouger. Ce qu'il me jetait à la figure me tuait.

-Je ne t'ai garder que quelques heures. Le temps qu'elle meure. Ensuite, j'ai appeler mon cousin. Trent. Pour qu'il vienne te chercher avant que je ne fasse quelque chose d'encore plus irréparable. Il est accourut et il est repartit avec toi. J'ai toujours pourvus à vos besoins. Vous n'avez jamais manquer de rien et il m'a toujours tenus au courant de tes progrès en tout.

Il but à la bouteille avant de violemment la jeter contre le mur, ce qui me fit tressaillir.

-Si tu crois que j'ai juste ça à faire de falsifier des foutus papier. Tant mieux !!! Si tu crois que ça me plaît de faire ce que je fais en ce moment. Tant mieux !!! Si tu crois que mon but unique est de te manipuler. Sache que j'ai de bien meilleurs sujets que toi et bien moins arrogant.

Il s'approcha de moi, poing serré, malgré moi, je fis un pas en arrière, me trouvant bloqué par le mur. Il enfonça son index dans ma poitrine à plusieurs reprises, au rythme saccadé de ses paroles.

-Voilà 27 ans ... que ... je cherche .... la force de faire ... ce que ... je vais ... faire....

Il tapa de nouveau, je n'avais même pas la force de réagir. Mon corps s'était transformer en plomb.

-Je ... je ... je te pardonne ... Jeremy. Mon fils. Mon fils unique. Je ... je te pardonne ... d'avoir ... t ... tué ta mère.

Hanson. Donovan... Mon... père... se recula et alla se laisser tomber dans son fauteuil l'air d'attendre je ne savais pas quoi. Il leva les yeux au plafond, et resta comme ça. Je me laissais glisser au sol. Un rire douloureux m'échappa. Ma vue était comme brouillée. Je m'étais même pas rendu compte que je chialais.

- Pendant 27 ans ça m'a hanté de pas savoir. Je me demandais qu'est ce que j'avais bien pu faire pour qu'on m'abandonne...

Je fermais les yeux. Ma mère. Trent. Abi... Et même Donovan... Tout ceux qui m'approchaient finissaient par souffrir. J'étais maudit, ça devait être un truc comme ça. Pas étonnant qu'il me haïsse.

- Je suis désolé...

Je relevais les yeux vers lui. A le regarder comme ça, on pouvait voir de légères ressemblance. Je me rendis compte que Trent ne m'avait jamais réellement parlé de sa famille. J'essuyai mes larmes d'un revers de main.

- P... Parle moi d'elle. Qu'est-ce qu'elle aimait ? Comment elle était ? S'il te plait...

Je finis par me relever lentement. Je repris place face à lui. On devait avoir l'air fins. Je me passais la main sur le visage.

- Où... où est sa... tombe ? J'aimerai... la voir...

J'en avais besoin. J'espérais qu'il comprendrait. J'ignorais même jusqu'à son nom ! C'était pas si gros que ça à avaler comme informations, en fin de compte. Surtout lorsque les choses étaient expliquées. Non, une fois que tout était dit, c'était clair comme de l'eau de roche à comprendre. Même si ça faisait mal. J'avais quand même tué ma propre mère, ok, j'en avais sans doute pas eu conscience mais quand même...

- Trent t'a réellement tout dit sur moi ?

Je le fixais, j'avais plus aucune animosité, je voulais juste comprendre. En apprendre plus sur mes parents. Je pouvais pas effacer ce que j'avais fait. Mais je pouvais essayer ... essayer quoi en fait ?

- Tu n'y es vraiment pour rien pour Abi, alors... il faut que je la retrouve...

Je soupirais. Je pouvais pas la laisser dans quelque galère où elle était. Je me sentais responsable. J'avais dit à Kieran que je veillerais sur elle, et j'avais échoué.

- Si je peux faire quoi que ce soit pour toi... Je sais que je peux pas changer ce que j'ai fait... Mais si tu as besoin de moi... Trent a du te dire que j'étais du genre loyal et à être là quand on avait besoin de moi...

Non, j'arrivais pas à dire "Papa" ou même "Père". Le mot se bloquait dans ma gorge. Et je me sentais pas de lui dire.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donovan Hanson

avatar


✖ Messages : 57
✖ Date de naissance : 27/07/1967
✖ Bougies : 50
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Mar 26 Juin - 21:39

Regardant toujours le plafond, le flot de larmes c'était lentement calmé. Se tarissant complètement. Je devais avoir l'air particulièrement bouffon en ce moment. Les yeux rouges à un point tel qu'ils semblaient vouloir éclater. Cela faisait 27 ans que j'amassais et que je refoulais cette colère à l'intérieur de moi. J'entendis une étrange plainte de la part de Jeremy. Je fermais les yeux. Telle était ma réaction pendant quelques secondes. Quand j'entendis un choc sourd, je les ouvris à nouveau tout en baissant la tête. Jeremy était affalé par terre contre le mur. Il pleurait. Doucement. Je l'entendit marmonner.

Pendant 27 ans ça m'a hanté de pas savoir. Je me demandais qu'est ce que j'avais bien pu faire pour qu'on m'abandonne...

Il releva son regard larmoyant vers moi.

Je suis désolé...

Je hoquetais de douleur. Était-ce mon coeur qui reprenait vie. Je n'en savais trop rien. La carapace fondait-elle ??? En cet instant si morose ... Je déniais de la tête légèrement tout en disant difficilement.

Ne soit pas désolé ... Ce n'est pas ta faute ... c'était toi ... ou elle. Tu suffoquais, elle n'était pas capable de continuer. Ce fut le plus cruel de mes choix et de loin, le plus difficile et ... je l'ai souvent regretter. Crois moi. Mais ... ce n'est pas ta faute. Elle t'adorait déjà ... et moi aussi d'ailleurs... même si on te connaissait pas.

Après tout ce temps ... Tout ce poids. C'était fini. C'était le pire des fardeaux qu'un homme pouvait porter. À part celui de la perte de son enfant et ça ... j'y avait veiller aux grains, de loin. Avec son caractère on ne peut plus arrogant et ses manies de coureur de jupon, c'était pas toujours facile. Parfois, il s'était fait des ennemis plutôt coriace.

P... Parle moi d'elle. Qu'est-ce qu'elle aimait ? Comment elle était ? S'il te plait...

J'eus un rire douloureux tout en toussant. Je secouais la tête. Me replongeant dans tout ses magnifiques souvenirs qui étaient tellement ... douloureux.

Elle se nommait Jessyka Denis. Tu lui ressemble tellement. C'était une femme extra ordinaire. Elle ne se laissait pas écraser par personne. Tu possède son caractère fougueux. Elle n'était pas superficielle. Tout ce qu'elle voulait dans la vie ... c'était ... toi.

Je pris une pause pour me moucher puis, continuais.

C'est elle qui me ramenais souvent sur la terre. Nous étions encore à l'école en ce temps. Nous avions de grands projets pour l'avenir. Nous étions si jeune. Elle avait encore la vie devant elle. J'aurais aimé qu'elle te connaisse. C'est si loin tout ça ...

Finis-je difficilement. Il se releva et revint prendre place dans le fauteuil face à moi. Il se passa la main sur le visage.

Où... où est sa... tombe ? J'aimerai... la voir...

Je me retournais et regardait dehors. Le Centre possédait son propre cimetière. Elle y était enterrée. À l'écart. Je l'y rejoindrait à ma propre mort. C'était dans mon testament. C'était mon devoir. Me retournant vers Jeremy, j'ajoutai.

Ici même ... dans le plus bel endroit. Sous le seul saule pleureur...

Je lui avait choisit le plus bel endroit et j'avais planter cet arbre. Tout petit qui était rapidement devenue aussi majestueux et magnifique qu'elle. J'avais fait refaire sa stèle à de nombreuses reprises aux fils des augmentations de mes moyens financiers. Maintenant, elle possédait une stèle d'améthyste cerclée d'or pure.

Trent t'a réellement tout dit sur moi ?

Je soupirais. Revenant de mes fortes émotions peu à peu.

Enfin, nous correspondions surtout par é-mail et par courrier. Parfois, quand tu n'étais pas là, il m'appelait. S'il me disait tout, je n'en sais rien. Il était supposé m'en dire le plus possible... pour que je puisse te connaître du mieux que je le pouvait. Dans chaque correspondance, il me vantait tes mérites et tes coups bas. Il espérait que je te reprenne un jour. Ça lui faisait de la peine de me voir dans cet état je crois. Il ne voulait pas ça. J'aurais pas pu être un meilleur père que lui. Il ne pouvait pas avoir d'enfant.

Il me fixait. Toute arrogance aillant disparut de son regard.

Tu n'y es vraiment pour rien pour Abi, alors... il faut que je la retrouve...

Il semblait vraiment éprit d'elle. Je compris alors que je me devais de l'aider au mieux possible de mes connaissances. Ce que je lisais dans ses yeux quand il parlait de cette fille, c'était ce que moi je ressentais pour sa mère. Je ne voulais pas qu'il endure l'épreuve que moi j'avais enduré.

Si je peux faire quoi que ce soit pour toi... Je sais que je peux pas changer ce que j'ai fait... Mais si tu as besoin de moi... Trent a du te dire que j'étais du genre loyal et à être là quand on avait besoin de moi...

J'eus un petit rire maladroit.

Effectivement. Même que parfois tu pouvais être ... trop là.

Il esquissa le geste de se relever pour partir. Tendant le bras, j'attrapais son poignet pour l'empêcher de partir.

N'essaye pas de changer ce que tu as fait. Il ne faut pas. C'est si loin derrière. Faut accepter le passé et construire l'avenir... Je n'ai pas besoin de toi mais ...

Sans le lâcher, j'ajoutais.

Toi ... tu l'aime cette femme.

Je vis un air interrogateur sur son visage. J'expliquai.

J'ai vu le feu dans tes yeux ... Le même que moi pour ta mère ... Je peux peut-être t'aider ... je ferais ce que je peux. Raconte moi cet incident en détails.

Je le relâchait. Frottant ensuite mes mains ensemble, je croisais les bras et braquait mon regard dans le sien, attentif. S'il aimait vraiment cette femme autant que moi, j'avais aimé sa mère. Je ferais tout pour lui éviter ce que j'avais vécus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Mer 27 Juin - 14:27


Elle se nommait Jessyka Denis. Tu lui ressemble tellement. C'était une femme extra ordinaire. Elle ne se laissait pas écraser par personne. Tu possède son caractère fougueux. Elle n'était pas superficielle. Tout ce qu'elle voulait dans la vie ... c'était ... toi. C'est elle qui me ramenais souvent sur la terre. Nous étions encore à l'école en ce temps. Nous avions de grands projets pour l'avenir. Nous étions si jeune. Elle avait encore la vie devant elle. J'aurais aimé qu'elle te connaisse. C'est si loin tout ça ...

C'était la situation la plus étrange qu'il m'ait été donné de vivre. Je lui demandais alors où se trouvait sa tombe. Je voulais la voir. Même si ce n'était qu'un caillou. Il se tourna vers la fenêtre.

Ici même ... dans le plus bel endroit. Sous le seul saule pleureur...

Dans l'asile ? C'était pas le premier choix qui me serait venu à l'esprit. Je ne pus m'empêcher de lui demander si Trent lui avait vraiment tout dit. Un sujet un peu moins douloureux, j'espérais.

Enfin, nous correspondions surtout par é-mail et par courrier. Parfois, quand tu n'étais pas là, il m'appelait. S'il me disait tout, je n'en sais rien. Il était supposé m'en dire le plus possible... pour que je puisse te connaître du mieux que je le pouvait. Dans chaque correspondance, il me vantait tes mérites et tes coups bas. Il espérait que je te reprenne un jour. Ça lui faisait de la peine de me voir dans cet état je crois. Il ne voulait pas ça. J'aurais pas pu être un meilleur père que lui. Il ne pouvait pas avoir d'enfant.
- ça, il me l'avait dit.

Peut-être qu'il n'avait pas tout dit. On ne le saurait jamais vraiment. Je finis par réellement comprendre qu'il n'y était pour rien dans l'enlèvement de ma petite amie, comme il le disait. ça me tira un soupir. Je lui dis ensuite que s'il avait besoin de moi, je serais là. Il eut un léger rire.

Effectivement. Même que parfois tu pouvais être ... trop là.
- On peut pas être parfait, fis-je avec un léger sourire.

Je me relevais pour quitter les lieux, mais il m'attrapa par le poignet pour me retenir.

N'essaye pas de changer ce que tu as fait. Il ne faut pas. C'est si loin derrière. Faut accepter le passé et construire l'avenir... Je n'ai pas besoin de toi mais ... Toi ... tu l'aime cette femme.

Je le fixais, interrogateur.

J'ai vu le feu dans tes yeux ... Le même que moi pour ta mère ... Je peux peut-être t'aider ... je ferais ce que je peux. Raconte moi cet incident en détails.

Il me lâcha. Je me rassis tandis qu'ils se frottait les mains.

- Je l'aime, ouais. Je ferai tout pour elle...

Je crois que ça, il en avait eu l'aperçu. J'étais quand même un sacré tocard, à foncer comme ça.

- On était chez elle, tranquilles quand un gars qui soi-disant bossait pour son frère est arrivé. J'ai pas compris toute la conversation. Elle a ouvert la porte, et on s'est fait attaquer. D'où ma gueule amochée. Ton gars Richard là, il a essayé de m'aligner. Il bloque les dons. Une chance pour lui si tu veux mon avis... Fin bref. Je l'étale et je vois l'autre mec, Jason, qui s'en prend à Abigail. Alors je l'attaque. Sauf qu'il a réussi à me mettre KO...

Il cognait fort, ce con là.

- Je l'ai retrouvé dehors -salement amoché lui aussi d'ailleurs - et il m'a envoyé ici. Il sait pas où elle devait être "livrée". D'où mon arrivée... spectaculaire.

Je me passais la main dans les cheveux.

- Alors, t'as une idée ou pas du tout ?

J'espérais que oui.

- J'ai pas besoin de te dire que je m'en remettrai pas s'il lui arrivait quelque chose...

D'après ce qu'il avait dit, on avait pas mal en commun.

- Désolé pour le branle-bas de combat que j'ai déclenché.

C'était pire que lâcher un renard dans un poulailler...

- Tu m'aurais vraiment rien dit, si je n'avais pas insisté ?

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donovan Hanson

avatar


✖ Messages : 57
✖ Date de naissance : 27/07/1967
✖ Bougies : 50
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Jeu 28 Juin - 22:21

Il se rassit lentement tout en me répondant.

Je l'aime, ouais. Je ferai tout pour elle...

C'était justement ce que je voulais entendre. Je soupirais en attendant la suite.

On était chez elle, tranquilles quand un gars qui soi-disant bossait pour son frère est arrivé. J'ai pas compris toute la conversation. Elle a ouvert la porte, et on s'est fait attaquer. D'où ma gueule amochée. Ton gars Richard là, il a essayé de m'aligner. Il bloque les dons. Une chance pour lui si tu veux mon avis... Fin bref. Je l'étale et je vois l'autre mec, Jason, qui s'en prend à Abigail. Alors je l'attaque. Sauf qu'il a réussi à me mettre KO...


Il prit une petite pause.

Chez elle ??? Directement ... étrange ...

En plus que Richard était là... Ça me semblait à tout un complot. Mais, qui en était l'auteur direct. J'avais besoin d'y réfléchir. Je connaissais bien des gens un peu partout sur la planète. J'avais d'excellents contacts. Je partis dans mes pensées. Oubliant la solution qui était directement sous mon nez.

Je l'ai retrouvé dehors -salement amoché lui aussi d'ailleurs - et il m'a envoyé ici. Il sait pas où elle devait être "livrée". D'où mon arrivée... spectaculaire.

Je comprenais alors parfaitement pourquoi tout ce vacarme. Il avait une excellente raison mais, il aurait tout de même juste pu venir me voir directement. J'étais pas inaccessible non plus. Par contre, pourquoi l'avoir envoyer ici ??? Fausse piste assurément. Mais, pourquoi ici ???

Alors, t'as une idée ou pas du tout ?

Je secouais la tête. J'avais tellement plein de question à ce sujet. C'était trop vague.

Aucune ... Mais, c'était qui le gars qui était avec Richard ? Lui, je le reconnaîtrait peut-être. Sinon ... c'est trop vague comme situation et j'arrive pas à comprendre le mobile. C'était pas un ex copain dingue par hasard ?

J'ai pas besoin de te dire que je m'en remettrai pas s'il lui arrivait quelque chose...

J'acquis, compatissant.

Je sais ...

Désolé pour le branle-bas de combat que j'ai déclenché.

Je lui sourit franchement et mystérieusement.

Y à pas de quoi ... Tu as comme raviver leurs vigilances je crois. Ils commençaient presque à être trop lâche. Même que ... je crois que je vais quelques fois avoir besoin de tes services comme ça. Ce serait plutôt marrant tu trouve pas ...

Tu m'aurais vraiment rien dit, si je n'avais pas insisté ?

Je redevins sérieux comme un poil.

Erreur. Je t'aurais tout dit mais, probablement pas en ce moment. Ce ne me semblait pas tellement le moment idéale pour ce genre de ... confidence. J'aurais attendus un autre jour où tu aurais été plus ... calme... je dois dire. Mais, bon. Mieux vaux maintenant. Comme ça, c'est fait.

Je lui tapotait l'épaule à quelques reprises quand soudainement, je m'exclamais tout heureux.

Mais .... attend ... On va te la retrouver dans le temps de le dire ta petite amie ... Laisse moi quelques secondes et je te dit ... exactement où elle se trouve ...

Je pianotais très rapidement sur mon ordinateur. Cette femme avait vécue ici pendant un moment. Elle devait surement avoir fait les frais de mon système de repérage ultra-secret. Sur mon ordinateur, j'ouvris un logiciel de mapage mondial. J'y voyais la terre en trois dimension grâce à un satellite que j'avais fortement payer pour avoir en orbite. Rapprochant l'image, je commençais a voir de nombreux points rouge. Grossissant encore et encore, c'est petits points dévoilèrent des initiales. Je cherchais rapidement A. O'R. des yeux. Je savais qu'il n'y en avait pas une centaine. Je cliquais sur les premières initiale que je vis qui y était identique et je m'exclamais je joie.

BINGO !!!

Grossissant l'image encore et encore jusqu'à ce que je vois l'endroit où elle se trouvait. J'écarquillais les yeux de surprise puis fermais mon logiciel rapidement. Rivant mon regard sur Jeremy, je lui dévoilait où elle se trouvait en cet instant ou bien dans les cinq minutes du passé. Je crois qu'il y avait un léger décalage sur le satellite.

Ta copine ... est en route pour ici et je ne comprend absolument pas pourquoi. Elle voyage à bord d'une camionnette toute noire. Ils devraient arrivé ici sous peu. Je dirais tout au plus ... une dizaine de minute.

Bien sur, mon centre possédait des camionnettes toute noire mais, pas de cette marque. C'était une marque assez luxueuse. Je me demandais bien d'où exactement elle provenait. Ça, je ne pouvais le savoir. Je ne pouvais pas retracer l'itinéraire. Simplement faire des hypothèses et ... je la creuserait celle-là.

Jeremy se leva rapidement et j'en fis autant. Pour le suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Dim 1 Juil - 9:22


Après avoir expliqué comment l'enlèvement s'était déroulé à mon père, je lui demandais s'il avait une idée là dessus ou pas.

Aucune ... Mais, c'était qui le gars qui était avec Richard ? Lui, je le reconnaîtrait peut-être. Sinon ... c'est trop vague comme situation et j'arrive pas à comprendre le mobile. C'était pas un ex copain dingue par hasard ?
- Je sais pas. Il s'appelle Jason. Je crois qu'il a bossé au casino du frère d'Abigail. J'pense pas que ce soit un ex. ça avait rien de... passionnel comme attaque.

Je lui avouais que s'il lui arrivait quelque chose je m'en remettrai sans doute pas. Puis je m'excusai de mon entrée en piste assez... houleuse. Ce qui lui tira un drôle de sourire.

Y à pas de quoi ... Tu as comme raviver leurs vigilances je crois. Ils commençaient presque à être trop lâche. Même que ... je crois que je vais quelques fois avoir besoin de tes services comme ça. Ce serait plutôt marrant tu trouve pas ...

Je le regardai avant de brusquement me mettre à rire.

- Pourquoi pas. Mais je crois que tu devrais avant tout faire gaffe à ceux qui bossent pour toi.

Si l'un d'eux s'était fait embarqué dans le plan d'enlèvement... Combien d'autres pourraient faire de même à l'avenir ? Je lui demandais ensuite si il aurait fini par me dire la vérité un jour sans mon insistance.

Erreur. Je t'aurais tout dit mais, probablement pas en ce moment. Ce ne me semblait pas tellement le moment idéale pour ce genre de ... confidence. J'aurais attendus un autre jour où tu aurais été plus ... calme... je dois dire. Mais, bon. Mieux vaux maintenant. Comme ça, c'est fait.

Il me tapota l'épaule à plusieurs reprises. J'acquiesçai, même si j'étais un peu sceptique. Il eut soudain l'air tout content.

Mais .... attend ... On va te la retrouver dans le temps de le dire ta petite amie ... Laisse moi quelques secondes et je te dit ... exactement où elle se trouve ...

Intrigué, je l'observais pianoter limite comme un malade sur son clavier, jusqu'à ce que...

BINGO !!!

Je sursautai légèrement ne m'attendant pas à un tel cri de joie. Il eut l'air surpris un instant, puis il quitta sans doute son logiciel avant de se tourner vers moi.

Ta copine ... est en route pour ici et je ne comprend absolument pas pourquoi. Elle voyage à bord d'une camionnette toute noire. Ils devraient arrivé ici sous peu. Je dirais tout au plus ... une dizaine de minute.

Je le sondais légèrement du regard, mais il avait vraiment l'air de pas savoir pourquoi, donc, je décidais de lui faire confiance sur ce coup là. Je me levais et il fit de même prêt à me suivre. Je me rendis compte que je n'avais strictement aucun plan d'action, je ne savais même pas à qui j'avais à faire ! Ni combien ils pouvaient être !

- Y a un endroit d'où on pourrait observer leur arrivée ? Quoi qu'il arrive, il faut bien éviter de faire trop de dégâts, non ?

Il sembla plutôt surpris de ma réaction calculatrice. Il devait plus s'attendre à ce que je réagisse impulsivement. Je le suivis donc jusqu'à un point où on pourrait voir sans être vu. Quelques instant plus tard, des mecs qui avaient tout l'air d'être des militaires ou peu s'en faut, apparurent, trainant une ABi qui avait l'air sacrément mal en point, et un Harvard l'air pas au top non plus. Mon sang ne fit qu'un tour dans mes veines mais un éclat métallique m'empêcha d'agir immédiatement. Bordel. Ils avaient des armes.

Je me tournais vers Donovan.

- Qu'est-ce qu'on peut faire ?

Je me fiais à lui sur ce coup-là. Il connaissait les lieux mieux que moi.

- Il faut que je prévienne son frère.

Ce que je fis dans l'instant avant d'attendre que mon père me réponde. S'il m'aidait, je lui en devrait une belle.

L'attente me parut interminable, comme toute attente. Je détestais ça. J'étais un homme d'action, pas une statue de cire ! Je me perdis un moment dans mes pensées.

-*REMYYYYYYYYYY !!!!! REMYYY !!! JE SUIS LÀ !!!!*

Je manquais de sauter au plafond tellement c'était inattendu. A voir la tête de Donovan, il avait aussi bien entendu que moi.

*Je sais Abi ! Je vais te sortir de là ! Tiens bon !*

Je le pensais en boucle, de toutes mes forces. Je relevais les yeux vers mon père.

- Quel est le meilleur endroit ici pour "cacher" un mutant ?

L'asile complet, j'étais presque tenté de me répondre. Je fixais alors Donovan dans les yeux.

- T'es avec moi... Papa ?

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donovan Hanson

avatar


✖ Messages : 57
✖ Date de naissance : 27/07/1967
✖ Bougies : 50
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson ! Mar 3 Juil - 22:07

Y a un endroit d'où on pourrait observer leur arrivée ? Quoi qu'il arrive, il faut bien éviter de faire trop de dégâts, non ?

J'arquai les sourcils de surprise face à ce semblant de stratégie. C'était le côté qui me ressemblait le plus. À long terme, je lui apprendrai à bien le développer. Je m'attendais plus à le voir partir en courant et essayer de tout saccager sur son passage. Il pouvait être surprenant.

hum ... oui oui ... suis-moi.

Nous sortîmes donc directement de mon bureau. Si j'avais bien vu. La fourgonnette entrerait directement par l'urgence. C'était tout à fait étrange. Pourquoi là ??? Enfin, on le saurait bien assez tôt. Je me dirigeait donc vers la salle à dîner du personnel et nous nous postâmes devant la vitrine. Nous vîmes la dite fourgonnette entrer justement par l'urgence. Elle se stationna rapidement et ... des espèces de militaire en sortirent rapidement dans un ordre disciplinaire assez exceptionnel je dois dire. Je sifflais.

On dirais la grosse pointure ...

Un homme prit une femme et deux autres tenaient fermement un homme. Ils portaient tous des verres fumés. On aurais presque dit des commandos. Trois hommes devant et trois autres derrières, ils entrèrent comme ça dans l'urgence de mon hôpital. Juste avant qu'ils n'entrent dans mon urgence, un coup de vent écarta un pan de manteau de l'un des hommes. Un éclat métallique de très mauvais augure. Noir. Trop gros pour être seulement un pistolet. Plus probablement de petite mitrailleuse portable. Je sifflais à nouveau.

Je sens vraiment les emmerdes là ... ils sont plus que lourdement armés.

Moi et Jeremy, nous nous regardèrent en même temps.

Qu'est-ce qu'on peut faire ?

J'arquais les sourcils pensivement. Rivant toujours mon regard sur l'entrée de l'urgence maintenant inerte.

Il faut que je prévienne son frère.[b]

Son frère ... pourquoi diantre son frère ... qu'avait-il à voir la dedans à son tour. Remy pianota rapidement sur son portable.

[b]Pour l'instant ... Je ne crois pas que nous puissions y faire grand chose. Avec leurs armements, si ces hommes le décident, ils peuvent prendre mon hôpital d'assaut et je ne pourrais me défendre que pitoyablement face à eux mais ... usons de ruse veut-tu ? Je vais surement me faire convoquer et je te dirais que faire à ce moment. Il faut tout d'abord que nous sachions ce qu'ils veulent.


Nous restâmes silencieux quelques instants, attendant le moment fatidique.

REMYYYYYYYYYY !!!!! REMYYY !!! JE SUIS LÀ !!!!

Je sursautais dans les airs en lâchant un cris de surprise. Mais, c'était la première fois que j'entendais une voix de femme dans ma tête.

Quel est le meilleur endroit ici pour "cacher" un mutant ?

Pourquoi cacher un mutant ici ... Ils étaient pleins à habiter ici-même alors, pourquoi en cacher un seul... Enfin, j'arquais à nouveau les sourcils en lâchant.

Les cellules d'isolement je crois ...

Remy me fixa alors dans les yeux et me lança le plus sérieusement du monde.

T'es avec moi... Papa ?

J'ouvris la bouche béatement sous cette demande. Je ne m'attendais pas du tout à ça. Au dernier mot surtout. Ça avait un goût aigre-doux. Étais-je réellement prêt à assumer cela ? Je le fixais un moment, la bouche ouverte. La refermant soudainement, j'attrapais Remy par la nuque et j'accotais mon front contre le sien tout en fixant mon regard dans le sien. Je lui répondit avec un petit sourire.

Jusqu'à la fin de mes jours ... mon ... fils.

Je le relâchait ensuite, j'avais les yeux plein d'eau. Jamais je n'avais imaginer ressentir une telle euphorie pour quelques mots que ce soit.

Nous avons besoin d'un plan d'action....

Fini-je pensivement. J'eus une idée de génie instinctivement. Comme à mon habitude. Je lui lâchait en prenant la fuite rapidement.

Viens !!! Suis-moi... Je peux pas vraiment agir ouvertement mais, je vais faire quelque chose pour toi.

La suite dans l'isolement ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson !

Revenir en haut Aller en bas

Où elle est ? Je te conseille de répondre, Hanson !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» L'armée d'Haïti est-elle soluble dans la démocratie ?
» Elle est admirable cette haitienne.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée des Cinglés :: Le Centre :: Bureaux de la direction-
Sauter vers: