Qu'est-ce que la Folie ?

Partagez|

Livraison spéciale !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Hunter C. Moriarty

avatar
♠ Valet de Pique ♠


✖ Messages : 67
✖ Date de naissance : 13/07/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Dans ton dos.

MessageSujet: Livraison spéciale ! Lun 4 Juin - 17:03


(une pizza fromage - chocolat pour la 13 ! Non je déconne)

Je n'avais pas eu à attendre longtemps pour que Jason revienne. Il avait l'air d'être tombé sur un os. La fille avait l'air assez sonnée. Elle marmonnait des noms en alternance.

-Mon job est fait... Fait la disparaitre et apporte là à Daniel... T'inquiète c'est pas elle qui ma démoli la gueule comme ça.
- Dommage, j'aurais trouvé ça hilarant. fis-je narquois.

Je récupérais donc la jeune femme. Je me dépêchais d'entrainer Abigail vers ma voiture, c'est avec soulagement que je sentis mon don revenir. Je l'activais immédiatement et nous devînmes invisibles. De toutes façons, je doutais que quelqu'un m'ait repéré. Une fois dans la voiture, j'attachais la jeune femme et fit en sorte qu'elle ne puisse pas s'enlever la ceinture toute seule. Je pouvais pas la garder invisible et conduire en même temps. Il fallait que je fasse extrêmement vite. Et qu'il n'y ait pas de flics. Sur ce coup-là, j'avais été plutôt chanceux. Je me garais en trombe dans l'allée. Quoi qu'il se soit passé dans l'appartement, j'étais bien content qu'elle ne se réveille pas totalement. Je défis la ceinture et l’entraînai, cahin caha jusqu'à la porte, la maintenant invisible. Je sonnais. Ce fut l'espèce de majordome de service qui m'ouvrit.

- Dis à Daniel que son Ombre a une livraison à lui faire.

Je doutais qu'il soit au courant pour la mission que Daniel nous avait confiée, et puis de toutes façons, je faisais les choses comme il me plaisait de les faire.

- Et magne toi un peu, c'est pas que ce soit chiant de faire le planton, mais ça y ressemble.

Le laquais me jeta un regard courroucé et s'en alla quérir Dea Young. Tant mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Daniel Dea Young

avatar


✖ Messages : 41
✖ Date de naissance : 11/04/1971
✖ Bougies : 47

MessageSujet: Re: Livraison spéciale ! Lun 4 Juin - 22:26

Étant avec Amy, mon domestique vint me voir et m'annonça à l'oreille que j'avais un livreur à la porte. J'acquis d'un léger signe de tête pour le congédier puis, je me retournais vers Amy.

Je vais te laisser, le devoir m'appelle. Bonsoir et à bientôt ...

Je me relevais sans plus et partie lentement vers l'entrée du manoir. Arrivant à la porte, je l'ouvrit sans cérémonie et accueillais mon Ombre, sérieusement.

Toujours aussi fidèle mon ami...

Je lui fit signe d'entrée à l'intérieur.

Discret, il y à de mauvaises oreilles non loin. Suis moi ...

Je créais deux clones pour prendre le fardeaux de Fantôme. Ils me suivit jusque dans mon bureau. J'assieds la jeune femme à une chaise puis, je me postais de chaque côtés d'elle tandis que je prenais aussi place dans ma chaise. Je désignais ensuite la chaise en face de moi.

Maintenant, tu peux me faire ton rapport...

Il me fit un cours résumé des événements. Je pinçais les lèvres à quelques reprises. Puis, je jaugeais la fille du regard. Elle était inconsciente. Retournant ensuite les yeux vers Fantôme, je lui dit froidement.

Fantôme ... C'est bien la première fois que j'entends que tu prends des ordres d'une autre personne que moi. Pourquoi ? À ce que j'ai compris, tu t'es fait entièrement dicter ta conduite et cela m'étonne grandement. Devrais-je laisser ta place de second à cet homme dit-moi ? Tu es supposé être mon Ombre. Pas le pantin du premier venu. Quand je t'ai demander d'écouter attentivement ce que l'homme avait à te dire. C'était s'il y avait présence d'un être spécial. C'était tout.

Je lui fit un mince sourire sarcastique.

Jamais j'aurais cru que tu ne lui obéisse. Je voulais de la discrétion avant tout... Je vois bien que l'opération à été quelque peu gâchée. Dois-je m'attendre à de la visite importune pour bientôt ?

Je sortis une bouteille de Cognac et j'en coulais deux verres puis, j'en glissais un vers mon Ombre tout en affirmant froidement.

Tu veux me faire plaisir... N'agit plus jamais de la sorte avec un autre que moi-même. Maintenant, j'aurais un autre boulot pour toi. Tu travailleras en Solo cette fois.

Je bus une petite gorgée de mon verre et je jetais un regard à la fille. Tant qu'elle était inconsciente, nous étions en sécurité. Elle était télépathe. Puissante mais, télépathe tout de même. Si jamais elle s'éveillait, je me diviserai à nouveau et je penserai à beaucoup de chose pour la confondre. Elle ne saurait plus quoi croire. J'y étais habitué. C'était le deuxième don le plus commun de notre race.

Tu es bien plus efficace en solo à ce que je constate, donc, il y à une chose à laquelle j'aspire tu vois. Le casino. La fille, n'est que diversion. Ce que je te demanderai, ce sera de subtilisé la liste de nom de toute les entrées et sorties de cet immeuble. Je sais qu'ils en possède une. Il me la faut. Si tu ne la trouve pas sur papier. Emmène moi l'ordinateur de cet Irlandais. Il va être occuper à rechercher sa tendre soeur alors, la vigilance de son établissement sera ... grandement affectée. Je te laisse le loisir de choisir quand tu le fera, mais, ne tarde pas trop par contre car, je ne pourrais pas garder cette femme ici éternellement.

Juste comme je disais ça, je la vit ouvrir les yeux et regarder béatement tout autour d'elle. J'attendis qu'elle rive sont regard sur moi. je me mit à penser fortement à de nombreux truc anodin. Cela sembla l'étourdir quelque peu. Elle semblait un peu paniquée.

Ne vous emballez pas Mademoiselle O'Ryan, vous êtes en excellente sécurité en ma demeure...

Je lui tendit la main avec courtoisie.

Quel impolitesse ... Peut-être prendriez vous un verre très chère ?

Je sortis ensuite un troisième verre puis, je l'emplis doucement. Je le lui tendit ensuite.

Vous serez mon invitée pendant un certain temps très chère. Je ne vous maltraiterais pas, ne vous inquiétez pas. Je suis un parfait Gentlemen.

Ce qui était totalement vrai. Je me retournais ensuite vers Fantôme et demandait.

Est-ce que c'est d'accord ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hunter C. Moriarty

avatar
♠ Valet de Pique ♠


✖ Messages : 67
✖ Date de naissance : 13/07/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Dans ton dos.

MessageSujet: Re: Livraison spéciale ! Mar 5 Juin - 16:03


Toujours aussi fidèle mon ami...

Je me contentais de hocher la tête. Il me fit signe d'entrer.

Discret, il y à de mauvaises oreilles non loin. Suis moi ...
- Je suis toujours discret.

Une fois que je fus à l'intérieur, il créa deux doubles pour me soulager de mon fardeau. Je n'étais jamais vraiment à l'aise quand il agissait de la sorte. Je préférais savoir à qui je parlais. Nous nous dirigeâmes vers son bureau, la pièce la plus sûre s'il pouvait en être une j'imaginais. Il assit Abigail sur une chaise et m'en désigna une face à celle où son vrai lui, j'espérai, c'était installé. Je m'installais. Je savais pertinemment qu'il aurait pu me laisser poireauter debout indéfiniment.

Maintenant, tu peux me faire ton rapport...

Je lui relatais très précisément tout ce qui s'était passé depuis son message jusqu'à ce que je sonne à sa porte. Il pinça les lèvres plusieurs fois, une chose lui déplaisait. Il jaugeai la jeune femme puis me fixa froidement.

Fantôme ... C'est bien la première fois que j'entends que tu prends des ordres d'une autre personne que moi. Pourquoi ? À ce que j'ai compris, tu t'es fait entièrement dicter ta conduite et cela m'étonne grandement. Devrais-je laisser ta place de second à cet homme dit-moi ? Tu es supposé être mon Ombre. Pas le pantin du premier venu. Quand je t'ai demander d'écouter attentivement ce que l'homme avait à te dire. C'était s'il y avait présence d'un être spécial. C'était tout.

Il me fit un sourire empli de sarcasme.

Jamais j'aurais cru que tu ne lui obéisse. Je voulais de la discrétion avant tout... Je vois bien que l'opération à été quelque peu gâchée. Dois-je m'attendre à de la visite importune pour bientôt ?
- Je suis ton Ombre. Donogan est loin de m'égaler. Il a foncé tête baissée sans avoir compris la réelle portée de mon don. Résultat il s'est fait démonter la gueule, mais personne ne m'a vu. Personne ne sait qui je suis ni où je suis allé. Personne ne viendra jusqu'ici. Donogan n'a aucune idée de l'endroit où je suis parti. Je pourrais être n'importe où.

Il sortit une bouteille de Cognac et sortit deux verres qu'il remplit avant d'en pousser un vers moi.

Tu veux me faire plaisir... N'agit plus jamais de la sorte avec un autre que moi-même. Maintenant, j'aurais un autre boulot pour toi. Tu travailleras en Solo cette fois.

Je pris une gorgée d'alcool pour éviter de répondre une impertinence. Je réprimai à grand peine la colère qui enflait en moi. Daniel coula un regard vers la jeune femme, toujours inconsciente.

Tu es bien plus efficace en solo à ce que je constate, donc, il y à une chose à laquelle j'aspire tu vois. Le casino. La fille, n'est que diversion. Ce que je te demanderai, ce sera de subtilisé la liste de nom de toute les entrées et sorties de cet immeuble. Je sais qu'ils en possède une. Il me la faut. Si tu ne la trouve pas sur papier. Emmène moi l'ordinateur de cet Irlandais. Il va être occuper à rechercher sa tendre soeur alors, la vigilance de son établissement sera ... grandement affectée. Je te laisse le loisir de choisir quand tu le fera, mais, ne tarde pas trop par contre car, je ne pourrais pas garder cette femme ici éternellement.
- Je n'ai jamais été doué pour le travail en équipe. Tu auras ta liste plus vite que ce que tu penses.

Pile à ce moment-là, la jeune femme se réveilla et eut l'air un peu paniquée. Elle fixa Daniel et sembla pire encore. C'était toute la puissance de mon mentor.

Ne vous emballez pas Mademoiselle O'Ryan, vous êtes en excellente sécurité en ma demeure...

Il lui tendit la main. Il savait tromper son monde. Paraître doux et attentionné alors qu'il était aussi dur que de l'obsidienne.

Quel impolitesse ... Peut-être prendriez vous un verre très chère ?

Il sortit un troisième verre et servit Abigail avant de lui tendre le récipient.

Vous serez mon invitée pendant un certain temps très chère. Je ne vous maltraiterais pas, ne vous inquiétez pas. Je suis un parfait Gentlemen.

Il se tourna ensuite vers moi.

Est-ce que c'est d'accord ?
- Evidemment.

Je fis un léger sourire.

- Il y a autre chose que je peux faire ?

Je ne savais pas ce qu'il voulait réellement d'Abigail, ni comment elle allait réagir. Je me doutais que Daniel gèrerait sans mal les crises, mais je demandais quand même. Il me congédierait quand bon lui semblerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Livraison spéciale ! Mer 6 Juin - 16:32

J'entendais des bruits sourd, comme si des gens parlaient, mais sans vraiment comprendre ce qu'ils disaient. Je tentai d'appeler Remy et Kieran, mais les sons ne franchissaient pas vraiment ma bouche plus loins que le murmure.Lorsque je revins à moi-même, j'étais dans une pièce avec deux hommes que je ne connaissais pas. C'était pas de l'amnésie, je les connaissais vraiment pas et je me souvenais du reste. Je regardai autour de moi un peu, non beaucoup, désorienter. Je rivai mon regard sur l'homme face à moi et il se mit à penser à plein de truc en même temps et vraiment fort. Je fermai les yeux et me massai les tampes en grimaçant.

-Ne vous emballez pas Mademoiselle O'Ryan, vous êtes en excellente sécurité en ma demeure...

J'en doutais. Sinon pourquoi m'y emmener de force ? Il me tendit la main que je regardai avec dédain sans y toucher.

-Quel impolitesse ... Peut-être prendriez vous un verre très chère ?

Sans que je ne réponde il glissa un verre d'alcool devant moi.

-Vous serez mon invitée pendant un certain temps très chère. Je ne vous maltraiterais pas, ne vous inquiétez pas. Je suis un parfait Gentlemen.

Il se tourna vers l'autre homme et continua sa conversation comme si de rien était. Je les observai un moment, puis je me levai.

-Vous êtes qui ? Qu'est-ce que vous me voulez ?

Je claquai le verre sur le coin du bureau qui alla se renverser sur la moquette en l'arrosant au passage. Je serrai les dents et fronçai les sourcils, même si je n'avais d'ordinaire rien de vraiment menaçant.

-Un gentleman n'enlève pas les femmes contre leur grés, ce qui m'emmene à croire que je ne suis pas non plus en sécurité. Où sont Kieran et Jeremy? Je veux rentrer chez moi... Foutez moi la paix à la fin ...

J'étais paniqué et terrorisé. J'avais l'impression de revivre ce qui m'avait amené au centre. On me kidnappe, on m'enferme et au final on me dit rien de rien...

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Daniel Dea Young

avatar


✖ Messages : 41
✖ Date de naissance : 11/04/1971
✖ Bougies : 47

MessageSujet: Re: Livraison spéciale ! Mer 6 Juin - 20:04

Fantôme répondit.

Evidemment. Il y a autre chose que je peux faire ?

Je réfléchis rapidement avant de répondre, songeur.

Non, cela me va pour l'instant. S'il y à quelque chose, je te contacterai comme à l'habitude. D'ici ce temps, tu es libre de faire ce que tu désire, comme toujours.

Il se leva en me saluant. Je fis de même. Puis, il sortit discrètement et silencieusement comme toujours. Je rivais ensuite mon regard sur Abigail qui s'était relevée après un certain temps.

Vous êtes qui ? Qu'est-ce que vous me voulez ?

Demanda t-elle tout en claquant son verre sur le coin de mon bureau. Je fronçais les sourcils en me faisant éclabousser par l'alcool et je le regardait couler lentement sur ma moquette toute blanche. Silencieusement et très sérieusement, je me renfrognais. Elle crispa les mâchoires et fronça les sourcils à mon encontre. Je la regardait stoïquement. Soudainement, effarée, elle déclara.

Un gentleman n'enlève pas les femmes contre leur grés, ce qui m'emmene à croire que je ne suis pas non plus en sécurité. Où sont Kieran et Jeremy? Je veux rentrer chez moi... Foutez moi la paix à la fin ...

Je croisais les bras tout en la toisant du regard.

Mais, ma foi, tu n'écoute pas quand on te parle. Je t'ai affirmé voilà quelques secondes que je serais ton hôte pour quelques temps.

Je regardais un peu alentour et affirmais par la suite.

Même sous la jupe à ton frère, tu ne serais pas en sécurité comme tu l'es en ce moment. Je te l'ai dit, je ne te veux aucun mal. Toutefois, tu ne peux t'en aller. Pas pour l'instant. Mais, ne craint rien de ma part. Si tu coopère, tout ira pour le mieux .... sinon ...

Je pris un air glacial et froid. Laissant présagé le pire, seulement pour faire travailler son imagination. Cela était bien plus efficace quand les détenues créaient leurs propres tourments avec leurs pires craintes. Comme de fait, elle blêmit. Je pris mon verre ensuite et le but cul-sec. Je me levais ensuite et j'affirmais.

Tu veux savoir qui je suis, tu dois tout de même t'en douter non ???

Je tus mes pensés.

Je suis le Marionnettiste. Purement et simplement pour tout le monde. Rien de plus et rien de moins.

Je fis le tour de mon bureau lentement pour me poster pas loin d'elle.

Alors, ai-je ta coopération ?

J'activais alors mes pensés anodine. Me multipliant sans cesse. 39 exemplaires de moi-même se retrouvèrent dans mon bureau. Nous la regardâmes tous avec le même visage mort. Pensant sans cesse.

Ai-je ta coopération ? Ai-je ta coopération ? Ai-je ta coopération ?

Sans relâche jusqu'à ce qu'elle dise ce que je voulais entendre. Je fis alors disparaître mes clones les uns après les autres tout en les faisant éclater d'un rire morbide à chacun leur tour avant de disparaître. Je tendis mon bras courtoisement par la suite en direction de la sortie.

Allons faire quelques pas, tu as surement plein de question à me poser mais, ne me demande pas quand tu pourras joindre les tiens, car, cela ne dépendra que d'eux autres, uniquement. Je peux répondre à quelques unes de tes interrogations j'en suis certain ...

À trois exemplaires, je marcherai avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Livraison spéciale ! Jeu 7 Juin - 22:26

Il croisa les bras en me fusillant du regard.

-Mais, ma foi, tu n'écoute pas quand on te parle. Je t'ai affirmé voilà quelques secondes que je serais ton hôte pour quelques temps.

Ce fut mon tour de fronçai les sourcils. Je n'avais pas demandée à être là je ne voulais pas de lui comme hôte.

-Même sous la jupe à ton frère, tu ne serais pas en sécurité comme tu l'es en ce moment. Je te l'ai dit, je ne te veux aucun mal. Toutefois, tu ne peux t'en aller. Pas pour l'instant. Mais, ne craint rien de ma part. Si tu coopère, tout ira pour le mieux .... sinon ...

Sinon quoi ? Je détestais les phrases qui finissaient par sinon... Il bu son verre cul sec et se leva avec un regard glacial.

-Tu veux savoir qui je suis, tu dois tout de même t'en douter non ???

Pourquoi je m'en serais doutée ? Je venais d'arriver dans cette ville et avoir su je serais repartie à New-York avec mon père, ça devenait vraiment lourd.

-*Je suis le Marionnettiste. Purement et simplement pour tout le monde. Rien de plus et rien de moins.*

Il se leva pour se poster près de moi.

-Alors, ai-je ta coopération ?

Je me refermai sur moi-même et croisai les bras avec un regard qui se voulait un peu inquiet. Soudain il se dédoubla en tellement d'exemplaire que je n'arrivai pas à les compter. Il m'entourèrent de part et d'autre en répétant sans cesse la même question.

-*Ai-je ta coopération ? Ai-je ta coopération ? Ai-je ta coopération ?*

Je me levai brusquement de la chaise qui tomba à la renverse et tournai sur moi-même cherchant déseperément un point où je ne le verrais pas et fini par me prendre la tête à deux mains en fermant les yeux très fort en hurlant. Celà ne changea rien puisque la question était transmise par pensée. Je me repliai.

-ÇA SUFFIT... JE VAIS COOPÉRER !!!

Les clones disparurent à tour de rôle avec un rire machiavélique dans un nuage de fumé. Je me relevai en cherchant mon souffle et il tendit le bras vers moi. Je me sentais comme une fillette apeurée sachant que je n'avais pas le choix de lui faire un minimum confiance, mais en restant sur mes gardes. Je refusai de prendre son bras et croisai les miens comme si je voulais me réchauffer. J'étais morte de peur.

-Allons faire quelques pas, tu as surement plein de question à me poser mais, ne me demande pas quand tu pourras joindre les tiens, car, cela ne dépendra que d'eux autres, uniquement. Je peux répondre à quelques unes de tes interrogations j'en suis certain ...

Il clona deux autres lui supplémentaire formant un espèce de triangle derrière nous. Je le suivi de façon à toujours pouvoir voir celui à mes côtés.

-Je sais pas par où commencer pour être franche, soufflai-je à voix basse.

Ne décroisant pas les bras, mais me détendant un peu quand même, je relevai les yeux vers lui.

-Qu'est ce que vous attendez de moi ? Je sais que j'ai promis de coopérer et je le ferai, mais je vous accorde ça, pouvez-vous me jurer que vous ne ferez rien à Kieran ou Jeremy ?

Je les connaissaient assez bien pour savoir qu'ils allaient virer la ville sans dessus dessous pour me retrouver et je refusais qu'il leur arrives quoi que ce soit. Ils étaient à eux deux, ma raison de vivre.

-Vous avez un don beaucoup plus puissant que le miens, pourquoi avoir besoin d'une télépathe et pourquoi moi exactement ? Il y en a beaucoup...

Nous devions être une cinquantaine juste dans Louisville. C'était un des dons les plus communs.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Daniel Dea Young

avatar


✖ Messages : 41
✖ Date de naissance : 11/04/1971
✖ Bougies : 47

MessageSujet: Re: Livraison spéciale ! Jeu 7 Juin - 23:27

Lui montrant poliment le chemin de la sortie, j'attendis qu'elle fit les premiers pas. Ne bougeant pas, je sortis moi-même. Elle me suivit après les deux premiers pas. Nous formions un triangle tout autour d'elle. Elle me suivait tout en faisant bien attention de garder à l'oeil ma personne qui était à son côté. Visiblement, elle ruminait plusieurs pensés à la fois.

Je sais pas par où commencer pour être franche...

Souffla t-elle à voix basse. Je ne répondit rien à cela. Il n'y avait rien à répondre véritablement. Sans se décroiser les bras, elle releva les yeux vers moi.

Qu'est ce que vous attendez de moi ? Je sais que j'ai promis de coopérer et je le ferai, mais je vous accorde ça, pouvez-vous me jurer que vous ne ferez rien à Kieran ou Jeremy ?

Là, elle demandait beaucoup. Je fis mine de prendre un air songeur.

Je vous promets de seulement me défendre. Je ne puis vous promettre plus. Tout ne dépend pas que de moi vous savez. Je joue certaines cartes puis, j'attends, simplement, que l'adversaire dévoile son jeu, petit à petit. Je peux prévoir beaucoup de coups à l'avance par contre. Vous voyez ... Le simple fait que vous soyez ici, vous rends en quelque sorte totalement invisible et inexistante pour quiconque. Je pourrais vous tuer sans aucune répercussion mais, je n'y gagnerais absolument rien. Alors, à quoi bon être sanguinaire en ce cas. Vaux bien mieux se servir de ce que nous avons là ...

Je posais mon index contre ma tempe. Mais, pourquoi croyait-elle vraiment que j'attendais la moindres petite chose de sa personne ? Je n'attendais absolument rien d'elle. Enfin, mis à part le fait qu'elle reste bien calme et courtoise jusqu'à ce que je la remettre en liberté tel une colombe. Avec un léger fardeau...

Vous avez un don beaucoup plus puissant que le miens, pourquoi avoir besoin d'une télépathe et pourquoi moi exactement ? Il y en a beaucoup...

J'arrêtais de marcher et rivais mon regard froid et calculateur sur cette jolie femme blanche. Après quelques instants, j'expliquais à mi-voix.

Bien, vous êtes moins sotte que vous ne sembliez l'être ... Donc, je vais vous répondre franchement même si cela ne vous expliqueras pas la situation.

Marchant à ses côtés, doucement, j'expliquais alors.

Je sais déjà ce que vous êtes et cela ne m'importe guère. Vous êtes plutôt puissante mais, votre rôle ne vient absolument pas de là. J'ai regarder bien au-delà de ce que vous êtes réellement. Sauf que, vous oubliez un léger détail, je n'ai aucunement besoin de vous. Ce qui vous rends utile, purement et simplement, est ce que les autres éprouves pour votre personne. Votre disparition créer d'énorme remous. Bien qu'ils soient tout à fait ... désolants et ne servent à absolument à rien contre moi. Pensez pendant quelques instants et je suis sur que vous trouverez. C'est si simple. Tellement simple que la plupart des gens en oublie les principes de base.

J'avais conscience de la perdre de plus en plus. Elle était complètement absorbée à réfléchir ce que je voulais exactement. Je décidais de jouer un peu avec elle. Elle était fine mouche. Avec un léger sourire, je lui donnait un énorme indice.

Si quelqu'un détient ce que vous voulez obtenir et que cette même personne ne veux vous l'abandonner sous aucun prétexte. Même sous plusieurs offrent alléchantes. Que ferez-vous ? Si vous savez que ce que cette personne détient, elle le sait mais, n'en fait absolument aucun usage bénéfique et que vous savez que cela pourrais vous êtres essentiel pour aboutir à ce que vous avez toujours désirer le plus de posséder. Si vous savez que cette personne détient une telle vigilance qu'il vous est impossible de subtiliser ce dont vous avez besoin. Que ferez vous dites moi ?

Je pris une pause pour la laisser à nouveau réfléchir puis, j'ajoutais doucement.

C'est exactement la raison de votre présence ici. Rien de plus, rien de moins. Pour cela, je n'ai absolument aucun besoin de vous blesser. Simplement de vous gardez avec moi bien en vie et en parfaite santé. Morte, vous ne me valez plus rien. Vivante, vous me valez beaucoup plus. Vous valez ce que je vais obtenir. Quand, je ne pourrais vous le dire puisque, je ne le sais même pas moi-même. Pour l'instant, nous attendons la prochaine joute. Je connais les joueurs. Eux, ne me connaisse pas. J'ai quelques atouts dans ma manche et vous m'êtes le clou de la victoire en quelque sorte. J'essaye toujours et avant tout d'obtenir ce dont j'ai besoin sans la violence. Vous ai-je fait du mal ? Je ne crois pas. Est-ce que je pourrais. N'êtes vous pas à ma merci présentement ... oui. Est-ce que je le ferais. Je ne peux vous le dire, tout dépendra des adversaires. Hésiterai-je ... croyez vous ...

Non, pas du tout, s'il le fallait...

Je lui fit un petit sourire en coin à trois reprises. Reprenant le pas, je lui dit.

Venez, je vais vous montrer votre résidence temporaire si vous le voulez bien ...

Je la guidait alors vers une chambre vide. Une très grande chambre bien luxueuse. Une chambre de Reine en réalité. Elle se plairait bien ici. J'en était certain.

Voulez-vous bien entrer ?

Elle ouvrit alors la porte doucement et je vis ses yeux devenir rond de surprise. Sa bouche s'ouvrit même légèrement.

Ne vous avais-je pas dit que j'étais votre humble hôte ?

Elle entra doucement dans cette salle luxueuse. Il y avait une salle de bain privé monstre, une fontaine, un lit de princesse à baldaquin, une grande véranda. Nous étions présentement au troisième étage. Cette chambre possédait tout ce dont une femme pouvait rêver. Je lui enjoignait.

Ma valetaille sera à votre service. N'essayez pas de fuir ou de prévenir quiconque car je le saurai aussitôt et votre châtiment serait exécrable Mademoiselle O'Ryan.

Elle ne pouvait pas fuir de ma résidence sans mon autorisation sous peine de mort instantané et absolue. Tout mes valets m'étaient entièrement fidèle. Je les avaient tous choisis pour leurs qualités assez peu communes et exceptionnelles. Ils mourraient tous pour moi si je le leur demandaient. Donc, je n'avais rien à craindre de se côté. En réalité, je n'avais absolument rien à craindre tout cours. Car, tout était sous un faux nom. Ma véritable personne n'était qu'un songe, un murmure pour faire peur aux enfants. Suivant la Demoiselle qui faisait le tour lentement, abasourdi sous la pesanteur de tout ce luxe, je lui demandait.

Accepteriez vous de prendre le thé en ma compagnie maintenant que vous en savez un peu plus sur ma personne ?

Même si vous n'en savez absolument rien en réalité... J'inclinais la tête légèrement de côté. Lui présentant à nouveau mon bras en signe de simple courtoisie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Livraison spéciale ! Mar 12 Juin - 11:25

Après lui avoir poser quelques question, je restai silencieuse pour attendre les réponses.

-Bien, vous êtes moins sotte que vous ne sembliez l'être ... Donc, je vais vous répondre franchement même si cela ne vous expliqueras pas la situation.

Si je n'aurais pas été effrayée, je l'aurais surement remercier de trouver que j'avais l'air sotte, mais cette fois si, je ne dit rien et fixai le sol en avançant à pas feutré.

-Je sais déjà ce que vous êtes et cela ne m'importe guère. Vous êtes plutôt puissante mais, votre rôle ne vient absolument pas de là. J'ai regardé bien au-delà de ce que vous êtes réellement. Sauf que, vous oubliez un léger détail, je n'ai aucunement besoin de vous. Ce qui vous rends utile, purement et simplement, est ce que les autres éprouves pour votre personne. Votre disparition créer d'énorme remous. Bien qu'ils soient tout à fait ... désolants et ne servent à absolument rien contre moi. Pensez pendant quelques instants et je suis sur que vous trouverez. C'est si simple. Tellement simple que la plupart des gens en oublie les principes de base.

Ok, il me prenait vraiment pour une innocente. J'avais pas besoin de réfléchir à ce point et vu le début de sa phrase, j'avais tout de suite compris que je servais d'apats pour qu'il aille Kieran. Pourquoi le voulait-il ? Ça j'en savais rien.

-Si quelqu'un détient ce que vous voulez obtenir et que cette même personne ne veux vous l'abandonner sous aucun prétexte. Même sous plusieurs offrent alléchantes. Que ferez-vous ? Si vous savez que ce que cette personne détient, elle le sait mais, n'en fait absolument aucun usage bénéfique et que vous savez que cela pourrais vous êtres essentiel pour aboutir à ce que vous avez toujours désirer le plus de posséder. Si vous savez que cette personne détient une telle vigilance qu'il vous est impossible de subtiliser ce dont vous avez besoin. Que ferez vous dites moi ?

Pourquoi Kieran avait avoir là-dedans ?

-Je ne suis pas une personne méchante. Si je veux quelques choses, je travaille et je l'obtiens par mes propres moyen, pas en restant assise à ne rien faire pour le subtiliser à quelqu'un une fois qu'il sera sur pied.

Cette fois j'avais compris qu'il voulait le casino, mais que voulait-il en faire ? C'était le buisness de mon frère et il n'avait pas à le céder de la sorte.

-C'est exactement la raison de votre présence ici. Rien de plus, rien de moins. Pour cela, je n'ai absolument aucun besoin de vous blesser. Simplement de vous gardez avec moi bien en vie et en parfaite santé. Morte, vous ne me valez plus rien. Vivante, vous me valez beaucoup plus. Vous valez ce que je vais obtenir. Quand, je ne pourrais vous le dire puisque, je ne le sais même pas moi-même. Pour l'instant, nous attendons la prochaine joute. Je connais les joueurs. Eux, ne me connaisse pas. J'ai quelques atouts dans ma manche et vous m'êtes le clou de la victoire en quelque sorte. J'essaye toujours et avant tout d'obtenir ce dont j'ai besoin sans la violence. Vous ai-je fait du mal ? Je ne crois pas. Est-ce que je pourrais. N'êtes vous pas à ma merci présentement ... oui. Est-ce que je le ferais. Je ne peux vous le dire, tout dépendra des adversaires. Hésiterai-je ... croyez vous ...

Je commençais déjà à me lasser de cette petite partie de carte qu'il jouait. Il signifia que non par pensé , même si c'était inutile. Je savais bien que j'étais qu'une cible comme une autre, je conaissais ce genre de gens. Mon père était comme lui.

-Venez, je vais vous montrer votre résidence temporaire si vous le voulez bien ...Voulez-vous bien entrer ?

Je le regardai du coin de l'oeil. J'étais supposé sauter de joie là ? Il me guida jusqu'à une chambre ... C'était comme un hôtel en une pièce. C'était ridiculement trop grand pour moi tout seul et qu'elle prisonnière avait droit à une chambre de poupée de porcelaine ? Je pouvais faire avec les donjons sale et puant aussi...

-Ne vous avais-je pas dit que j'étais votre humble hôte ?

J'avançai un peu et roulai des yeux lorsqu'il ne pu pas me voir. Fallait pas se la jouer super hôte du siècle non plus. S'il m'aurait pas fait kidnapper peu-être, mais là il pouvait pas se donner le titre, il avait perdu tout les points, mais au moins la chambre était vraiment ... totalement bien.

-Ma valetaille sera à votre service. N'essayez pas de fuir ou de prévenir quiconque car je le saurai aussitôt et votre châtiment serait exécrable Mademoiselle O'Ryan.

Je me tournai sèchement vers lui en fronçant les sourcils.

-Accepteriez vous de prendre le thé en ma compagnie maintenant que vous en savez un peu plus sur ma personne ?

Je secouai la tête en soupirant, j'étais exténué.

-Ne faites pas ça ! Vous me menacez de me faire subir un châtiment exécrable si j'ose entrer en contact avec les personnes que j'aime et l'instant d'après vous me proposez de prendre le thé avec vous comme si j'étais une cousine lointaine qui débarquait amicalement...

Je croisai les bras.

-Je ne veux pas faire semblant d'être votre amie où de m'intéresser à ce que vous dites. Je veux que vous me laissiez tranquille. Je ne veux pas de votre valetaille, ni de votre luxe. Je ne laisserai pas mon frère vous rendre le casino, pour sauver ma vie, après vous trouverai autre chose à lui sous-tirer et je serais à nouveau kidnappé, j'en ai marre de vos abuts de pouvoir et de votre incapacité à vous construire vous mêmes vos entreprise c'est de la lacheté. Si mon frère préfère ma vie à son casino, je me retirerai moi-même la vie de cette façon plus rien l'arrêtera. C'est jusqu'à ce point que nous allons dans la famille.

J'étais fachée, fatiguée et je voulais parler à Remy savoir comment il allait. J'avais envie de voir mon frère et de rentrer chez moi. Je voulais que ce cauchemard qui entourait ma vie depuis que j'étais à Louisville ... Je voulais que tout ça cesse.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Daniel Dea Young

avatar


✖ Messages : 41
✖ Date de naissance : 11/04/1971
✖ Bougies : 47

MessageSujet: Re: Livraison spéciale ! Lun 18 Juin - 22:31

Elle secoua la tête à mon adresse. Je l'observait froidement.

Ne faites pas ça ! Vous me menacez de me faire subir un châtiment exécrable si j'ose entrer en contact avec les personnes que j'aime et l'instant d'après vous me proposez de prendre le thé avec vous comme si j'étais une cousine lointaine qui débarquait amicalement...

Les mains dans le dos, je l'observait stoïquement. Elle croisa les bras avec une moue boudeuse. Ce qui me fit légèrement sourire.

Comme une enfant ...

Elle ne cessa pas pour autant ses remontrances enfantines.

Je ne veux pas faire semblant d'être votre amie où de m'intéresser à ce que vous dites. Je veux que vous me laissiez tranquille. Je ne veux pas de votre valetaille, ni de votre luxe. Je ne laisserai pas mon frère vous rendre le casino, pour sauver ma vie, après vous trouverai autre chose à lui sous-tirer et je serais à nouveau kidnappé, j'en ai marre de vos abuts de pouvoir et de votre incapacité à vous construire vous mêmes vos entreprise c'est de la lacheté. Si mon frère préfère ma vie à son casino, je me retirerai moi-même la vie de cette façon plus rien l'arrêtera. C'est jusqu'à ce point que nous allons dans la famille.

Je soupirais de découragement et secouais la tête légèrement. Elle semblait véritablement fâchée en ce moment.

Vous vous méprenez à mon sujet... Vous ne vous enlèverez pas la vie car je ne veux pas de son casino. Ça petite personne ne m'intéresse point et je ne lui veut aucun mal. Votre famille m'importe encore moins, voyez vous que c'est ce qui fait votre désavantage. Vous vous tenez magnifiquement et c'est ce qui fera votre perte, mais, pas à mon compte. Je me sers de ce que vous valez aux de votre frère pour obtenir ce que je veux sans coup férir. Car, détrompez vous, violence il n'y aura pas.

Enfin, venant de moi. Je n'étais pas un homme particulièrement violent en premier lieu. J'obtenais toujours ce que je voulais par la ruse et l'intelligence. Les quelques rares fois où j'avais été violent avaient générés des désastres pour mes adversaires. Je ne voulais pas détruire mais simplement contrôler.

Pour votre information, mes hommes sont déjà infiltrés dans vos affaires. Je sais déjà tout ce que j'ai à savoir mais, il y à seulement une petite chose qui me manque. C'est exactement ce que vous m'apporterez. Enfin, pas directement vous mais, les vagues que vous allez créer dans la marre.

Je savais qu'il y avait un homme particulièrement doué en informatique dans le réseau des O'Ryan. En leur volant et piratant leurs bases de données directement à partir de l'endroit maître, j'arriverais donc à contrôler cet homme à son insu et tout son réseau. Là, seulement, j'aurais la fameuse liste de toute les entrées et sorties. Les longs métrages de caméra et d'observation. Je pourrais fixer des noms sur chaque visage qui y entre et qui en sorte. Créer une base de donnée monumentale de toute personne possédant un don et le manipuler à ma guise. Là, était véritablement mon but. J'étais l'être dominant. Le Marionnettiste. Purement et simplement. Qui possédait la connaissance, avait le pouvoir sur quiconque et c'est ce que j'allais obtenir à tout prix !!! Le casino n'étais qu'une couverture pour moi. C'était l'attirance des gens pour cet endroit que je voulais utiliser.

Vous allez détourner toute leurs attentions. Ainsi, j'agirais à ma guise et je vous relâcherais ensuite en parfaite santé et tout le monde sera content. Il n'arrivera rien à quiconque.

Allait-elle finir par comprendre oui ou non. Je jetais un coup d'oeil à ma Rolex. Il se faisait tard. Stoppant de marcher, je tournais les talons et nous nous dirigeâmes à nouveau vers la chambre de la demoiselle.

J'essaye d'être aimable avec vous. Vous n'en voulez point. Alors, je vous obligerai à allez vous morfondre dans votre chambre. Révisez et calmez votre colère, ensuite, si vous voulez discuter, je serais à votre disposition.

Nous arrêtâmes devant la porte que j'ouvris. Faisant signe vers l'intérieur, je murmurais froidement.

Sur ce, je vous souhaite bon repos.

Je refermais froidement la porte derrière elle sans la verrouiller. Nul besoin n'était. J'allais ensuite retrouver Charles et quelques hommes à moi qui devisaient doucement dans leurs petits salons tout en écoutant une ridicule émission sportive. Ouvrant la porte doucement, je passais la tête par l'ouverture et ordonnait clairement.

La femme est dans sa chambre. Gardez là sous un oeil attentif et vigilant et surtout, ne lui adressez la parole sous aucun prétexte et sous aucune considération jusqu'à ce que je vous ordonnes de la libérée inconditionnellement. Alors, vous l'endormirez à l'éther et vous irez la reconduire à l'endroit que je vous dirais.

Les hommes sursautèrent en entendant ma voix. Ils écoutèrent tous attentivement mes directives avant d'acquiescer avec vigueur. Fermant leur téléviseur, ils se levèrent tous d'un même mouvement et je les laissaient sortir l'un après l'autre. Je n'avais aucune crainte envers leur loyauté. Même si la femme se mettait à poil et leur faisait miroiter des faveurs, ils accouraient tous à moi pour m'avertir de son comportement. Dès qu'elle lèverait un sourcil, je le saurait. Je refermais doucement la porte et pris direction de mon bureau. J'allais constater si j'avais de quelconques nouvelles de mes agents sur leurs progrès et aussi, je visionnerais les nombreuses caméra de surveillance que je possédais un peu partout dans des endroits stratégique de la ville. J'adorais me mettre au parfum de tout ce qui se passait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Livraison spéciale !

Revenir en haut Aller en bas

Livraison spéciale !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Pour une occasion très spéciale !
» Les Boucles de Spa (Spéciale de Saive)
» [RP] Une invitation spéciale
» Requète spéciale (PV: Sandor, Arménia, Sanzo, Yuna)
» Brigade spéciale - Umberto Lenzi [Ciné/Critique]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée des Cinglés :: Louisville :: Habitations :: Dea.Young/Johnson-
Sauter vers: