Qu'est-ce que la Folie ?

Partagez|

Au milieu des arbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Alice L. Stanford

avatar


✖ Messages : 42
✖ Date de naissance : 30/11/1987
✖ Bougies : 30
✖ Localisation : Centre Heiser

MessageSujet: Au milieu des arbres Mar 22 Mai - 11:40


Le parc de Louisville. C'était l'endroit préféré de Chanix. Il y avait plein d'arbres. Mais pas des arbres n'importe comment. Des arbres biens. Avec une écorce rugueuse, facile à escalader. Avec de grosses branches, faciles à agripper. Un terrain de jeux génial pour Chanix. Bien plus amusant que la forêt toute riddicule de l'ancien centre. Là-bas les arbres étaient tous petits et rabougris. Pas drôles. Et de toute façon, là-bas, on le laissait jamais sortir. Alice, elle avait le droit. Mais c'était la seule. Même Cheyenne était confinée à intérieur. Et Chanix aussi. Sauf que Chanix détestait rester enfermé entre quatre murs.

Ici non plus, ils voulaient pas le laisser sortir. Ils disaient que c'était dangereux. Que Chanix pouvait se blesser. Sauf que Chanix ne se fait jamais mal. Chanix est un homme-félin. Il retombe toujours sur ses pattes, comme les chats. Chanix aimait bien les chats. C'étaient des copains marrants. Il faudra qu'il demande au Grand-Monsieur-En-Blouse-Blanche si il peut avoir un copain chat. Ça serait marrant. Alice aussi aimerait. Chanix en était sûr. Et quand Alice était heureuse, Chanix était heureux aussi. Il aimait pas quand Alice était triste.

C'est pour ça que Chanix était content d'être au parc. Les grands et jolis arbres, ça faisait partir la tristesse d'Alice. Alors Chanix était heureux.

C'était grâce à Cheyenne que Chanix avait le droit de sortir au parc. Elle avait convaincu le Grand-Monsieur-En-Blouse-Blanche que c'était sans danger. Que Chanix ne se faisait jamais mal. Qu'il retombait toujours sur pattes. Le Grand-Monsieur-En-Blouse-Blanche avait dit oui. Il avait dit que sortir au parc pouvait aider Alice. Bien sûr que ça pouvait aider Alice ! Qu'il était bête. Chaque fois que Chanix faisait quelque chose, c'était pour aider Alice. Pareil pour Cheyenne et James. Et même Arubelle, même si Chanix a peur d'elle.

Bref, Cheyenne a convaincu le Grand-Monsieur-En-Blouse-Blanche de laisser sortir Chanix au parc. Alors Chanix est heureux. Il aime bien Cheyenne, elle est gentille, mais parfois un peu bizarre.

Chanix a pas le droit d'aller au parc tout seul. Le Monsieur-Aux-Gros-Sourcils, là-bas, doit l'accompagner. Il suit Chanix partout, le quitte pas des yeux. C'est bizarre. Chanix aime pas trop ça. Mais depuis quelques minutes, le Monsieur-Aux-Gros-Sourcils ne regarde plus Chanix. Il discute avec une Madame-Avec-De-Longs-Cheveux-Blonds. Il a les mêmes yeux que Cheyenne quand elle devient bizarre. Peu importe. Du coup, Chanix est tranquille.

Perché sur la grosse branche d'un chêne, Chanix penche la tête sur le côté et se gratte l'oreille. Puis il saute de branches en branches, camouflé par les feuilles. Les gens en bas ne le remarquent même pas. Parce que Chanix ne fait pas de bruit. C'est un homme-félin après tout. Chanix s'arrête sur la branche d'un châtaignier. Un peu plus loin, il y a une Cage à Écureuil, avec des enfants qui jouent dedans. Chanix aimerait bien aller y jouer aussi. Mais il a promit au Grand-Monsieur-En-Blouse-Blanche de ne pas y aller si il y avait déjà d'autres enfants. Mais il y a toujours des enfants, et Chanix ne peut jamais aller jouer dans la Cage à Écureuil.

Boudeur, il ne s'aperçoit pas que la branche sur laquelle il est perché oscille dangereusement. Lorsqu'elle casse, Chanix laisse échapper un couinement de surprise. Il tombe avec la branche cassée sous lui. Une chute de deux ou trois mètres. Rien de bien impressionnant. Mais les autres branches lui griffent le visage. Il se réceptionne sur le sol avec une agilité étonnante. Des feuilles arrachés se sont accrochés à sa tête et à son corps. Bien sûr il ne s'est pas fait mal. Chanix retombe toujours sur ses pattes.

Lorsqu'il relève la tête, Chanix aperçoit un homme devant lui, qui le regarde d'un air ahuri. Apeuré, Chanix fait un bond en arrière et lâche un grognement. Quand la distance entre lui et l'inconnu lui semble acceptable, Chanix s'arrête. En plus, il peut toujours remonter dans les arbres en cas de danger. Les humains sont tellement lents et maladroits qu'ils peuvent pas suivre Chanix dans les arbres. Les humains sont vraiment trop bêtes.
Chanix, toujours accroupi sur le sol, penche la tête sur le côté.

- T'es qui, toi ?

Chanix renifle et lève brusquement la tête. Les feuilles du châtaignier bougent. C'est un écureuil qui cherche des noisettes. Chanix ne l'a pas vu. Mais il le sait. Un sourire déforme ses lèvres.

- Dis, t'aurais pas des gâteaux ? Au noisettes ?

L'inconnu hésite, puis lui tends un gâteau sec. Chanix déchire l'emballage et renifle la gâterie. Il a un excellent odorat. Pas de noisette. De l'amande. Pas grave. Ça devrait marcher quand même. Chanix a un sourire malicieux. Puis il coince le gâteau entre ses lèvres et bondit sur le tronc du châtaignier. Ses doigts agiles trouvent facilement une prise sur l'écorce rugueuse de l'arbre. Chanix disparaît dans les feuilles vertes. Il grimpe jusqu'à la branche où se trouve l'écureuil. Chanix s'immobilise à un mètre de l'animal.

Doucement, sans geste brusque, il prend le gâteau toujours coincé entre ses lèvres et l'émiette entre ses doigts. L'écureuil le regarde d'un air curieux. Puis Chanix tends la main, paume tendue, les miettes de gâteau dans le creux de ses doigts. L'animal recule un peu, craintif, le jauge du regard. Puis au bout de quelques minutes, il sautille sur la branche pour venir grignotter dans la main de Chanix. Encore quelques minutes, puis Chanix et l'écureuil sont amis. L'animal grimpe sur son bras et vient se nicher sur l'épaule de Chanix.

Tout content, Chanix redescends pour montrer son nouvel ami à l'homme qui attends toujours en bas. Il atterrit souplement sur le sol et s'asseoit à genoux par terre. Chanix donne les dernières miettes de gâteau à l'écureuil qui les avale tout rond.

- T'as vu, c'est le nouvel ami de Chanix ! Approche, n'ai pas peur ! Il est gentil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

T.J. Lancaster

avatar
I am a freak before I am a man


✖ Messages : 238
✖ Date de naissance : 12/11/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Au milieu des arbres Mar 22 Mai - 16:33

L'envie de sortir faire un tour, seul, m'avait prise. J'avais quitté la maison de Jersey pour me rendre en ville, au parc. ça me faisait une belle trotte. Jerz avait raison, j'allais devoir éviter de rester piéton. Il restait à voir si "ma voiture" n'avait pas bougé... Et surtout, n'était pas complètement pourrie. Je me baladais tranquillement en ville, goûtant de nouveau à la liberté de ne pas être constamment fliqué par une blouse. Certaines personnes me reconnaissaient et s'écartaient légèrement, mais la plupart m'ignoraient. Forcément, un mec seul n'attire pas vraiment l'attention quand il se contente de marcher tranquillement. Ma promenade me mena du côté du parc, qui comme toujours était plein de monde. C'était une chose qui ne changerait sans doute jamais.

J'étais en train de traverser entre les arbres lorsqu'une branche craqua et tomba devant moi. Avec une jeune femme qui se releva aussi souplement que l'aurait fait un chat. Sauf que c'était pas un chat. NI une spéciale. Elle sembla avoir peur de moi. Elle fit un bond en arrière et ne s'arrêta qu'une fois à deux mètres de moi environ. Ok. C'était une échappée de l'asile. Littéralement. Superbe. ça me changeait des spéciaux. Elle pencha la tête et me fixa en étant accroupie. Ok. Là, c'était limite flippant.

- T'es qui, toi ?
- Je m'appelle T.J., et toi ?

Trop bizarre. Elle se redressa soudainement en reniflant le nez en l'air. J'étais légèrement mal à l'aise avec cette jeune femme. Elle sourit

- Dis, t'aurais pas des gâteaux ? Au noisettes ?
- Je dois avoir quelque chose. Pas sur que ça soit aux noisettes.

Je fouillais dans mes poches et tombait sur un biscuit. J'avais toujours quelque chose à manger dans ma veste. ça valait mieux que la bouffe du centre lorsque j'y étais et je détestais la sensation de faim. La jeune femme eut un sourire malicieux avant de glisser le biscuit entre ses dents et de grimper dans un arbre. Je l'observai faire, intrigué. Elle nourrit ... un écureuil. Elle resta un moment là haut à nourrir le petit animal. Elle redescendit s'asseoir par terre, le petit roux sur son épaule.

- T'as vu, c'est le nouvel ami de Chanix ! Approche, n'ai pas peur ! Il est gentil !

Je souris, amusé.

- C'est un écureuil. Donc, un animal gentil par définition.

C'était étrange qu'elle s'exprime comme ça. Et pourquoi n'y avait-il pas de blouse blanche dans les parages ? Non pas que je sois pressé de les revoir. Au contraire. Je tendis lentement le bras et l'animal s'approcha timidement. Je devais encore sentir un peu le loup, car il restait en prudence.

- Tu viens d'où comme ça ?

Je ne savais pas comment réagir. Au centre, je n'avais pas fréquenté grand monde en dehors de quelques spéciaux comme moi. Au final, cette jeune femme n'était pas si différente de moi. Un peu plus bizarre à sa manière. J'étais bien un émulateur, je copiais n'importe quel don. Pourquoi pas une femme qui joue les chats dresseurs d'écureuil.

- T'aime bien les animaux toi ?

Je ne savais pas comment réagir avec elle, je tentai de rester normal dans mon comportement.

// Un peu court désolé ^^'

_________________
Heaven's gates won't open up for me, With these broken wings I'm fallin', And all I see is you, These city walls ain't got no love for me, I'm on the ledge of the eighteenth story, And oh I scream for you, Come please I'm callin', And all I need from you, Hurry I'm fallin', I'm fallin', Show me what it's like, To be the last one standing, And teach me wrong from right,And I'll show you what I can be, Say it for me, Say it to me, And I'll leave this life behind me, Say it if it's worth saving me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alice L. Stanford

avatar


✖ Messages : 42
✖ Date de naissance : 30/11/1987
✖ Bougies : 30
✖ Localisation : Centre Heiser

MessageSujet: Re: Au milieu des arbres Mer 23 Mai - 7:01


Chanix joue avec le petit écureuil. Il est content d'avoir un nouvel ami. Et puis, il est sûr qu'Alice est heureuse aussi. Chanix passe ses doigts sur les oreilles pointues de l'animal. C'est tout doux et ça chatouille. Chanix émet un petit rire. C'est marrant.

- T'as vu, c'est le nouvel ami de Chanix ! Approche, n'ai pas peur ! Il est gentil !
- C'est un écureuil. Donc, un animal gentil par définition.
- Bien sûr qu'il est gentil ! C'est un ami de Chanix. Tous les amis de Chanix sont gentils.

Chanix sourit puis se gratte la tête. Mais il prends un air renfrogné.

- Chanix aime pas les gens méchants. Ils font peur. Et après ça réveille Arubelle ... Et Chanix a peur d'elle. Il aime pas ça.

Chanix secoue la tête et retrouve son sourire, étant déjà passé à autre chose. TJ s'approche et tend le bras vers Petit-Écureuil-Ami-De-Chanix, l'animal s'approche timidement de lui. Mais il semble avoir peur de TJ. C'est normal, les animaux ont souvent peur des humains. Mais pas de Chanix. Parce que Chanix n'est pas vraiment humain. Finalement, l'écureuil, découvrant qu'il n'y a plus rien à manger, remonte le long du bras de Chanix, bondit sur sa tête. De là, il saute sur le tronc du châtaigner et disparait dans la frondaison de l'arbre. Il est partit chercher des noisettes.

- Tu viens d'où comme ça ?
- Chanix vient du Centre Heiser. Enfin non, c'est Alice qui est au Centre. Mais Chanix reste tout le temps avec Alice. Donc Chanix aussi est au Centre. Chanix aime pas le Centre. C'est plein de bâtiments tout gris et tout tristes. Et puis Alice est triste là-bas.

Chanix renifle et change de position. Il se tient accroupi par terre. Il penche la tête sur le côté. Un sourire fleurit de nouveau sur ses lèvres.

- Chanix préfère venir au parc. Il y a plein d'arbres, de l'herbe, et des petits animaux. Chanix aime bien monter aux arbres et jouer à cache-cache avec les oiseaux. Un jour, Chanix a même trouvé un nids avec des oeufs. Chanix voulait les voir éclore mais ...

Chanix se tait brusquement et secoue la tête. Il ne sourit plus. Non, faut pas parler de ça. Arubelle veut pas. Après les gens risquent de répéter à Alice. Et il faut pas qu'Alice sache. Ce jour-là, le Papa-De-Alice a trouvé les oeufs. Il a fait une omelette et forcé Alice à manger. Chanix a été très triste ce jour-là. C'est un mauvais souvenir. Chanix aime pas les mauvais souvenirs.

- T'aime bien les animaux toi ?

Instantannément, Chanix retrouve sa bonne humeur.

- Oh oui ! Chanix adore les animaux. C'est parce que Chanix est à moitié-félin. Il est à moitié -félin et à moitié-humain. Chanix est un homme-félin. Donc, il s'entends avec tous les animaux. Surtout avec les chats. Chanix aime beaucoup les chats. Il aimerait bien avoir un copain chat. Mais il faut l'accord du Grand-Monsieur-En-Blouse-Blanche pour ça.

Chanix sautille sur ses pieds. Il a des fourmis dans les jambes. C'est désagréable. Il aime pas trop ça. Ses jambes lui grattouillent du coup.

- C'est bizarre comme prénom TJ. En fait, c'est pas un prénom. C'est deux lettres. C'est bizarre.

Chanix rigole. Un rire d'enfant.

- Mais c'est marrant. Chanix aime bien.

Il penche encore la tête sur le côté.

- Chanix t'aime bien TJ. Tu es gentil. Tu veux être l'ami de Chanix ? Ça serait top cool !

Il sourit de toutes ses dents.

- Et puis, tu pourrais rencontrer Alice aussi. Elle est gentille Alice, même si elle est timide. Elle souvent triste aussi. Chanix aime pas quand Alice est triste. Elle a pas beaucoup d'amis, Alice.

Chanix se gratte la tête. Il aimerait bien que TJ soit aussi l'ami d'Alice. Ça rendrait Alice heureuse. Mais ça risque d'être compliqué. Il faudra que les autres soient d'accord. James et Cheyenne. Et il y a Arubelle aussi. Mais Arubelle, elle fait peur à Chanix. Il secoue la tête. Faut pas parler d'Arubelle. Après elle s'énerve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

T.J. Lancaster

avatar
I am a freak before I am a man


✖ Messages : 238
✖ Date de naissance : 12/11/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Au milieu des arbres Jeu 24 Mai - 16:21

Cette... Chanix était définitivement bizarre. Déjà, parler de soi à la troisième personne... Elle était dure à suivre par moment. Je ne compris pas qui était Arubelle, à vrai dire j'étais pas sur de comprendre tout ce qu'elle disait. Je lui demandais d'où elle venait. L'écureuil était reparti.

- Chanix vient du Centre Heiser. Enfin non, c'est Alice qui est au Centre. Mais Chanix reste tout le temps avec Alice. Donc Chanix aussi est au Centre. Chanix aime pas le Centre. C'est plein de bâtiments tout gris et tout tristes. Et puis Alice est triste là-bas.

Je hochais doucement la tête.

- J'ai du y rester. Très moche comme endroit.

Elle renifla et se mit accroupie. Elle pencha la tête et sourit.

- Chanix préfère venir au parc. Il y a plein d'arbres, de l'herbe, et des petits animaux. Chanix aime bien monter aux arbres et jouer à cache-cache avec les oiseaux. Un jour, Chanix a même trouvé un nids avec des oeufs. Chanix voulait les voir éclore mais ...

Elle arrêta de parler soudainement. Je ne cherchais pas trop à savoir, j'essayais juste de suivre la conversation. Je lui demandais si elle aimait les animaux, à mon avis, oui. Elle retrouva immédiatement son sourire.

- Oh oui ! Chanix adore les animaux. C'est parce que Chanix est à moitié-félin. Il est à moitié -félin et à moitié-humain. Chanix est un homme-félin. Donc, il s'entends avec tous les animaux. Surtout avec les chats. Chanix aime beaucoup les chats. Il aimerait bien avoir un copain chat. Mais il faut l'accord du Grand-Monsieur-En-Blouse-Blanche pour ça.

Homme félin ?.... Wouah. Complètement siphonnée de la caboche. Je lui fis un sourire.

- Demande lui quand tu le verras.

Si elle parlait du Dirlo... Bon courage. Elle se mit à sautiller sur place.

- C'est bizarre comme prénom TJ. En fait, c'est pas un prénom. C'est deux lettres. C'est bizarre.
- Je triche, c'est pas mon prénom, mais tout le monde m'appelle comme ça. C'est un raccourci pour Thomas James. Mais j'ai jamais aimé ce double prénom. Et Chanix, ça vient d'où comme prénom ?

Dans le fond, c'était un peu comme converser avec un enfant. D'ailleurs, même son rire était celui d'une enfant.

- Mais c'est marrant. Chanix aime bien.
- Content que ça te plaise.

Que dire d'autre à ça ?

- Chanix t'aime bien TJ. Tu es gentil. Tu veux être l'ami de Chanix ? Ça serait top cool !

Elle me fit un sourire.

- Et puis, tu pourrais rencontrer Alice aussi. Elle est gentille Alice, même si elle est timide. Elle souvent triste aussi. Chanix aime pas quand Alice est triste. Elle a pas beaucoup d'amis, Alice.

Elle se gratta la tête.

- Pourquoi pas.

Je lui fis un sourire.

- Pourquoi elle est souvent triste, Alice ?

C'était vraiment étrange comme situation. Parler à une personne qui avait plus que des chances de vivre en colocation avec d'autres personnalités.

- Je veux bien être votre ami à tout les deux. Alice ne sera plus triste avec un ami, non ?

Je me sentais un peu débile à parler comme ça.

- Tu veux que je te montre un tour de magie ? Mais attention... Ce sera un secret entre nous. Et Alice, aussi, si tu veux.

Comme je l'avais pressenti, "Chanix" était partant(e). Je tendis ma main, paume vers le ciel et fit apparaitre une petite figurine en glace en forme de chat.

_________________
Heaven's gates won't open up for me, With these broken wings I'm fallin', And all I see is you, These city walls ain't got no love for me, I'm on the ledge of the eighteenth story, And oh I scream for you, Come please I'm callin', And all I need from you, Hurry I'm fallin', I'm fallin', Show me what it's like, To be the last one standing, And teach me wrong from right,And I'll show you what I can be, Say it for me, Say it to me, And I'll leave this life behind me, Say it if it's worth saving me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alice L. Stanford

avatar


✖ Messages : 42
✖ Date de naissance : 30/11/1987
✖ Bougies : 30
✖ Localisation : Centre Heiser

MessageSujet: Re: Au milieu des arbres Sam 26 Mai - 11:01

Le Centre Heiser était un endroit triste. Très triste. Avec plein de bâtiments gris. Chanix détestait le Centre. Mais il n'aurait quitté Alice pour rien au monde. Alors Chanix restait au Centre, même si il aimait pas ça.

- J'ai du y rester. Très moche comme endroit, dit TJ.
- Oui, très moche. T'es plus au Centre maintenant ? T'as de la chance ...

Chanix préférait de loin venir au parc. Et jouer à cache-cache avec les oiseaux. Mais Chanix préférait les chats. Ils étaient plus drôles. Chanix aimerait bien avoir un copain chat. Il était sûr qu'Alice serait heureuse avec un copain chat. Et quand Alice était heureuse, Chanix était heureux aussi. Mais pour avoir un copain chat, il fallait demander au Grand-Monsieur-En-Blouse-Blanche.

- Demande lui quand tu le verras.

Chanix penche la tête sur le côté. Oui il faudrait. Mais Chanix était pas sûr d'avoir le contrôle lors du prochain rendez-vous avec le Grand-Monsieur-En-Blouse-Blanche. Souvent, c'était Cheyenne qui parlait avec le Grand-Monsieur-En-Blouse-Blanche. Parfois James. Parfois Chanix. Rarement Alice. Mais jamais Arubelle. Elle n'aimait pas les monsieurs en blouses blanches.
N'empêche, ça serait cool d'avoir un copain chat.

- Oui. Chanix le fera. Quand il reverra le Grand-Monsieur-En-Blouse-Blanche.

Chanix aimait pas les fourmis. Les fourmis dans les jambes c'est pas agréable. Il sautille sur place pour les faire partir.

- C'est bizarre comme prénom TJ. En fait, c'est pas un prénom. C'est deux lettres. C'est bizarre, remarqua Chanix.
- Je triche, c'est pas mon prénom, mais tout le monde m'appelle comme ça. C'est un raccourci pour Thomas James. Mais j'ai jamais aimé ce double prénom.

Chanix se gratte la tête.

- T'as raison. TJ c'est mieux.
- Et Chanix, ça vient d'où comme prénom ?
- Ben, c'est Alice qui l'a inventé !

Chanix hausse les épaules. Bien sûr que c'est Alice qui l'a inventé. Qui d'autre ? Après tout, c'est Alice qui avait créé Chanix. Il y a longtemps. Très longtemps. Chanix ne l'avait jamais quitté depuis. Alice était son amie. Mais elle avait pas beaucoup d'amis Alice.

TJ semblait d'accord pour être ami avec Chanix. Peut-être même qu'il pourrait parler avec Alice. Ça serait bien. Si les autres étaient d'accord ...

- Pourquoi elle est souvent triste, Alice ?

Chanix fait la grimaçe.

- Elle est souvent toute seule Alice, ça la rend triste. Et puis il y a sa mémoire aussi. Elle oublie beaucoup de choses Alice. Chaque fois que Chanix ou l'un des autres vient, Alice oublie tout. Du coup, elle se sent perdue. C'est pour ça qu'elle est triste, Alice.

Chanix s'agite, mal à l'aise. À chaque fois que le Grand-Monsieur-En-Blouse-Blanche aborde ce sujet, Chanix se sent coupable. C'est à cause de lui, à cause d'eux, que Alice oublie et qu'elle est triste. Et Chanix aime pas quand Alice est triste. Il aime encore moins quand c'est de sa faute.

- Chanix aimerait bien rendre ses souvenirs à Alice, mais les autres disent qu'il faut pas. Ce sont de mauvais souvenirs. Si Alice se souvient, elle sera encore plus malheureuse ...
- Je veux bien être votre ami à tout les deux. Alice ne sera plus triste avec un ami, non ?

Chanix redresse la tête. Un grand sourire barre ses lèvres. Oh oui, Alice serait sûremment heureuse d'avoir un ami. Il faudrait que TJ puisse lui parler, mais ... Chanix était pas sûr que les autres le laissent faire. Cheyenne et James étaient gentils, mais très protecteurs avec Alice. Avec Arubelle, c'était encore pire ...

- Tu veux que je te montre un tour de magie ?
- C'est vrai ? T'es un magicien ? Top cool !

Les yeux de Chanix se mettent à briller au mot "magie". Il s'immobilise et concentre toute son attention sur TJ. Chanix adore la magie. James connaît quelques tours aussi. Il les a montré à Chanix un jour. Chanix avait beaucoup aimé ça.

- Mais attention... Ce sera un secret entre nous. Et Alice, aussi, si tu veux.
- Oh oui ! Chanix gardera le secret !

TJ tends sa main vers Chanix. Il se penche en avant pour mieux voir, les yeux pleins d'étoiles, la bouche ouverte en un large sourire impatient. D'abord il ne se passe rien. Puis quelque chose apparait dans le creux de sa main. Une petite figurine en forme de chat.

- Waah !

Chanix penche la tête sur le côté, sans quitter le petit chat des yeux. La matière est bizarre, presque transparente. Comme du cristal. Tout doucement, Chanix approche son doigt de la scupture. C'est froid. De la glace.

- Trop bien ! T'es trop fort !

James, il le connaissait pas ce tour de magie.

Chanix hausse les sourcils. Il vient de penser à un truc. Il est très bavard, James, il raconte toujours pleins d'histoires. Il parle avec beaucoup de gens, et il a toujours une oreille qui traîne dans le coin. Il entends plein de choses, James. Et il retient tout. D'après lui, le Centre Heiser serait spécial. Unique. Parce qu'il n'y aurait pas que des malades dans le Centre. Il y aurait aussi des gens avec des pouvoirs. Comme dans X-men. Le voisin de chambre de Alice, il en a parlé une fois. Des gens qui peuvent faire des choses incroyables. Certains patients du Centre les appellent les X-mens justement.

Peut-être que TJ était comme ça aussi.

- T'es un X-men, c'est ça ?

En tout cas, même si TJ avait des pouvoirs, il était gentil. Il était différent, c'est tout. Chanix aussi était différent. Il était un homme-félin. Chanix avait bien envie que TJ rencontre Alice. Ça faisait longtemps qu'elle pas parlé à quelqu'un d'autre que le Grand-Monsieur-En-Blouse-Blanche et les Infirmières-Au-Gentil-Sourire. Chanix avait bien envie de laisser Alice reprendre le contrôle.

Mais est-ce que les autres seraient d'accord ? Chanix se gratte la tête. Il ne sent pas la présence des autres. En général, quand il s'apprête à faire une bêtise, ou quelque chose de mal, il sent la présence de Cheyenne ou de James à la frontière de son esprit. C'est un signal. Pour dire "arrête ou je prends ta place". Chanix aime pas quand ils font ça. Il se sent oppressé.

Mais là, Cheyenne et James le laissent tranquille. Alors peut-être a-t-il le droit de laisser TJ parler avec Alice ?

- Tu serais d'accord pour parler avec Alice ?

Un léger effleurement à la lisière de son esprit. C'est James. Chanix frisonne.

- Mais faudra être gentil avec elle. Sinon, les autres vont venir ...

Malgré sa voix d'enfant, une menace sourde de ces derniers mots. Une menace soufflée par les autres, qui attendent, là-bas, à la frontière de l'esprit de Chanix. Alice a déjà trop souffert. Il est de leur devoir de la protéger.

Coûte que coûte ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

T.J. Lancaster

avatar
I am a freak before I am a man


✖ Messages : 238
✖ Date de naissance : 12/11/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Au milieu des arbres Lun 28 Mai - 16:43

Chanix m'expliqua les raisons de la tristesse d'Alice. C'était assez complexe comme situation. Chanix avait l'air malheureux de rendre Alice amnésique, ce qui était compréhensible. Pour lui remonter le moral, considérant qu'il était plus proche de l'enfant que de l'adulte, je lui proposai un tour de magie. Il eut l'air plus qu'emballé par l'idée. Il promit de garder le secret et je me servis du don de Jersey pour créer une petite figurine de glace.

- Waah !

Chanix pencha la tête sur le côté et toucha la sculpture. Je ne pus m'empêcher de sourire.

- Trop bien ! T'es trop fort !

Il fronça les sourcils et sembla réfléchir quelques instants.

- T'es un X-men, c'est ça ?

J'eus un sourire.

- Oui, un X-men, si on veut.

J'observais Chanix qui semblait en proie à un conflit intérieur. Je souris gentiment.

- Je suis un gentil X-men. J'utilise mon don pour aider les autres.

D'accord, c'était un mensonge, mais je me doutais que c'était ce qu'un enfant aurait voulu entendre. Je n'étais ni bon ni méchant, du moment que j'avais ma liberté.

- Tu serais d'accord pour parler avec Alice ?

Chanix frisonna.

- Mais faudra être gentil avec elle. Sinon, les autres vont venir ...
- Je te donne ma parole que je serai gentil.

Je lui souris. Je guettais un changement chez la jeune femme, mais je n'y connaissais pas grand chose à tout ça.

- Alice ?

Elle acquiesça.

- Je suis TJ. Je suis un ami de Chanix. Je suis un gentil X-men.

Je ne savais pas trop comment réagir.

- Tu veux boire ou manger quelque chose ? Ou on peut juste se promener si tu préfères.

Je lui souris. Je ne voulais pas l'effrayer, pour lui éviter une nouvelle perte de mémoire où quoi que ce soit.

- Ton ami Chanix est amusant. C'est la première fois que je rencontre un homme-félin... Tu sais s'il peut ronronner ? fis-je avec un petit sourire amusé.

Un chat garou, ça aurait fait un bon "special". Après tout on pouvait considérer l'agilité de Chanix comme un don. C'était un étrange dédoublement de personnalité, mais je ne pensais pas que la jeune femme soit très dangereuse. Peut-être plus pour elle que pour les autres.

_________________
Heaven's gates won't open up for me, With these broken wings I'm fallin', And all I see is you, These city walls ain't got no love for me, I'm on the ledge of the eighteenth story, And oh I scream for you, Come please I'm callin', And all I need from you, Hurry I'm fallin', I'm fallin', Show me what it's like, To be the last one standing, And teach me wrong from right,And I'll show you what I can be, Say it for me, Say it to me, And I'll leave this life behind me, Say it if it's worth saving me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alice L. Stanford

avatar


✖ Messages : 42
✖ Date de naissance : 30/11/1987
✖ Bougies : 30
✖ Localisation : Centre Heiser

MessageSujet: Re: Au milieu des arbres Mar 29 Mai - 13:40

*Mode Alice*

La jeune femme ouvrit brusquement les yeux. Comme à chaque fois, un noeud se forma dans le creux de son ventre lorsqu'Alice réalisa qu'elle ignorait où elle se trouvait. Encore un trou de mémoire. Ou plutôt, encore une fois l'un de ses alter ego avait prit le dessus sur elle. Cela arrivait tellement souvent ...

Elle se redressa et observa rapidement son environnement. De grands arbres s'élevaient autour d'elle, la jeune femme reconnut des chênes, des hêtres et même quelques châtaigniers. Alice avait toujours su donner un nom aux arbres. Un tapis moelleux d'herbe s'étalait à ses pieds. Un peu plus loin, des enfants s'amusaient sur une aire de jeux, sous la prudente surveillance de leurs parents. D'autres personnes se promenaient ou discutaient à l'abri des arbres. D'ailleurs, il y avait un homme devant elle, qui la fixait d'un air étrange.

- Alice ?

Inconsciemment, la jeune femme recula d'un pas. Que s'était-il encore passé ? Quel était cet endroit et comment était-elle arrivée ici ?
Alice acquiesça machinalement à la mention de son prénom.
Qui était cet homme et comment connaissait-il son nom ? Combien de temps avait duré son trou noir ? Qu'avait-elle encore oublié ?

Sentant la panique sur le point de la gagner, la jeune femme se força à fermer les yeux et à respirer calmement. Quand elle cédait à la peur de cette façon, elle sombrait dans un nouveau trou noir. Rouvrant les yeux, elle remonta la manche de son pull gris. À son poignet, à côté de son bracelet médical, se trouvait une montre indiquant, non seulement l'heure, mais également la date du jour. Ainsi Alice put se situer dans le temps. Elle s'était levée ce matin, avait pris son petit-déjeuner à la cafétéria du Centre. Peu après, son trou noir. D'après son emploi du temps, elle avait rendez-vous avec son psychiatre dans la matinée. L'après-midi était prévue une sortie au parc. Le parc. Voilà, le lieu correspondait, l'heure aussi. Tout allait bien.

Elle soupira. C'était son nouveau médecin qui avait mis en place ce système d'emploi du temps. De la sorte, Alice parvenait à se situer dans le temps. Ainsi, elle était moins perdue lorsqu'elle "reprenait le contrôle". La jeune femme leva les yeux vers l'homme en face d'elle. Il ne semblait pas être un médecin, ni même être un membre du personnel du Centre. Sans doute un simple passant qui se promenait dans le parc.

- Je suis TJ. Je suis un ami de Chanix. Je suis un gentil X-men.

Alice se figea.
Un ami de Chanix ? Cela voulait donc dire qu'il lui avait parlé ? Magnifique. Donc il la prenait déjà pour une folle. Le point positif, c'est qu'elle n'aurait pas à lui annoncer que quatre autres personnalités se battaient à l'intérieur de sa tête puisque ... il le savait déjà.
Enfin, au moins pour Chanix.

- Tu connais Chanix ? Je ... Tu ... Tu en connais d'autres ?

Avec un peu de chance, il n'avait fait "connaissance" qu'avec Chanix. C'était de loin sa personnalité la plus "gentille", la plus inoffensive. Enfin, d'après ce que les médecins lui avaient dit. En réalité, elle ne savait rien de ses autres personnalités. Si le Dr Hans Delaware, son ancien psychiatre, ne lui avait pas expliqué qu'elle souffrait d'un trouble dissociatif de la personnalité, jamais elle ne l'aurait su.

Alice fronça les sourcils.

- Un gentil X-men ? répéta-t-elle.

Là, elle ne comprenait pas. La jeune femme secoua la tête.

- Non, laisse tomber. C'est pas grave.

Il y avait tant de choses qu'elle ne comprenait pas. Quelle importance ? Elle commençait à avoir l'habitude.

- Tu veux boire ou manger quelque chose ? Ou on peut juste se promener si tu préfères.
- Euh ... je sais pas trop ...

Elle n'avait pas le droit de sortir du Centre seule. Logiquement, il devait y avoir un garde ou un autre membre du Centre avec elle. En fait, elle n'était même pas censée parler à quelqu'un d'extérieur au Centre seule. Parce que un trou noir pouvait survenir à n'importe quel moment. Ou plutôt, une de ses personnalités pouvait se pointer à n'importe quel moment pour foutre la merde. Et d'après les médecins, il y en avait au moins une de particulièrement violente ...

Alice avisa finalement un homme aux épais sourcils. Elle ne l'avait jamais vu, pourtant il lui semblait étrangement familier. Elle avait déjà ressenti cette impression auparavant. La certitude de connaître une personne alors qu'elle la rencontrait pour la première fois. Pas seulement une impression de déjà-vu. C'était plus fort que ça. Les médecins pensaient qu'il s'agissait de réminescences, de minuscules fragments de souvenirs issus de la mémoire de ses autres personnalités. Un signe de guérison selon eux, même si Alice restait septique.

Bref, ce type au mono-sourcil devait être la personne chargée de veiller sur elle, mais actuellement, il était assez occupé à draguer une jeune femme blonde qui ne cessait de glousser. Quel sens du devoir !

- Je préfère rester ici, si cela ne te dérange pas ...

Non pas qu'elle apprécie particulièrement d'être constamment surveillée, mais Alice savait qu'un rien pouvait faire dégénérer la situation quand elle était dans les parages. Les exemples étaient nombreux : les deux garçons qu'elle aurait agressé et envoyé à l'hôpital alors qu'elle n'avait que 17 ans, sans oublier les nombreuses agressions qui avaient eu lieu dans son ancien centre psychiatrique. Heureusement, elle n'avait encore tué personne même si, à quelques reprises, ce n'était pas passé loin. Point positif : aucun dérapage n'était à signaler depuis son arrivée au Centre Heiser. Ses autres personnalités semblaient se tenir tranquille ...

Bref, elle préférait ne pas trop s'éloigner de son garde, même si celui-ci était occupé ailleurs. Juste au cas où.

- Ton ami Chanix est amusant. C'est la première fois que je rencontre un homme-félin... Tu sais s'il peut ronronner ?

Alice eut un sourire gêné. C'est vrai que Chanix était un peu spécial. En même temps, elle avait quoi ? 6 ou 7 ans lorsqu'elle l'avait imaginé pour la première fois.

- Dans mes souvenirs, oui, il sait ronronner. Il est très câlins. Dès qu'on le câline un peu, il se met à ronronner comme un chat ...

La jeune femme rougit brusquement. Ça, c'était vrai pour l'ami imaginaire qu'elle s'était créé étant gamine. Alice ignorait si sa personnalité alternative était identique à son ami d'enfance. Et si Chanix, son alter ego, se mettait à faire des câlins à tout le monde, avec son corps ?
Quel excellent moyen de se taper la honte ...

Elle se racla la gorge.

- En réalité, c'est un peu plus compliqué que ça. Quant j'étais petite, je me suis créé un ami imaginaire nommé Chanix. Un homme-félin capable de monter aux arbres et de ronronner. Et puis un jour, j'ai cessé de "jouer avec lui" et quelques temps plus tard, il est devenu réel ... en quelque sorte.

Alice grimaça. S'il était commun qu'un enfant ait un ami imaginaire, ça l'était beaucoup moins que l'ami imaginaire en question se transforme en personnalité alternative ...

- En fait, je ne sais presque rien des mes personnalités alternatives. Je perds la mémoire à chaque fois que l'un d'entre eux prends ma place. Je suppose que Chanix - ma personnalité alternative - est identique à l'ami imaginaire que je me suis créé étant enfant, mais je ne peux pas en être sûre ...

La jeune femme se tut. Voilà qu'elle déballait sa vie au premier venu maintenant. Elle devait certainement l'ennuyer avec ses problèmes ... Alice se tordit nerveusement les mains. Lui était sain d'esprit, qu'en avait-il à faire des histoires d'une folle ?

- Je ... euh ... Désolée. Je t'ennuie certainement avec mes problèmes ...

En fait, elle devait lui faire peur avec ses histoires de personnalités alternatives. On voit pas ça tout les jours, et c'est assez flippant comme truc. TJ devait certainement crever d'envie de foutre le camp et de la planter là, mais il restait avec elle par politesse ou par pitié.

- Écoute, si tu as quelque chose de prévu, ou si tu préfère tout simplement partir ... Je comprendrais ...


Alice avait baissé les yeux, mal à l'aise. Même au Centre, certaines personnes avaient peur d'elle. Elle n'était pas normale. En fait, il y avait même un monstre qui se cachait à l'intérieur d'elle. C'est ça, elle était un monstre, un animal de foire ...

La jeune femme soupira. Elle devait arrêter de penser comme ça. C'est ce genre de pensées qui faisaient ressurgir ses trous noirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

T.J. Lancaster

avatar
I am a freak before I am a man


✖ Messages : 238
✖ Date de naissance : 12/11/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Au milieu des arbres Dim 3 Juin - 17:00

Alice avait l'air plutôt paniquée. Je ne savais pas comment j'étais sensé agir. J'essayais de rester plutôt sur la gamme gentil et bienveillant, mais j'avais quand même le doute de ses réactions. Elle n'avait pas du tout l'air semblable à Chanix. Elle semblait beaucoup plus réservée, repliée sur elle-même à vrai dire.

- Tu connais Chanix ? Je ... Tu ... Tu en connais d'autres ?
- Juste lui.

Elle eut l'air soulagée. Je lui dis ensuite, comme l'avait dit son ami imaginaire, plus si imaginaire que ça, que j'étais un gentil X-men. Je ne savais pas s'il y avait communication entre ses personnalités. Alice fronça les sourcils.

- Un gentil X-men ?

Elle secoua la tête.

- Non, laisse tomber. C'est pas grave.
- Ok, comme tu veux.

Je lui demandais si elle voulait marcher ou rester ou faire une chose en particulier, mais elle répondit qu'elle préférait rester là. Je hochais doucement la tête. Je lui parlais de CHanix, avouant que je le trouvais amusant et essayai de la mettre en confiance en posant des question sur le gamin-félin.

- Dans mes souvenirs, oui, il sait ronronner. Il est très câlins. Dès qu'on le câline un peu, il se met à ronronner comme un chat ...
- Etonnant.

Elle eut l'air gênée. Puis elle se racla la gorge.

- En réalité, c'est un peu plus compliqué que ça. Quant j'étais petite, je me suis créé un ami imaginaire nommé Chanix. Un homme-félin capable de monter aux arbres et de ronronner. Et puis un jour, j'ai cessé de "jouer avec lui" et quelques temps plus tard, il est devenu réel ... en quelque sorte.

Elle grimaça.

- En fait, je ne sais presque rien des mes personnalités alternatives. Je perds la mémoire à chaque fois que l'un d'entre eux prends ma place. Je suppose que Chanix - ma personnalité alternative - est identique à l'ami imaginaire que je me suis créé étant enfant, mais je ne peux pas en être sûre ...
- Il n'y a pas de honte à cela.

Elle se tordit les mains, encore plus gênée.

- Je ... euh ... Désolée. Je t'ennuie certainement avec mes problèmes ...
- Non, non, ne t'en fais pas.
- Écoute, si tu as quelque chose de prévu, ou si tu préfère tout simplement partir ... Je comprendrais ...

Elle baissa les yeux. Je lui pris doucement la main, en espérant qu'elle ne regimbe pas.

- Non, j'ai dis à Chanix que je te parlerais, c'est pas de la pitié ou quoi que ce soit.

Je lui souris.

- Moi aussi... Je suis différent des autres. Je leur fais peur à cause de ça. Mais Chanix m'aime bien. Je lui ai montré un de mes petits tours de magie.

Je tendis ma main comme j'avais fait avec l'ami imaginaire plus si imaginaire que ça. Je refis le coup de la petite statue de chat en glace.

- Tu vois, ça c'est mon petit truc à moi. Mais il n peur de ce que je pourrais faire en plus de ça. Oh... Je suis T.J., mon vrai prénom c'est Thomas James, mais je préfère le raccourci.

Je lui souris de nouveau.

- C'est pour ça que j'ai parlé de X-men. Mais je suis du côté des gentils. J'aide les autses comme je peux. Tu n'as strictement rien à craindre de moi. Sinon, Chanix n'aurait jamais voulu que je t'approche pas vrai ? Il te protège un peu, à sa manière.

_________________
Heaven's gates won't open up for me, With these broken wings I'm fallin', And all I see is you, These city walls ain't got no love for me, I'm on the ledge of the eighteenth story, And oh I scream for you, Come please I'm callin', And all I need from you, Hurry I'm fallin', I'm fallin', Show me what it's like, To be the last one standing, And teach me wrong from right,And I'll show you what I can be, Say it for me, Say it to me, And I'll leave this life behind me, Say it if it's worth saving me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alice L. Stanford

avatar


✖ Messages : 42
✖ Date de naissance : 30/11/1987
✖ Bougies : 30
✖ Localisation : Centre Heiser

MessageSujet: Re: Au milieu des arbres Lun 4 Juin - 11:39

Après avoir mentionné la capacité de Chanix à ronronner comme un vrai chat, Alice s'était plus ou moins sentie obligée de s'expliquer sur l'existence de sa personnalité alternative. Ou plutôt l'histoire d'un être imaginaire qui voulait devenir réel ... Le hic, c'est qu'à cause de ses multiples pertes de mémoire, elle ne savait quasiment rien de ses personnalités alternatives.

- Il n'y a pas de honte à cela.
- Oui peut-être, mais c'est assez embêtant. J'ignore tout de ce que je peux bien faire pendant mes "trous noirs".

Mais c'était bien plus grave que cela. Les médecins tentaient régulièrement de lui parler de ses autres personnalités, de les lui décrire, peut-être même d'expliciter les raisons de leur existence. Seulement, à chaque fois ou presque, un de ses alter ego prenait le dessus, l'empêchant d'avoir accès à ces informations. Ils semblaient déterminés à la tenir dans l'ignorance. La jeune femme eut un rire sarcastique.

- Si les médecins ne m'avaient pas expliqué que quatre autres personnalités se battaient à l'intérieur de mon crâne, jamais je ne l'aurais su ...

Un constat assez effrayant. D'ailleurs quand elle l'avait su, Alice avait eu beaucoup de mal à accepter cette idée. Trouble Dissociatif de la Personnalité. Cela lui avait semblé absurde. De son point de vue, elle ne souffrait que de pertes de mémoires récurrentes.

La jeune femme se sentit soudainement gênée en réalisant qu'elle devait certainement l'embêter, voire même lui faire peur, avec ses histoires de personnalités alternatives. Se tordant nerveusement les mains, elle lui dit qu'il pouvait s'en aller s'il le souhaitait. Elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir de fuir une folle comme elle ...

- Non, j'ai dis à Chanix que je te parlerais, c'est pas de la pitié ou quoi que ce soit.

Superbe. Maintenant ses alter ego se mettaient à jouer les entremetteurs.

TJ lui attrapa doucement la main. Alice ne put s'empêcher de se crisper légèrement à ce contact. Elle releva les yeux vers le jeune homme ... et elle se sentit un peu nouille d'être aussi mal à l'aise en présence des autres. Perdre la mémoire aussi souvent ne l'avait pas vraiment aidée à devenir sociale. TJ lui sourit et elle s'efforça de lui rendre son sourire, elle se détendit un peu.

- Moi aussi... Je suis différent des autres. Je leur fais peur à cause de ça. Mais Chanix m'aime bien. Je lui ai montré un de mes petits tours de magie.

Différent ? Il avait pourtant l'air tout à fait normal. Et pas si effrayant que ça. Puis, il était sain d'esprit, lui.

- J'aime bien la magie, dit-elle. J'allais souvent voir des spectacles avec ma mère lorsque j'étais enfant, avant que ...

Avant que sa mère ne décède brusquement dans un accident de voiture. Ce qui, d'après les médecins était l'élément déclencheur de son trouble de la personnalité.

- Hum, avant qu'on décide qu'il y avait assez de place dans ma tête pour accueillir quelques locataires.

Alice n'aimait pas tellement parler de sa mère.

Lui lâchant la main, TJ la mit à plat devant elle, paume tendue vers le ciel. Au bout de quelques secondes, quelque chose apparut dans le creux de ses doigts. Alice haussa les sourcils de surprise. Il s'agissait d'une petite sculpture en forme de chat. La matière était semblable à du verre.

Cela semblait être bien plus qu'un simple tour de magie. Bien sûr, les magiciens et autres illusionnistes pouvaient faire des choses impressionnantes, mais là, Alice avait la sensation que ce n'était pas un simple tour de passe-passe. C'était plus que cela. De la vraie Magie ? Ou quelque soit le nom qu'il fallait lui donner, ce n'était pas quelque chose de naturel.

Alice aurait certainement du être plus surprise, peut-être même effrayée devant une telle démonstration, qui défiait les lois de la raison. Pourtant, s'il est vrai qu'elle était étonnée, elle acceptait assez l'idée que TJ puisse avoir de tels pouvoirs. Peut-être était-ce parce qu'il avait déjà fait la même démonstration à Chanix. Cette histoire de réminescence de souvenirs.

- Tu vois, ça c'est mon petit truc à moi. Mais il n peur de ce que je pourrais faire en plus de ça. Oh... Je suis T.J., mon vrai prénom c'est Thomas James, mais je préfère le raccourci.
- Oui, c'est plus court "TJ". Et c'est plus qu'un "petit truc" à mon avis. Et je comprends que les autres puissent en avoir peur.

Alice ignorait quelle était l'étendue réelle de ses pouvoirs, mais les applications devaient être nombreuses. Elle s'efforça tout de même de ne pas trop y penser. Elle ne voulait pas en savoir trop car elle pressentait que c'était le genre de sujet qui risquait de déplaire à ses autres personnalités. Depuis le temps, elle avait apprit à reconnaître les situations susceptibles de provoquer un trou noir. Elle ne pouvait pas toujours les éviter - très rarement en fait - mais cela ne l'empêchait pas d'essayer.

- C'est pour ça que j'ai parlé de X-men. Mais je suis du côté des gentils. J'aide les autres comme je peux. Tu n'as strictement rien à craindre de moi. Sinon, Chanix n'aurait jamais voulu que je t'approche pas vrai ? Il te protège un peu, à sa manière.

Alice acqueisça. Elle comprenait mieux cette histoire de "gentil X-men" maintenant.

- Oui. Il me protège en quelque sorte. Mes autres personnalités aussi. Enfin, d'après les médecins. Pour ma part, je préfèrerai qu'ils n'effacent pas systématiquement tous mes souvenirs ...

C'était assez embêtant comme situation. C'est en grande partie à cause de ça qu'elle avait si peu d'amis. Voire même aucun ami du tout ... Difficile de nouer des liens solides quand vous oubliez la moitié du temps que vous passez avec une personne et que vous n'avez pas la moindre idée de ce qui a pu se passer dans l'intervalle.

- Mais je ne pense pas qu'il existe de "gentils" et de "méchants". On a tous une part de bon et de mauvais en nous. Même le bon samaritain peut faire des trucs moches. Et même le pire des s*lopard peut éprouver des sentiments. Du moins, c'est comme ça que je perçois l'humanité ...

Oups, voilà qu'elle commençait à partir dans ses délires. Comme elle restait souvent seule - du moins quand c'était elle qui était aux commandes - elle passait beaucoup de temps à réfléchir sur ce genre de sujet. Elle avait même quelques livres de philo dans son ancien centre, mais elle n'avait pas pu les prendre avec elle lors de son transfert au Centre Heiser.

Alice jeta un coup d'oeil discret à Mr Mono-sourcil censé la surveiller. Mais il était occupé ailleurs puisqu'il avait réussit à séduire sa blonde et était en train de la peloter contre un arbre. Bah, au moins elle pouvait discuter tranquillement avec TJ. Il était sympathique, et elle appréciait sa compagnie. Ça la changeait des médecins, infirmières et gardes du Centre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

T.J. Lancaster

avatar
I am a freak before I am a man


✖ Messages : 238
✖ Date de naissance : 12/11/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Au milieu des arbres Dim 17 Juin - 17:45

// Ouais, ouais, un siècle plus tard...

Je montrais le don de Jersey, le faisant passer une nouvelle fois pour le mien, à la jeune femme. Elle eut l'air plus étonnée qu'effrayée, ce qui n'était pas pour me déplaire. L'effrayer n'aurait sans doute pas été un bon plan. D'ordinaire, je me foutais pas mal de ce que pouvait penser les gens, mais ... Alice était loin d'être ordinaire.

- Oui, c'est plus court "TJ". Et c'est plus qu'un "petit truc" à mon avis. Et je comprends que les autres puissent en avoir peur.
- Les autres ont toujours peur de quelque chose.

Et ça ne me faisait plus rien d'être ce quelque chose. J'ajoutais que c'était pour ça le "X-men". Je me disais du côté des bons, en vérité, je n'étais d'aucun côté, juste de celui qui me permettrait d'avoir la paix aussi longtemps que possible. J'ajoutais un truc par rapport au fait que Chanix protégeait Alice, et elle hocha la tête.

- Oui. Il me protège en quelque sorte. Mes autres personnalités aussi. Enfin, d'après les médecins. Pour ma part, je préfèrerai qu'ils n'effacent pas systématiquement tous mes souvenirs ...
- Parfois... Il vaudrait mieux ne pas se souvenir de certaines choses.

Souvent, les choses blessantes ou regrettables. SI j'avais pu effacer une part de mon passé, je l'aurais fait sans hésiter.

- Mais je ne pense pas qu'il existe de "gentils" et de "méchants". On a tous une part de bon et de mauvais en nous. Même le bon samaritain peut faire des trucs moches. Et même le pire des s*lopard peut éprouver des sentiments. Du moins, c'est comme ça que je perçois l'humanité ...
- C'est vrai. On a tous une part de lumière et une part d'obscurité en nous. Mais certains choisissent de n'en faire ressortir qu'une. Les tueurs en série, par exemple... Certains n'ont rien d'humain et ce n'est pas parce que... "quelque chose est cassé" chez eux. Ils aiment faire souffrir les autres. Mais personne ne peut être totalement blanc ou noir. Il faut des ténèbres pour que la lumière jaillisse. Et la lumière elle même génère une part... d'ombre.

Je grattais distraitement l'oreille tandis qu'elle regardait le garde sensé la surveiller. J'eus un sourire sans joie.

- C'est étonnant. Que tu n'aies pas entendu parler de Lancaster, au centre. C'est mon nom de famille... On peut pas dire que j'aie été très réglo là-bas. Ouais , j'y ai été. Dans la section D. Celle des "Spéciaux". Mais s'il y a un truc que je déteste pas dessus tout, c'est bien d'être enfermé.

J'écartais les bras.

- Pourquoi rester entre quatre murs tant que le monde est à nous ?

J'eus un léger rire. J'étais comme ça. Le genre de mec à vouloir faire ce qu'il voulait quand il voulait. AU mépris des lois et des conventions. Je n'étais ni bon, ni mauvais. Je me foutais des autres Un solitaire. Enfin, maintenant j'avais Jersey et la Résidence, mais c'était ce que je voulais, pas ce qu'on m'imposait. Je fis un mouvement de menton vers le garde malade.

- Je parie qu'il s'amuse à appliquer le règlement à la lettre, et abuser un peu de son autorité.


Comme tous les gardes du centre. Je secouais légèrement la tête.

- C'est les mecs comme ça qu'on devrait enfermer...

Je haussais les épaules.

- T'aime bien faire quoi quand t'es en dehors de 4 murs ?

Une fois passé le coup du changement de personnalité, c'était assez facile de discuter avec elle. Elle avait l'air plutôt calée en philosophie et elle était de compagnie agréable. C'était mieux que pas mal de gens de ma connaissance.

_________________
Heaven's gates won't open up for me, With these broken wings I'm fallin', And all I see is you, These city walls ain't got no love for me, I'm on the ledge of the eighteenth story, And oh I scream for you, Come please I'm callin', And all I need from you, Hurry I'm fallin', I'm fallin', Show me what it's like, To be the last one standing, And teach me wrong from right,And I'll show you what I can be, Say it for me, Say it to me, And I'll leave this life behind me, Say it if it's worth saving me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alice L. Stanford

avatar


✖ Messages : 42
✖ Date de naissance : 30/11/1987
✖ Bougies : 30
✖ Localisation : Centre Heiser

MessageSujet: Re: Au milieu des arbres Lun 18 Juin - 21:18

Lorsque TJ fit une remarque sur le comportement de ses autres personnalités, qui semblaient vouloir la protéger à tout prix, Alice ne put s'empêcher de répliquer d'une voix légèrement aigre qu'elle préfèrerait de loin que ses alter ego n'effacent pas systématiquement tous ses souvenirs.

- Parfois... Il vaudrait mieux ne pas se souvenir de certaines choses.

Alice haussa les épaules.

- Mais un souvenir, même mauvais, reste un souvenir. C'est une denrée tellement rare pour moi. Et puis ... si je ne me souviens jamais de rien - ou presque - comment suis-je censée évoluer ? Je veux dire, nos souvenirs, notre passé, tout ça, c'est qui forge notre identité, ce que nous sommes. Moi, en tant que Alice, suis incomplète. Mes autres personnalités m'empêchent d'évoluer, de grandir, de changer ...

La jeune femme se tut brusquement. Il n'était pas dans ses habitudes de se confier autant. Il n'y avait qu'avec les médecins qu'elle osait parler ainsi de ses sentiments, de sa frustration. Et encore, elle n'était généralement pas aussi loquace qu'aujourd'hui.

Partie sur sa lancée, la jeune femme enchaîna avec ses réflexions sur la dualité entre le bien et le mal. Comme quoi, même le meilleur des hommes peut se comporter comme une vrai ordure et vice-versa. A son grand étonnement, TJ réagit bien à cette avalanche philosophique et même, y répondit, allant dans le même sens qu'Alice.

- C'est vrai. On a tous une part de lumière et une part d'obscurité en nous. Mais certains choisissent de n'en faire ressortir qu'une. Les tueurs en série, par exemple... Certains n'ont rien d'humain et ce n'est pas parce que... "quelque chose est cassé" chez eux. Ils aiment faire souffrir les autres. Mais personne ne peut être totalement blanc ou noir. Il faut des ténèbres pour que la lumière jaillisse. Et la lumière elle même génère une part... d'ombre.
- Oui, ceux qui se cantonnent dans un "camp", qu'il s'agisse du bien ou du mal, le font par choix, consciemment ou non. Les excuses du genre "enfance difficile" sont bidons. On est tous responsables de ses actes ...

Et dans le cas d'une multiple personnalité ? Alice pouvait-elle être reconnue comme responsable des actes de ses alter ego ? D'après les médecins, non. La jeune femme n'était pas tout à fait du même avis. Ses autres personnalités faisaient parti d'elle, étaient une sorte d'extension d'elle-même. Alors d'après sa propre logique, oui, Alice était responsable des actes de Chanix et des autres.

Mais elle préférait ne pas aborder le sujet avec TJ.

Les deux dernières phrases du jeune homme lui arrachèrent un sourire. Cela lui faisait penser à une citation qu'elle avait lue dans un livre quelques années plus tôt.

- "Il faut avoir un chaos en soi pour accoucher d'une étoile qui danse". C'est une phrase de Nietzsche, il me semble.

Voilà qu'elle se mettait à citer du philosophe allemand maintenant.

- C'est étonnant. Que tu n'aies pas entendu parler de Lancaster, au centre. C'est mon nom de famille... On peut pas dire que j'aie été très réglo là-bas. Ouais , j'y ai été. Dans la section D. Celle des "Spéciaux". Mais s'il y a un truc que je déteste pas dessus tout, c'est bien d'être enfermé.

Il écarta les bras.

- Pourquoi rester entre quatre murs tant que le monde est à nous ? fit-il avec un léger rire.

Alice fronça les sourcils, elle savait qu'il existait une section D, mais à vrai dire ... c'est à peu près tout ce qu'elle savait sur le sujet. Elle faillit rire de sa propre ignorance. Mais elle avait une bonne excuse : elle n'était au Centre Heiser que depuis peu, surtout si on se contentait de mettre bout à bout ses maigres souvenirs.

- Ben tu sais, je ne suis pas au Centre depuis longtemps. Et je ne peux pas facilement compter sur ma mémoire ... défaillante. Quand tu parles de Spéciaux, tu fais allusion à ce que tu as fait tout à l'heure avec le chat ?

Cela voudrait donc dire qu'il n'était pas le seul à posséder des capacités pour le moins "hors-normes" ? Mais dans ce cas, qu'est-ce que des gens comme eux viendraient faire dans un hôpital psychiatrique ? Un gars capable de manipuler la glace n'a pas grand chose à voir avec un fou. Si toute cette histoire lui semblait très étrange, cela ne lui semblait pas si surprenant que ça. Un peu comme si elle était déjà au courant ... sans le savoir vraiment ...

Alice ne répondit pas à la question de TJ. Elle n'était même pas sûr qu'il attende une réponse. Pour sa part, il était clair que la jeune femme devait rester enfermée. Même si cela ne lui plaisait pas, Alice devait reconnaître que c'était nécessaire.

- Je parie qu'il s'amuse à appliquer le règlement à la lettre, et abuser un peu de son autorité. C'est les mecs comme ça qu'on devrait enfermer... continua TJ en désignant Mr Mono-Sourcil.
- J'en sais trop rien, répondit Alice. Je ne le connais pas, ou alors je n'en ai pas le souvenir.

TJ haussa les épaules.

- T'aime bien faire quoi quand t'es en dehors de 4 murs ?

Alice eut un petit rire.

- Je suis rarement en dehors de quatre murs, tu sais. D'une part parce que j'ai pas tellement de sorties que ça, et puis, c'est pas toujours moi qui suit "aux commandes" lorsque je suis dehors.

La jeune femme hésita un instant avant de reprendre.

- Mais si je pouvais sortir autant que je le voulais, j'irais dans une librairie ou une bibliothèque ...

Ou comment passer pour une fille bizarre. Comme si son trouble de la personnalité ne suffisait pas !

- J'adore lire, mais on n'a droit qu'à très peu d'objets personnels, au Centre, se justifia-t-elle. Sinon ... Je voudrais voyager. Visiter le monde. Découvrir d'autres cultures, d'autres modes de vie ... Si un jour j'arrive à guérir, c'est ce que je ferais. J'irais en Inde, en Russie et en France. En Afrique, sur l'île de Madagascar, comme dans le film d'animation ... J'irais en Irlande boire de la bière, en Chine voir la Grande Muraille ... J'irais voir les Chutes du Niagara et les Pyramides d'Egypte ...

Alice se tut, les joues un peu rouges, en réalisant qu'elle s'emportait autant. Ce n'était qu'un rêve éveillé. Elle avait peu de chances de guérir, elle en avait parfaitement conscience. Plus de sept ans de thérapie et toujours aucun résultat ...

Elle changea de sujet.

- Et toi, que fais-tu depuis que tu as quitté le Centre ? Quelles sont tes passions, tes goûts ?

C'est vrai, Alice parlait beaucoup d'elle, mais elle ne savait pas grand chose du jeune homme.




// Putain, il est 2h25 du matin et je cite Nietzsche et Madagascar ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

T.J. Lancaster

avatar
I am a freak before I am a man


✖ Messages : 238
✖ Date de naissance : 12/11/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Au milieu des arbres Lun 2 Juil - 12:35

Alice haussa les épaules quand je parlais de ne pas se souvenir de certaines choses.

- Mais un souvenir, même mauvais, reste un souvenir. C'est une denrée tellement rare pour moi. Et puis ... si je ne me souviens jamais de rien - ou presque - comment suis-je censée évoluer ? Je veux dire, nos souvenirs, notre passé, tout ça, c'est qui forge notre identité, ce que nous sommes. Moi, en tant que Alice, suis incomplète. Mes autres personnalités m'empêchent d'évoluer, de grandir, de changer ...
- Bats toi contre elles, alors. Assimiles les. C'est elles qui font partie de toi. Elles t'appartiennent. Pas l'inverse.

Comment, ça je n'aurais pas su le dire. Mais tout ce qui est fait peut-être défait, sauf la mort... hormis pour ceux qui avaient des dons comme Amy et encore. Nous partîmes à philosopher sur la lumière et l'ombre en chacun de nous.

- Oui, ceux qui se cantonnent dans un "camp", qu'il s'agisse du bien ou du mal, le font par choix, consciemment ou non. Les excuses du genre "enfance difficile" sont bidons. On est tous responsables de ses actes ...
- ça n'est jamais que subjectif. Pour les chrétiens,la plupart des actes que j'ai commis sont clairement affilié au mal. Alors qu'au point de vue de la loin, c'est pas des infractions, ni des délits...

Alice eut un sourire.

- "Il faut avoir un chaos en soi pour accoucher d'une étoile qui danse". C'est une phrase de Nietzsche, il me semble.

J'acquiesçai. J'ajoutais que c'était étonnant qu'elle ait pas entendu parler de moi. Même si je n'y étais plus, j'étais quand même le "chat noir" à éviter. Elle fronça légèrement les sourcils.

- Ben tu sais, je ne suis pas au Centre depuis longtemps. Et je ne peux pas facilement compter sur ma mémoire ... défaillante. Quand tu parles de Spéciaux, tu fais allusion à ce que tu as fait tout à l'heure avec le chat ?
- Dans le mille, Emile ! ça ... et plus encore. Ils ont tendance à faire bande à part. Pas sur que tu aies - toi ou les autres - réellement eu l'occasion de les voir. En plus, ils portent pas une pancarte non plus.

J'envoyais une vanne sur les gardes avant de lui demander ce qu'elle aimait faire. Après tout, autant parler de choses plus plaisantes qu'un asile. Alice rit un peu. Ce qui était plutôt agréable. Même si on dit que le rire est la politesse du désespoir.

- Je suis rarement en dehors de quatre murs, tu sais. D'une part parce que j'ai pas tellement de sorties que ça, et puis, c'est pas toujours moi qui suit "aux commandes" lorsque je suis dehors.

Elle hésita. Ouais, j'avais oublié ce paramètre là.

- Mais si je pouvais sortir autant que je le voulais, j'irais dans une librairie ou une bibliothèque ...

Je souris. Atypique, j'aimais bien ça.

- J'adore lire, mais on n'a droit qu'à très peu d'objets personnels, au Centre Sinon ... Je voudrais voyager. Visiter le monde. Découvrir d'autres cultures, d'autres modes de vie ... Si un jour j'arrive à guérir, c'est ce que je ferais. J'irais en Inde, en Russie et en France. En Afrique, sur l'île de Madagascar, comme dans le film d'animation ... J'irais en Irlande boire de la bière, en Chine voir la Grande Muraille ... J'irais voir les Chutes du Niagara et les Pyramides d'Egypte ...

Elle se tut, les joues rouges. Je souris.

- Et toi, que fais-tu depuis que tu as quitté le Centre ? Quelles sont tes passions, tes goûts ?
- Oh, je suis pas très difficile, du moment qu'on ne m'empêche pas d'agir. Pour l'instant... J'ai transformé un ancien hangar en résidence... Enfin, avec de l'aide. Pour ceux qui sont comme moi, et qui ne veulent pas aller au centre. En gros, pour les aider à se contrôler, mais pour le reste ils se débrouillent.

Je souris. Bon samaritain, mais pas trop.

- Je suis plutôt un animal nocture. J'adore me balader dans les rues la nuit. Je connais les moindres recoins de cette ville. J'ai grandi ici. Pour le reste, j'imagine que je suis comme tout le monde, j'aime la bonne musique, les bons films et les romans qui ont un message à délivrer.

Je haussais légèrement les épaules.

- Je pourrais peut-être te faire passer des bouquins de temps en temps.

Ce n'était pas que je sois spécialement un gars sympa, mais à sa place, j'aurais bien aimé avoir un truc à faire. Et comme c'était pas vraiment une occupation de fou qui me tombait dessus ces derniers temps...

- Qu'est-ce que t'en penses ? Je garantis pas de pouvoir tout le temps le faire, mais de temps à autres, ça devrait être possible. J'ai pas mal de ressources, fis-je en souriant.

A présent, le centre ne pouvait pas grand chose contre moi. Même si jack y était toujours. D'ailleurs, je n'avais plus trop de nouvelles. Il allait falloir que je le fasse sortir de là.

- Si ça te va, c'est bon pour moi.

En prime, ça devait le genre de choses à refiler de l'urticaire au personnel du centre, donc, j'étais deux fois tenaces. Non, je n'ai absolument pas la rancune tenace.

_________________
Heaven's gates won't open up for me, With these broken wings I'm fallin', And all I see is you, These city walls ain't got no love for me, I'm on the ledge of the eighteenth story, And oh I scream for you, Come please I'm callin', And all I need from you, Hurry I'm fallin', I'm fallin', Show me what it's like, To be the last one standing, And teach me wrong from right,And I'll show you what I can be, Say it for me, Say it to me, And I'll leave this life behind me, Say it if it's worth saving me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alice L. Stanford

avatar


✖ Messages : 42
✖ Date de naissance : 30/11/1987
✖ Bougies : 30
✖ Localisation : Centre Heiser

MessageSujet: Re: Au milieu des arbres Lun 2 Juil - 18:30

Alice se sentait incomplète, partielle. Comme si ses autres personnalités, en lui volant ses souvenirs comme elles le faisaient, l'empêchaient d'être pleinement elle-même. La jeune femme avait l'impression d'être bloquée au même stade, d'être incapable d'évoluer.

- Bats toi contre elles, alors. Assimiles les. C'est elles qui font partie de toi. Elles t'appartiennent. Pas l'inverse.

Alice se mordit pensivement la lèvre inférieure. Elle n'avait pas tellement la sensation que ses autres personnalités lui appartenaient. Parce qu'elle ne savait rien ou presque de ses alter ego. Comment quelque chose dont elle ignorait tout pouvait bien lui appartenir ? Mais bon. A part ça, l'idée de l'assimilation était bonne mais ... inaccessible.

- Ouais ... soupira-t-elle. Depuis sept ans, les médecins essayent de me faire assimiler mes autres personnalités, sans aucun succès ...

Ils avaient tout essayé. Thérapie, médicaments ... Rien à faire. Ses autres personnalités étaient trop fortes, trop puissantes. Elles contrôlaient toute sa vie, son existence. C'était un miracle qu'elles acceptent de la laisser avoir une conversation aussi longue avec un parfait inconnu. Conversation qui vira philosophique ... le bien et le mal, l'ombre et la lumière. Cela faisait une éternité qu'Alice n'avait pas eu une discussion sur ce genre de sujet. C'était même la première fois qu'elle trouvait quelqu'un pour discuter de ce genre de chose. Alice eut un sourire. Elle appréciait de plus en plus la compagnie de TJ.

Puis le jeune homme s'étonna qu'elle n'ait pas entendu parler de lui au centre. Alice répondit qu'elle n'était pas ici depuis très longtemps. Puis, c'était pas comme si sa mémoire était sans faille. Il lui parla de la fameuse "Aile D", celles des spéciaux, mais la jeune femme ne savait pas grand chose sur le sujet. Elle lui demanda ce qu'il entendait par "Spéciaux", genre, des personnes comme lui ?

- Dans le mille, Emile ! ça ... et plus encore. Ils ont tendance à faire bande à part. Pas sur que tu aies - toi ou les autres - réellement eu l'occasion de les voir. En plus, ils portent pas une pancarte non plus.
- J'avoue, comme ça, tu as l'air tout ce qu'il y a de plus normal !

La jeune femme se passa la main dans les cheveux.

- Mais j'ai comme l'impression que les autres en savent plus que moi sur le sujet ... Enfin, j'sais pas. C'est juste une intuition ...

Ses autres personnalités avaient une certaine manie du contrôle. Peut-être pas toutes, mais certaines oui. Donc, elles étaient peut-être au courant pour les Spéciaux. Mais bon, Alice n'avait aucune certitude, et quand bien même elle en aurait, cela l'avancerait à quoi ? Elle n'avait aucune "communication directe" avec ses alter ego.

Changeant de sujet, TJ lui demanda ce qu'elle ferait si elle n'était pas prisonnière entre quatre murs. Alice parla de sa passion des livres, de son envie de voyager, s'emportant légèrement sur ses rêves de voyages qui étaient, de toute façon, destiné à rester de simples rêves. Un peu gênée, elle demanda ce que TJ, lui, aimait faire.

- Oh, je suis pas très difficile, du moment qu'on ne m'empêche pas d'agir. Pour l'instant... J'ai transformé un ancien hangar en résidence... Enfin, avec de l'aide. Pour ceux qui sont comme moi, et qui ne veulent pas aller au centre. En gros, pour les aider à se contrôler, mais pour le reste ils se débrouillent.

Une résidence pour spéciaux ? C'était pas rien. Fallait avoir du cran pour rassembler tout un tas de gens avec des super pouvoirs. C'était le genre de situation qui pouvait facilement dégénérer, non ? Fin', c'était juste une supposition. Alice ne connaissait pas grand chose aux Spéciaux. Mais ce qui l'intriguait le plus, c'était le lien entre ces fameux Spéciaux et le Centre.

- Mais, pourquoi les Spéciaux sont-ils rassemblés au Centre ? Qu'est-ce qu'ils ont a faire là-bas ...

Alice se tut un instant, pensant à quelque chose.

- Ou plutôt, qu'est-ce qu'on leur fait là-bas ?

Tout dans les mots du jeune homme laissait penser qu'il avait été au Centre contre son gré, et qu'il était heureux d'en être sorti. Mais également que ... le Centre forçait les gens comme lui à venir s'enfermer entre ses murs ... Non, c'était absurde. Quoique ...

- Je suis plutôt un animal nocture. J'adore me balader dans les rues la nuit. Je connais les moindres recoins de cette ville. J'ai grandi ici. Pour le reste, j'imagine que je suis comme tout le monde, j'aime la bonne musique, les bons films et les romans qui ont un message à délivrer.

Il haussa légèrement les épaules.

- Je pourrais peut-être te faire passer des bouquins de temps en temps.

Un large sourire fleurit sur les lèvres d'Alice. Il était sérieux là ?

- Qu'est-ce que t'en penses ? Je garantis pas de pouvoir tout le temps le faire, mais de temps à autres, ça devrait être possible. J'ai pas mal de ressources. Si ça te va, c'est bon pour moi.
- J'en pense que ce serait génial !

La jeune femme sourit de plus belle.

- Tu ferais vraiment ça pour moi ? Ce serait génial. Je n'ai que deux ou trois livres dans ma chambre, que je pourrais te réciter à la virgule près tant je les ai lus et relus. Même si tu ne viens pas régulièrement, c'est pas grave. J'aime bien prendre mon temps pour lire un livre.

Cela lui permettait de mieux en profiter. De mieux appréhender le message de l'auteur. De cerner ce qu'il y avait entre les lignes, et ce qui était généralement le plus intéressant dans un bouquin. Ce qu'il y a derrière les mots. Le livre dans le livre en quelque sorte.

- Tu penses à quoi, comme genre de livres ?

Avoir de nouveaux livres ! Fantastique. Elle aurait enfin une occupation digne de ce nom, plutôt que de rester seule dans sa chambre à se morfondre ou à se passer en boucle les même réflexions.

- Et la foldingue ! Qu'est-ce qui t'as pris de t'éloigner autant ?!

La jeune femme sursauta. Mr Mono-Sourcil, le garde censé la surveiller, avait laissé tomber sa blonde. Ou la blonde l'avait laissé tomber, allez savoir. Il avançait vers elle d'un pas furieux, l'air passablement énervé.

- C'est pas vrai. T'en as pas marre de faire chier le monde ? Ca te suffit pas de vivre aux frais de la société !

Mais Alice n'eut pas le temps d'entendre le reste.


*Mode James*

Le jeune homme bondit en arrière, évitant Gros Sourcils qui voulait lui agripper violemment le bras. Il recula encore de plusieurs pas, mettant une distance respectable entre lui et les deux autres hommes. James n'aimait pas particulièrement se retrouver seul avec d'autres hommes. Mais bon, ils étaient en extérieur, à l'air libre ... pas dans un endroit clos. Donc il pouvait gérer.

- Yosh, du calme man ! Elle f'sait du mal à personne Alice. Elle fait j'mais d'mal à personne. L'est gentille, elle. Veut juste être tranquille. 'lors, laisse-la tranquille.

Sa voix était plus grave que celle d'Alice. Il était plus agité aussi, jetant sans cesse des coups d'oeil furtifs autour de lui.
Il se gratta le nez.

- Ta gueule ! Je m'en cogne de savoir pour qui tu te prends. C'est l'heure de rentrer, la foldingue !

James recula encore. Un tic agitait son bras gauche. Il serra compulsivement les poings. Il avait des fourmis dans les mains.

- 'rrête tes conneries, man ! T'sais pas qui j'suis moi ! J'bosse pour le gouvern'ment, tu saisis ? Les boss de tes boss ! J'ai des contacts. J'connais du monde. Alors fait pas l'con, man, ok ?
- C'est ça, et moi je suis le pape !
- Te fous pas d'moi, man ! T'vas avoir des ennuis, c'est moi que j't'le dis !

James se mordit la lèvre, nerveux. Il sautillait d'un pied sur l'autre, prêt à détaler au moindre moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Au milieu des arbres

Revenir en haut Aller en bas

Au milieu des arbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Un murmure au milieu des arbres [Sarah, Katherine] [19/04/42]
» Faire des arbres?
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Arbres GW
» [TUTO] Comment faire des arbres
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée des Cinglés :: Louisville :: Parc-
Sauter vers: