Qu'est-ce que la Folie ?

Partagez|

Et si on se disait tout une fois pour tout.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Haylee Summers

avatar
Bitch please... I'M FABULOUS


✖ Messages : 56
✖ Date de naissance : 06/05/1983
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Et si on se disait tout une fois pour tout. Jeu 26 Avr - 0:58

J'étais plus là du tout,j'avais les jambes molles, les yeux qui fermaient tout seul et j'avais l'air totalement ridicule. J'avais demandé à Swann de m'appeller un taxi et il le fit de suite, puis je demandai à John avec une moue de gamine, s'il accepterait de passer la nuit encore avec moi ce soir.

-Ouiiiii.

Je lui fis un petit sourire en coin. Swann confirma que le taxi allait être la dans cinq minutes et ... Je me souviens plus du reste. John m'aida à me lever et donna je ne sais quoi à son ami en lui disant je ne sais quoi par rapport à ce ... je ne sais quoi (lol).

-Hey ... On se fais une bouffe demain ?

Oufff haut de coeur quand on parle de bouffe.

-Bon, je crois qu'il va falloir y aller, t'en pense quoi Haylee, le temps de se rendre avec tout ce monde si on veux pas manquer notre ... taxi.

Je fis un faible signe de tête pour acquiescer. Il m'aida à me lever, je me sentais comme une merde. Il salua son ami et nous commençâmes à marcher. Jamais j'aurais cru qu'un geste aussi automatique, me paraitrait tellement difficile à faire.Le trajet entre le comptoir et la porte sembla interminable. John repoussait les gens et moi je les insultaient au passage, puis il arriva devant les marches. Je stoppai net.

-Ohhhh non non non ! Je vais jamais arriver à descendre c'est 25 marches là... Et j'sais que y en a 25 je les comptes chaques fois que je viens. Parce que la j'en vois 200.

Je continuai de faire non avec la tête.

-T'as vraiment un caractère de feu toi han ...

Je lui souris.

-Merci... C'est un très joli compliment, dis-je en souriant toujours.

Je soufflai un coup et fini par prendre mon courage à deux mains et je descendis les marches.Nous sortîmes dehors et ce fut le dur coup de l'air frais. Outch ! John m'aida à embarquer dans le taxi.

-271 helm's street. murmurai-je.

John répéta un peu plus clairement. Je me blotis contre lui la tête dans son cou. J,essyais de garder une respiration constante pour eviter que les haut de coeur ne se change en vomissure.Nous finîmes par arriver et nous débarquâmes. John paya surement parce que je ne sorti pas un rond et le chauffeur quitta sans crier d'insulte. Je regardai de nouveau les marches en feignant de pleurer. Il m'aida de nouveau et nous fûmes devant ma porte en quoi ... 15 minutes ?

-Ça va aller pour le restant où ... t'aimerais mieux que je te porte ?

Je ne répondis pas en essayant de rester concentrer pour sortir mes clés de mes poches et déverrouiller la porte. Une fois fait j'enlevai mes chaussures un peu négligement et me déshabillai totalement entre la porte d'entrée et la salle de bain. Je réussi à ouvrir l'eau à une bonne température et j'entrai sous le jet d'eau. Je tentai de m'accrocher à la rampe, mais je manquai mon coup et me ramassai le cul dans le fond de la douche.

-AÏÏÏÏÏÏÏEEEEEEEEE, geulai-je en riant.

John entra rapidement dans la salle de bain et ouvrit la porte de douche. Je lui sourit avant de rire et le tirai par le collet, directement sous le jet d'eau et je l'embrassai passionnément. Je devais avoir un haleine de fond de tonneau, mais je m'en foutais. Je réussi à me lever et retrouver de la solidité un peu sans être totalement dans mon état. Je sortis de l'eau et passai une simple serviette que je nouai autour de moi.

-Désolé... T'es toute trempé...Attend je vais au moins te passer un peignoir.

Je filai vers ma chambre en le trainant par la main. Je mis le peignoir sur le lit et commençai à déboutonner sa chemise. Je relevai les yeux vers lui avec un sourire qui s'effaça rapidement, en voyant qu'il me regardait sérieusement avec un soupçon de tendresse. Je lâchai sa chemise et continuai de le fixai un moment.

-Ne fait pas sa John...

Il fronça légèrement les sourcils.

-N'éprouve rien pour moi. Je trouve ça déjà difficile de garder mes distances avec toi, si tu me montres des sentiments, je sais que je vais être vraiment folle de toi, parce que j'ai déjà du mal à me passer de toi et je veux pas tomber amoureuse de toi et souffrir. Parce que l'amour ça marche jamais et que je fini toujours par...

Il ne me laissa pas finir ma phrase et m'embrassa sensuellement. Je répondis à son baiser un moment avant de me détourner.

-On devrait dormir... J'ai... j'ai trop but j'dis n'importe quoi et je vais... je vais le regretter demain.

Je filai sous la couverture.Je savais très bien que c'était pas l'alcool qui me faisait parler, mais c'était moins difficile de dire ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jonathan Meyers

avatar


✖ Messages : 83
✖ Date de naissance : 14/02/1984
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Centre

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Jeu 26 Avr - 19:00

Elle resta silencieuse, parfaitement concentrée à enfouir ses mains dans ses poches pour en sortir les clés. Nous étions devant la porte de son logis. Soupirante, elle les dénicha et entreprit d'ouvrir la porte. Je la laissait passer et elle entra un peu maladroitement. Enlevant ses souliers à la va-vite, elle les jetas avec négligence sur le côté. Continuant son chemin vers la salle de bain en se déshabillant en cours de route. Je l'observais avec un petit sourire en coin bien silencieux. Une fois que j'entendis la porte se refermer, je me déshabillais à mon tour et plaçais mes bottes ainsi que ma veste. Comme j'allais m'assoir sur le canapé, j'entendis un vacarme épouvantable venant de la salle de bain accompagné d'un grand cris.

AÏÏÏÏÏÏÏEEEEEEEEE !!!

Je me relevais rapidement et partis rapidement vers la salle de bain.

Merde .. j'espère que tu t'es pas blessée.

J'entrais dans la salle de bain et ne vit pas de silhouette au travers des portes vitrées. Je jetais donc un coup d'oeil à l'intérieur. Haylee était tout avachie dans le fond de la douche. Elle me regarda en souriant puis, éclata de rire surement en voyant mon air nerveux. Elle m'attrapa rapidement par le collet et me tira tout habillé sous la douche. Essayant maladroitement de me retenir, je suivis bien malgré moi en lâchant une exclamation.

Aieee !!!

Pris par surprise. Enfin, je me retrouvais rapidement à moitié sous la douche avec une exquise femme en train de m'embrasser très langoureusement. La surprise passée, je lui rendit avidement son baiser. Ne me rendant même pas compte qu'elle empestait le fond de tonneau. Une fois notre baiser terminer, je sortis de la douche avec un petit sourire. Tout trempé.

Jonathan Meyers, un des hommes les plus puissants au monde ... à moitié tremper et pris par surprise par une femme qui l'a tirer de force sous la douche. Très drôle comme tableau.

Après un cours moment de béatitude à me regarder dans le miroir, Haylee sortit de la douche et se passa une serviette autour du corps. Me lançant un simple regard où il y avait de la timidité très loin derrière.

Désolé... T'es toute trempé...Attend je vais au moins te passer un peignoir.

Je la regardait, un petit sourire en coin ironique.

Je vois absolument pas de quoi tu parle ...

Je dégoutais beaucoup par terre et j'avais maintenant les pantalons tout trempe. Baissant un peu le regard, je vis que j'avais les deux pieds dans une flaque d'eau. Je me passais la main dans les cheveux. Enfin, elle semblait avoir reprit de la forme. C'était bien. Elle m'attrapa par la main et me traîna sans coup férir jusqu'à sa chambre.

Prise numéro 2 ...

Je lâchais un petit rire. En entrant dans la chambre, elle attrapa un peignoir noir strié de gris et le posa sur le lit puis, s'approcha de moi et défit les boutons de ma chemise très lentement, avec application. Je la sentais toute minutieuse, délicate et douce. Nouveau brin de personnalité qui perçait. Baissant les yeux, je rivais mon regard sur elle avec un soupçon de tendresse que je n'espérais pas visible. Après quelques boutons, elle releva lentement le regard vers moi avec un sourire, il s'effaça très vite. Abandonnant ma chemise, elle me fixa sérieusement du regard pendant un moment avant de lâcher à voix basse.

Ne fait pas sa John...

Je fronçais les sourcils, ne comprenant plus rien à rien. Je dis d'une voix de basse, doucement.

Mais, faire quoi ?

Et là, sans me lâcher du regard et toujours aussi près de mon corps.

N'éprouve rien pour moi. Je trouve ça déjà difficile de garder mes distances avec toi, si tu me montres des sentiments, je sais que je vais être vraiment folle de toi, parce que j'ai déjà du mal à me passer de toi et je veux pas tomber amoureuse de toi et souffrir. Parce que l'amour ça marche jamais et que je fini toujours par...


J'avais légèrement rouler des yeux. Comme si ça me faisait quelques trucs. Décidant de mettre fin à son monologue, je plaquais mes lèvres aux siennes avec volupté, la prenant complètement par surprise. Elle me retourna mon baiser pendant un moment puis, nous nous détachâmes.

On devrait dormir... J'ai... j'ai trop but j'dis n'importe quoi et je vais... je vais le regretter demain.

Dit-elle en détournant le regard et en filant sous les couvertures. Elle semblait complètement confuse. Presque mélangée ... Je ne saurais dire comment je la voyait en ce moment mais, je le savais. C'était tout. Je la laissait filer, tentant de glisser ma main sur sa nuque pour rien. Je finis de déboutonner ma chemise puis enlevais mes pantalons. Même mes sous-vêtements étaient complètement trempé maintenant. Je me retrouvais donc ... nu. Attrapant le peignoir, je m'essuyais rapidement et filais sous les couvertures à mon tour. Gardant une certaine distance entre moi et elle. Je fis défiler mon doigts doucement dans son dos. Elle ne dormait pas encore, comme si quelque truc la travaillerait. Continuant à la caresser tendrement, j'attendis qu'elle prenne la parole. Ce qu'elle ne fit pas.

Qu'est-ce qui se passe Haylee ...

Demandai-je d'une voix douce tout en me redressant légèrement, je posais ma tête dans le creux de ma main et la regardait, attendant une réponse à nouveau faisant toujours défiler mon doigt dans son dos. Enfin, je regardais sa nuque. Après un moment de silence intense et pesant, je me penchais vers elle tout en écartant ses cheveux et je déposais un baiser dans son cou. Je murmurais ensuite.

Tu semble bien mal à l'aise ... Faut pas ... Enfin, pas avec moi tu sais.

J'étais horrible avec les mots et je ne savais vraiment pas quoi dire mais, il me semblait que présentement, c'était le moment de parler. De parler de quoi exactement, j'en savais trop rien. J'aimais bien cette femme. Trop peut-être. J'en savais foutrement rien. Tout ce que je savais présentement, c'était que plus elle était près de moi et plus mon coeur cognait dans ma poitrine. Fort, très fort.

Regretter quoi exactement ? Notre soirée merveilleuse ? Notre rencontre qui est ... avouons-le, très peu commune. Où simplement le fait que étrangement, on arrive pas à se débarrasser l'un de l'autre depuis ce temps là ?

Je posais une main sur son épaule et la tournait vers moi. Je rivais alors mon regard dans le siens et le plus sérieusement du monde, je dis.

Je regretterais jamais rien de tout ça. Je regrette encore moins ce que tu es parvenue à me dire un peu plus tôt et ... je voudrais que tu sache que ... moi non plus, je veux pas te quitter ... et que ... je sais pas pourquoi mais, c'est pas l'alcool qui t'a fait parler ... Enfin, je veux dire que je crois que tu sais quand même ce que tu dis et que tu l'éprouve entièrement car, comme je l'ai déjà dit. T'a trop un caractère de feu pour que la boisson puisse y changer quoi que ce soit dans le fond de toi ... et ... j'aime bien ...

Je lui fit un tout petit sourire en ajoutant.

Je sais, je suis horrible avec les mots mais ... bon. Je suis comme ça. Je peux rien y faire. Même si t'a rien compris, je t'en veux pas ...

Je fermais les yeux et posais à nouveau un baiser sur son front avant de river mon regard tendrement au sien, attendant une quelconque réplique narquoise comme à son habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haylee Summers

avatar
Bitch please... I'M FABULOUS


✖ Messages : 56
✖ Date de naissance : 06/05/1983
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Ven 27 Avr - 0:40

Je commençais à prendre peur. J'avais vécu assez de cuite pour savoir que l'alcool était toujours une défaite pour faire des conneries et que notre cerveau était loin de moins fonctionner sur l'alcool. C'était scientifiquement prouvé que cette substance rendait euphorique et qu'en état d'euphorie les gens ne connaissent pas le mensonge sans que ce soit visible. Je savais qu'avec Jonathan c'était différent. C'était pas une histoire d'un soir, banal comme les autres et je voulais pas souffrir. Les expériences passé m'avait démontré que c'est toujours ce qui arrivait quand on aimait. Je filai sous la couverture et lui tournai le dos. J'arrivais pourtant pas à fermer les yeux. Après un court moment il vint me rejoindre et je sentis son doigt glisser dans mon dos. Il garda le silence un moment et j'arrivais pas à dire quoi que ce soit.

-Qu'est-ce qui se passe Haylee ... demanda-t-il doucement.

Il continua de me faire frissonner en glissant son doigt dans mon dos. Voyant que je ne disais rien, il bougea mes cheveux pour que ses lèvres atteignent mon cou. Je fermai les yeux à cet instant.

-Tu semble bien mal à l'aise ... Faut pas ... Enfin, pas avec moi tu sais. dit-il à voix basse.

Mal à l'aise ... non... carrément effrayée oui.

-Regretter quoi exactement ? Notre soirée merveilleuse ? Notre rencontre qui est ... avouons-le, très peu commune. Où simplement le fait que étrangement, on arrive pas à se débarrasser l'un de l'autre depuis ce temps là ?

C'était exactement tout ça. Il posa une main sur mon épaule et me fit tourner face à lui. Son regard se fondit au miens.

-Je regretterais jamais rien de tout ça. Je regrette encore moins ce que tu es parvenue à me dire un peu plus tôt et ... je voudrais que tu sache que ... moi non plus, je veux pas te quitter ... et que ... je sais pas pourquoi mais, c'est pas l'alcool qui t'a fait parler ... Enfin, je veux dire que je crois que tu sais quand même ce que tu dis et que tu l'éprouve entièrement car, comme je l'ai déjà dit. T'a trop un caractère de feu pour que la boisson puisse y changer quoi que ce soit dans le fond de toi ... et ... j'aime bien ...

Je secouai la tête et relâcher son regard.

-Je sais, je suis horrible avec les mots mais ... bon. Je suis comme ça. Je peux rien y faire. Même si t'a rien compris, je t'en veux pas ...

Je me tournai à nouveau vers lui et le regardai, puis il posa un baiser dans mon front.

-Tu sais le stéréotype des blondes innocente c'est plus tout à fait d'actu'.

Je m'assis en m'adossant contre ma tête de lit et remontai la couverture sur moi.

-John... J'ai aimée trop souvent, j'ai souffert à tout les coups et je jure devant dieu que ça n'arrivera plus jamais.

Je le fixai un moment, puis j'eus un léger rire sarcastique.

-Puis... On se connait même pas...Je sais quoi de toi han ? Que tu es amoureux d'une petite blonde qui en pince pour les déjantés, que tu es genre fort comme vingt hommes et que ton meilleur pote tiens le Saint-James... Ah oui, tu habites au centre et t'es nul à chier avec la technologie et toi tu sais rien de moi. Tu peux pas avoir des sentiments pour moi c'est incensé.

Je m'allumai une clope. Chose que je faisais seulement quand j'étais nerveuse.

-Tu t'es carrément fait de fausses idées... J'savais pas ce que je disais point final. Je ressens rien pour toi, t'es qu'une baise d'un soir et un gars facile à manipuler... T'es tellement naïf, dis-je avec un soupire ironnique.

Je me tournai dos à lui et fixai le mur en pinçant les lèvres. Une larme roula sur ma joue, mais il ne pouvait pas voir. C'était plus facile d'attaquer. En blessant la personne elle prenait la fuite, on souffrait seul chez soi, mais on évitait de se faire du mal à long terme, mais étrangement il ne bougea pas. Je me concentrai pour ne pas sangloter et écrasai ma cigarette avant d'éteindre la lumière.

-Profite de ta nuit... C'est la dernière que tu passeras ici, dis-je difficilement.

Je regrettais mes mots à mesure qu'il sortait. J'avais envie de me tourner et de me blotir contre lui, mais hors de question que je flanche et que je m'attache...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jonathan Meyers

avatar


✖ Messages : 83
✖ Date de naissance : 14/02/1984
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Centre

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Dim 29 Avr - 18:16

La réplique arriva vertement, comme je m'y attendais parfaitement.

Tu sais le stéréotype des blondes innocente c'est plus tout à fait d'actu'.

et... tu crois que je suis bien placer pour parler des blondes innocentes ?

Lui-demandai-je ironiquement en lui démontrant tout le blond que j'avais dans la tête. Elle s'adossa ensuite contre la tête du lit et remonta la couverture contre elle.

John... J'ai aimée trop souvent, j'ai souffert à tout les coups et je jure devant dieu que ça n'arrivera plus jamais.

Mon dieu, me dite pas qu'elle est comme ... Kathleen ...

Je me comprenais parfaitement et je n'avais tout simplement rien à ajouter à ça. Ce qu'elle venait de dire. Je la regardait silencieusement, sérieusement. En réponse, elle me fixa à son tour et eu un léger rire sarcastique. Je sentais bien ce qui s'en venait.

Puis... On se connait même pas...Je sais quoi de toi han ? Que tu es amoureux d'une petite blonde qui en pince pour les déjantés, que tu es genre fort comme vingt hommes et que ton meilleur pote tiens le Saint-James... Ah oui, tu habites au centre et t'es nul à chier avec la technologie et toi tu sais rien de moi. Tu peux pas avoir des sentiments pour moi c'est incensé.

Qu'aurait-elle voulut que je répondes à ... ça. Si jamais elle avait voulue une quelconque réponse et bien, j'en avais absolument pas. Je la regardait sans cesse, sans aucune expression. Elle s'alluma ensuite une cigarette et continua.

Tu t'es carrément fait de fausses idées... J'savais pas ce que je disais point final. Je ressens rien pour toi, t'es qu'une baise d'un soir et un gars facile à manipuler... T'es tellement naïf...

Finit-elle d'un monumental soupir théatrale teinté d'ironie. Elle se détourna ensuite rapidement de moi, fermant le sujet. Sans rien ajouter de plus. Je ne bougeais point. Elle écrasa ensuite sa cigarette et ferma la lumière. Nous nous retrouvâmes dans une pièce noire d'encre. Je l'entendis prononcer une sentence qui sembla sortir d'une drôle de façon.

Profite de ta nuit... C'est la dernière que tu passeras ici...

Je ne bougeais pas encore. J'avais simplement cesser de la caresser. Je murmurais alors doucement. Je sais pas si elle m'écoutait vraiment mais, dans le fond, je m'en foutait.

Ça à le mérite d'être clair et net. T'a entièrement raison. Demain, je disparaîtrais selon ton bon vouloir, si tu me le redemande encore. Mais, sache seulement que ... je ne suis vraiment pas naïf et qu'encore une fois, je ne regrette rien. J'ai été bien heureux de faire ta connaissance Haylee ...

Finis-je encore plus doucement.

Je suis un homme de parole, tu t'en rendra compte Haylee.

Je m'étendis ensuite. Le regard toujours river sur son dos, sans rien dire. Je crus même parfois, halluciner ou je sais pas quoi, voir quelques soubresauts de son bord. Je posais alors, une main rassurante sur son épaule.

Mais ... est-ce seulement vraiment ce que tu désire ? Si tu veux vraiment que je m'en aille ... pourquoi pas tout de suite ?

Demandai-je à mi-voix. Ses cheveux me chatouillait le nez présentement. Je les repoussaient du bout des doigts lentement tout en les tournants légèrement autour de mes doigts. Ne sachant pas si elle dormait, j'ajoutais.

Au jour le jour ... Je prends pas ça autrement tu sais. Si seulement tu m'en donnais la chance, je pourrais te surprendre. Mais, tu sais, rien ne presse pour moi. On verras avec le temps ... D'accord ?

Je parlais plus pour moi-même. Essayer de me convaincre qu'en réalité, ce que je ressentais n'étais que pécadilles pour l'instant. Même si ... j'étais terriblement confus et que mon coeur cognait trop fortement dans ma poitrine. Ayant finis de repousser ses cheveux, je glissais une mèche folle derrière son oreille puis, je plaçais mes deux mains sous ma tête. Regardant le plafond ou, ce qui me semblait l'être dans cette noirceur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haylee Summers

avatar
Bitch please... I'M FABULOUS


✖ Messages : 56
✖ Date de naissance : 06/05/1983
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Mar 1 Mai - 10:45

J'avais parlée tellement à contre coeur, mais j'avais grandis comme on m'avait enseignée. Quitte toujours les hommes et ne t'attache pas à eux. Ne les laisses pas prendre le contrôle sur toi et soit toujours plus forte qu'eux. Ça faisait quelques années, que j'avais juste envie d'être la femme fragile dans les bras d'un homme qui l'aime, mais chaque fois j'avais peur de ne pas m'abandonner au bon et de souffrir dans le détour, donc je recomençais chaque fois le jeu du détachement.

-Ça à le mérite d'être clair et net. T'a entièrement raison. Demain, je disparaîtrais selon ton bon vouloir, si tu me le redemande encore. Mais, sache seulement que ... je ne suis vraiment pas naïf et qu'encore une fois, je ne regrette rien. J'ai été bien heureux de faire ta connaissance Haylee ...

Je fermai les yeux fortement laissant couler une larme, invisible à la noirceur.

-Je suis un homme de parole, tu t'en rendra compte Haylee.

J'essayai de contenir quelques sanglots, mais je sursautai lorsque je sentis sa main sur mon épaule.

-Mais ... est-ce seulement vraiment ce que tu désire ? Si tu veux vraiment que je m'en aille ... pourquoi pas tout de suite ?

*Parce que je suis bien avec toi et que je voudrais tellement que ça marche entre nous deux...* pensai-je, mais je ne répondit rien.

-Au jour le jour ... Je prends pas ça autrement tu sais. Si seulement tu m'en donnais la chance, je pourrais te surprendre. Mais, tu sais, rien ne presse pour moi. On verras avec le temps ... D'accord ?

Il fit jouer ses doigts dans mes cheveux pendant un moment et je restai immobile et silencieuse, puis il se tourna sur le dos, je ne sentais plus une parcelle de son corps qui touchait au miens. Je laissai de côté ce qu'on m'avait enseigné pour ce dont j'avais envie. Je me retournai et embarquai carrément sur Jonathan et posai un doigt sur ses lèvres pour éviter qu'il ne parle.

-Sert-moi contre toi, garde moi dans tes bras et fait moi sentir quelqu'un juste pour cette nuit. Je sais que tu me dois rien, mais c'est ce dont j'aurais besoin en ce moment.

Je retirai mon doigt et l'embrassai sensuellement, puis je déposai ma tête contre son épaule, le visage enfoui dans son cou. J'avais juste besoin de me sentir femme et même si c'était faux, j'avais besoin pour une fois de croire qu'un homme pouvait être dans mon lit pour autre chose que me baiser.

-Je ... Je veux pas m'expliquer sur tout ce que je t'ai dit, mais je ne veux pas vraiment que tu partes. Je voudrais que tu restes... soufflai-je doucement.

C'était difficile de fissuré sa carapace et de parler avec son coeur quand on était pas habitué de fonctionner ainsi.

HS:Je sais que c'est pas immense comme ça, mais je peux pas prévoir ta réaction si tu veux que j'allonge tu me diras...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jonathan Meyers

avatar


✖ Messages : 83
✖ Date de naissance : 14/02/1984
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Centre

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Mer 2 Mai - 22:58

Les mains toujours derrière la tête, bien éveiller, je braquais mes yeux sur le semblant de plafond pendant un bon moment. N'ayant plus aucun contact physique avec Haylee, je ne voulais absolument pas l'envahir. Elle semblait avoir besoin de paix et silence. Regardant sans cesse le plafond, immergé dans mes pensés, je sentis à peine amorcer un mouvement. Ensuite, très rapidement et silencieusement, elle se retrouva à califourchon sur moi. Surpris, je voulus dire un truc mais, je sentis un doigt sur mes lèvres ensuite, une voix bien douce, surprenante, à comparer le ton qu'elle adoptait habituellement.

Sert-moi contre toi, garde moi dans tes bras et fait moi sentir quelqu'un juste pour cette nuit. Je sais que tu me dois rien, mais c'est ce dont j'aurais besoin en ce moment.

Je haussais les sourcils dans le noir. Avait-elle seulement penser que je la prenait pour personne ? Étrange pensé. Elle retira ensuite son doigt pour le remplacer par ses chaudes lèvres bien pulpeuse pendant un moment. Ensuite, elle se blottit intensément contre moi. Enfouissant sa tête contre mon épaule, en parfait silence. Je sentis son souffle chaud dans mon cou. Je ne dis absolument rien, savourant ce contact physique tout simple de fond en comble avec un sourire plutôt enfantin. D'une petite voix, elle me chuchota.

Je ... Je veux pas m'expliquer sur tout ce que je t'ai dit, mais je ne veux pas vraiment que tu partes. Je voudrais que tu restes...

Cela semblait provenir du fond du coeur de cette femme. Mon sourire, dans le noir, s'élargit et mon coeur fit quelques prodigieux bonds. Comme toute réponse, j'enlevais mes bras de sous ma tête puis, j'en glissais un dans son dos et je plaçais mon autre main sous sa nuque et je la resserrait tendrement contre moi tout en murmurant bassement.

Tu ne me dois aucune explication et je ne t'en demanderai pas. Merci d'avoir été franche Haylee. Je voulais pas m'en aller de toute façon.

Je posais un baiser sur son front. Mon coeur cognait dans ma poitrine. Elle devait le sentir très fortement et assurément. J'eus un petit rire quand elle m'en fit la remarque.

Je sais, c'est étrange, je suis nerveux comme un gamin présentement, pourtant, je me sens on ne peut plus bien.

Se simple contact physique, entre homme et femme. Je le voyait et le ressentait comme la chose la plus merveilleuse au monde. Je la sentait, fragile entre mes bras. Comme si j'étais son protecteur en tout sens.

Gare !!! Gare aux démons qui oseront seulement essayer de tourmenter cette femme !!!

Pensai-je pour moi-même tout en mimant avec mes lèvres. J'eus soudain une petite idée.

Haylee, tu te souviens du souper que moi et Swann nous avons prévus avec les photos de son voyage et tout ?

Elle acquis.

Et bien, ça te dirais de venir avec moi ? Ça pourrait être plutôt agréable ... et puis, vois ça pour ... un deuxième rancart ...

Moment de silence. C'était plutôt nul comme invitation mais, bon, on étais pas obliger d'être superficielle ... Je devins soudainement nerveux un peu plus et avant qu'elle ne réponde, j'ajoutais.

Si tu veux pas ... c'est pas grave tu sais, on peux faire quelques choses seulement nous deux sauf que, tu manquerais quelques choses tu sais, je suis un excellent cuisinier et il se trouve que Swann est un excellent orateur de connerie.

Ajoutai-je avec un petit gloussement. Je promenais à nouveau mes doigts dans son dos. Lui donnant probablement de délicieux frissons. J'étais tellement bien en ce moment. Détente totale. J'oubliais tout mes tracas des derniers temps. Tout... Je ne pensais même ... à rien. C'était plutôt spécial de ma part de ne penser à rien. J'avais pas une grande gueule mais, mon cerveau lui, n'arrêtait pour ainsi dire ... jamais. Je me retournais vers Haylee doucement puis, l'embrassant légèrement, je la serrait dans mes bras, vigoureusement et j'enfouis mon visage dans ses cheveux en lui murmurant à l'oreille, très sincèrement.

Merci ... Pour être toi-même et m'avoir offert l'opportunité de te connaître un peu plus.

La gardant serrée contre mon corps un moment, je la relâchait ensuite puis reprit ma position originale pour qu'elle en fasse tout autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haylee Summers

avatar
Bitch please... I'M FABULOUS


✖ Messages : 56
✖ Date de naissance : 06/05/1983
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Lun 7 Mai - 10:59

Jonathan devait me prendre pour une hystérique manico-dépressive qui savait pas ce qu'il voulait, mais après l'avoir fouettée d'insulte, je me calai contre lui en lui disant que je voulais pas vraiment qu'il parte et que sans m'expliquer je voulais rester contre lui et avec lui encore un peu. Il passa ses bras autour de moi et me serra tendrement contre lui. J'inspirai profondément en gardant les yeux fermé.

-Tu ne me dois aucune explication et je ne t'en demanderai pas. Merci d'avoir été franche Haylee. Je voulais pas m'en aller de toute façon.

Il déposa un baiser sur mon front. Je restai la tête contre lui et j'entendais son coeur battre à tout rompre.

-Tu vas pas me faire un arrêt cardiaque han ?

Il eut un léger rire.

-Je sais, c'est étrange, je suis nerveux comme un gamin présentement, pourtant, je me sens on ne peut plus bien.

Je pris sa main et la collai contre ma poitrine,là où il pouvait sentir mon coeur battre à tout rompre également. Je lui fis un simple demi-sourire qu'il pouvait deviner dans le noir.

-Haylee, tu te souviens du souper que moi et Swann nous avons prévus avec les photos de son voyage et tout ?

Je m'assis et ouvrit la lumière en grimaçant légèrement le temps que mes yeux s'habitue et j'acquis d'un signe de tête.

-Et bien, ça te dirais de venir avec moi ? Ça pourrait être plutôt agréable ... et puis, vois ça pour ... un deuxième rancart ...

Je buguai direct pour le coup. Fallait pas que je flip pour un deuxièment rancart, je devais rester cool. Je fis un petit sourire qui devait paraitre faux à l'os.

-Si tu veux pas ... c'est pas grave tu sais, on peux faire quelques choses seulement nous deux sauf que, tu manquerais quelques choses tu sais, je suis un excellent cuisinier et il se trouve que Swann est un excellent orateur de connerie.

Je le fixai un moment , savourant ses doigt qui se baladaient dans mon dos, puis je secouai la tête.

-Non ... non, un deuxième rancart c'est bien, dis-je en lui souriant.

Pour le moment j'essayais un peu de me convaincre moi-même, mais une fois sur place, j'étais presque certaine de ne pas le regretter.Il Mattira contre lui et m'embrassa tendrement et fini en me serrant contre lui, son visage enfouie dans mes cheveux.

-Merci ... Pour être toi-même et m'avoir offert l'opportunité de te connaître un peu plus. dit-il à voix basse.

Je restai un peu bouche-bée sur le coup. C'était pas le genre de compliment qu'on avait l'habitude d'entendre et je me rendais surtout compte, maintenant qu'il le disait, que je l'avais vraiment laissé passer les barrières. Je le regardai droit dans les yeux.

-Est-ce que ce serait terrible, si... si pour une fois j'essayais de faire confiance à mon coeur ?

J'avais tellement la frousse de souffrir d'une peine d'amour qui selon moi lorsqu'elle était sincère cette peine était la plus douloureuse.

-Je sais pas où ça nous meneras tout ça, mais j'sais pas... J'ai envie d'essayer je crois.

Je m'assis et remontai un peu la couverture contre moi. Je me passai la main dans les cheveux.

-Tu me plait, je suis bien avec toi. Tu me fais rire, t'es charmant et t'arrive à m'endurer, j'ai rien à perdre je crois, dis-je en haussant les épaules.

Je lui fis un demi-sourire en le questionant du regard.

-Tu ... t'aurais envie... j'veux dire ... ça te branche de faire un bout de chemin avec moi ?

Genre coché oui, coché non ou peu-être. J'étouffai un rire en pensant à ça.

-Par contre je te préviens, je suis méga-jalouse. Donc la petite blonde si c'est pas fini dit le et on arrête ça ... right now !

Je pouffai de rire en voyant sa tête.

-Ouais ça aussi tu t'y feras, j'suis une balance.

Je lui fis un clin d'oeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jonathan Meyers

avatar


✖ Messages : 83
✖ Date de naissance : 14/02/1984
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Centre

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Mer 16 Mai - 23:10

Elle resta silencieuse sur le coup. Je la sentit se retourner vers moi, rivant son regard probablement dans le mien. Il faisait nuit noir et à l'intérieur, c'était la pénombre, alors, on ne voyais réellement pas beaucoup plus loin que le bout de notre nez.

Est-ce que ce serait terrible, si... si pour une fois j'essayais de faire confiance à mon coeur ?

Je ne lui répondit pas tout de suite, pensant pendant quelques infimes secondes tout en prenant délicatement mon souffle. Je finis par murmurer doucement.

Non ... non, je crois pas que ce soit si terrible.

Je ne comprenait pas réellement pourquoi elle avait dit ça mais, j'avais comme l'impression que son coeur avait toujours été plutôt hermétique. Enfin, amoureusement.

Je sais pas où ça nous meneras tout ça, mais j'sais pas... J'ai envie d'essayer je crois.

J'en ai aucune espèce d'idée moi non plus ...

Pensai-je. Pendant qu'elle s'asseyait tout en tirant l'édredon vers elle. Me retrouvant à moitié à l'air libre, je fus parcouru par un doux frisson. Au moins, elle avait envie. C'était toujours ça. Une douce odeur de shampoing me remonta au nez. Elle devait se jouer dans les cheveux où je ne sais quoi.

Tu me plait, je suis bien avec toi. Tu me fais rire, t'es charmant et t'arrive à m'endurer, j'ai rien à perdre je crois

J'eus un sourire franc dans le noir, quoique légèrement moqueur.

Han han ... Je sais mais, t'a pas à essayer de te convaincre Haylee, on à réellement rien à perdre juste à essayer tu sais.

Elle me rétorqua d'un demi sourire. Simplement, quand je m'attendais à une claque fulgurante. Je restais surpris, agréablement surpris.

Tu ... t'aurais envie... j'veux dire ... ça te branche de faire un bout de chemin avec moi ?

Mais ... c'était quoi ce truc ? Ai-je bien entendu ?!?!?

Pour le coup, la gueule m'en tomba par terre. Par chance qu'il faisait noir. J'avais l'impression de retourner au primaire. C'était comique comme situation. Pourtant, à ce moment, je sus réellement que jamais, elle n'avait vraiment ouvert son coeur. Alors, je ne sus même pas quoi répondre. S'il y avait de quoi de correct à répondre à ça ... j'en avait aucune espèce d'idée.

Par contre je te préviens, je suis méga-jalouse. Donc la petite blonde si c'est pas fini dit le et on arrête ça ... right now !

S'exclama t-elle tout en changeant de ton bout pour bout. Je secouais la tête, complètement confus. Là, j'étais réellement perdu. Essayant de remettre de la clarté dans ma tête, je l'entendis pouffer de rire.

Ouais ça aussi tu t'y feras, j'suis une balance.

J'étouffais un rire à mon tour. Me redressant à sa hauteur, je glissais une main le long de son corps jusque sous son menton puis, j'approchais mon visage du sien. Je lui donnait alors un doux baiser bien langoureux puis, je lui répondit ensuite le plus sérieusement du monde.

Oui, je le veux ...

À son tour pour l'air déconfit. Avec un petit sourire en coin, j'ajoutais.

Faire un bout de chemin bien sur et peut-être plus, qui sait...

Je m'étendis à nouveau de tout mon long tout en l'attirant à moi d'une main pour qu'on reprenne nos positions initiales.

Toi, tu est une balance et moi, je suis un bloc de béton. On va bien tu trouve pas.

J'eus un sourire en imaginant la scène.

En fait, je crois vraiment pas que je vais y arriver ...

Je fis ensuite silence. Ça ne prit pas longtemps pour la sentir se tendre. J'ajoutais alors ensuite, doucement, d'une voix de basse.

... à me passer de toi.

Détente rapide. Vraiment impulsive cette femme. Elle était exquise. Au quart de tour. En plein ce qu'il me fallait. Une femme solide avec du nerf. Je me retournais face à elle puis, subitement, j'agrippais ses hanches et je la tournais de l'autre côté sans dire un seul mot. Je me collais parfaitement contre ce corps si doux et chaud et j'enfouis mon visage dans ses cheveux. Je murmurais ensuite à son oreille avec une pointe d'humour.

Donc, en résumé. Pute, escorte ... confident ... petit ami. Tu vas avoir toute une facture ma belle. Mais tu sais quoi ... le premier est gratuit, comme je te l'ai dit.

Bien sur, avec elle, se serait probablement toujours le premier. Je ne sais pas pourquoi mais, j'avais la forte impression que ce serait le cas pour très longtemps. Plus sérieusement, je murmurais à nouveau.

Je suis vraiment bien avec toi. J'aurais pas pu demander mieux.

Avant d'entendre l'éternelle réplique, je coupais court à son inspiration.

Je sais que tu sais...

Je lui promenais maintenant le bout des doigts sur le ventre, faisant de petit rond, simplement comme ça. Effleurant son nombril de temps à autres. Baillant aux corneilles, j'ajoutais à mi-voix.

Hum ... j'en déduis que ce sera pas la dernière nuit alors. Profitons-en pour fermer les yeux, je crois que le soleil ne tardera pas.

Je fermais ensuite les yeux, le parfum de son corps emplissant mes narines. Très belle nuit en perspective, sinon excellente. Je finis par m'endormir avec un sourire de petit garçon aux lèvres, mon corps épousant parfaitement le sien. Murmurant un petit dernier tout en nageant dans le bonheur.

Bonne nuit Haylee...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haylee Summers

avatar
Bitch please... I'M FABULOUS


✖ Messages : 56
✖ Date de naissance : 06/05/1983
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Jeu 17 Mai - 12:18

C'était étrange, un instant j'avais vraiment envie d'essayer et l'autre , j'avais vraiment peur de tomber dans un piège. J'avais l'air d'une vrai balance à émotions. Je m'assurai de lui faire comprendre clairement que si c'était pas terminé entre la blondinette et lui on pouvait immédiatement passé à un autre appel.Il glissa une main le long de mon corps et posa une main sous mon menton avant de m'embrasser langoureusement, baiser que je lui rendit bien évidemment.

-Oui, je le veux ...

Bugue....Je sais pas trop qu'elle tête je tirais, mais une chance que la lumière était fermer. J'entendais presque la marche nuptiale dans mes oreilles... Vision de cauchemard.

-Faire un bout de chemin bien sur et peut-être plus, qui sait...

Il se coucha et m'attira contre lui en position cuillères. Je fis un léger sourire pour moi-même dans l'obscurité. Peu-être étais-je bête de croire que ça pouvait être différent avec lui, mais sans essayer j'aurais jamais la réponse et j'étais certaine que je m'en voudrais si tel était le cas.

-Toi, tu est une balance et moi, je suis un bloc de béton. On va bien tu trouve pas.

Je fronçai légèrement les sourcils.

-Je suis pas d'accord... Tu veux faire croire que tu es un bloc de béton, c'est différent. T'es pas comme ça avec moi.

Je parlais en connaissance de cause, j'étais comme ça aussi.

-En fait, je crois vraiment pas que je vais y arriver ...

Je devins soudain raide comme une barre de fer. C'était une première de me faire avoir aussi tôt quand même.

-... à me passer de toi. dit-il à voix basse.

Je poussai un soupire de soulagement en essayant d'être le plus discrète possible, mais il devait certes l'avoir entendu. Il m'attira encore plus contre lui en me tirant par les hanches, ce qui me fit lâcher un léger cri de surprise et un petit rire cristalin.

-Donc, en résumé. Pute, escorte ... confident ... petit ami. Tu vas avoir toute une facture ma belle. Mais tu sais quoi ... le premier est gratuit, comme je te l'ai dit.

Je me mordais furieusement les joues pour ne pas rire.

-Je suis vraiment bien avec toi. J'aurais pas pu demander mieux. dit-il sérieusement.

J'eus à peine le temps d'entre-ouvrir la bouche pour répliquer.

-Je sais que tu sais...

Je pouffai de rire.

-C'est nul si tu commences déjà à me connaitre...Je vais devoir innover pour te surprendre.

Je baillai et par contagions, John aussi.

-Hum ... j'en déduis que ce sera pas la dernière nuit alors. Profitons-en pour fermer les yeux, je crois que le soleil ne tardera pas.

Je me callai dans mon oreiller et remonter mes fesses contre lui en me courbant pour bien épouser son corps.

-Bonne nuit Haylee...

Je pris son bras et le passai par dessus moi.

-Bonne nuit John... répondis-je d'une voix enrouée.

Je passai une magnifique nuit, mais au matin je fus réveiller par la putain de voisine qui gueulait après ses mômes. John lui dormait comme un loire. Ça devait lui paraitre d'une douce mélodie en comparaison avec les fous du centre qui gueule sans arrêt. Je passai à la cuisine préparer du café et revint dans la chambre sur la pointe des pieds. Je ne pus m'empêcher de sourire en le regardant dormir. J'enfilai un jean skinny bleu foncé, un gillet robe avec ceinture à la taille et collet vache. Les pieds dans mes sandales et retourner à la cuisine. Je me pris un café pour emporter et laissai un mot en post-it sur la cafetière.

Spoiler:
 

Je pris mes clés et parti en silence. Une fois au salon, je passai directe. Je donnai mes indications à Sonja. Je voulais du changement. Une pose d'extension une couleur foncé pour faire ressortir le bleu de mes yeux, et n'importe quoi pour pas ressembler à l'ex de John, mais ça je n'allais pas le dire. Une fois terminée, je me regardai dans le miroir et j'étais totalement satisfaite du résultat. Je payai et retournai à l'appartement Je me nouai un foulard sur la tête à la "Thelma et Louise". J'entrai lentement. John était assis à table entrain de lire le journal.

-Bien dormi beau blond... ?

Je le laissai répondre et le regardai avec une petite moue joueuse.

-Si t'aime pas ça, tu me dis quand même que c'est carrément merveilleux ... T'es avertie.

Je l'avisai du regard et retirai le foulard en lui souriant.

-Allez avoue, que je te fait fondre et que c'est juste trop parfait...

J'eus un petit rire et sans vraiment attendre de réponse je passai à la cuisine et ouvrit le réfrigérateur, puis le refermai, je fis de même avec chaque placard... J'avais faim, mais je savais pas quoi manger. Je fini par tomber sur une boite de barre enrobée de chocolat et m'en pris une que je dévorrai.

-T'as mangé ? Ça te dit un petit dej' au resto d'en bas ? Sauf si tu as honte de sortir en ma présence bien sur...

Je roulai des yeux avec un demi-sourire et attendis sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jonathan Meyers

avatar


✖ Messages : 83
✖ Date de naissance : 14/02/1984
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Centre

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Ven 18 Mai - 22:10

Je dormis d'un sommeil très lourd et noir, sans aucun rêve que je ne pu me souvenir le lendemain. J'ouvris les yeux bien lentement et comme habitude, j'eus le réflexe de donner une claque sur le côté histoire de fermer la gueule à mon cadran. Quand je sentis mon bras passer dans le vide, je fronçais les sourcils tout en me redressant rapidement.

C'est vrai, je ne suis pas chez moi ...

Regardant un peu partout, je me frottais les yeux. J'étais encore chez Haylee.

Quelle veine de cocu que t'a John !!!

Je me relevais rapidement puis, enfilais à nouveau mes vêtements. J'avais bien hâte d'aller les changer. Ça faisait trois jours que je portais le même linge. Je pinçais les lèvres. Bientôt, j'allais remédier à ça mais, pas tout de suite. Prenons alors le temps de s'éveiller comme il faut. Je descendis en bas d'un pas plutôt lourd. Sentant l'arôme du café matinal ou non plus midinal, mon pas se fit plus léger et je suivis mon nez jusqu'à la cafetière. Le café fumait encore. Haylee ne devait pas être bien loin. J'avisais alors un petit papier jaune qui était coller directement sur la cafetière. Je le lis et j'eus un petit sourire. Mais pourquoi me rendait-elle des comptes. Elle était pas obliger de me dire où elle allait. Bah, si elle aimait. J'étais qui pour l'en empêcher. Personne. J'eus un petit sourire en voyant les trois petits becs au bas du mot. Me coulant un bon café, j'attrapais le journal de l'autre main et filais vers la table. Prenant place, j'ouvris le journal et sirotait lentement mon café.

Bien dormi beau blond... ?

Entendis-je subitement. Refermant le journal, je le posait sur la table et tournais simplement la tête pour répondre.

Très. Exquise blonde.

Je la regardait en deux fois. Avisant soudain l'accoutrement ridicule de sa tête. Un espèce de foulard noué à la je sais pas trop comment. Comme un turban genre.

Dit moi ? Tu m'aurais pas cacher que tu étais ... Talibane par tout hasard ?

Demandai-je en haussant un sourcil. J'eus droit à une petite moue joueuse. Je roulais des yeux. Petite coquine me cachait quelque chose. Soudain, je me remémorais le post-it. Coiffure. Je pris un air scandalisé.

Non ... t'a pas fait le défi tête rasé j'espère ?

Si t'aime pas ça, tu me dis quand même que c'est carrément merveilleux ... T'es avertie.

Je la regardait avec un petit air sceptique mais, très sérieux. Si elle avait les cheveux rose et vert. J'étais pas sur d'en être capable. Elle m'avertis du regard. En ce moment, j'imaginais tout plein de truc ridicule. Pas ce qui s'ensuivit. Elle dénoua l'espèce de giga noeud qu'elle avait sur la tête et ... sa chevelure retomba dans son dos. Brune.

Allez avoue, que je te fait fondre et que c'est juste trop parfait...

Je n'eus pas le temps d'ajouter quoi que ce soit qu'elle fila jusqu'à la cuisine avec un petit rire quand elle avait vu mon air. Mon regard resta accrocher à elle. Restant immobile et sans voix. J'entendis pas mal toute les portes d'armoire s'ouvrirent et se refermées. Juste comme elle revenait, elle demanda.

T'as mangé ? Ça te dit un petit dej' au resto d'en bas ? Sauf si tu as honte de sortir en ma présence bien sur...

Je fondis mollement par terre. Comme si mon corps ne possédait plus aucun os. Coulant comme de la cire fondue. La regardant toujours.

À la seule condition que tu sortes la serpillière et le sceau. Sinon, je vois pas comment je pourrais t'accompagner Ô combien grande déesse de la beauté.

Fis-je d'un petit sourire espiègle. Juste comme le bout de ses pieds venaient me chatouiller les côtes, je roulais et me redressais. Une fois debout, je l'attrapais lestement et l'embrassais bien rapidement.

T'es juste trop belle. Je m'attendais pas à ça du tout. Vu ton caractère, je croyais plus à un mohawk vert et rose, parée de barre de fer avec de grand couteau mais, j'aime mieux brune, crois moi...

Glissant ma main dans ses cheveux vaporeux.

Même que ... je préfère bien plus en brune...

Je la relâchait et nous entendîmes un espèce de grondement sourd venant de moi.

Je crois que t'a une excellente idée. Enfin, j'espère seulement qu'ils servent de très gros déjeuner.

Je pris ma tasse sur la table puis allait la mettre au lave vaisselle, je remis ensuite le journal à sa place d'origine.

Ô combien grande Déesse, aucun homme ne pourrais seulement oser avoir honte de sortir en ta présence. C'est tout un honneur pour un homme ordinaire tel que moi de vous accompagner.

Celle-là, je l'esquivais pas. Trop rapide. J'éclatais alors de rire et ajoutais rapidement.

Je sais que tu sais ...

Nous nous habillâmes et nous descendîmes directement en bas. Dans le resto. Trouvant une table de libre. C'était pas mal bondé. L'heure du diner. Un serveur se pointa et prit nos commandes. Bien sur, celle de Haylee en premier. Il lui fit volontier les beaux yeux et prit ensuite, stoïquement, ma commande.

Tu vas te passer de pourboire... Sale con !!!

J'aimais pas du tout sa façon de me regarder de haut. Comme si j'étais une merde. Le mec était pourtant haut comme trois pommes même s'il avait l'air en forme. Je braquais mon regard glacial dans le sien et appuyait sur chaque mot.

Ton plus gros déjeuner. Les oeufs très bien cuit. Compris ?

Je sentais une veine battre dans mon cou. Pour une femme, la colère montait en moi assez rapidement et Haylee, allait probablement me donner du fil à retordre. Essayant tant bien que mal de ne pas perdre le contrôle. Le mec se retourna vers Haylee et alla jusqu'à lui glisser les doigts lentement sur le bras avec un petit clin d'oeil. Je crispais les dents très fortement. Essayant de rien laisser transparaître. Il partit d'un pas plutôt provoquant vers la cuisine.

Alors, comme je disais, t'es réellement magnifique ... Trop même ...

Finis-je en réussissant extraordinairement à faire un petit sourire en coin, tout à fait nerveux. Elle savait parfaitement ce qu'elle valait et elle allait probablement se rendre compte que j'étais ... possessif et jaloux. Je ne le voulait pas mais, c'était plus fort que moi. Le mec, aurait une petite surprise discrète quand il reviendrait. Un petit croc en jambe totalement discret qui le ferait s'étaler par terre comme la lavette qu'il était serait assez distrayant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haylee Summers

avatar
Bitch please... I'M FABULOUS


✖ Messages : 56
✖ Date de naissance : 06/05/1983
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Mar 22 Mai - 13:56

J'avais envie de mourir de rire lorsque John me demanda si j'avais fait le défi tête rasé. C'était plutôt le contraire, j'avais fait poser des extensions. Je lui dit que même s'il détestait ça, il devait dire qu'il adorait. Je retirai le foulard et évitai toute réaction en fouillant tout les placards avant de proposer un déjeuner au resto d'en bas. Il fit mine de fondre au sol et je le regardai en me retenant de rire.

-À la seule condition que tu sortes la serpillière et le sceau. Sinon, je vois pas comment je pourrais t'accompagner Ô combien grande déesse de la beauté.

Je me retins plus et lâchai un rire.

-Lève toi espèce d'idiot, dis-je en riant toujours.

Je m'avançai et le chatouiller au niveau des côtes avec mes orteilles. Il roula sur le côté et se releva et m'attrapa avant de m'embrasser. Je lui fis un demi-sourire.

-T'es juste trop belle. Je m'attendais pas à ça du tout. Vu ton caractère, je croyais plus à un mohawk vert et rose, parée de barre de fer avec de grand couteau mais, j'aime mieux brune, crois moi...

Je restai surprise et fronçai un peu les sourcils.

-J'ai certes un fort caractère, mais je suis pas cinglé... Un balai brosse rose et vert... non mais...

Jamais je n'aurais osée. Je savais bien qu'il disait ça de façon sarcastique, mais quand même. Il glissa une main dans mes cheveux.

-Même que ... je préfère bien plus en brune...

J'entendis un grognement sourd provenant de lui qui me vallu un petit sourire.

-Je crois que t'a une excellente idée. Enfin, j'espère seulement qu'ils servent de très gros déjeuner.

J'étais pas trop inquiète pour ça.

-Ô combien grande Déesse, aucun homme ne pourrais seulement oser avoir honte de sortir en ta présence. C'est tout un honneur pour un homme ordinaire tel que moi de vous accompagner.

Je lui fis un large sourire.

-Han han je sais...

-Je sais que tu sais ...

John s'habilla et nous descendîmes en bas, y avait pas mal de gen, mais nous n'eûmes pas de mal à trouver une table pour deux. Le serveur arriva rapidement et pris ma commande en premier.

-Je vais te prendre l'assiette de fruit avec bagel au fromage à la crême et un café noisette s'il te plaît.

Il me fit un petit sourire que je connaissais trop bien je roulai légèrement des yeux et il prit la commande de Jonathan.

-Ton plus gros déjeuner. Les oeufs très bien cuit. Compris ?

Je regardai les deux hommes à tour de rôle... J'avais le droit à un combat de coq là ou je rêvais ? Le serveur se retourna et glissa un doigt le long de mon bras et me fit un clin d'oeil. Je le regardai d'un air dédaigneux et j'étais limite trop surprise pour répondre.

-Alors, comme je disais, t'es réellement magnifique ... Trop même ...

Je lui fis une petite moue désolé. C'était nul comme situation. Je me penchai par dessus la table et glissai une main sur sa joue avant de l'embrasser langoureusement. C'était la première fois que je le faisais en public.

-Je suis avec toi...

Je voulais juste lui faire comprendre que je tenais pas à regarder ailleurs. Je me passai la main dans les cheveux en voyant le serveur revenir au loin avec son air trop sur de lui et tout près de notre table il se pris les pieds dans je ne sais quoi, mais se vautra de tout son long sur le sol. Je pouffai de rire instantanément. Il se releva en adressant un regard noir à John et je compris ce qui venait de se passer. Je regardai John en deux fois et ris de nouveau. Le jeune homme parti et un autre vint s'excuser en disant que nos déjeuner arriveraient sous peu.

-T'a vraiment oser faire ça !!!

Je secouai la tête avec un petit sourire. Nous finîmes par être servis et je mangeai une fraise et pris une gorgée de café.

-Tu savais qu'il y avait une nouvelle résidence qui venait d'ouvrir pour les... disons... comme toi ?

Il sembla un peu surpris.

-Hanson m'a tansférée là-bas, j'ai reçu les papiers ce matin. Tu crois que c'est à cause de toi et moi ?

J'avais eu quelques aventures avec Donovan, peu-être était-il jaloux ... Il avait peu-être cru que lui et moi... Non impossible de toute façon j'étais pas intéressé par lui.

-Tu crois que tu arriverais à savoir c'est quoi cette résidence exactement ? J'ai pas trop envie de changer d'endroit j'étais bien au centre et en plus t'étais là, dis-je avec un petit sourire charmeur.

Je savais même pas pour qui j'allais bosser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jonathan Meyers

avatar


✖ Messages : 83
✖ Date de naissance : 14/02/1984
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Centre

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Mar 22 Mai - 21:47

J'eus droit à une petite moue. Je pinçais les lèvres en ajoutant doucement.

Bah ... c'est rien, t'en fait pas ...

Fixant son regard de glace sur moi, elle se pencha par dessus la table tout en posant une main sur ma joue. Elle m'embrassa langoureusement ensuite. Je fondis presque sur place. Elle venait carrément de faire disparaître ma rancune. En plus, j'étais totalement surpris par son geste, je ne m'y attendais tellement pas. On étais en publique en plus ... C'était incroyable.

Je suis avec toi...

Mon coeur bondit dans ma poitrine. C'était plus que ce que j'avais jamais espérer entendre. Je fixais mon regard sur elle, inexpressif. Je ne savais simplement pas ajouter à ça. Haylee se passa la main dans les cheveux en regardant par dessus mon épaule. Jetant un coup d'oeil, je vis l'autre mec arriver, affichant son petit sourire arrogant. J'allais lui faire avaler la honte de sa vie. Juste comme il passait près de notre table pour faire les beaux yeux, je tendis discrètement le pied, rapidement. Ridicule. Le mec portait un plateau chargé de déjeuner et quand il se prit dans mon pied, il s'affala de tout son long par terre et de surcroît, la face dans un plat de fève au lard. Un petit sourire de satisfaction renouvelée pour vengeance délicieusement accomplie. Le mec se releva rouge pivoine de honte tout en me lançant un regard froid. Je rivais mes yeux sur celui-ci, glacialement et inexpressif.

Haylee me regarda à deux fois et ris de plus belle. Le gars, ne demandant pas son restant, fila rapidement. Un autre vint le remplacer rapidement en s'excusant et en disant que nos déjeuners arriverait sous peu. Celui-là, eu un charmant sourire pour Haylee sans autre. Ça, ça me dérangeait pas du tout. Ayant tout juste tourner les talons, j'entendis.

T'a vraiment oser faire ça !!!

Je regardais Haylee à deux fois à mon tour. Sans rien dire, j'affichais un petit sourire sournois. Comment avait-elle fait pour savoir ??? Elle secoua la tête comme si elle en croyait pas ses yeux. Mon sourire sournois s'élargit. Oui, il m'arrivait quelques fois, très rarement, d'agir comme un gamin.

Nous finîmes par être servis. Haylee mangea une fraise et bu une gorgée de café. Moi, je dévorais mes oeufs. Elle parla la première.

Tu savais qu'il y avait une nouvelle résidence qui venait d'ouvrir pour les... disons... comme toi ?

Je figeai, la fourchette à mi-chemin entre mon assiette et ma bouche. Haussant les sourcils béatement, je relevais le regard vers Haylee, interrogateur.

Sérieux ? Je croyais que c'était que des rumeurs.

Sa réponse, me convainquit que ... non.

Hanson m'a tansférée là-bas, j'ai reçu les papiers ce matin. Tu crois que c'est à cause de toi et moi ?

Hanson ... Transférée ... Toi et moi ... Papier ce matin ... Était pas mal tout ce que j'avais retenus, encore plus surpris. Déposant ma fourchette sans avaler quoi que ce soit, je relevais la tête.

Heu ... pourquoi ce serait à cause de moi et toi ... Qu'est-ce que sa pourrait bien lui faire ... Il ne le sait même pas et je vois pas ce que ça pourrait lui faire, il à bien d'autre chat à fouetter ...

Je recommençais à manger mais, visiblement, le sujet n'étais pas clos.

Tu crois que tu arriverais à savoir c'est quoi cette résidence exactement ? J'ai pas trop envie de changer d'endroit j'étais bien au centre et en plus t'étais là

Cette fois, je pris le temps d'avaler ma bouchée bien comme il faut pour prévenir l'étouffement. Faisant passer le tout d'une bonne gorgée de café bien chaud. J'avais entendu quelques trucs concernant cette résidence. Fronçant les sourcils, je décidais de dire ce que je savais ... ou pas.

J'en ai entendu parler un peu. Des rumeurs que je croyais absurdes, j'aurais pas cru que Hanson laisse le projet aboutir mais, peut-être que ça lui sert après tout. T'a vraiment reçu des papiers de mutation ?

Fini-je plus qu'interrogateur en lui adressant un sourire pour la remercier de ce qu'elle venait d'affirmer. Pour la mutation, je ne comprenais pas. Pourquoi elle ? Il y avait un paquet d'autre infirmière pourtant. Surement moins productive et efficace mais, tout de même. Pourquoi vouloir se séparer de sa meilleure pour ... la concurrence.

Ce que je comprends pas, c'est qu'Hanson transfert sa meilleure infirmière ... dans un endroit concurrent. Probablement des révoltés du centre qui n'ont pas pu obtenir ce qu'ils désiraient alors, ils essayent peut-être de couper l'herbe sous le pied de Hanson pour je sais pas quoi ...

C'était vrai, il y avait toujours eu des ... spéciaux qui se croyaient supérieur à tous. J'en connaissais plusieurs en réalité. De vu. Peut-être était-ce ceux là qui se la jouaient Monsieur et Madame univers ... J'en savais trop rien mais, le sujet méritait d'être approfondit. J'avais même un fort doute sur les personnes instigatrices de cette manigance.

Je crois avoir entendu dire que ... c'était ouvert à tous. Alors, on devrais peut-être aller vérifier par nous même. Mais, je crois qu'il n'en ressortira jamais rien de bon par contre. Une résidence. Quelle absurdité. Comme si ses personnes nous prenaient pour des sans abris qui ne sont pas capable de subvenir à leurs besoins.

Peut-être même essayaient-ils de bâtir une armée de spéciaux. Il fallait vérifier à tout prix et prévenir le Directeur. Je sus alors, pourquoi Haylee !!! Espionne !!!

HAaaa je comprends maintenant. Dit-moi ma jolie, est-tu fidèle au Centre ? Je veux dire ... Rien t'a sembler louche dans les papiers que tu avais reçue ce matin ?

Je connaissais bien Hanson et je savais fortement que ce fourbe n'entreprenait jamais rien pour rien. Je me disais aussi que ... pour nous, travailler toujours au même endroit et être toujours ensemble tout le temps pourraient nous faire du tord. Je trouvais l'idée excellente, même si elle m'inquiétait un peu trop. Je souris franchement à ma douce.

Je me sens pas du tout rassurer par ce qui se passe. Y à anguille sous roche, j'en suis sur et certain...

Conspirateur, je me penchais et chuchotais.

Bah, si tu veux essayer, on à rien à perdre ma chérie. Et puis, tu sais que si tu veux revenir au Centre, je ferais tout ce qui sera en mon pouvoir pour que tu revienne. En plus, tu pourrais peut-être même avoir une promotion. Pas que tu ne sois pas une merveilleuse infirmière mais, tu pourrais aspirer à plus.

J'essayais de l'encourager. Le sujet semblait l'inquiéter un peu. Elle en semblait nerveuse.

Et puis, s'il t'arrivait quoi que ce soit. Je mettrais le monde à l'envers pour te retrouver et gare au démon qui oserons seulement te vouloir du mal et si tu le désire vraiment, je peux aussi regarder pour me faire transférer. Ça devrait pas être compliquer pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haylee Summers

avatar
Bitch please... I'M FABULOUS


✖ Messages : 56
✖ Date de naissance : 06/05/1983
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Jeu 24 Mai - 14:19

Après avoir fini de me marrer du croc en jambe que Jonathan avait fait au serveur, je fini par lui parlé de mon transfert dans cette nouvelle résidence.Visiblement il en savait pas large vu qu'il croyait que c'était une rumeur. Je lui demandai si selon lui c'était à cause de lui et moi. Il croyait pas que Hanson soit au courrant, mais j'en avais des doutes. Je lui demandai s'il pouvait avoir plus de renseignement au sujet de cette établissement.

-J'en ai entendu parler un peu. Des rumeurs que je croyais absurdes, j'aurais pas cru que Hanson laisse le projet aboutir mais, peut-être que ça lui sert après tout. T'a vraiment reçu des papiers de mutation ?

J'affirmai d'un signe de tête et il me fit un faible sourire.

-Ce que je comprends pas, c'est qu'Hanson transfert sa meilleure infirmière ... dans un endroit concurrent. Probablement des révoltés du centre qui n'ont pas pu obtenir ce qu'ils désiraient alors, ils essayent peut-être de couper l'herbe sous le pied de Hanson pour je sais pas quoi ...

Ça me paraissait illogique.

-Hanson n'a pas son mot à dire dans tout ce qui ce développe en ville tu sais...

Peu-être que ça lui plaisait pas, mais qu'il avait pas trop le choix.

-Je crois avoir entendu dire que ... c'était ouvert à tous. Alors, on devrais peut-être aller vérifier par nous même. Mais, je crois qu'il n'en ressortira jamais rien de bon par contre. Une résidence. Quelle absurdité. Comme si ses personnes nous prenaient pour des sans abris qui ne sont pas capable de subvenir à leurs besoins.

Je haussai les épaules. Pour le coup je pouvais rien dire, j'étais qu'une pauvre petite humaine, tout ce qui a de plus normal.

-HAaaa je comprends maintenant. Dit-moi ma jolie, est-tu fidèle au Centre ? Je veux dire ... Rien t'a sembler louche dans les papiers que tu avais reçue ce matin ?

Je réfléchis un instant et hochai la tête.

-Non ... non tout semblait normal. Fin autant qu'un transfert peut être normal.

Pourquoi ça aurait eu l'air louche de toute façon.

-Je me sens pas du tout rassurer par ce qui se passe. Y à anguille sous roche, j'en suis sur et certain...

Perso' ça ne m'angoissait pas tellement, mais j'avais pas envie de changer d'endroit. Il se pencha vers moi pour chuchotter.

-Bah, si tu veux essayer, on à rien à perdre ma chérie. Et puis, tu sais que si tu veux revenir au Centre, je ferais tout ce qui sera en mon pouvoir pour que tu revienne. En plus, tu pourrais peut-être même avoir une promotion. Pas que tu ne sois pas une merveilleuse infirmière mais, tu pourrais aspirer à plus.

Je lui fis un demi-sourire.

-Et puis, s'il t'arrivait quoi que ce soit. Je mettrais le monde à l'envers pour te retrouver et gare au démon qui oserons seulement te vouloir du mal et si tu le désire vraiment, je peux aussi regarder pour me faire transférer. Ça devrait pas être compliquer pour moi.

Je secouai la tête.

-Non non ... Tu seras beaucoup mieux au centres que là-bas, tu seras plus utile au moins. Je vais pas m'emballer et je vais attendre de voir de quoi ça retourne réellement. Je crois que j'aurai une discussion avec Hanson aussi.

Je voulais tout de même savoir pourquoi moi.

-Tu ne sais pas vraiment tout à mon sujet...

Il m'interogea du regard et je me levai. Il paya le déjeuner en bon gentleman *oui oui tu fais ça lol*,puis nous sortîmes. Je pris l'initiative de glisser ma main dans la sienne et nous marchâmes jusqu'au parc. Je m'assis sur un banc et il en fit de même.

-Premièrement, j'ai pas choisi d'être à Louisville et au centre. C'est une mise en condition. J'habitais Dillon au Texas et à dire vrai je comptais finir mon temps ici et repartir là-bas ensuite.

Je gardai un moment de silence.

-Disons que pour tout de suite, c'est compliqué. J'ai plus trop envie de partir depuis que je te connais, dis-je avec un petit rire nerveux.

Je me passai une main dans les cheveux et lui souris.

-Parcontre je peux pas contester ce que me demande de faire Hanson. Donc s'il me transfere je dois le faire et me taire. Sinon je rajoute du temps à ma mise en condition et je déteste ce sentiment d'être enchainer.

Je détestais aussi d'être obliger d'aller à un tel ou tel endroit pour cette raison, mais je n'avais pas trop le choix.

-Je n'ai pas revu mes amis et ma famille depuis un sacré bail. On se parle ça et là avec le téléphone et internet, mais j'ai vraiment hâte de pouvoir les voirs. Tant que ma mise en condition n'est pas complèter, je n'ai pas le droit de mettre les pieds à Dillon.

Jeune et stupide... Voilà ce qui m'avait couter cette punition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jonathan Meyers

avatar


✖ Messages : 83
✖ Date de naissance : 14/02/1984
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Centre

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Dim 27 Mai - 21:36

Haylee secoua à tête négativement. Je haussais un sourcil.

Non non ... Tu seras beaucoup mieux au centres que là-bas, tu seras plus utile au moins. Je vais pas m'emballer et je vais attendre de voir de quoi ça retourne réellement. Je crois que j'aurai une discussion avec Hanson aussi.

Je lui répondit sérieusement.

Excellente idée... Faut toujours commencer par le commencement. J'ai souvent tendance à l'oublier. Merci de me le rappeler. C'est vrai aussi que, je suis mieux à contrôler des fous que ... rien faire dans une résidence quelconque.

Elle ajouta ensuite curieusement.

Tu ne sais pas vraiment tout à mon sujet...

J'eus un petit sourire. Bien sur que je ne savais pas tout. Nous nous connaissions à peine en ce moment. Je haussai pourtant les sourcils de curiosité. Elle se leva sans rien dire. J'en fis autant et j'allais même payer le petite déjeuner. Nous sortîmes ensuite. En sortant, elle attrapa ma main. Cela me surpris sous le coup. Le temps de m'y habituer, j'imagine. Nous marchions alors lentement jusqu'au parc et nous nous assîmes sur un banc. Je me retournais alors vers elle. Tenant toujours sa main.

Premièrement, j'ai pas choisi d'être à Louisville et au centre. C'est une mise en condition. J'habitais Dillon au Texas et à dire vrai je comptais finir mon temps ici et repartir là-bas ensuite.

Mais ... une mise en condition pour quoi exactement. Je fronçais les sourcils.

Disons que pour tout de suite, c'est compliqué. J'ai plus trop envie de partir depuis que je te connais.

Je lui sourit tendrement. C'était plus que ce que j'espérais encore une fois. Elle se passa la main dans les cheveux. Elle semblait s'enlever un bon poids de sur les épaules.

Parcontre je peux pas contester ce que me demande de faire Hanson. Donc s'il me transfere je dois le faire et me taire. Sinon je rajoute du temps à ma mise en condition et je déteste ce sentiment d'être enchainer.

Voilà pourquoi elle parmi tant d'autres !!! Il pouvait la manipuler à sa guise. Mais, ça ne répondais pas à mon interrogation première ... Pourquoi cette mise en condition et pourquoi est-elle réellement ici ??? Je la laissait continuer. Peut-être répondrait-elle à ma question.

Je n'ai pas revu mes amis et ma famille depuis un sacré bail. On se parle ça et là avec le téléphone et internet, mais j'ai vraiment hâte de pouvoir les voir. Tant que ma mise en condition n'est pas complétée, je n'ai pas le droit de mettre les pieds à Dillon.


C'était une regrettable situation. En effet. Je me devait de lui venir en aide à régler ça. C'est ce que j'allais faire. Je me demandais soudain un truc ...

Donc, tu est toujours sous haute surveillance j'imagine. Hanson n'est pas du genre à interdire quoi que ce soit sans vraiment en être capable. Crois tu qu'il te laisserait voir ta famille si je t'accompagnais ? Je travail quand même pour lui ... et je suis certain que ça te ferait du bien ... je suis sur que ça pèserait dans la balance. Si tu veux, je peux lui en glisser un mot moi-même...

Je le ferais bien sur avec plaisir. Ça me ferait du bien à moi aussi des vacances et puis, je n'avais jamais mis les pieds à Dillons. Quelques patients du Centre provenaient de cette région donc, j'en avais entendus parler à quelques reprises. Sans plus.

Dit-moi ... tu en à encore pour combien de temps ?

Tout au fond de moi, je craignais qu'elle reparte d'où elle venait alors, j'en venais presque à espérer qu'elle me réponde quelques années encore. Égoïste ... non. Amoureux. Probablement. Je me risquais pas non plus à lui demander pourquoi toute cette mise en scène. Si elle voulait pas en parler, je voulais pas la forcer.

Je lui prit les deux mains doucement et rivais mon regard au sien avant de déclarer.

Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour te venir en aide Haylee. Si je peux t'aider à sortir de cette situation. Tu demande et j'accours. Daccord ?

Je savais un peu de quoi Donovan était capable. Je ne voulais pas qu'il lui arrive malheur pour des niaiseries de plans machiavélique. Sous aucune considération.

Donc, en résumé. Il t'a choisi simplement parce qu'il peut te manipuler à sa guise. Mais, y à quand même un détail qui cloche selon moi. Il aurait quand même pu envoyer n'importe qui d'autre. On parle d'un transfert ... pas d'un congédiement. Puis, à ce que j'ai entendu dire, la résidence ne lui appartient pas, enfin, pas à ce que je sache.

Il y avait plein d'ombre dans cette histoire. Des ombres dont je comptais personnellement éclairer moi-même. Je rivais soudain mon regard sur Haylee.

C'est bon, on arrête d'en parler avant d'en savoir plus. Je veux pas t'embêter avec ça et je sens que c'est presque le cas.

J'eus un petit sourire en coin qui disparut aussitôt quand je posais les yeux sur la souche un peu plus loin. Je me relevais alors et j'attrapai la main à Haylee.

On continus la marche ma toute belle ?

Le ciel se couvrait de noirceur bien rapidement en plus. De la pluie à l'horizon j'imagine. Peut-être même un orage.

Aime-tu le tonnerre et les éclaires ?

Lui demandai-je tout en pointant le ciel au loin. Les gros nuages noir s'en venaient bien rapidement. Le vent se levait tout autant et fortement comme pour accélérer les choses.

Je crois qu'on va y goûter fortement mais, c'est parfait parce que ... j'adore regarder les éclaires !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haylee Summers

avatar
Bitch please... I'M FABULOUS


✖ Messages : 56
✖ Date de naissance : 06/05/1983
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Lun 28 Mai - 10:30

Je me sentais un peu mal de dire à John pour mon exile. Quel homme accepterait de retser avec une femme assez cinglé pour se faire exiler en 2012 ...

-Donc, tu est toujours sous haute surveillance j'imagine. Hanson n'est pas du genre à interdire quoi que ce soit sans vraiment en être capable. Crois tu qu'il te laisserait voir ta famille si je t'accompagnais ? Je travail quand même pour lui ... et je suis certain que ça te ferait du bien ... je suis sur que ça pèserait dans la balance. Si tu veux, je peux lui en glisser un mot moi-même...

Je secouai la tête.

-Je n'ai pas le droit de retourner à Dillon, même si j'avais 15 policier avec moi. Je ne passerai même pas la frontière Texanne.

Demander à ma famille de venir en revenait à hypothèquer leurs vie.

-Dit-moi ... tu en à encore pour combien de temps ?

Je soupirai un peu.

-10 mois, 11 jours, 3heures, 47 minutes et 54,53,52 secondes... dis-je avec un sourire.

Ça démontrait à quel point j'avais hâte d'en terminer.

-Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour te venir en aide Haylee. Si je peux t'aider à sortir de cette situation. Tu demande et j'accours. Daccord ?

Je glissai une main sur sa joue et l'embrassai avec passion. C'était ma façon de le remercier.

-Donc, en résumé. Il t'a choisi simplement parce qu'il peut te manipuler à sa guise. Mais, y à quand même un détail qui cloche selon moi. Il aurait quand même pu envoyer n'importe qui d'autre. On parle d'un transfert ... pas d'un congédiement. Puis, à ce que j'ai entendu dire, la résidence ne lui appartient pas, enfin, pas à ce que je sache.

J'écoutai John parler et je commençais peu-être à comprendre un peu ce que Donovan attendait de moi et d'un autre côté il y avait toujours l'hypothèse de la jalousie, mais j'y croyais pas tellement .

-C'est bon, on arrête d'en parler avant d'en savoir plus. Je veux pas t'embêter avec ça et je sens que c'est presque le cas.

Je lui souris parce que c'était éffectivement le cas. Il regarda par dessus mon épaule et son regard changea je regardai derrière moi, mais ne vis rien mis à part la rivièr et un gros arbre déraciner qui servait maintenant de banc.

-On continus la marche ma toute belle ?

Je passai mon bras sous le sien et nous marchâmes un peu.

-Aime-tu le tonnerre et les éclaires ? demanda-t-il en pointant un lourd nuage noir qui avançait rapidement.

Je levai les yeux vers le ciel.

-J'adore les orages.

Le vent soufflait fort poussant mes cheveux contre mon visage. Nous entendions le tonnerre un peu au loins et quelques goutes de pluie ce mirent à tomber.

-Je crois qu'on va y goûter fortement mais, c'est parfait parce que ... j'adore regarder les éclaires !!

La faible pluie se changea en averse monstre je me collai contre lui et le temps de courir dans la ruelle couverte j'étais déjà toute trempé et frissonante. Le tonnerre et les éclairs suivirent de près. Je restai contre John les bras contre moi un peu grelottante.

-Je suis certaine que l'orage aurait été aussi belle du rebord de ma fenêtre au chaud.

J'échapai un petit rire et croisai le regard de Jonathan. Je me sentais fondre à vue d'oeil. Je l'embrassai langoureusement en plaquant une main contre sa nuque, il me retourna et me plaqua au mur remontant une de mes jambes contre lui. Son autre main commençait à glisser sous mon gilet et les miennes était déjà à caresser son dos musclé , quand un raclement de gorge ce fit entendre . Je sursautai un peu, puis parti d'un léger rire.

-Louez vous une chambre, dit-elle d'un ton aigris.

Je haussai les sourcils en regardant la vieille de haut.

-Vous devriez essayer plutôt peu-être que ça vous décoincerais.

Elle marmona sous un air offusqué et parti. Je regardai ma montre et poussai un juron.

-Merde ! Je dois rencontrer le boss de la résidence dans 35 minutes pour une entrevue...Je suis désolé.

Il pleuvait toujours autant et le temps de me rendre à ma voiture j'allais ressembler à une serpillère mal essorer.

-Tu seras là ce soir ... attends, dis-je en fouillant dans mes poches.

Je sorti une clef et lui mis dans la main.

-Tu pourras venir quand tu veux d'accord. Je serai là pour le souper si tu veux venir manger avec moi.

Je l'embrassai et lui souris. Je commençai à partir de reculons en ne lâchant pas son regard puis dans un petit rire je me reoturnai et courru jusqu'à ma voiture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jonathan Meyers

avatar


✖ Messages : 83
✖ Date de naissance : 14/02/1984
✖ Bougies : 34
✖ Localisation : Centre

MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout. Mar 29 Mai - 11:02

Les quelques gouttelettes se transformèrent rapidement en déluge. Haylee se colla contre moi. Nous nous mîmes à courir comme nous le purent pour nous mettre à l'abri. Haylee était toute frissonnante dans mes bras.

Je suis certaine que l'orage aurait été aussi belle du rebord de ma fenêtre au chaud.

Je souriais allègrement. Elle eut un petit rire et croisa mon regard. Devenant molle elle posa ses lèvres sur les miennes langoureusement. L'excitation monta d'un cran. Je la retournais contre le mur et lui relevais une cuisse tout en glissant frénétiquement mais, doucement une main sous son chandail. Je sentais ses mains crispées dans mon dos. Elle sursauta puis eut un petit rire nerveux. Nous entendîmes alors une vieille chipie déclarer d'un ton aigre.

Louez vous une chambre !!!

Je regardais la vieille chipie d'un oeil sans expression. Haylee lui répondit sarcastiquement.

Vous devriez essayer plutôt peu-être que ça vous décoincerais.


Je souris sous l'acuité de la remarque. Elle disait tout à fait vrai. Cette situation était on ne peut plus excitante et c'était carrément excellent pour les nerfs, malgré la peur et la tension de se faire prendre en flagrant délit. La vieille m'avait pourtant refroidit un peu. Elle partit en marmonnant quelques vieilleries, offusquée au denier degré. J'ajoutais à son intention.

Je suis sur que votre vieux bouc aimerait bien essayer lui !!

Puis, je souris. Haylee poussa un juron soudainement. Je me retournais rapidement vers elle en demandant.

Quoi ? Qu'est-ce qui se passe ma douce ?

Merde ! Je dois rencontrer le boss de la résidence dans 35 minutes pour une entrevue...Je suis désolé.

Je soufflais un bon coup. C'était la douche froide hormonale. J'écartais les bras avec un regard entendu pour la laisser partir. Elle me lança, tendue.

Tu seras là ce soir ?

Je lui sourit sincèrement et doucement. Sans rien ajouter.

attends...

Elle fouilla ensuite rapidement dans ses poches et déposa une clef dans l'une de mes mains.

Tu pourras venir quand tu veux d'accord. Je serai là pour le souper si tu veux venir manger avec moi.

Je lui souris de nouveau. Un sourire triomphant. La partie était gagnée. J'avais eu des doutes, de nombreux doutes mais, là, elle venait de me prouver que je m'étais fourvoyer ... et pas qu'un peu.

Ça me ferait plaisir Haylee ...

Elle m'embrassa sur le coin de la bouche et me souris. Pensant soudainement qu'elle allait tourner les talons. Je sautais dans les airs à deux reprises en faisant de grands gestes de victoire tout comme un petit garçon qui venait de gagner 100.00$. Revenant à moi, je vis qu'elle n'avait pas du tout tourner les talons et je devins rouge vermeil de honte. Je lui dédiait un sourire gêné et sans bouger, je la regardait s'éloigner. Nos regards restèrent accrocher pendant un long moment. Jusqu'à ce qu'elle lâche un petit rire puis qu'elle tourne les talons en se mettant à courir jusqu'à sa voiture. Je ne bougeait pas un iota. La voyant s'engouffrer dans sa voiture, je l'observais s'en aller. J'enfouis alors la clef dans mes poches et sautais à nouveau de joie. Seul mais, nageant dans un bonheur infini. Après un moment, je partis à mon tour d'un pas guilleret. Presque sautillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Et si on se disait tout une fois pour tout.

Revenir en haut Aller en bas

Et si on se disait tout une fois pour tout.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Il y a un temps pour tout [Pomona]
» Merci à vous pour tout ce que vous avez fait pour moi.
» Pnj pour tout le monde!!
» Juste une dernière fois... Laisse-moi voir ton sourire. - Flash Back {Emmy ~
» Tourne 7 fois ta langue dans ta bouche et après fait un noeud. Bien serré. [fini]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée des Cinglés :: Louisville :: Habitations :: Summers-
Sauter vers: