Qu'est-ce que la Folie ?

Partagez|

chaud dans l'isolement! (post hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Elena Cooper

avatar
Biatch for life


✖ Messages : 72
✖ Date de naissance : 08/04/1995
✖ Bougies : 23

MessageSujet: chaud dans l'isolement! (post hot) Mar 17 Avr - 9:05

Quand j'avais demandé à Mike pourquoi les médecins qu'on avaient croisé était parti presque en courant il me répondit que sa femme possédait l'entre cuisse le plus populaire du centre et que c'est pour ça qu'ils avaient peur de lui. Moi qui pensait être la plus salope ben je me trompais peut -être, j'avais de la concurrence... Pendant qu'on se dirigeait vers ma chambre Mike me demanda mon age, je lui répondit alors que j'avais 20 ans même si c'était faux, puis je lui demandais le sien, il avait 36 ans. Il était un peu plus jeune que papa. Lorsque nous arrîvames dans ma chambre je lui donnais les deux flacons de médoc', puis je lui demandai ce qu'il en pensait, si c'était de la merde ou pas.

Ouep, ils sont bon mais ... je me demande bien ce qu'ils pensaient obtenir comme résultat avec de simple Prozac et des antidépresseurs aussi ... minable.


Je me rendais compte que ce traitement n'avait rien à voir avec ce que j'avais. je haussais les épaules et décidais de ne pas m'en préoccuper tout de suite, car en effet là maintenant j'avais envie d'autre chose. Je retira mon tee shirt et demandais à Mike ce qu'il pouvait faire pour mes pulsions, il leva les yeux vers moi avec un petit sourire en coin pendant que moi je me mordillait la lèvre inférieur. Il haussa tout simplement les épaules comme si de rien n'était.


Je veux dire là maintenant, tout de suite tu crois que tu pourrais faire quelque chose? Parce que j'ai très chaud tout d'un coup.


Son sourire en coin se fit plus grand mais son regard était plutot bizarre, il s'approcha de moi et passa sa main dans ma nuque avant de se pencher vers moi, sa bouche approchait de mon oreille, il mordit mon lobe, ce qui fit monter quelque peu la température, avant que je vienne ici ma vie sexuelle était très remplis depuis que j'étais arriver au centre elle était quasiment réduite à néant donc un rien me faisait frémir.

Tu sais, tu es très belle et plus qu'attirante mais ... comme je disais, je suis un homme d'expérience alors, on me prend pas à ce petit jeu et puis, c'est trop facile à mon goût et pas assez discret ... désolé pour ce qui va suivre ... mais, c'est nécessaire.


Peu à peu en l'écoutant mon sourire pervers avait disparut. Je ne comprenais pas vraiment ce qu'il voulait dire. Il se releva doucement, je m'étais dit que c'était peut -être tout, qu'il voulait juste me refouler mais d'un coup il m'attrapa le bras et me tira jusqu'à dans le couloir.

Mais qu'est ce que tu fou?
dis je entre mes dents.

Il y avait deux infirmière au bout du couloir, je ne voulait pas qu'elle m'entende.

HEY !!!


Je leva mes yeux alors vers lui l'air affolé. Les deux femmes s'étaient retourné, je me mis alors à me déchainer essayant de me libérer, je le frappais de toute mes forces avec mon bras de libre.

OUI VOUS DEUX !!! ENFERMEZ MOI CETTE ... FEMME EN CHALEUR AU TROU POUR AU MOINS 12 HEURES POUR LUI CALMER LES ARDEURS.

LACHE MOI!
lui hurlais je à plusieurs reprises pendant qu'il leurs parlait.

Mais il était pas sérieux... Je l'avais pas violé tout de même. Les infirmières arrivèrent en courant et me pris chacune un bras.

MAIS PUTAIN LACHEZ MOI, IL MENT!


Il leurs montra sa carte, pendant que je me débattais.

Cette jeune femme à essayer de me corrompre par ses charmes. Alors, plus vite que ça !!!


Je leva mes yeux vers lui, je rêves se type m'avait fait comprendre quelques instant plus tot qu'il pourrait m'avoir ce que je veux y compris de la coc' et là il se la jouait outré de me voir en soutif et de lui faire de stupides avance. Les infirmières me trainèrent direction l'isolement... Mike affichait un sourire pervers et ajouta un rapide clin d'oeil à mon intention, j'avais simplement envie de le démonter.

Surveillez la bien. Qu'aucun homme n'approche de sa cellule à part moi. Je vais lui chercher ses médicaments pour la calmer et je vais lui faire prendre ... personnellement.


T'es qu'un enfoiré de première!
lui dis je alors avec mépris.

Les deux femmes me trainaient jusqu'au trou.

LACHEZ MOI LES PETASSES! LACHEZ MOI, VOUS ALLEZ PAS CROIRE CET ENCULE! LACHEEEEZZZ MOIIII!


J'hurlais comme ça jusqu'à ce qu'elle me jette tel une merde dans l'isolement et qu'elle referme la porte derrière moi, voilà maintenant j'allais être bouclé là pour 12 looonnngues heures. Je me mis alors assise et tentais de calmer mes nerfs. Au bout de quelques minutes qui me parut de longues heures la porte s'ouvrit, Mike était là il referma la porte dérrière lui.

T'approche pas de moi!
lui dis je toujours avec mépris.

IL s'approcha rapidement de moi, si vite que j'eus du mal à le voir arriver, il m'attrapa à la gorge et me fit avalai deux comprimé, que j'avalais difficilement, j'avais essayé de les recracher mais n'avait point réussi. Mike m'embrassa alors langoureusement tout en me déshabillant, j'eus du mal à comprendre alors ce qui se passait puis je tiltais alors que ce n'était pas des médocs' qu'il m'avait fait prendre, c'était de la MDMA, je me mis alors à sourire, et lui mordillais sa lèvres inférieur. JE commençais à me sentir bien.


Aller ma belle, montre moi ce dont tu est capable maintenant ! On va avoir la paix pour un sacrer bout !


Je lui enlevais rapidement son tee shirt, et me mis à genoux pour lui retirer sa ceinture et faire descendre son jeans, mon visage était juste à la hauteur de son entre jambes, je pris alors l'engin entre mes mains et commençais à la masturber tout en léchant ses testicules. Puis je le regardais droit dans les yeux, un regard qui en disais long sur mon état de "chienne en chaleur" et voulu entreprendre une fellation.

Merde !!! C'est que t'es pire que pire ... Ne te presse pas, on en à pour ... longtemps encore.


Il eu un petit rire, moi je lui souriais, je commençais à être totalement perché, J'avais déjà enchainer les exta' mais jamais j'en avais pris deux en même temps. Je sentais mon coeur battre dans mes oreilles, j'avais une sensation de bonheur intense, une forme et une force incroyable étaient en train de m'envahir. Je le plaquai contre le mur, ou plutot il se laissa plaquer contre le mur et l'embrassais sauvagement, les exta' me faisait pousser des ailes, encore plus efficace que le redbull. Je me laissais presque tomber sur le sol et entrainer Mike avec moi, il était alors sur moi quand j'approchais ma bouche de son oreille pour lui murmurer:

Je suis sur que tu craqueras le 1er,
dis je avec un sourire sournois.

Par craquer je voulais bien sur dire qu'il finirait le 1er, j'avais l'impression d'être la plus forte et de tout contrôler. C'est à ce moment qu'il entra en moi, je sentis alors se plaisir intense parcourir tout mon corps de la tête au pied, ce qui m'arracha un gémissement. Une de mes mains agrippait ses cheveux tendis que l'autre lui plantait mes ongles dans le dos... Voilà plus d'une heure que nous faisions l'amour sauvagement, nous roulâmes l'un sur l'autre pour nous retrouver lui sur moi, moi sur lui! C'était très intense, ce que j'avais pris accentuait toutes les sensations, j'étais tout simplement en trans.

C'est tout ce que t'as?!
dis je d'un air taquin, un sourire en coin à bout de souffle.

Evidemment je voulais seulement le provoquer parce que c'était un coup térrible, je voulais juste voir de quel manière il régirait, si ça allait être encore plus bestiale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mike Jacobs

avatar


✖ Messages : 68
✖ Date de naissance : 18/02/1976
✖ Bougies : 42
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: chaud dans l'isolement! (post hot) Mer 18 Avr - 20:48

Après avoir intimé à la jeune fille de me montrer ce dont elle était capable en tant que jeunesse. Elle vint vers moi, me retira rapidement mon chandail et tomba littéralement à genoux en face de moi. Me retirant ma ceinture et baissant mon pantalon, je la laissait faire, j'étais tout curieux. Sortant mon membre, elle le prit dans ses mains et me masturba tout en me léchant avidement les couilles. Je soufflais un bon coup. C'était ... dans le très bon. Elle était particulièrement chaude cette fille et elle avait l'air de savoir où elle s'en allait. Elle leva les yeux un instant vers moi et ... le regard qu'elle me fit. Je ne crois pas en avoir jamais vu de pareil de ma vie. Elle me voulait, comme jamais et je sus tout de suite ce qu'elle allait faire, alors, je lui dit de prendre son temps, qu'on en aurait pour un très long moment. J'eus un petit rire plein de sarcasme. Elle me souriait simplement avec une lueur de folie dans les yeux. Elle se releva et me repoussa contre le mur le plus proche. Soit, la porte derrière moi. Elle m'embrassa sauvagement. Je lui répondit de la même façon pendant un moment jusqu'à ce qu'elle se laisse carrément tomber par terre tout en me tenant par le cou. Pris par surprise, je n'eus pas d'autre choix que de suivre mais, j'eus le réflexe de poser mes mains par terre de chaque côté d'elle. Me retrouvant par dessus elle. Je sentais une chaleur torride sourdre de son corps jeune et beau. Rivant mon regard au sien, elle me murmura sournoisement.

Je suis sur que tu craqueras le 1er...

J'eus à ce moment, un petit sourire accompagné d'un ricanement macabre.

On verras bien petite ... on verras bien ....

Faut dire que j'avais quelques petits atouts. L'expérience et ... un petit quelque chose en surplus que je prendrais le moment venu. C'était une surprise que je lui réservais. Elle avait tout intérêt à opérer. Je la pénétrait, sauvagement, d'un seul coup. Nous baisâmes comme des vraies sauvages. Roulant l'un sur l'autre pendant plus d'une heure. Elle était en transe complète. Elle avait le regard vague en criant de plaisir, en haletant et en me griffant voracement. Elle me tira même les cheveux à quelques reprises. Après un long moment d'extase qu'elle avait eu, elle me regarda avec un petit sourire taquin. J'étais tout en sueur et elle était à bout de souffle.

C'est tout ce que t'as?!

J'eus un nouveau ricanement pervers cette fois. Me retirant d'elle, je plissais les yeux à son encontre. Je me relevais doucement et me mit à faire le tour d'elle tout en la toisant du regard.

Tu es très belle tu sais ... Même ... plus que ça ...

Elle jouait à la pure provocation. Je le savais.

Mais, je ne suis plus de première jeunesse. Même si je suis un homme en forme.

Me dirigeant vers mon pantalon, je plantais une main dans les poches et j'en retirais deux cachets simple. Deux petites pilules bleue. Je les lui montrais avec un sourire tout à fait ironique. Tout en murmurant.

Tu vois ça ... C'est une petite merveille pour un homme et ... ça satisfait entièrement une femme comme toi. Ne crois pas être la première, surtout.

J'ingurgitais d'un seul coup, les deux pilules. Je m'approchais ensuite d'elle très lentement. La toisant à nouveau froidement du regard, je fis exactement deux tour d'elle à pas très lent ensuite, j'agrippais sa tignasse solidement pour la relever brusquement. Elle lâcha un cris de surprise et de douleur mais, elle n'avais pas le choix donc, elle se releva tout de même. Une fois debout, je la repoussait sauvagement pour ensuite la giflée à deux reprises. Toujours avec mon petit sourire pervers, je lui murmurai à voix basse.

Maintenant petite chienne, c'est moi qui mène. Est-ce bien claire !!

Je commençais à sentir mon coeur battre dans ma verge. Je la sentait dure comme le rock. Elle baissa les yeux vers mon entre jambe tout en se léchant les lèvres. Je la giflait à nouveau.

Je t'ai pas dit de regarder !

J'approchais rapidement d'elle et lui empoignait à nouveau les cheveux. Elle lâcha un petit cris tout en ouvrant la bouche et j'en profitais pour lui mordre sadiquement une lèvres. Sentant un petit goût ferreux et amer s'insinuer dans ma bouche, j'introduisis ma langue dans la sienne doucement, voluptueusement. La tenant toujours par les cheveux, je donnais ensuite un violent coup derrière. Là tête lui partie et elle perdit pied. S'affalant misérablement par terre. Je me penchais et lui attrapai à nouveau les cheveux.

Alors ? Est-ce que ça te plaît autant ?

Chuchotai-je tout en affichant mon éternel petit sourire d'arnaqueur. Je la laissait me répondre puis, je redonnais un coup sur sa magnifique chevelure longue. Je la retournais rapidement. Jouant avec elle et je fis une pression sur sa nuque. Son corps suivit le mouvement. Elle se retrouva avec la croupe bien en l'air. Je lui lâchais la tignasse et la repoussait brutalement par terre. Elle en pleine face. Je me penchais vivement et lui tirait à nouveau les cheveux jusqu'à ce qu'elle soit à quatre patte. Guidant mon membre jusqu'entre ses fesses. Seulement, légèrement plus haut qu'un peu plus tôt. Je lui réservais une surprise de taille. Elle ne s'y attendrais surement pas. Mais, moi, ça me plaisait. Surtout que les premières minutes, ça les faisaient souffrir. Peut-être pas elle, je le saurais bien assez vite. Tirant fortement sur ses cheveux pour qu'elle vienne à moi, j'entrais en elle par le même mouvement brutal, bien profondément. Elle lâcha un cris, teinté de souffrance en premier lieu. Commencent mes mouvements de pénétration avec sauvagerie, je lâchais ses cheveux pour agripper ses hanches. La tête lui frappait dans le mur à chaque coup que je donnais. Je la tenait fermement tout en la besognant comme il se devait. Quand elle commença à y prendre plaisir, j'introduisis des doigts dans son entre cuisse tout humide. Ce qui la fit encore plus tordre et se tortiller en tout sens. Continuant mon train d'enfer pendant un long moment, très long moment. Je me retirais d'elle à nouveau, tout haletant et grondant de plaisir avec mon regard sauvage, je lui demandait.

Alors, je te surprends peut-être un peu ?

Sans lui laisser le temps de répondre. Je lui envoyait une claque brutale sur une fesse qui la fit couiner. Je la retournait ensuite sur le dos. Glissant mes mains sous ses fesses, je lui relevais les hanches jusqu'à ce que sa chatte sois à la hauteur de mon membre encore bien dure et je m'introduisit à nouveau en elle. Après un cours moment, je n'aimais pas trop ... Je décrochais ses cuisses d'autour de moi et je lui écrasait les genoux de chaque côté de la tête et je la pénétrait à nouveau, sauvagement, tout en l'embrassant. Ce devait être très inconfortable pour elle mais très plaisant pour moi. Je sentais mon membre la ramoner de fond en comble. Même que quand mes coups de reins se faisait assez fortement, je touchais le fond. Après un long moment, son entre cuisse devint aussi sec que le désert du Sahara, je vis ses yeux devenir tout rond puis, dans un râlement de tonnerre, je parvins finalement à l'extase, l'éclaboussant jusqu'aux tréfonds de son corps tout en agrippant ses seins de mes deux mains. Me relevant tout en sueur, je lui tapotais la joue avec un petit sourire.

Alors, le vieux se débrouille à ton goût ?

Je me relevais lentement et lui tendit la main pour qu'elle en fasse autant. Elle semblait avoir fortement de la misère à se relever. Je ricanais. Ses yeux devenait de moins en moins vitreux à cause de l'extasy que je lui avait filer de force. Elle retombait sur terre. Restant debout, je me passais la main dans les cheveux tout en soufflant un bon coup. Je sentis alors, des brulures un peu partout sur mon corps. Me regardant, je murmurais ...

Habituellement, les petites chattes, je les dégriffes mais, toi, ça t'ajoute un petit quelque chose de ... vorace.

Fini-je en riant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Cooper

avatar
Biatch for life


✖ Messages : 72
✖ Date de naissance : 08/04/1995
✖ Bougies : 23

MessageSujet: Re: chaud dans l'isolement! (post hot) Ven 20 Avr - 6:37

Quand je pris Mike avec moi, en le tenant par la nuque au moment ou je me laissais tomber par terre, il avait eu l'aisance d'esprit de poser ses mains au sol, de chaque coté de moi, ce qui m'avais éviter de me fracasser le crane contre le sol. Il se retrouva donc sur moi, son regard river au miens, j'eus l'envie de la provoquer en lui disant qu'il allait craquer le 1er, il eu à ce moment un petit rire morbide avant de me dire qu'on allait bien voir. Après sa il entra en moi d'un coup sec, ce qui me décrocha un petit cris de plaisir, c'est alors que nous nous lançâmes dans un corps à corps sauvage et intense, roulant l'un sur l'autre, pendant plus d'une heure. Une heure de plaisir, à mes faire gémir et à lui arracher le dos avec mes ongles. Puis après un long moment d'extase, je rivai mon regard dans le sien un sourire taquin au coin des lèvres.

C'est tout ce que t'as?!
lui demandais je à bout de souffle.

Il ria de nouveau, mais pas de la même façon, il se retira et me regarda les yeux plissé, il finit par se relever, puis à tourner autour de moi tout en gardant ses yeux fixé au miens.

Tu es très belle tu sais ... Même ... plus que ça ...


Je le regardais sans rien lui répondre, j'avais qu'une seule envie qu'on reprenne ce qu'on faisait.

Mais, je ne suis plus de première jeunesse. Même si je suis un homme en forme.


Il se dirigea vers son pantalon et fouilla dans une des poches, il en sorti deux pilules bleu qu'il me montrait à présent .

Tu vois ça ... C'est une petite merveille pour un homme et ... ça satisfait entièrement une femme comme toi. Ne crois pas être la première, surtout.


J'avais déjà entendu parler de ces pilules, mais j'en avais jamais vu , ni même couché avec quelqu'un qui en prenait. Il les goba, puis revint vers moi en me regardant d'un air glacial tout tournant autour de moi en marchant lentement, je ne le lâchai pas du regard. J'avais l'impression d'être une proie et lui mon prédateur, ça m'excitait bien. Tout d'un coup il m'attrapa par les cheveux pour que je me lève, je lâchai un petit cris de surprise mais surtout de douleur, je fini par me lever pour qu'il arrête. Une fois debout il me repoussa, puis il me gifla deux coup en une fois, sa main fit un aller retour qui envoya promener ma tête de chaque coté.

Maintenant petite chienne, c'est moi qui mène. Est-ce bien claire !!
me murmura t-il à l'oreille.

Je tournais alors doucement ma tête vers lui un sourire pervers en coin, je sentais que j'allais m'amuser, l'exta' me donnait l'impression d'avoir une force sur humaine, et m'anesthésiait légèrement. Je descendis mon regard jusqu'à son entre jambe, celui ci était en forte érection, je passa alors ma langues sur mes lèvres. J'en avait très envie de son sexe. Il me gifla à nouveau faisant cette fois ci ma tête ne valsa pas.

Je t'ai pas dit de regarder !


Il s'approcha rapidement de moi et m'agrippa de nouveau les cheveux, j'eus un petit cris et il me mordit super fort la lèvre inférieur, sa langue pénétra alors dans ma bouche doucement, en l'embrassant je sentis alors un gout de sang, je compris que celui ci venait de ma lèvres. Je sentis totu d'un coup un violent coup derrière la tête qui me fit perdre pied, je m'affalai au sol comme une merde, tout en me caressant l'arrière de mon crane d'une main. Pour le coup je ne trouvais pas ça super excitant. Sa faisait comme des coup de marteau dans ma tête, Mike se pencha vers moi et m'attrapa de nouveau par les cheveux, cette fois si je mis ma main entre la sienne et mon crâne pour sentir un peu moins la douleur lorsqu'il allait tirer.

Alors ? Est-ce que ça te plaît autant ?
chuchota t-il en affichant un sourire ironique.

J'allais pas lui dire que non, premièrement parce que quelques instant plus tôt je l'avais provoquer et je ne voulais pas perdre la face et deuxièmement parce que je ne voulais pas rester sur ma faim, j'avais envie de lui enfin surtout de sexe.

Ca commence à être intéressant.
lui répondis je avec le même sourire.

Il me retourna brusquement, puis il fit une pression sur ma nuque et là mon corps pris une posture inconfortable malgré moi. Je ne pouvais pas bouger, il me repoussa d'un coup au sol, je m'éraflais les coudes en retombant dessus, mais ne sentis aucune douleur, puis il vient derrière moi sans que je ne le vois, il m'empoigna les cheveux et cessa de tirer dessus lorsque je fus à 4 pattes, j'aimais bien ce petit jeu, j'aimais qu'il me tire les cheveux, j'aimais quand c'était bestial, mais pas non trop hard. Il tira alors de nouveau sur ma tignasse ce qui me fis reculer et me cambrer, il entra brutalement dans mes fesses, c'était extrêmement douloureux, je ne pu m'empêcher de crier, déjà qu'avec douceur ça faisait mal, mais là c'était atroce, surtout lors de ses premiers violents coup de reins, il finit par lâcher mes cheveux pour m'attraper par les hanches, à ce moment ses vas et viens se firent encore plus brutaux, ma tête cognait dans le mur à chacun de ses mouvements, je serrais les dents... Au bout de quelques minutes la douleur passa, pour laisser place au plaisir, je recommençais alors à gémir, et le fait que ma tête cogne sur le mur ne faisait qu'augmenter cet excitation. Il introduit alors son doigt dans mon intimité et là se fut un moment d'extase, je me tortillais dans tout les sens, c'était un plaisir double, j'avais l'impression que mon corps allait explosé, ou que mon coeur aller lâcher, car j'étais encore sous l'effet des exta' mon rythme cardiaque était donc plus rapide, mais en mélangeant cette drogue au plaisir je ne sentais même plus mon coeur. Je ne savais pas combien de temps s'était écoulé, mais ça devait faire un moment que nous étions en action, je n'avait pas cesser de crier de plaisir. Je commençais à sentir une gènes au niveau de mes genoux. Mike se retira alors de moi haletant, il avait l'air de prendre son pied aussi.

Alors, je te surprends peut-être un peu ?


Il ne me laissa pas le temps de répondre, il me gifla les fesses avec force, ce qui me fit crier, ça m'avait fait mal mais j'avais aimé. Il me retourna sur le dos, et releva mes hanche en passant sa main sous mes fesses, puis une fois à bonne hauteur il me pénétra, c'était toujours aussi bon, surtout comme ça, mais après un moment qui parut un peut trop rapide à mon gout il se retira, je fis un moue mécontente, il enleva mais jambes d'autour de lui, et amena mes genoux de chaque coté de ma tête, j'aperçus alors qu'ils étaient en sang, mais sa ne me dérangea pas plus que ça, Mike me pénétra, et recommença ses coups de reins sauvages, la position dans laquelle je me trouvais m'empêchais de d'apprécier le reste, j'étais dans l'inconfort le plus total, de plus il arrivait quelques fois que Mike y aille tellement fort qu'il devait toucher le fond de mon vagin, et c'était pas une des sensation des plus agréable... Au bout d'un long moment d'inconfort et de douleur, je sentais une sensation de brulure au niveau de mon entre jambes, je devenais trop sec, je commençais à descendre de mon nuage, les exta' commençaient à ne plus faire d'effet. A cet instant Mike fini par atteindre l'extase, il jouissant en moi, en attrapant mes seins entre ses mains assez fortement d'ailleurs car je sentis une douleurs. Après sa il se releva tout en sueur et me tapota la joue, comme quand on félicite son animal d'avoir était chercher la balle.

Alors, le vieux se débrouille à ton goût ?


Je crois que j'ai jamais connu ça...
lui répondis je.

J'avais jamais encore eu de relation du genre, aussi violente, intense, et douloureuse. Il se releva et me tendit la mains pour m'aider à faire de même. J'avais un peu de mal à me relever, j'avais comme des douleurs un peu partout, je sentais mes jambes trembler, comme si elles n'avaient plus assez de force pour supporter tout mon corps. Mike dû s'en rendre compte car je l'entendis ricaner, je retombai au sol, Mike se passa la main dans les cheveux et souffla un grand coup, moi je passa ma main sur mon front car je sentais une douleurs aigue, c'était bizarre et lorsque je jetai un oeil sur ma main elle était en sang, ma tête avait tellement taper contre le mur que je m'étais ouvert, mais tout cela n'avais pas l'air de choquer Mike.

Habituellement, les petites chattes, je les dégriffes mais, toi, ça t'ajoute un petit quelque chose de ... vorace. Dit il en riant, je regardais son corps et c'était vrai qu'il était plutôt bien arrangé. Je me demandai alors ce qu'il dirait à sa femme.

Qu'est ce que tu va dire à ta femme quand elle va voir ça?
lui demandais je.

Puis quelques chose me trversa l'esprit, j'espérais qu'il ne comptait pas me laisser là pour le temps qu'il restait, même si il ne devait pas resté longtemps des 12 heures que je devais passer dans l'isolement.

Dis tu vas pas me laisser là? J'ai pas envie de rester ici pour le temps qu'il reste.
lui dis je avec un regard un peu affolé.

Je me demandais aussi comment j'allais expliquer toutes ses blessures sur mon corps et en particulier mon crâne.

Qu'est ce que je vais dire de tout ça?
lui demandais je encore plus affolé en lui désignant les blessures.Je tiens pas à ce qu'on me fasse passer à l'étage du dessus parce qu'ils croiront que je me suis fait sa toute seule, je veux pas non plus qu'il me séquestre en pensant que je suis un danger.

C'est clair que je voulais pas passer l'étage du dessus, c'était l'étage de ceux qui étaient un peu plus fou encore, genre le niveau supérieur de la folie et moi j'étais pas folle, et je voulais pas non plus qu'on me prise de mon droit de sortie le week end. J'attendais que Mike me réponde en restant assise les genoux remonter vers moi et en me rongeant les ongles. Je sentais chaque douleur, c'est comme si elle tapait en moi, ma tête, mes genoux, mes coudes, mon entre jambe, toutes ces parties me faisait drôlement souffrir, si bien que je pensais ne pas pouvoir avoir de rapport pendants plusieurs semaine, il m'avait peut-être déchirer de l'intérieur...

Dans ta mallette t'as pas un anti douleur?
lui demandais je, et tu pourrais pas me filer quelques exta'? J'te jure je dirais rien, puis j'ai plus de médoc' tu les a tous jeté.

Je ne pensais pas que passer à l'infirmerie serait une bonne idée, puis il devait bien avoir quelque chose pour moi dans sa mallette.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mike Jacobs

avatar


✖ Messages : 68
✖ Date de naissance : 18/02/1976
✖ Bougies : 42
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: chaud dans l'isolement! (post hot) Lun 23 Avr - 16:16

Elle me regarda. Enfin, surtout les longues estafilades que j'avais un peu partout sur le corps puis me demanda.

Qu'est ce que tu va dire à ta femme quand elle va voir ça?

Je balayais cette question d'un geste de la main, complètement indifférent. Elle s'en rendrait jamais compte. Je ne couchais avec qu'une fois aux deux semaines. Quand on se voyait plus de quatre heures consécutivement en réalité. Ce qui était plutôt rare. Nous étions bien pris tout les deux par notre boulot et, étrangement, ça faisait notre affaire.

Dis tu vas pas me laisser là? J'ai pas envie de rester ici pour le temps qu'il reste.

Elena semblait affolée en disant ça et visiblement, le devint un peu plus.

Qu'est ce que je vais dire de tout ça? Je tiens pas à ce qu'on me fasse passer à l'étage du dessus parce qu'ils croiront que je me suis fait sa toute seule, je veux pas non plus qu'il me séquestre en pensant que je suis un danger.

Elle se rongeait maintenant les ongles tel une petite fille tout cloitrée dans son coin, les genoux contre elle, assise par terre avec de grand yeux bien rond et un regard nerveux. Un petit élan de compassion prit le dessus sur moi. Mon côté charmeur, j'imagine. Mais bon, je n'étais pas entièrement cruel avec les femmes. Je les aimais beaucoup, même. Attrapant mon manteau de veston par terre, je m'approchais d'elle et lui glissait sur les épaules pour la rassurer un peu, puis, je m'assieds par terre à ses côtés. Passant un bras autour de ses épaules, je la serrait un peu contre moi, en geste réconfortant. Lui relevant le menton, j'éloignais ses doigts de sa bouche et dit bassement.

Non je t'abandonnerais pas ici ma jolie. Je t'aime bien tu sais. Beaucoup même. Je vais m'occuper de toi. Premièrement, on va soigner rapidement toutes ses blessures puis, je vais te sortir d'ici et te ramener dans ta chambre.

Dans ta mallette t'as pas un anti douleur et tu pourrais pas me filer quelques exta'? J'te jure je dirais rien, puis j'ai plus de médoc' tu les a tous jeté.

Je fronçais les sourcils de contrariété et répondit un peu sèchement.

Non, mais, tu pourrais pas attendre qu'on sois au moins dans ta chambre avant de me harceler pour les médicaments. Je crois bien avoir tout ça oui mais, regarde toi, laisse moi au moins m'occuper de tes blessures avant. Ensuite, on verras ok...

Je me relevais et m'habillais rapidement. Lui laissant mon veston, je lui dit.

Sera pas long, je reviens tout de suite...

Puis, je filais rapidement. Entrant dans la conciergerie, j'y trouvais une trousse de premier soin. Je l'attrapais et retournais dans l'isoloir. En chemin, j'entendis une cloche. Je jetais un coup d'oeil à ma montre.

17h30 ... parfait. Y aura personne en plus. Ni vu, ni connu.

Entrant à nouveau dans l'isoloir avec la trousse de premier soin, j'allais retrouver Elena.

Tien ma douce, on à tout ce qu'il faut la dedans. J'ai une idée pour cacher les blessures visible et les marques. Je pourrais te fournir un fond de teint si ça te dit. Je crois savoir que beaucoup de femme le font. Mais, j'en ai pas sur moi présentement, je t'en trouverais sous peu.

Ouvrant la petite boite, j'en sortis tout le nécessaire et je m'occupais lentement, presque tendrement d'Elena. Nettoyant et désinfectant le tout comme il fallait et je lui donnait même un coup de main pour s'habiller de nouveau. Je repris mon veston et le remit sur mes épaules.

Ça va un peu mieux ?

Je lui tendit la main à nouveau pour qu'elle se relève. Une fois fait, elle semblait un peu plus solide sur ses jambes.

Bon, nous allons filer jusqu'à ta chambre rapidement, nous n'avons plus beaucoup de temps car il reste seulement 15 minutes pour le souper. Il n'y à presque personne dans les couloir car y me semble y avoir eu embrouille avec deux fou dans la salle commune alors, on va en profiter. Une fois dans ta chambre, je verrais ce que j'ai pour toi ok...

Je lui fit un petit sourire et je déposais même un petit baiser sur son front, exactement à l'endroit de la blessure.

Bec et bobo ..

Je lui fit un petit sourire charmeur tout de suite après. Regardant un peu dehors, je ne vis personne, alors, je lui murmurai.

C'est bon ... c'est le temps ...

Nous filâmes ensuite bien discrètement jusqu'à sa cellule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Cooper

avatar
Biatch for life


✖ Messages : 72
✖ Date de naissance : 08/04/1995
✖ Bougies : 23

MessageSujet: Re: chaud dans l'isolement! (post hot) Mer 25 Avr - 10:05

Lorsque je demandai à Mike qu'est ce qu'il allait dire à se femme au sujet des nombreuse griffures qu'il avait sur le corps il me répondit d'un geste de la main, comme si tout cela n'avait aucune importance et qu'il s'en foutait complètement. Puis je commençai à m'affoler, j'eus tout d'un coup peur qu'il parte et me laisse seule ici, puis je stressai encore plus en lui demandant ce que j'allais bien pouvoir trouver comme excuse pour mes blessures un peu partout sur le corps et au visage, si le personnel commençait à croire que je m'étais fait sa volontairement je passerais à l'étage du dessus avec les vrais dingues. Je me mis compulsivement à me ronger les ongles tout en étant replier sur moi même. Mike me mis sa veste sur les épaules et s'installa par terre à mes cotés, il passa un bras autour de mes épaules et me serra un peu contre lui. Ce geste m'apaisa un peu, je me sentais comme en sécurité dans les bras d'un homme pareil. Il me releva le menton et éloigna mes doigts de ma bouche.

Non je t'abandonnerais pas ici ma jolie. Je t'aime bien tu sais. Beaucoup même. Je vais m'occuper de toi. Premièrement, on va soigner rapidement toutes ses blessures puis, je vais te sortir d'ici et te ramener dans ta chambre. me dit il à voix basse.


Je le regardais dans les yeux, en secouant la tête. J'avais un poids en moins.

Dans ta mallette t'as pas un anti douleur et tu pourrais pas me filer quelques exta'? J'te jure je dirais rien, puis j'ai plus de médoc' tu les a tous jeté.


Il me regarda les sourcils froncés d'un air pas content.

Non, mais, tu pourrais pas attendre qu'on sois au moins dans ta chambre avant de me harceler pour les médicaments. Je crois bien avoir tout ça oui mais, regarde toi, laisse moi au moins m'occuper de tes blessures avant. Ensuite, on verras ok...


Mon visage devait ressembler à celui d'une petite fille qui venait de se faire gronder, je secouai la tête encore une fois en guise de réponse. Il se releva et enfila ses fringues rapidement, je restais assise et le regardais faire, puis avant de partir il me dit qu'il revenais tout de suite et que sa sera pas long. Pendant ce temps je restais là, assise, complètement nue et un peu pommé. 5 minutes plus tard il poussa la porte de l'isolement muni d'une trousse de soin, il s'approcha de moi.

Tien ma douce, on à tout ce qu'il faut la dedans. J'ai une idée pour cacher les blessures visible et les marques. Je pourrais te fournir un fond de teint si ça te dit. Je crois savoir que beaucoup de femme le font. Mais, j'en ai pas sur moi présentement, je t'en trouverais sous peu.


Je lui fis un petit sourire pour le remercier, j'avais déjà essayer de mettre du fond de teint une fois, mais on aurait dit que j'avais comme un masque, c'était bizarre. Mike ouvrit la boite et sortit des compresses stériles pour nettoyer et désinfecter les plaies, je le regardais et le laisser faire, serrant quelques fois les dents quand sa me piquer, il s'appliquait et était plutôt doux, on aurait dit un homme différent de celui avec qui j'avais couché, je me sentais comme une enfant à qui on désinfecter les "bobo". Aucun autre homme c'était occupé de moi comme ça à part mon père. Après sa Mike me donna un coup de main pour me rhabiller.

Ça va un peu mieux ?


Oui,
répondis je simplment avec un léger sourire.

Il me plaisait bien ce Mike d'habitude les autres mecs ne se préoccupaient pas de moi après qu'on ai couché ensemble. Enfin ils ne me laissé pas dans le même états non plus... Mike me tendis la main pour m'aider à me relever de nouveau, cette fois ci sa semblait aller mieux, j'avais moins de mal à tenir sur mes deux jambes.

Bon, nous allons filer jusqu'à ta chambre rapidement, nous n'avons plus beaucoup de temps car il reste seulement 15 minutes pour le souper. Il n'y à presque personne dans les couloir car y me semble y avoir eu embrouille avec deux fou dans la salle commune alors, on va en profiter. Une fois dans ta chambre, je verrais ce que j'ai pour toi ok...


Ok je suis prête!

C'était comme si on était deux agents secret en mission, on ne devait pas se faire attraper. Mike me sourit avant de déposer un baisé sur mon front exactement la ou j'étais blessé, c'était comme un bisou magique... Je lui rendis son sourire charmeur, je commençais à bien l'aimer Mike, mais il était marié... Après avoir jeté un coup d'oeil dehors pour voir si le chemin était libre il m'informa que c'était bon et que c'était le moment d'y allait, nous nous rendîmes dans ma chambre en toute discrétion, j'avais trouvé sa marrant. En arrivant je fermais la porte derrière nous, puis je m'installais sur mon lit. Je le regardais en silence un moment, il avait dit que j'étais jolie et même plus et aussi qu'il m'aimait beaucoup, c'était trop chouette!

Y a un truc que je comprends pas, tu sais que ta femme te trompe, tu fais pareille et elle doit le savoir aussi, pourquoi vous restais ensemble? C'est bizarre comme relation...


C'est vrai que pour le coup c'était un peu malsain. J'écoutais sa réponse.

Dis tu crois que je pourrais sortir d'ici bientôt? Je veux dire si tu me trouves un traitement qui me correspond je pourrais vivre dehors ?


J'en avais marre d'être bouclé ici, surtout que Mike m'avait avoué que le traitement qu'il me donnait ici était inapproprié à ce que j'avais, je ne risquais pas d'aller mieux avec ça... Mike ouvrit sa mallette et regarda ce qu'il avait pour moi.

Au faite merci Mike pour ne pas m'avoir laissé tombé.... T'es un type chouette!


J'espérais que c'était pas la dernière fois que je le verrais, pas seulement pour coucher avec.

Dis tu viendras me rendre visite quand tu viens la prochaine fois?
lui demandais je.

Bon il était pas sur le point de s'en aller mais je voulais être sur qu'il le ferait.

Il du partir quelques instants / trouves pour quel raison toi même/ et j'en profitais pour glisser un bout de papier avec mon numéro dans sa veste qu'il avait retiré en arrivant dans ma chambre, puis je me rassis l'air de rien sur mon lit.

Alors t'as quoi pour moi?
demandais je en parlant de médicament.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: chaud dans l'isolement! (post hot)

Revenir en haut Aller en bas

chaud dans l'isolement! (post hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» VERSION 18 ► L'été s'ra chaud, l'été s'ra chaud.
» Mettre sa musique en ligne sur un rp/post.
» Comment, pourquoi?
» [Esteban] Il fait chaud dans le cagibi de Lily !
» [EVENT - Groupe 5] Sang chaud dans les Docks
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée des Cinglés :: Le Centre :: Isolement-
Sauter vers: