Qu'est-ce que la Folie ?

Partagez|

Retour à la case départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Retour à la case départ Lun 26 Mar - 9:48

Je venais de quitter la terrasse du McDonald où je m'étais encore disputée avec Jonathan, ça n'augurait rien de bon si on ce chicanait aussi souvent en si peu de temps. Je crois qu'on avait besoin de faire le point sur ce qui nous arrivaient en ce moment, mais l'instant était mal choisi. J'avais demander à Remy de me rejoindre à l'Amadeus pour qu'on discute et de toute façon je devais récupérer ma voiture.Je m'y rendis donc à la marche et pris mon temps pour profiter du soleil et du calme. Une fois rendu j'entrai à l'intérieur.Mannie ce dépêcha de venir me voir.

-Kathleen, ma belle enfant... Je suis désolée pour avant-hier je n'aurais pas du me mêler de ce qui me regarde pas. dit-elle vraiment mal à l'aise.

Je lui fis un tendre sourire.

-T'inquiètte pas Mannie, ce n'est rien je t'assure.

Elle me sourit en soupirant de soulagement.

-Je t'apporte un café ?

J'acquiesçai d'un signe de tête. Je pris place sur une banquette et regardai à l'extérieur. La clochette de la porte sonna pour indiquer qu'un nouveau client entrait dans le restaurant, je souris en voyant Remy. Je me levai pour l'embrasser sur les joues et repris ma place.

-Merci d'être venu, je t'ai pas dérangée dans tes affaires j'espère ?

Je regardai ensuite sa main.

-Qu'est ce qui c'est passé ? Ça va ? Tu t'es fait mal ?

Il semblait pas spécialement au meilleur de sa forme. Je le laissai répondre.

-Écoute j'ai suivi ton conseil, j'ai vu Jonathan, on c'est dit ce qu'on avait sur le cœur et comme je suis une personne franche je lui ai avouée ce qui c'était passé entre toi et moi, mais visiblement la confiance c'est pas son point fort... Je crois que c'était une mauvais idée.

Je haussai les épaules.

-Il flipe parce que tu es mon colocataire et il s'est mis des idées toute seul dans la tête, je suis vraiment pas convaincu que ça va marcher.

Je lui fis un demi-sourire en rougissant un peu.

-Désolé, je suis là à te parler de mes états d'âmes alors que tu vas visiblement pas très bien... T'a récupéré tes choses au centre finalement ? Sinon je pourais t'aider, je dois passer chercher des fiches un peu plus tard. Le patron m'a appelé au sujet d'une histoire qui c'est produite hier, un gardien veut trainer une détenue et un de ses amis en justice, il a supposément été agressé un truc du genre. Faut je vois le rapport.

Mannie m'apporta un café et elle eu l'amabilité d'en apporter directement à Remy. Je pris une gorgée.

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 34

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Lun 26 Mar - 10:29


J'avais laissé Abi avec son frère pour rejoindre Kathleen au resto. En arrivant sur place, je la vis assise à l'intérieur j'entrais donc et la rejoignis en saluant aimablement les gens. La jeune femme se leva et me fit la bise.

-Merci d'être venu, je t'ai pas dérangée dans tes affaires j'espère ?
- Non, non, t'inquiète.

Je m'assis en face d'elle. Elle fixa légèrement ma main droite.

-Qu'est ce qui c'est passé ? Ça va ? Tu t'es fait mal ?
- ça va. C'est un... léger... accrochage.

Autant éviter de trop s'étendre là dessus.

-Écoute j'ai suivi ton conseil, j'ai vu Jonathan, on c'est dit ce qu'on avait sur le cœur et comme je suis une personne franche je lui ai avouée ce qui c'était passé entre toi et moi, mais visiblement la confiance c'est pas son point fort... Je crois que c'était une mauvais idée.
- Désolé de l'apprendre.

Elle haussa les épaules.

-Il flipe parce que tu es mon colocataire et il s'est mis des idées toute seul dans la tête, je suis vraiment pas convaincu que ça va marcher.
- Bah... Il est juste du genre jaloux. Il a vraiment rien a craindre de moi.

Elle me fit un petit sourire en rougissant.

-Désolé, je suis là à te parler de mes états d'âmes alors que tu vas visiblement pas très bien... T'a récupéré tes choses au centre finalement ? Sinon je pourais t'aider, je dois passer chercher des fiches un peu plus tard. Le patron m'a appelé au sujet d'une histoire qui c'est produite hier, un gardien veut trainer une détenue et un de ses amis en justice, il a supposément été agressé un truc du genre. Faut je vois le rapport.
- Ouais j'ai récupéré mes affaires, elles sont dans mon camion. Et le gardien a pas supposément été agressé, c'est lui qui a commencé. Je lui ai fait comprendre qu'il y avait des choses qui ne se faisaient pas.

Kathleen eut l'air plutôt stupéfaite.

- T'en fais pas. J'assume très bien le fait de lui avoir démonté la gueule et je recommencerai sans hésiter. J'imagine qu'ils vont vouloir étouffer l'affaire.

En tout cas, pas question qu'Abigail y retourne tant que l'autre y serait. Ni Kieran, ni moi ne laisserions cela arriver.

- Il t'a dit quoi à propos de ce qu'il s'est passé ? Si t'es pas tenue à la confidentialité, bien sur.

Si je pouvais éviter les ennuis à Abigail, tout était bon à prendre. Même si je doutais que le mec réussisse à faire un réel procès ou quoi que ce soit. Faudrait dire à Kieran de faire gaffe, si jamais... J'attendis donc la réponse de Kathleen. OU ses questions. Voire, les deux.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Lun 26 Mar - 14:27

Remy me dit que John était jalou et qu'il avait rien à craindre de lui. Du coup c'est moi qui me pris une parcelle de jalousie, mais je gardai ça pour moi. Y avait encore des trucs que je comprenais pas. Je lui demandai s'il avait besoin d'aider pour récupérer ses effets au centre en lui expliquant que je devais passer pour une histoire de gardien.

-Ouais j'ai récupéré mes affaires, elles sont dans mon camion. Et le gardien a pas supposément été agressé, c'est lui qui a commencé. Je lui ai fait comprendre qu'il y avait des choses qui ne se faisaient pas.

Je restai stupéfaite et sans mot.

-T'en fais pas. J'assume très bien le fait de lui avoir démonté la gueule et je recommencerai sans hésiter. J'imagine qu'ils vont vouloir étouffer l'affaire.

Je haussai les épaules, je savais pas trop quoi dire là-dessus.

-Il t'a dit quoi à propos de ce qu'il s'est passé ? Si t'es pas tenue à la confidentialité, bien sur.

Je me levai.

-Mannie on va sur la terrasse.

Elle acquiesça et je me tournai vers Remy.

-Viens.

Nous sortîmes dehors et je m'installai au bout de la terrasse pour éviter les oreilles indiscrètes.

-D'ordinaire je devrais bien tenir ma langue, mais la si tu me dis que c'est toi qui a démoli le gardien, je suis en conflit d'intérêt et je pourrai pas prendre le dossier.

C'était un peu fâchant, mais il devait forcément avoir ses raisons.

-Je sais pas trop ce qui c'est passé. Le directeur m'a dit que le gardien.Beckett devait transporter une patiente jusqu'à l'infirmerie. Celle-ci aurait commencer à se débattre, donc en légitime défense il a du lui assener un coup à la tête pour la calmer et une fois devant l'infirmerie un homme lui serait tomber dessus et l'aurait tabasser... sans raison.

J'interrogeai Remy du regard.

-Y a une infirmière, trois gardiens et six détenue qui ont signé la déclaration du directeur. Je sais pas si c'est vrai ou non ni même ce qui c'est réellement passé, mais ça va être dur de gagner contre eux.

Je pris une gorgée de café et regardai Remy sérieusement dans les yeux.

-Le cabinet pour lequel je travaille à toujours défendu le centre Heiser. J'ai gagné plusieurs cause avec eux et j'ai défendu le gardien Beckett à trois reprise jusqu'à maintenant. Si je refuse de prendre ce cas pour conflit d'intérêt, je pourrai pas nécessairement aidé dans ta cause. Tu vas être assigner à comparaitre, tu le sais ?

J'avais pas envie de foutre ma carrière en l'air, mais je devais aider Remy c'était quand même mon ami.

-Raconte-moi ta version des faits. Je veux savoir avant d'aller au centre pour prendre leur dossier.

J'étais attentive, mais en même temps j'avais peur, puis je connaissais pas Remy depuis des lustres, donc j'étais vraiment confuse.

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 34

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Lun 26 Mar - 16:15


Kath se leva.

-Mannie on va sur la terrasse.

La serveuse acquiesça et mon amie me tournai vers moi.

-Viens.

Je la suivis à l'extérieur.

-D'ordinaire je devrais bien tenir ma langue, mais la si tu me dis que c'est toi qui a démoli le gardien, je suis en conflit d'intérêt et je pourrai pas prendre le dossier.
- Tu peux aussi faire comme si t'avais rien entendu venant de moi. Je t'engage à rien.

Néanmoins, je voulais savoir sa version des faits.

-Je sais pas trop ce qui c'est passé. Le directeur m'a dit que le gardien.Beckett devait transporter une patiente jusqu'à l'infirmerie. Celle-ci aurait commencer à se débattre, donc en légitime défense il a du lui assener un coup à la tête pour la calmer et une fois devant l'infirmerie un homme lui serait tomber dessus et l'aurait tabasser... sans raison.

Elle me fixa.

- Oh, crois moi, y avait une sacrée bonne raison...


Les espèces d'enfoirés.

-Y a une infirmière, trois gardiens et six détenue qui ont signé la déclaration du directeur. Je sais pas si c'est vrai ou non ni même ce qui c'est réellement passé, mais ça va être dur de gagner contre eux.

Je sentis une bouffée de colère m'envahir.

- Les détenus ? Super. Des mecs qui sont drogués toutes la sainte journée. Trop crédible, lâchai-je d'un ton plutôt acide.

Kath prit une gorgée de café avant de me fixer dans les yeux.

-Le cabinet pour lequel je travaille à toujours défendu le centre Heiser. J'ai gagné plusieurs cause avec eux et j'ai défendu le gardien Beckett à trois reprise jusqu'à maintenant. Si je refuse de prendre ce cas pour conflit d'intérêt, je pourrai pas nécessairement aidé dans ta cause. Tu vas être assigner à comparaitre, tu le sais ?
- ça, c'est pas vraiment un problème.

S'ils pensaient que j'allais me défiler ou quoi. Ils se trompaient assez sur le cas Reagan. Je n'étais pas un pigeon.

-Raconte-moi ta version des faits. Je veux savoir avant d'aller au centre pour prendre leur dossier.

Je me calais sur ma chaise.

- Très bien. Je suis passé au bureau pour prévenir de mon départ et tout mettre en ordre niveau paperasse. Pour aller jusqu'à ce qui était ma chambre, il faut passer par la cafet'. Rien d'anormal. Sauf que j'étais à peine arrivé qu'une fille est venue me demander de l'aide et elle crevait la trouille aussi sur que je viens de la Nouvelle-Orléans. Elle est comme Jonathan et moi, en quelque sorte, loin d'être folle.

Je me tus un instant.

- Beckett lui cherchait un peu des noises. Je l'ai envoyé quelque peu balader. Puis on m'a demandé de montrer ma chambre à Abi. C'est là qu'elle devait s'installer après avoir été en isolement sans raison valable pendant plus de deux mois. Ce que j'ai fait avec bonne volonté. J'ai rassuré la jeune femme comme j'ai pu, et c'était pas une mince affaire.

Je décidais de passer la suite sous silence, je n'avais pas envie d'entrer dans les détails et ce n'était pas correct.

- J'avais presque fini de faire mes sacs quand une des infirmières, Maria, est venu dire à Abi qu'elle était attendu à l'infirmerie. Je suis resté dans la chambre le temps qu'Abi y aille. Puis, j'ai entendu l'infirmière hurler mon nom. Je suis sorti en trombe et j'ai croisé Beckett qui courrait dans l'autre sens. J'ai pas eu besoin d'un dessin pour comprendre ce qu'il lui avait fait.

Je crispais légèrement mes poings. Il fallait que je me calme et relativement vite.

- Ouais, je lui ai défait la gueule et s'il s'approche à moins de vingt mètres d'Abi, j'hésiterais pas à finir le travail.

Quitte à aller en taule pour meurtre. Je détestai ce genre de type.

- Je te demande pas de te mouiller pour moi. Je sais comment le système marche. J'ai fait confiance au Centre, et ils ont merdé. Ils veulent me faire passer pour le méchant, qu'ils essayent. Ils ne peuvent rien faire contre moi.

La plupart se chiaient dessus quand j'élevais la voix. Ceux qui savaient ce que mon don impliquait. Là, c'était Kathleen qui devait flipper.

- Désolé. Je devrais pas m'emporter contre toi. Tu n'y es pour rien. Tiens toi éloignée du Centre, crois moi, sinon il ne se passera rien de bon.

Il allait falloir que je revois Abi et même son frère. Ils n'allaient pas laisser passer ça, surtout Kieran à mon avis.

- Tiens toi éloignée de cette affaire. Je te le demande en tant qu'ami.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Lun 26 Mar - 17:53

Je comprenais plus trop ce qui ce passait avec le centre, ni pourquoi Remy avait cru bon démonter la gueule d'un gardien pour une patiente internée. C'était pas de la familel puisqu'il m'avait dit qu'il en avait pas par ici.Je lui demandai de me raconter sa version des faits.

-Très bien. Je suis passé au bureau pour prévenir de mon départ et tout mettre en ordre niveau paperasse. Pour aller jusqu'à ce qui était ma chambre, il faut passer par la cafet'. Rien d'anormal. Sauf que j'étais à peine arrivé qu'une fille est venue me demander de l'aide et elle crevait la trouille aussi sur que je viens de la Nouvelle-Orléans. Elle est comme Jonathan et moi, en quelque sorte, loin d'être folle.

Encore là...Je pouvais rien dire. Une femme qui crève la trouille dans un centre psychiatrique, c'était pas anodin, même moi il me filait la frousse ce centre.

-Beckett lui cherchait un peu des noises. Je l'ai envoyé quelque peu balader. Puis on m'a demandé de montrer ma chambre à Abi. C'est là qu'elle devait s'installer après avoir été en isolement sans raison valable pendant plus de deux mois. Ce que j'ai fait avec bonne volonté. J'ai rassuré la jeune femme comme j'ai pu, et c'était pas une mince affaire.

Je me senti un peu piqué de jalousie, mais j'essayai de rien faire paraitre.

-Attend Remy... Beckett est clairement froid et un peu arrogant dans son boulot, mais c'est quelqu'un de bien. Il m'a même donner des fleurs à mon anniversaire et il passe parfois à la maison pour s'assurer que tout va bien parce que j'habite à l'extérieur de la ville. J'ai du mal à comprendre la..

Je me massai les tempes.

-J'avais presque fini de faire mes sacs quand une des infirmières, Maria, est venu dire à Abi qu'elle était attendu à l'infirmerie. Je suis resté dans la chambre le temps qu'Abi y aille. Puis, j'ai entendu l'infirmière hurler mon nom. Je suis sorti en trombe et j'ai croisé Beckett qui courrait dans l'autre sens. J'ai pas eu besoin d'un dessin pour comprendre ce qu'il lui avait fait.

Maria ? Pourtant elle avait signé la déclaration du directeur. Ça n'avait pas de sens et je pouvais pas croire que Beckett ferait du mal volontairement à une fille.

-Ouais, je lui ai défait la gueule et s'il s'approche à moins de vingt mètres d'Abi, j'hésiterais pas à finir le travail.

Je me reculai légèrement dans mon siège.

-Je te demande pas de te mouiller pour moi. Je sais comment le système marche. J'ai fait confiance au Centre, et ils ont merdé. Ils veulent me faire passer pour le méchant, qu'ils essayent. Ils ne peuvent rien faire contre moi.

Je le fixai froidement, il commençait à me faire un peu peur là.

-Désolé. Je devrais pas m'emporter contre toi. Tu n'y es pour rien. Tiens toi éloignée du Centre, crois moi, sinon il ne se passera rien de bon.

Je me passai une main dans les cheveux.

-Tiens toi éloignée de cette affaire. Je te le demande en tant qu'ami.

Mon travaille impliquait que je devais savoir lire entre les lignes. Je devais être capable de trouver des parcelles de vérité caché derrière la dissimulation. J'eus un petit rire.

-Attend je comprend... T'es amoureux de cette fille c'est ça ?

J'aimais Jonathan j'en étais certaine, mais ça me faisait quand même quelque chose.

-Remy... Je vais aller à ce centre, je vais prendre la déposition et le dossier et je vais évaluer le cas. Je crains pas d'y mettre les pieds, j'ai bosser là-bas pendant près de trois mois. C'est pas toujours évident, mais ce l'est pour personne d'être pris là-bas. Tu dis que Maria t'a appelé au secours ? T'es bien sur que c'est elle ?

Il acquiesça.

-Maria est marié à Eric Beckett depuis quatorze ans, ils ont une fille de treize ans et un garçon de onze ans. J'ai fêter thanks givin chez eux l'an dernier.

Rien n'avait l'air de clocher entre eux pourtant.

-T'es tomber amoureux d'elle et tu as peu-être imaginer des trucs, ça t'a fait mal réagir. Tu sais personne te tiendrais responsable d'avoir cru entendre une chose plutôt qu'une autre à l'intérieur de cet établissement. Si tu reviens sur tes charges tu pourrais t'en tirer avec une amende et je pourais lui parler pour toi et lui dire que tu es désolé...

Je haussai les épaules.

-Écoute j'en sais rien, mais ça me semble un peu gros et ... Je prendrai pas le dossier, de toute façon comme tu habites chez moi ils me le laisseront pas, mais je vais quand même devoir récupérer les informations pour faire assigner quelqu'un d'autre je suis la seul qui réside à même la ville...

Je le croyais, même je me refusais de croire que c'était Beckett, peu-être un autre et il avait cru que c'était lui, c'était possible ça, puis là tout de suite, Remy me faisait assez peur.

-Je peux te poser une question...

Je n'attendis pas de réponse.

-T'étais déjà amoureux d'elle quand ... quand t'a couché avec moi ?

Ça changeait rien mais je voulais savoir.

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 34

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Lun 26 Mar - 18:18


Kath eut un petit rire. Je trouvais pas trop ça drôle, moi.

-Attend je comprend... T'es amoureux de cette fille c'est ça ?
- Quoi ?

Je savais vraiment pas quoi dire là. Heureusement, elle enchaîna sans trop en tenir compte.

-Remy... Je vais aller à ce centre, je vais prendre la déposition et le dossier et je vais évaluer le cas. Je crains pas d'y mettre les pieds, j'ai bosser là-bas pendant près de trois mois. C'est pas toujours évident, mais ce l'est pour personne d'être pris là-bas. Tu dis que Maria t'a appelé au secours ? T'es bien sur que c'est elle ?

J'acquiesçai. Bien sur que je l'avais reconnu.

-Maria est marié à Eric Beckett depuis quatorze ans, ils ont une fille de treize ans et un garçon de onze ans. J'ai fêter thanks givin chez eux l'an dernier.

Ok. Là, j'étais scié.

-T'es tomber amoureux d'elle et tu as peu-être imaginer des trucs, ça t'a fait mal réagir. Tu sais personne te tiendrais responsable d'avoir cru entendre une chose plutôt qu'une autre à l'intérieur de cet établissement. Si tu reviens sur tes charges tu pourrais t'en tirer avec une amende et je pourais lui parler pour toi et lui dire que tu es désolé...

Elle haussa les épaules. C'était clairement hors de question.

-Écoute j'en sais rien, mais ça me semble un peu gros et ... Je prendrai pas le dossier, de toute façon comme tu habites chez moi ils me le laisseront pas, mais je vais quand même devoir récupérer les informations pour faire assigner quelqu'un d'autre je suis la seul qui réside à même la ville...
- J'aurais pas dû t'en parler, c'était une erreur.

Quel con.

-Je peux te poser une question... T'étais déjà amoureux d'elle quand ... quand t'a couché avec moi ?
- Mais je sais même pas si je suis amoureux d'elle ! Et je l'ai rencontré le matin avant qu'elle se fasse violer !

Voilà c'était clairement dit.

- Ecoute... Je ferais mieux d'aller à l'hôtel, je veux pas te créer d'emmerdes, et c'est clair que dans cette histoire, ils ont besoin que je sois le bouc-émissaire. Je m'excuserai pas et rien ne me fera changer d'avis. Ils savent tous mais ils ont peur de parler ? C'est leur problème.

Je me passai la main dans les cheveux.

- Tu sais ce genre de choses, ça arrive parfois en soirée, au lycée à l'université,en soirée. Sauf que souvent c'est dû à l'alcool. Là, y avait pas d'excuses. Il voulait simplement faire mal. Détruire quelqu'un pour prouver qu'il avait pas besoin d'être... spécial pour qu'on le remarque. Les mecs les plus tarés sont ceux qu'on soupçonne le moins. Si tu le penses innocent, traite moi de menteur. Ne te gêne surtout pas. Mais lui comme moi, on sait la vérité. Et Elle finit toujours par refaire surface.

Je me tus ensuite. Quel merdier. Quel immonde merdier. J'aurais vraiment du me taire. Je m'étais emporté et je la faisais flipper.

- Je crois que tu t'attendais pas trop à ça en voulant qu'on se prenne un café, hein ? Je suis vraiment désolé.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Lun 26 Mar - 20:00

J'étais assise là en face d'un homme que je connaissais à peine qui accusait un homme que je connaissais depuis que j'étais gosse, l'homme qui devait s'occuper de moi selon mon père. Il avait fait supposément je ne sais quoi à la fille dont le mec qui m'avait dévierger était amoureux... C'était impossible ça, j'allais finir par me réveiller de ce cauchemard. Il alla même jusqu'à dire que c'était une erreur de m'en avoir parlé. Je lui demandai, sans vraiment savoir pourquoi je posais la question, s'il était déjà amoureux d'elle quand il avait couché avec moi. En fait je voulais savoir si je m'étais fait rouler comme une conne.

-Mais je sais même pas si je suis amoureux d'elle ! Et je l'ai rencontré le matin avant qu'elle se fasse violer !

Le mot violer me cloua un peu sur ma chaise. C'était donc ça...

-Ecoute... Je ferais mieux d'aller à l'hôtel, je veux pas te créer d'emmerdes, et c'est clair que dans cette histoire, ils ont besoin que je sois le bouc-émissaire. Je m'excuserai pas et rien ne me fera changer d'avis. Ils savent tous mais ils ont peur de parler ? C'est leur problème.

Je soupirai.

-Non, non Remy tu ...

Je n'eus pas le temps de finir.Il se passa une main dans les cheveux avant d'enchainer.

-Tu sais ce genre de choses, ça arrive parfois en soirée, au lycée à l'université,en soirée. Sauf que souvent c'est dû à l'alcool. Là, y avait pas d'excuses. Il voulait simplement faire mal. Détruire quelqu'un pour prouver qu'il avait pas besoin d'être... spécial pour qu'on le remarque. Les mecs les plus tarés sont ceux qu'on soupçonne le moins. Si tu le penses innocent, traite moi de menteur. Ne te gêne surtout pas. Mais lui comme moi, on sait la vérité. Et Elle finit toujours par refaire surface..

La j'étais vraiment mal.

-Je crois que tu t'attendais pas trop à ça en voulant qu'on se prenne un café, hein ? Je suis vraiment désolé.

Je secouai la tête.

-Non en effet je pensais pas à ça et je vais pas te traiter de menteur non plus, je crois que y a mal entendu voilà tout.

Je fini mon café.

-Écoute comme Jonathan est pas super rassuré que tu sois mon colocataire et moi je t'ai dit que tu pouvais rester donc tu peux. Je vais demander à Swann s'il peut pas me faire une petite place en attendant que les choses se tasse un peu. Comme ça tout le monde sera content.

Je pinçai les lèvres.

- Je vais au centre, j'en ai pour environ une demi-heure, prend toi à manger c'est moi qui paie, ensuite je te dirai ce qui en est du rapport et on verra pour la suite d'accord ?

Il acquiesça sans vraiment de conviction.


HS:Je fais un post aux centre entre les deux donc voilà pour le double post ce sera plus simple.

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Lun 26 Mar - 20:36

Il soupira puis claqua la porte. Je parti de chez lui entrombe et retournai au restaurant ou Remy était toujours sur la terrasse. J'entrai et demandai à Mannie la facture.Je payai et sorti dehors.

-Remy ?

Il se retourna vers moi et je lui fis signe de me suivre dans ma voiture. Il prit place au côté passager et je me mis à pleurer.

-Je suis désolé, j'aurais ... j'aurais du te croire... j'aurais pas du y aller...

J'étais hyper nerveuse, je venais de me rendre compte que deux ans d'ouvrage venaient de s'envoler en fumé.

-Je suis convaincu que tu as raison, je vais avertir mon patron, je peux pas défendre cette cause, je veux pas ...je peux pas...

Je secouai les mains et me les passai dans le visage. Je lui passai le dossier avec mes notes et la déposition. Je pris de profonde inspiration.

-Tout le monde ce sont entendu pour monter la même histoire, mais Maria semblait vraiment étrange, le directeur ne voulait pas que je lui parle en privé, donc j'ai mis ça sur le compte du choc de ce qui était arrivé à son mari. Je suis aller prendre la déposition de Éric à son domicile et il racontait un peu la même histoire avec un détail qui rendait l'histoire confuse.

Je le regardai un instant.

-Il a rajouté que... Vous aviez couché ensemble... Qu'elle se promenait nu devant les autres et qu'elle devait se faire calmer un peu et que c'est quand il te la ... enlevé, si on veut que tu as sauté un plomb.

J'avais pas envie de parler de ça avec lui.

-Peu importe ne dit rien je veux pas savoir si tu as vraiment couché avec elle, tu arrangeras ça devant les tribunaux si tu y vas... Je veux pas le savoir. dis-je rapidement avant qu'il prenne la parole.

Je soupirai.

-Je lui ai demandé si ça allait bien avec sa femme parce qu'elle m'avait parru étrange, puis c'est là qu'il est devenu ... bizarre. Il c'est mis à me sortir des grossièreté comme quoi j'étais "bandante", puis quand je lui ai dit de se calmer, il ma mis dehors en colant sa main sur mes fesses, mais je l'ai gifflé, il n'a rien fait d'autre, mais je peux pas faire autrement que te croire. Je suis désolé Remy. J'aurais pas du douter de toi.

J'essuyai mes larmes.

-Je suis tellement idiotte...

Je me détestais parfois d'être aussi naïve. Comment avais-je pu ne rien voir.?

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 34

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mar 27 Mar - 6:48


Elle secoua la tête.

-Non en effet je pensais pas à ça et je vais pas te traiter de menteur non plus, je crois que y a mal entendu voilà tout.

Elle termina son café.

-Écoute comme Jonathan est pas super rassuré que tu sois mon colocataire et moi je t'ai dit que tu pouvais rester donc tu peux. Je vais demander à Swann s'il peut pas me faire une petite place en attendant que les choses se tasse un peu. Comme ça tout le monde sera content.
- Non, non, c'est bon, je veux pas m'immiscer entre vous deux...

Elle pinça les lèvres.

- Je vais au centre, j'en ai pour environ une demi-heure, prend toi à manger c'est moi qui paie, ensuite je te dirai ce qui en est du rapport et on verra pour la suite d'accord ?

J'acquiesçais, sans être convaincu. Elle me laissa donc pour aller récupérer le dossier. Je n'avais pas vraiment faim. Je commandais un plat simple mais n'y touchais pas vraiment. Je restais silencieux, à essayer de voir ce qu'il allait se passer. Kathleen finit par revenir.

-Remy ?

Elle me fit signe de la suivre,vu sa tête, c'était pas dur de deviner que ça n'avait pas du bien se passer. Je montais à côté d'elle dans la voiture, et elle se mit à pleurer.

Je suis désolé, j'aurais ... j'aurais du te croire... j'aurais pas du y aller...
- Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

Je lui pris la main.

-Je suis convaincu que tu as raison, je vais avertir mon patron, je peux pas défendre cette cause, je veux pas ...je peux pas...
- Eh... Calme toi.

Elle se passa les mains sur le visage avant de me tendre le dossier. J'étais pas expert en droit, mais il me semblait qu'elle n'était pas sensée me montrer ça.

-Tout le monde ce sont entendu pour monter la même histoire, mais Maria semblait vraiment étrange, le directeur ne voulait pas que je lui parle en privé, donc j'ai mis ça sur le compte du choc de ce qui était arrivé à son mari. Je suis aller prendre la déposition de Éric à son domicile et il racontait un peu la même histoire avec un détail qui rendait l'histoire confuse.

Elle me fixa. Je sentai la colère monter de nouveau.

-Il a rajouté que... Vous aviez couché ensemble... Qu'elle se promenait nu devant les autres et qu'elle devait se faire calmer un peu et que c'est quand il te la ... enlevé, si on veut que tu as sauté un plomb. Peu importe ne dit rien je veux pas savoir si tu as vraiment couché avec elle, tu arrangeras ça devant les tribunaux si tu y vas... Je veux pas le savoir.

Reste zen, Remy. Surtout, reste zen. Je serrai les poings à m'en faire blanchir les phalanges.

- C'est plus lui qui voulait se rincer l'oeil, grinçai-je.

Là, il n'avait clairement plus intérêt à croiser ma route.

-Je lui ai demandé si ça allait bien avec sa femme parce qu'elle m'avait parru étrange, puis c'est là qu'il est devenu ... bizarre. Il c'est mis à me sortir des grossièreté comme quoi j'étais "bandante", puis quand je lui ai dit de se calmer, il ma mis dehors en colant sa main sur mes fesses, mais je l'ai gifflé, il n'a rien fait d'autre, mais je peux pas faire autrement que te croire. Je suis désolé Remy. J'aurais pas du douter de toi.

Elle essuya ses larmes. J'inspirai lentement.

-Je suis tellement idiote...
- Tu n'es pas idiote. Il devait bien cacher son jeu c'est tout.

Je reposais le dossier sans l'avoir lu.

- Ils ont du te dire des trucs sur moi. Et sur mon don... C'est probablement faux. Je ne me sers pas de cette aptitude pour faire du mal aux gens... sauf si c'est mérité. Tiens toi loin de tout ça, sérieusement. Je ne pense pas qu'il puisse t'arriver quoi que ce soit si tu restes près de Jonathan.

Il valait mieux qu'elle ait le moins possible à voir dans cette histoire. Je soupirais. J'aurais peut-être dû rester en Louisiane tiens.

- ça va aller, toi ?

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mar 27 Mar - 11:35

J'expliquai à Remy ce qui venait de se produire et comment j'étais désolé de ne pas l'avoir cru, je me sentais idiotte et naïve, j'avais blessé un ami en le traitant un peu comme un menteur pour sauver la face d'un violeur, j'en avais la nausée.

-Tu n'es pas idiote. Il devait bien cacher son jeu c'est tout.

Y avait caché et très bien caché oui. J'allais devoir dire ça à mon père quand il allait appeler et c'était son ami d'enfance, il avait confié ma sécurité à cet homme...

-Ils ont du te dire des trucs sur moi. Et sur mon don... C'est probablement faux. Je ne me sers pas de cette aptitude pour faire du mal aux gens... sauf si c'est mérité. Tiens toi loin de tout ça, sérieusement. Je ne pense pas qu'il puisse t'arriver quoi que ce soit si tu restes près de Jonathan.

Je secouai la tête.

-Ça va aller, toi ?

J'affirmai d'un hochement de tête positif.

-Mais oui ça va aller j'ai rien moi, c'est juste beaucoup d'information d'un coup.

Beaucoup trop oui.

-Remy... Pourquoi tu ramènes toujours tout à Jonathan ? Je veux dire ... T'es supposé venir rester chez moi non ? J'ai pas peur de toi et ils m'ont rien dit sur ton don. Les détenues t'appelait Mr.Bombe, mais je vois pas trop la catastrophe dans ce surnom.

Je lui fis un léger sourire.

-Je suis pas fait de porcelaine, même si je suis naïve et blonde, je sais me défendre aussi.

Les gens avaient toujours tendance à me prendre pour plus fragile que je l'étais. Je pouvais encaisser bien des choses, même si j'avais pas le physique de terminator.

-Je peux plus vraiment me tenir loin de ce cas. Le centre vont m'en vouloir de ne pas avoir pris le cas, je devrai expliquer pourquoi à mon patron et ils vont être revu en justice pour les trois accusation précédente au nom de Eric Beckett et ce sera ma faute, mais ça me dérange pas. Du moment que je reste dans mes convictions.

Je m'adossai à mon siège et soupirai avant de tourner la tête légèrement vers lui en souriant.

-Je vais t'aider... Je peux pas te laisser dans une merde pareille et de rester les bras croisé quand j'ai les moyens de faire changer les choses.

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 34

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mar 27 Mar - 14:20


-Mais oui ça va aller j'ai rien moi, c'est juste beaucoup d'information d'un coup.
- C'est pas rien non plus.

On avait pas vraiment parlé de la pluie.

-Remy... Pourquoi tu ramènes toujours tout à Jonathan ? Je veux dire ... T'es supposé venir rester chez moi non ? J'ai pas peur de toi et ils m'ont rien dit sur ton don. Les détenues t'appelait Mr.Bombe, mais je vois pas trop la catastrophe dans ce surnom.

Elle me fit un petit sourire.

-Je suis pas fait de porcelaine, même si je suis naïve et blonde, je sais me défendre aussi.
- ... Le fait qu'il y ait le mot bombe dedans ? Pour Jonathan... Il t'aime... et tu l'aimes aussi... Et être un mec qui vit chez une fille qui est avec quelqu'un... ça peut se transformer en situation assez délicate.

C'était vrai quoi. C'était même plutôt gênant, même si vu la taille de la maison de Kath' on pouvait facilement ne pas se croiser...

-Je peux plus vraiment me tenir loin de ce cas. Le centre vont m'en vouloir de ne pas avoir pris le cas, je devrai expliquer pourquoi à mon patron et ils vont être revu en justice pour les trois accusation précédente au nom de Eric Beckett et ce sera ma faute, mais ça me dérange pas. Du moment que je reste dans mes convictions.
- La justice fait souvent cet effet-là. C'est pour ça que j'adore être mécano. En général, la clé à molette suffit à résoudre les problèmes.

Je lui fis un petit sourire, un peu moqueur.

- Je vais t'aider... Je peux pas te laisser dans une merde pareille et de rester les bras croisé quand j'ai les moyens de faire changer les choses.
- C'est pas moi qui ait besoin d'aide. Je connais légèrement le système et même, ça me fait pas peur du tout.

Je soupirais.

- Bon, oublions ça pour ce soir, ok ? Tu voulais me parler de quoi quand tu m'as contacté tout à l'heure ?

Je voulais éviter qu'on s'attarde trop sur le sujet épineux de la semaine.

- Tu as mangé, toi ou pas ?

Non pas que j'aie faim, mais ce n'était pas une raison pour qu'elle reste le ventre vide.

- On peut peut-être sortir de la voiture pour discuter... Je crois qu'on nous observe bizarrement. Ils vont croire queje fais exprès de te faire pleurer, ce qui est absolument faut. Un Reagan ne ferait jamais sciemment pleurer une femme. C'est contraire à nos coutumes.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mar 27 Mar - 15:42

Mon frère accepta de sortir dehors pour manger, ça allait me faire le plus grand bien de pouvoir respirer un peu d'air frais. Je lui demandai comme les deux derniers mois c'était passé pour lui et papa.

-J'ai passé mon temps à te chercher. Jusqu'à ce que j'atterrisse ici. Papa... Eh ben... Il a un peu rejeté la faute sur moi. J'étais qu'un incapable, je ne pouvais même pas veiller sur ma soeur. Il m'a dit de quitter New-York et de ne revenir que quand je t'aurais retrouvée. Puis, il m'a envoyé Harvard en guise de médiateur. Et pour garder un oeil sur moi.

Je me tournai vers mon frère.

-Je suis vraiment désolé Kieran, j'ai pas voulu te nuire ou te faire brouiller avec papa. Je pensais pas qu'il t'aurait jeté comme ça.

En fait ça n'avait rien de très étonnant en connaissant mon père, mais je savais qu'il aimait Kieran plus que tout au monde, c'était sa fierté. Il le disait simplement pas beaucoup.
Nous sortîmes et montâmes dans sa voiture qu'il démarra.

-Tu veux manger quelque chose de spécial ?

Je secouai la tête.

-J'ai envie de manger comme je mangeais à la maison. Une salade française,un plat de fromage et un grand soda pour oublier que je mange équilibrée. dis-je en lui souriant.

Mon père et mon frère me disait toujours que j'allais tourner au vert à force de manquer de viande.Il me nomma plein de restaurant.

-Le plus près fera l'affaire, j'ai vraiment très faim.

Je voulais surtout ne pas être en déplacement trop longtemps, ça me faisait un peu peur.

-Faut voir le bon côté des choses, au moins, j'aurais vu du pays.

Il me sourit.

-D'un autre côté, je ne serai jamais resté à New York sans essayer de te retrouver. Aux dernières nouvelles, Papa va très bien, et le quartier est relativement calme. Son nom impressionne encore les gamins qui jouent les gros bras.

J'étouffai un rire et me passai la main dans les cheveux.

-Ça vous embête pas que les gens change de trottoir quand ils vous croisent, que la majeure partie des gens qui vous respecte soient en taule ? Kieran ... Papa à fait des gosses à gauche et à droite toute sa vie on est les deux qui ont de la chance de le connaitre, mais il a toujours été seul. T'as vraiment envie de finir comme lui ? Partie comme ça on me dirait que tu as déjà quelques gosses perdu ici et là que j'aurais même pas de misère à le croire.

Je soupirai en me calant dans mon banc et j'eus un léger rire.

-C'est bon je te lâche avec ç, mais je voudrais vraiment que tu vives ta vie et pas celle que papa a toujours voulu pour toi. Regarde toi... T'es encore plus beau que les dieux du stade... Tu peux pas rester seul.

Je posai une main contre sa joue lorsqu'il arrêta la voiture sur le stationnement, puis je l'embrassai sur la joue. Nous sortîmes de voitures et entrâmes à l'intérieur pour prendre place complètement au fond du restaurant. Je voulais être dos à la porte, mais que Kieran puisse avoir une vue sur tout les allés et venu, je me sentais plus en sécurité comme ça.
Une fois la commande servit, je pris am première bouchée en regardant un peu autour de nous.

-New-York doit te manquer han ? C'est pas trop le genre de ville où je t'imaginais.

Mon frère était fait pour les grands centre là où il y avait de l'action.

-Puis t'à rencontré quelqu'un ? Allez quoi, j'ai le droit de te poser des petites questions annodines non ?

Je pris une autre bouchée en attendant sa réponse.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mar 27 Mar - 15:59

J'affirmai à Remy que je tenais quand même à l'aider. Je pouvais pas non plus resté assise les bras croiséé alors que je savais y faire.

-C'est pas moi qui ait besoin d'aide. Je connais légèrement le système et même, ça me fait pas peur du tout.

Il soupira.

-Bon, oublions ça pour ce soir, ok ? Tu voulais me parler de quoi quand tu m'as contacté tout à l'heure ?

Je devins soudainement assez rouge.

-Euh bah ... euh...

J'eus un petit rire nerveux.

-Tu as mangé, toi ou pas ?

Je secouai la tête négativement.

-On peut peut-être sortir de la voiture pour discuter... Je crois qu'on nous observe bizarrement. Ils vont croire que je fais exprès de te faire pleurer, ce qui est absolument faut. Un Reagan ne ferait jamais sciemment pleurer une femme. C'est contraire à nos coutumes.

Je ris en essuyant une dernière larme furtive.

-D'accord je veux bien qu'on rentre.

Je sorti de voiture et le serrai dans mes bras un moment.

-Merci d'être là...

Je me contentai de lui sourire, puis nous entrâmes à l'intérieur. Nous prîmes place au comptoir et je me commandai un simple café et une part de tarte au citron meringue.

-Écoute... En fait je sais pas tellement pourquoi je t'ai demandé de venir. J'avais envie de te voir et j'ai cru qu'en disant que c'était pour discuter ce serait plus simple et plus... honnête.

Je baissai les yeux.

-Je voulais peu-être parler de ... de nous, de ce qui c'était passé entre nous je veux dire, mais c'est bon, on peut laisser tomber... Je crois que ce sera mieux comme ça de toute façon.

Je fermai les yeux en expirant.

-Je suis maladroite, je m'exprime mal et je fais confiance à des criminels notoire. J'ai un beau tableau han ?

Je ris sarcastiquement.

-En fait tu as raison quand tu dis que John m'aime et je sais que je l'aime aussi, vraiment... mais d'un autre côté, il me fait pas confiance et il ne m'écoute pas quand je lui parle et puis...

Mannie déposa l'assiette devant moi et je la remerciai.

-Je pense quand même à toi...attend pas comme de l'amour ou de quoi du genre,non , mais tu restes là dans ma tête et ce qui c'est produit aussi... Je m'enfonce là, mais je suis certaine que tu comprends ce que je veux dire.

Je pris une bouchée de ma tarte.

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 34

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mar 27 Mar - 17:39


Kath finit par rire en essuyant ses larmes.

-D'accord je veux bien qu'on rentre.

Nous sortîmes de la voiture et elle me serra dans ses bras.

-Merci d'être là...
- Je suis ton ami, c'est normal que je sois là pour toi.

Elle me sourit puis nous entrâmes. Elle commanda un café et une part de tarte au citron. Je me contentais de prendre un expresso.

-Écoute... En fait je sais pas tellement pourquoi je t'ai demandé de venir. J'avais envie de te voir et j'ai cru qu'en disant que c'était pour discuter ce serait plus simple et plus... honnête.

Eeeh... Ouais, d'accord. Elle baissa les yeux.

-Je voulais peu-être parler de ... de nous, de ce qui c'était passé entre nous je veux dire, mais c'est bon, on peut laisser tomber... Je crois que ce sera mieux comme ça de toute façon.

Elle ferma les yeux en expirant.

-Je suis maladroite, je m'exprime mal et je fais confiance à des criminels notoire. J'ai un beau tableau han ?
- Mais non, t'inquiète. Ta maladresse est plutôt touchante.

Elle eut un rire sarcastique.

-En fait tu as raison quand tu dis que John m'aime et je sais que je l'aime aussi, vraiment... mais d'un autre côté, il me fait pas confiance et il ne m'écoute pas quand je lui parle et puis...

La serveuse vint poser son assiette devant Kathleen, en l'interrompant.

-Je pense quand même à toi...attend pas comme de l'amour ou de quoi du genre,non , mais tu restes là dans ma tête et ce qui c'est produit aussi... Je m'enfonce là, mais je suis certaine que tu comprends ce que je veux dire.
- Je crois que je ne te suis même pas du tout... J'ai même strictement pas compris grand-chose. Mais je crois que c'est plutôt que John n'a pas confiance à moi.

Je lui fis un petit sourire.

- Il s'est passé des choses entre nous. On s'est peut-être un peu emballé, je sais pas moi. Mais on peut pas faire comme si de rien n'était.

Je relevais les yeux et aperçus Kieran et Abigail à une table dans le fond. ça c'était un peu plus moyen.

- Tu m'excuses deux secondes ?

Je me levais et allais rejoindre Kieran qui m'avait remarqué.

- Eh. Vous avez reçu l'assignation à comparaitre ?

Vu la tronche de Kieran, ils l'avaient reçu.

- Ma coloc' est avocate... Enfin,... stagiaire. Elle avait la charge du dossier. Mais elle s'est aperçu qu'un truc clochait... Elle est... de notre côté, si je peux dire.
- J'ai déjà un avocat. Et il est très bon.

Il me scruta assez froidement.

- Je veux pas m'incruster dans votre repas de famille, mais si vous voulez vous joindre à nous pour le café, n'hésitez pas.

Je leur fis un petit sourire amical avant de retourner auprès de Kath.

- Alors, t'as pu clarifier un peu ce que tu voulais dire, ou je dois essayer de déchiffrer comme je peux ?

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Amy Johnson

avatar


✖ Messages : 79
✖ Date de naissance : 29/04/1988
✖ Bougies : 30

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mar 27 Mar - 18:22

Je ne savais pas quoi faire de ma soirée, j'avais passé ma journée à lézarder au soleil et ce soir j'avais envie de sortir prendre un peu l'air! Je me rendis alors L'Amadeus, un restaurant qui faisait bar, l'endroit était sympathique et on y croisait du beau monde. Je me disais même que je finirais bien par y croiser Jersey. Je pris donc ma voiture et arriva en quelques minutes.

Je passais donc les portes du restaurant et m'installais au bar. Je regardais autour de moi, c'était blindé mais aucune personne que je connaissais s'y trouvait... Par contre je repéra un type de l'autre coté du bar, il était plutot pas mal, il y avait un truc de sexy chez lui, on pouvait deviner sa musculature à travers ses vêtements et il avait un regard qui ferait fondre n'importe qu'elle gonzesse! Je remarquais bien vite qu'il était accompagné d'une jeune femme blonde. J'appelais alors la femme qui se trouvait derrière le comptoir.

Je vous prendrez une bière avec un croque monsieur. Et dites moi vous pourriez donner une coupe de votre meilleure champagne avec ça au mec en face,
je lui tendis un bout de papier que j'avais plié en 4, dans lequel il y avait écrit "A ta santé! Je te trouves à croquer", vous voyez le type à coté de la jeune blonde, celui avec le tee shirt blanc. La femme acquiesça.

Elle me servit d'abord ma commande, puis alla servir le beau mec d'en face sans lui dire de qui cela venait. Je le regardais chercher puis son regard se posa sur moi, je lui fis un clin d'oeil en souriant. Je fini de mangeais mon croq' et décidais d'aller à sa rencontre, je m'installais à ses coté posant ma bière sur le comptoir.

T'es encore plus canon de près, moi c'est Amy,
lui dis je en lui tendant la main!

Je fis un simple sourire à la fille qui l'accompagnait, j'allais pas me lever pour lui serrait la main, puis c'était pas franchement pour elle que je m'étais déplacé. Puis là je me rendis compte que ce type était en faite comme moi, je souris.

Intéressant... C'est donc vrai ce qu'on raconte, cette ville est peuplé de personne comme nous.


J'en avais rencontré que un depuis que j'étais ici, faut dire que je ne sortais quasiment que la nuit, le journée je restais à la villa! Ce personnage m'intriguais encore bien plus maintenant.

Qu'est ce que t'es venu faire par ici? T'es là pour le centre?
lui demandais-je.

Les spécials ne venait pas ici sans raison, cette ville n'avait rien d'extraordinaire et pourtant elle attirait beaucoup d'entre nous, certains pensaient que le centre aller être la réponse à leurs mal être, ils ne savaient pas la chance qu'il avait d'être différents
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mar 27 Mar - 23:08

Plus je parlais plus je m'enfonçais dans une incroyable connerie. Ça ressemblait plus à rien et Remy, visiblement ne comprenait pas grand chose.

-Je crois que je ne te suis même pas du tout... J'ai même strictement pas compris grand-chose. Mais je crois que c'est plutôt que John n'a pas confiance en moi.

Il me fit un léger sourire que je lui retournai au lieu d'en dire plus long.

-Il s'est passé des choses entre nous. On s'est peut-être un peu emballé, je sais pas moi. Mais on peut pas faire comme si de rien n'était.

Voilà, c'était ça... Je me sentais un peu conne et me tournai vers ma part de tarte.

-Tu m'excuses deux secondes ?

Je relevai les yeux vers lui.

-Oui ... vas y... dis-je avec un sourire forcée.

Je ne sus pas m'empêcher de regarder où il allait. Il se dirigea vers une homme et une femme à une table, la femme lui toucha le bras, pas comme on fait avec l'ami de la famille. Je me sentais un peu de trop. Je repoussai la tarte

-Tu peux la jeter Mannie, j'ai plus très faim.

Elle posa sa main sur la mienne avec un sourire de mère, puis ramassa l'assiette. Remy revint s'asseoir au comptoir.

-Des amis à toi ?

Question qu'il choisi d'ignorer.

-Alors, t'as pu clarifier un peu ce que tu voulais dire, ou je dois essayer de déchiffrer comme je peux ?

Je le fixai un moment.

-Laisse tomber, je suis désolé de t'avoir dérangé... J'au...j'aurais pas du. J'ai juste du... m'emballer. dis-je en souriant.

Je fini de boire mon café et Mannie donna une coupe de champagne à Remy accompagné d'un mot, puis elle me pointa du menton la fille derrière moi. Je me tournai pour la voir au même moment elle adressa un clin d'œil à Remy. Je me retournai et roulai des yeux.

-T'es encore plus canon de près, moi c'est Amy.

Elle s'étira pour me faire un bref sourire que je lui rendit plus par respect que par sincère intention.

-Intéressant... C'est donc vrai ce qu'on raconte, cette ville est peuplé de personne comme nous.

Ok, la c'était clair j'étais de trop.

-Qu'est ce que t'es venu faire par ici? T'es là pour le centre?

Je déposai un billet de 10$ sur le comptoir et ramassai mon sac à main.

-Ravis de t'avoir revu Remy... Fany c'est ça ? Peu importe... Enchantée de te rencontrer.

Je fis deux pas vers la sortie et me retournai vers Remy.

-Ah oui... Je serai pas à la maison pour un petit bout de temps, donc si ta un truc à me dire t'auras qu'à appeler sur mon portable... Je crois pas te déranger à nouveau.

Je me retournai et sorti en direction de ma voiture. Une fois à l'intérieur, je restai un moment la tête appuyée contre le volant.

-T'es vraiment une pauvre fille Kathleen.

Je restai la un instant, je devais me calmer avant de prendre la route.

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kieran O'Ryan

avatar


✖ Messages : 165
✖ Date de naissance : 15/09/1983
✖ Bougies : 35

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mer 28 Mar - 6:12


-Ça vous embête pas que les gens change de trottoir quand ils vous croisent, que la majeure partie des gens qui vous respecte soient en taule ? Kieran ... Papa à fait des gosses à gauche et à droite toute sa vie on est les deux qui ont de la chance de le connaitre, mais il a toujours été seul. T'as vraiment envie de finir comme lui ? Partie comme ça on me dirait que tu as déjà quelques gosses perdu ici et là que j'aurais même pas de misère à le croire.

Elle soupira en se calant et rit.

-C'est bon je te lâche avec ça, mais je voudrais vraiment que tu vives ta vie et pas celle que papa a toujours voulu pour toi. Regarde toi... T'es encore plus beau que les dieux du stade... Tu peux pas rester seul.
- Je suis pas comme Papa. Ok, un peu mais je suis pas sa réplique.

Je ne faisais pas tout comme lui, même si on avait beaucoup en commun. Elle posa une main contre ma joue quand je me garai puis m'embrassa sur la joue. Nous sortîmes pour aller manger un bout à l'Amadeus. On s'installa dans le fond, elle tournait le dos à la porte et moi j'avais une vue plutôt globale. Nous commandâmes. Abi prit sa dose de verdure, pour ma part je pris un classique américain. Hamburger et frites. Nous fûmes servis rapidement.

-New-York doit te manquer han ? C'est pas trop le genre de ville où je t'imaginais.
- Je ne m'imaginais pas ici non plus. New York me manque oui, mais je dois avouer que sans toi ça à moins de charme. Sans voix de la raison... C'est pas très drôle.

Je lui souris avant de m'attaquer à un repas.

-Puis t'à rencontré quelqu'un ? Allez quoi, j'ai le droit de te poser des petites questions annodines non ?
- Ouais tu peux en poser... Et non... Le dieu vivant n'a pas rencontré quelqu'un. Pas durablement, du moins. Je suis un homme d'affaires très occupé tu vois ?

Je lui fis un clin d'oeil.

- Pourquoi, tu as hâte d'être tati gâteau ?

En relevant la tête j'aperçus un peu plus loin Jeremy, plongé en grande conversation avec une jeune femme. Il foutait quoi là lui ? Il me remarqua et ne tarda pas à se lever pour venir à notre table.

- Eh. Vous avez reçu l'assignation à comparaitre ?

J'acquiesçai sombrement.

- Ma coloc' est avocate... Enfin,... stagiaire. Elle avait la charge du dossier. Mais elle s'est aperçu qu'un truc clochait... Elle est... de notre côté, si je peux dire.

Colocataire, hein ?

- J'ai déjà un avocat. Et il est très bon.

Je le scrutai froidement.

- Je veux pas m'incruster dans votre repas de famille, mais si vous voulez vous joindre à nous pour le café, n'hésitez pas.

Il nous laissa presque immédiatement pour aller rejoindre la blonde. Je devais avouer que j'avais du mal à cerner ce mec en fin de compte. Je fixais Abi.

- Tu voudras qu'on le rejoigne ?

Je voulais qu'elle fasse comme elle le sentait, après tout. De toutes façon, on était loin d'être au café encore.

_________________
It was a lie when they smiled And said, "you won't feel a thing"
And as we ran from the cops We laughed so hard it would sting
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 34

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mer 28 Mar - 6:32


-Laisse tomber, je suis désolé de t'avoir dérangé... J'au...j'aurais pas du. J'ai juste du... m'emballer.
- Non, tu me déranges pas. C'est juste que j'arrive pas à voir ce que tu veux dire.

La serveuse me fit soudain passer une coup de champagne avec un petit mot. De quoi ? Je lus le petit mot. " A ta santé ! Je te trouve à croquer." Je levais la tête et une jeune femme brune me fit un clin d'oeil. Elle finit de manger pour venir s'asseoir à côté de moi.

-T'es encore plus canon de près, moi c'est Amy.
- Remy. Merci du compliment.

Kath avait l'air quelque peu... excédée. Je serrai la main qu'Amy me tendait.

-Intéressant... C'est donc vrai ce qu'on raconte, cette ville est peuplé de personne comme nous. Qu'est ce que t'es venu faire par ici? T'es là pour le centre?

Je vis Kath sortir un billet de 10 et ramasser son sac.

-Ravis de t'avoir revu Remy... Fany c'est ça ? Peu importe... Enchantée de te rencontrer.
- Kath... Attend...

Elle se leva et partit en direction de la sortie et se tourna après deux pas.

-Ah oui... Je serai pas à la maison pour un petit bout de temps, donc si ta un truc à me dire t'auras qu'à appeler sur mon portable... Je crois pas te déranger à nouveau.
- Mais tu me déranges pas, Kathleen.

Autant parler à un mur.

- Eh merde.

Je me tournais vers Amy.

- J'étais effectivement venu pour le centre. Je pensai que c'était un bon moyen d'apprendre à éviter les dérapages... Mais j'ai eu la preuve assez récemment que je m'étais trompé.

Je fixais le verre qu'elle m'avait offert. Je n'étais pas vraiment fan de champagne.

- C'est la première fois qu'on m'offre du champagne. Je suis plus habitué à me faire payer une bière , fis-je avec un léger sourire.

J'en bus une gorgée.

- Et toi qu'est-ce qui t'amène ici ?

ça m'étonnerait qu'elle vienne pour le paysage ou pour un petit séjour au centre.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mer 28 Mar - 9:22

Mon frère essayait de me convaincre qu'il était pas comme notre père, en fait je le savais, lui quand il aimait c'était réel et tangible. Mon père ce l'était également, mais que pour Kieran et moi. Il ajouta que New-York sans moi c'était moins drôle, je lui fis un demi-sourire, puis je me mis à lui poser des questions à savoir si j'avais pas une belle-sœur de caché quelque part.

-Ouais tu peux en poser... Et non... Le dieu vivant n'a pas rencontré quelqu'un. Pas durablement, du moins. Je suis un homme d'affaires très occupé tu vois ?

Il me fit un clin d'œil et l'envie de lui balancer un bout de salade à la figure, me passa étrangement par la tête.

-Pourquoi, tu as hâte d'être tati gâteau ?

J'eus un petit rire.

-Ouais... Pourquoi pas.

Mon cœur se mit à battre à tout rompre en sentant Remy approcher.Je pouvais pas me tromper juste à l'odeur de son parfum qui me rendait un peu dingue. Lorsqu'il arriva à ma hauteur je lui touchai le bras en souriant pour le saluer, mais il semblait un brin nerveux.

-Eh. Vous avez reçu l'assignation à comparaitre ?

Kieran acquiesça en l'assassinant du regard.

-Ma coloc' est avocate... Enfin,... stagiaire. Elle avait la charge du dossier. Mais elle s'est aperçu qu'un truc clochait... Elle est... de notre côté, si je peux dire.

Mon frère lui répondit qu'il avait déjà un très bon avocat. Je me tournai légèrement pour voir d'où il arrivait quand je vis une femme carrément canon, blonde aux yeux bleu, presque la barbie grandeur nature. C'était elle sa coloc ? Je me concentrai sur ses pensées.

*Je dois penser à John ... John et rien d'autre... Remy c'était juste une erreur, mais mon dieu qu'il est canon...*

Je regardai mon frère un instant.

-Je veux pas m'incruster dans votre repas de famille, mais si vous voulez vous joindre à nous pour le café, n'hésitez pas.

*Pas trop non...*

Là j'ignorais si j'avais réussi à garder ça pour moi ou si ça avait été audible, mais je m'en fichais un peu.
Il tourna les talons et je le saluai même pas. Je relevai les yeux vers Kieran.

-Il habite chez Victoria's secret pour avoir une coloc aussi bien roulée et elle pensait à un homme qui s'appel John en disant que Remy n'avait été qu'une erreur, mais plutôt canon...

Je haussai les épaules.

-Tu voudras qu'on le rejoigne ?

Je réfléchis un instant.

-J'peux pas faire ma jalouse y me doit rien, ouais peu-être que...

Je fini pas ma phrase en me tournant pour le regarder et voir que la blonde était partie et que là c'était une comme nous tout aussi canon que la première. Je regardai mon frère.

-Non finalement j'y tiens pas.

Je fronçai les sourcils.

-Je lui ai dit ce que je ressentais non ? Attend parce que j'ai peu-être voulu le faire sans le faire... Je comprends pas pourquoi il s'exhibe avec des mannequins comme ça, s'il était pas interessé y avait qu'à le dire.

Je me trouvais un peu stupide.

-J'ai l'impression d'être accro au nouveau manège d'un parc d'attraction. C'est pour éviter ça que j'ai jamais fréquenter personne et que je te laissais jouer ton rôle. J'aurais pas du faire entorse à la règle je crois. Ça doit être qu'un beau parleur il la ramènera dans son pieu elle aussi tu crois ?

J'avais qu'une seule envie et c'était de démonter la tête de cette prétetieuse assise avec lui, mais j'y pouvais rien. Je devais cesser de le regarder.

*Je t'aurais pas cru ainsi...* envoyai-je directement à Remy.

_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kieran O'Ryan

avatar


✖ Messages : 165
✖ Date de naissance : 15/09/1983
✖ Bougies : 35

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mer 28 Mar - 10:08


*Pas trop non...*

Je haussais un sourcil interrogateur à l'intention de ma soeur.

-Il habite chez Victoria's secret pour avoir une coloc aussi bien roulée et elle pensait à un homme qui s'appel John en disant que Remy n'avait été qu'une erreur, mais plutôt canon...

Elle haussa les épaules. Je fronçais les sourcils.

-Tu voudras qu'on le rejoigne ?
-J'peux pas faire ma jalouse y me doit rien, ouais peu-être que...

Elle s'interrompit pour se tourner et observer la jeune femme qui venaient de s'incruster à côté de Jeremy.

- Non finalement j'y tiens pas.

Etonnant. Excusez le sarcasme. Elle fronça les sourcils.

-Je lui ai dit ce que je ressentais non ? Attend parce que j'ai peu-être voulu le faire sans le faire... Je comprends pas pourquoi il s'exhibe avec des mannequins comme ça, s'il était pas interessé y avait qu'à le dire.
- C'est plutôt elle qui s'est invitée je dirai.

Je savais même pas pourquoi je défendais ce mec. Solidarité masculine peut-être ?

-J'ai l'impression d'être accro au nouveau manège d'un parc d'attraction. C'est pour éviter ça que j'ai jamais fréquenter personne et que je te laissais jouer ton rôle. J'aurais pas du faire entorse à la règle je crois. Ça doit être qu'un beau parleur il la ramènera dans son pieu elle aussi tu crois ?
- Probablement pas. Si tu veux je peux aller lui refaire le portrait ?

J'observais le manège des deux autres.

- Tu sais quoi ? Il te plait, montre lui. Tu vaux mille fois miss silicone. Elle a aucune chance, je suis sûr.

Je lui fis un clin d'oeil.

- On aurait été à la cafétaria du lycée, je t'aurais proposé de lui lancer de la mie de pain à la tête... SI tu veux, tu distrais Remy,et je m'occupe de la brunette. Comme ça, tu as le champ libre.

D'accord, c'était pas très sérieux, mais après tout, c'était ma soeur. Jeremy avait intérêt à être correct. ça c'était sur. Je voyais bien qu'elle était en colère un peu.

- Alors tu me laissais faire, hein ? Genre tu pourrais m'empêcher d'effrayer tes prétendants... je demande une démonstration !

_________________
It was a lie when they smiled And said, "you won't feel a thing"
And as we ran from the cops We laughed so hard it would sting
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Amy Johnson

avatar


✖ Messages : 79
✖ Date de naissance : 29/04/1988
✖ Bougies : 30

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mer 28 Mar - 13:42


-T'es encore plus canon de près, moi c'est Amy. Lui dis je en lui tendant la main.


- Remy. Merci du compliment.


Il serra la main que je lui tendis, je me rendis compte que ce type était comme moi.

-Intéressant... C'est donc vrai ce qu'on raconte, cette ville est peuplé de personne comme nous. Qu'est ce que t'es venu faire par ici? T'es là pour le centre?


A ce moment la , la jeune blonde qui l'accompagnait se leva, régla sa commande.

-Ravis de t'avoir revu Remy... Fany c'est ça ? Peu importe... Enchantée de te rencontrer.


Tout le plaisir est pour moi!
Répondis je en souriant, ba s'était un record, j'avais l'habitude de taper rapidement sur le système des nanas mais j'ai jamais fait fuir une gonzesse aussi vite! Ils devait être en froid avant que j'arrive. Remy essaya de la retenir mais même moi j'avais vu que c'était perdu d'avance. Elle commença à partir puis se retourna au bout de quelques pas.

-Ah oui... Je serai pas à la maison pour un petit bout de temps, donc si ta un truc à me dire t'auras qu'à appeler sur mon portable... Je crois pas te déranger à nouveau.


"Je serais pas à la maison pour un petit bout de temps" cela signifiait qu'il était en couple... Bizarre, généralement quand je faisais connaissance avec un type maqué sa copine venait m'embrouillais, ou alors prenait la tête à son mec, mais jamais elle ne partait de cette façon... Elle avait peut-être l'habitude, elle devait être rodé... Remy lança un juron avant de se tourner de nouveau vers moi!


- J'étais effectivement venu pour le centre. Je pensai que c'était un bon moyen d'apprendre à éviter les dérapages... Mais j'ai eu la preuve assez récemment que je m'étais trompé.


Je le regardais un instant et vu son bandage à la main.

Tu parles de ça? dis je en désignant sa main. Peut-être que tu devrait cogner moins fort, mais je suis sur que l'autre à morfler bien plus que toi. Puis j'pense que Heiser ne nous veut pas du bien tu sais, ils veulent juste nous étudier de long en large, et nous faire passer des series de test en espérant trouver comment copié et détruire nos gènes...


Il fixa sa coupe un moment.

- C'est la première fois qu'on m'offre du champagne. Je suis plus habitué à me faire payer une bière,
me dit il en souriant avant de boire une gorgée.

Il était encore plus sexy en souriant!

Si tu préfère on échange, j'ai bu qu'une gorgée, moi ça me dérange pas.
Lui dis en lui tendant ma bière!

- Et toi qu'est-ce qui t'amène ici ?


Je ne savais pas trop si je devais parler de Daniel, il était assez connu et possédait quelques ennemies.

C'est assez compliqué et long, mais en gros j'ai était recueillis par un type comme nous lorsque j'ai découvert ce que j'étais réellement. Il est souvent en déplacement pour ses affaires mais j'ai décidé de rester dans le coin pour le moment, je recherches une personne qui d'après des rumeurs se trouve à Louisville.


Je bus une gorgée.

Je suis désolé pour mon intrusion, je pensais pas que la jeune femme qui t'accompagnait était en faite ta copine! Je voulais pas créer de conflit...
Lui dis je en le regardant dans les yeux.

En faite c'était pas vrai je m'en balnçais royalement, mais de cette façon j'allais savoir ce qu'il en était réellement. Il m'indiqua que ce n'était pas sa copine. A cette révélation je souris.

Tu vas pas me dire qu'un mec comme toi est un coeur à prendre?


Autant lui demander franco', j'allais tourner autour du peau pendant 3h, et quand bien même il était prit cela ne me posait pas vraiment de problème, je cherchais pas le prince charmant, juste quelqu'un avec qui passer du bon temps.

Je crois que j'ai trouver la meilleure place se soir, lui dis je en souriant, sa c'est vite remplit...
continuais je en regardant tout autour de moi, je scrutais tout le resto' c'est vrai que ça s'était blindé d'un coup, mon regard s'arrêta sur un type qui nous fixai d'une drôle de façon... Je détourna mon regard de se gros con, il devait pas avoir vu de paires de jambes depuis un moment!
Je bus une gorgée.

T'as tort il est délicieux se champagne,
lui dis en regardant de nouveau le type louche, il nous fixai encore en parlant avec le mec qui l'accompagnait, il fallait vraiment être plus que débile pour ne pas voir que c'était de nous qu'ils jasaient.

Dis tu les connais les gros con installer à table sur notre gauche? Ils nous dévisagent depuis un moment et je suis certaine qu'ils parlent de nous.
Je me tourna de nouveau vers le type en question en lui lançant un sourire faux en lui levant mon majeurr!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 34

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mer 28 Mar - 16:34


Amy fixa ma main.

Tu parles de ça? dis je en désignant sa main. Peut-être que tu devrait cogner moins fort, mais je suis sur que l'autre à morfler bien plus que toi. Puis j'pense que Heiser ne nous veut pas du bien tu sais, ils veulent juste nous étudier de long en large, et nous faire passer des series de test en espérant trouver comment copié et détruire nos gènes...

Cela me flanqua froid dans le dos. Je n'avais pas vraiment envisagé cet angle là. Je lui dis que j'avais plus l'habitude de me faire offrir une bière qu'un verre de champagne. Je lui demandais ce qui l'amenait ici.

C'est assez compliqué et long, mais en gros j'ai était recueillis par un type comme nous lorsque j'ai découvert ce que j'étais réellement. Il est souvent en déplacement pour ses affaires mais j'ai décidé de rester dans le coin pour le moment, je recherches une personne qui d'après des rumeurs se trouve à Louisville.

Elle prit une gorgée de son verre.

Je suis désolé pour mon intrusion, je pensais pas que la jeune femme qui t'accompagnait était en faite ta copine! Je voulais pas créer de conflit...
- Non, non, c'est une amie... Et ma colocataire. Enfin... J'ai l'impression que c'est un peu plus compliqué que ça...

Elle eut un sourire en apprenant que je n'étais pas en couple.

*Je t'aurais pas cru ainsi...*

Je relevais la tête vers Abi.

* C'est pas ce que tu crois ! Kathleen est une amie.*

Oh merde... Et si elle avait pensé à ce qu'il s'était passé à la piscine. Bien joué Jeremy. Très finement joué.

Tu vas pas me dire qu'un mec comme toi est un coeur à prendre?
- Je crains que ce soit un peu plus compliqué. En fait, y a une fille qui me plait... Mais je crois qu'elle se trompe légèrement sur moi en ce moment.

Je pensais la même chose, à l'intention d'Abigail.

Je crois que j'ai trouver la meilleure place se soir,sa c'est vite remplit...
- Il y a souvent du monde à l'Amadeus. Pour le prix qu'on paye, c'est ce qu'on peut trouver de mieux, je pense.

Sauf si on préférait les fast-food... Elle fixa la salle avant de prendre une gorgée de champagne.

T'as tort il est délicieux se champagne

Elle regarda de nouveau un point derrière moi. Je résistais à l'envie de me retourner.

- Je suis un mec plutôt simple... Le champagne, c'est plus pour les galas et les grandes occasions.

Je lui fis un léger sourire en coin. C'était plus facile de boire une bière sans que les gens demandent si on fêtait un évènement particulier.

Dis tu les connais les gros con installer à table sur notre gauche? Ils nous dévisagent depuis un moment et je suis certaine qu'ils parlent de nous.
- L'un d'eux a la gueule à moitié défaite ?

Je la vis leur faire un doigt d'honneur, ce qui fit plutôt sourire. Elle confirma ma question. Eh merde.

- Super. Il veut sans doute redire bonjour à mon poing.

Mais c'était une soirée parfaite, ça !

* Reste calme et surtout, reste avec ton frère, Abi. Je m'en occupe. *

Je me retournais et saluais Beckett d'un sourire totalement faux et hypocrite. Il se leva de sa chaise menaçant.

- Je crois qu'il va te falloir m'excuser quelques instants.

Beckett s'approcha de moi, la haine bien visible dans son regard. Je soutins son regard sans broncher.

- Dehors, lâchai-je simplement.

J'espérais qu'il n'aurait pas vu Abi. Comme il m'avait visiblement fixé, il n'avait pas du la voir. Tant mieux. Je pris une gorgée de ma bière et me levai. Je pointai la porte du doigt. Beckett fit demi-tour. L'autre attendit que je passe.

- Qu'est-ce qu'il y a Beckett... T'en a pas eu assez ?

A peine sortis, je l'attrapais par le col de sa veste et le plaquai assez violemment contre le mur.

- Dis à ton pote de se tenir éloigné, s'il veut pas d'ennuis.

Il n'avait rien à voir dans l'histoire.

- Alors comme ça, tu veux nous coller un procès ? Drôlement futé dis donc.

Je fis claquer sa tête contre le mur.

- T'as intérêt à nous foutre la paix. Tu crois vraiment qu'ils peuvent quelque chose contre moi ? T'as oublié ce que je suis peut-être ?

Je n'écoutais même pas sa réponse. Je sortis une pièce de ma poche et la lançais à la tête de son pote, le mettant K.O. pour quelques instants. Il faut toujours avoir un quarter dollar dans sa poche, en cas de situation difficile. Je reportais mon attention sur Beckett.

Il y a un autre truc qu'un quarter dollar qu'on peut facilement trouver dans la poche d'une personne - surtout si elle a une réputation quelque peu douteuse -... un cran d'arrêt. En général, quand s'en rend compte, c'est un peu trop tard, pas vrai ?

- C'est pas très fair-play ça...

Je mis un bon coup de poing à Beckett avant de devoir m'accrocher au mur pour pas me vautrer.

* Abi... Tu peux dire à ton frère de sortir... Derrière... Urgent... Urgent...*

J'essayais de garder les idées claires, mais c'était assez douloureux...

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abigaïl O'Ryan

avatar
Teaghlaigh gcéad de gach


✖ Messages : 188
✖ Date de naissance : 24/06/1986
✖ Bougies : 32
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mer 28 Mar - 17:59

Kieran prenait un peu la défense de Remy, mais étrangement même si j'avais souhaiter le contraire, j'étais verte de jalousie. J'avais aucun droit sur lui, il ne m'avait rien promis, mais ça me faisait salement chier. Je demandai à mon frère s'il allait rapporter celle-là aussi dans son pieu.

-Probablement pas. Si tu veux je peux aller lui refaire le portrait ?

Je lui fis un petit sourire en coin en secouant la tête.

-Mais non ce serait dommage d'abimer une aussi belle gueule.

Je pensai quand même droit pour Remy que je le croyais pas ainsi.

-* C'est pas ce que tu crois ! Kathleen est une amie.*

Je roulai des yeux. Une amie clairement accroc à lui et la brunette c'était une amie ou une fiancée ? Je me contentai de faire comme si de rien était.

-Tu sais quoi ? Il te plait, montre lui. Tu vaux mille fois miss silicone. Elle a aucune chance, je suis sûr.

Il me fit un clin d'œil.

-Tu dis ça parce que tu es mon frère et je suis pas comme une de ses trainées qui s'impose. Moi je suis de celle qui se tait en jalousant dans son coin.

C'était évident non ?

-On aurait été à la cafétaria du lycée, je t'aurais proposé de lui lancer de la mie de pain à la tête... SI tu veux, tu distrais Remy,et je m'occupe de la brunette. Comme ça, tu as le champ libre.

J'eus un petit rire et lui lançai un bout de pain à lui.

-C'est ça... Elle t'intéresse avoue ? dis-je en riant.

Je la trouvais pas très jolie moi, plutôt artificiel, mais canon artificiel.

-Alors tu me laissais faire, hein ? Genre tu pourrais m'empêcher d'effrayer tes prétendants... je demande une démonstration !

Je haussai les sourcils.

-Je vais te montrer tu vas voir...

Je me levai de mon banc et figeai net en voyant le gardien entrer.

-* Allez approche petite garce, t'en veux encore...* pensa-t-il en me regardant dans les yeux.

Je me retournai et me m'assis. Je tremblais comme une feuille au vent, les larmes roulaient sur mes joues. Kieran ne comprenait rien.
Je levai le regard pétrifiée sur mon frère et je serrai sa main fortement.

-Ne bouge pas, ne te lève pas et je t'en suplie... Reste avec moi Kieran, dis-je à voix basse.

Il regarda au-dessus de mon épaule.

-C'est lui... Je peux pas bouger, je sens même plus mes jambes...

J'étais carrément morte de trouille. Je sursautai en entendant une chaise bouger, mais je savais que Kieran était là. Je fermai les yeux et j'entendis Remy lui dire de sortir dehors.

-*Reste calme et surtout, reste avec ton frère, Abi. Je m'en occupe.*

La porte se ferma. Je cherchais mon souffle.

-Il va se faire tuer... ils vont le tuer... Je le sens mal Kieran...

Oh oui c'était clair j'étais vraiment amoureuse de lui je voulais pas le perdre. Tout le monde c'était lancé dans les fenêtres pour voir la bagare, puis un homme cria qu'ils étaient parti à l'arrière. Les gens reprirent leur place en parlant comme si c'était un match de boxe banal ou un truc du genre.

-* Abi... Tu peux dire à ton frère de sortir... Derrière... Urgent... Urgent...*

J'ouvris les yeux.

-Non ! dis-je en plaquant ma main sur ma bouche.

Je lâchai la main de mon frère.

-Dehors à l'arrière il a besoin de toi Kieran... VITE !!!

Kieran se leva et parti à la course. Je le suivi et restai un moment devant la porte. Si je sortais, j'allais être un poid et une cible à la fois, mais en restant seul j'étais figée de peur. Je me retournai vers la brunette au comptoir. Je la fixai un moment, puis je m'avançai avant de la giflé au visage.

-Ne l'approche plus... J'espère que je suis clair ! Va jouer les veuve noir plus loin...

Ok le stress, l'adrénaline et la jalousie, me faisait dire et faire des trucs que je n'aurais pas fait en temps normal, mais je l'aimais.J'inspirai fortement et sorti dehors.Je longeai le mur sans me faire voir.

-*Kieran... Remy... Dite un truc je flippe à mort là...*

Je n'osais pas parler ni faire acte de présence, j'étais figée sur place dans mon coin d'ombres à un pas d'eux et le cœur m'explosais la poitrine à chaque bond.


_________________

★Abigaïl O'Ryan

I've wondered if you loved me well, you answered no ... I've wondered if I was pretty, you answered no ... I've wondered if I was in your heart, you answered no ... I've wondered if you would cry my departure, you've answered no. I started from and you got me by the hand holding, then you told me ... I do not love you well, but I LOVE YOU. You're not beautiful, you're gorgeous. You're not in my heart, you are my heart and I would not cry you left, I was dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kieran O'Ryan

avatar


✖ Messages : 165
✖ Date de naissance : 15/09/1983
✖ Bougies : 35

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mer 28 Mar - 18:33


C'était presque une conversation normale, entre ma soeur et moi. ça aurait presque pu être comme avant, même. Elle me jeta un bout de pain en riant et en me demandant si elle m'intéressait.

- J'avouerais qu'en présence de mon avocat... Quoi ? Au moins, t'aurais eu le champ libre pour Remy...

C'était juste drôle à imaginer. Je la charriais encore une fois sur le fait qu'elle me "laissait faire".

-Je vais te montrer tu vas voir...

Elle se leva et se figea avant de se rasseoir d'un coup, en larmes. Je la fixais sans comprendre. Elle me prit la main et la serra fort.

-Ne bouge pas, ne te lève pas et je t'en suplie... Reste avec moi Kieran.

Je regardais par dessus son épaule pour remarquer deux mecs bizarres, dont un à la tronche défaite. Problème repéré.

- Je suis là, Abi.
-C'est lui... Je peux pas bouger, je sens même plus mes jambes...

Je lui serrai doucement la main.

- Tu crains rien avec moi.

Elle sursauta quand Remy se leva de sa chaise et dit au mec de sortir. La porte se referma derrière les trois hommes.

-Il va se faire tuer... ils vont le tuer... Je le sens mal Kieran...
- ça va aller, Abi. Il l'a mis en déroute une fois. Il va s'en tirer.

Tout le monde s'agglutinait contre les vitres pour voir la baston, jusqu'à ce qu'un mec disent qu'ils étaient derrière, et donc, invisibles. Peu après ce moment là, Abigail me fixa, horrifiée.

-Non !

Elle plaqua ses mains sur sa bouche.

-Dehors à l'arrière il a besoin de toi Kieran... VITE !!!

Pas la peine de me le dire deux fois. Je me levais d'un bond et partis en courant. A l'intérieur elle ne risquait rien. Les deux devraient passer devant moi pour rentrer. Ils étaient partis à l'opposé de l'entrée de service au vu des commentaires. J'arrivais en deux temps trois mouvements sur les lieux de l'action. Un des deux gars était sonné au sol, une pièce presque collée sur le front, l'autre tenait un cran d'arrêt et était presque sur Reagan qui se tenait le flanc gauche. Je fonçais sur le mec au couteau qui fut trop lent pour réagir. Je lui balançais un uppercut à l'estomac, le second au visage, l'envoyant valser plus loin. Je ramassais son couteau et allait le chopper à la gorge.

- C'est toi l'enfant de putain qu'a osé toucher ma soeur, hein ?

Je resserrai ma prise.

- Tu touches un O'Ryan, c'est la famille entière que tu touches. Et tu vois, moi, je supporte pas une chose, c'est qu'on touche à ma soeur.

Il commença à se débattre. Je lui flanquais un coup de boule en pleine poire, lui explosant son nez, ce qui le fit joliment beugler.

- T'as du bol, j'suis trop énervé pour jouer avec toi.

Je le relevais sans ménagement et le repoussai. Le bon sens aurait du lui dicter d'essayer de fuir - comme si je comptais lui laisser la vie sauve - mais il préféra me sauter à la gorge... Ou plutôt essayer. Il s'empala presque tout seul sur le couteau. Je l'aidais juste un peu. Il me fixa, les yeux écarquillés de stupeur. Je me penchais vers son oreille.

- Tu vois... Reagan... Il est presque de ma famille. Ce qui te fait deux attaques... Mais je te rassure, même sans ça, je t'aurais pas laissé vivre. Connard.

Je le relâchais. J'allais voir l'autre qui commençait à reprendre ses esprit en flippant.

- Toi, tu t'es pris une beigne, ça t'as suffit. Quand il a sorti un couteau, tu t'es barré parce que t'avais pas envie d'être mêlé à quoi que ce soit. Si tu fais des vagues, t'auras le même traitement que Beckett. Maintenant, CASSE TOI.

Il s'exécuta en se ramassant presque la gueule sur le goudron tant il avait hâte de partir. J'allais rejoindre Jeremy.

- Merde, mec, tu m'as foiré mon coup...

Il gémit légèrement.

- Bordel... ça fait un mal de chien.

Je lui fis un point de compression , ce qui le fit grimacer.

*Kieran... Remy... Dite un truc je flippe à mort là...*
* Tu peux venir, petite soeur. Tu crains plus rien. Beckett ne nuira plus.*

Je fis un sourire goguenard à Remy.

- Très honorable de ta part, mais quand t'es face à deux blaireaux... Toujours le plus dangereux en premier. C'est élémentaire.

Abi nous rejoignit et sembla flippée de voir Remy par terre comme ça.

- ça pisse le sang, mais c'est rien de grave. Il aura juste une belle cicatrice.

J'aidais le jeune homme à se relever. Il grimaça légèrement.

- C'était juste un petit couteau de rien du tout. C'est rien à côté d'un ouragan, j't'assure.

S'il pouvait la ramener, ses jours n'étaient pas en danger...

_________________
It was a lie when they smiled And said, "you won't feel a thing"
And as we ran from the cops We laughed so hard it would sting
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Amy Johnson

avatar


✖ Messages : 79
✖ Date de naissance : 29/04/1988
✖ Bougies : 30

MessageSujet: Re: Retour à la case départ Mer 28 Mar - 20:09

Quand je m'excusais auprès de Remy en ajoutant que je ne savait pas que la jeune blonde qui l'accompagnait était sa copine il me répondit qu'en faite elle était sa coloc', mais que sa devait être plus compliqué que ça. Je compris de suite qu'ils avaient du flirter ensemble! Bonjour l'ambiance après sa. Je lui demanda ensuite si il était un coeur à prendre, et la il m'informa qu'il était intéressait par une fille, mais la encore sa semblait compliqué... Décidément...

Je crois que j'ai trouver la meilleure place se soir,sa c'est vite remplit...

- Il y a souvent du monde à l'Amadeus. Pour le prix qu'on paye, c'est ce qu'on peut trouver de mieux, je pense.

Oui puis fallait avouer que y avait pas trop de choix non plus...

Je lui dis qu'il avait tort de préférer la bière au champagne car il était excellent, je regardais toujours le type louche qui nous reluquait!

- Je suis un mec plutôt simple... Le champagne, c'est plus pour les galas et les grandes occasions.


J'haussai les épaules, moi je trouvais sa con d'attendre une grande occasion pour profiter des bonne choses, c'est comme si on devrait attendre Noel pour s'empiffrer de foie gras...

Dis tu les connais les gros con installer à table sur notre gauche? Ils nous dévisagent depuis un moment et je suis certaine qu'ils parlent de nous.


- L'un d'eux a la gueule à moitié défaite ?


Je fis un doigt au gros connard avant de répondre à Remy par l'affirmative!

- Super. Il veut sans doute redire bonjour à mon poing.


Ba dit donc les ennuis te poursuit on dirait...


Le mec s'était levé puis avancé vers nous, il avait l'air confiant pour quelqu'un qui s'était fait démolir la geul, Rémy m'informa que j'allais devoir l'excuser.

Pas de soucis amuse toi bien, dis je d'un ton sarcastique!


Puis je le vis sortir du resto' avec les deux types qui nous fixais, j'aurais presque parié que même seul contre deux il n'aurait pas de mal à les achevé. Je continuai de boire ma coupe de champagne, je vis une jeune femme debout devant l'entrée du resto' elle était raide et semblait terrorisé, je ne m'attardais pas plus longtemps sur elle. Je consultais mon téléphone, il faudrait que je raconte sa à Daniel, mais plus tard, je le posais sur la comptoir et là sans que je ne sache d'où, comment et pourquoi je me pris une claque.

-Ne l'approche plus... J'espère que je suis clair ! Va jouer les veuve noir plus loin...


C'était la fille qui se tenait debout devant la porte quelques instant plus tôt, avant même que je ne rispoter quoi que se soit elle respira un grand coup et partit, cette fois ci elle ne resta pas bloqué devant la porte. Je voulu me lever mais finalement je décidais qu'elle pouvait attendre, sa devait être elle la fille dont m'avait parler Remy! Je fini donc ma coupe tranquillement, je réglais le tout, rangeai mon téléphone et pris la direction de la sortie. En écoutant quelques commérage je compris que cette histoire c'était réglé un peu plus loin. J'arrivais donc et constatai que le gros con était au sol, il devait même être mort, l'autre avait du s'enfuir, Remy lui était sacrément bien amoché, mais tout ça ne me touchait pas, personne ne m'avait vu arrivé il était tous occuper à aider le beau goss, qui l'était déjà un peu moins la geul en sang. Je me cala contre le mur et croisa les bras!

Wouaw bien joué jolie coeur! Mais je crois que tu devrais peut-être y aller mollo, tu va finir dans un fauteuil si sa continue!
dis je en souriant!

Je jetai un regard noir à la fille qui m'avait giflé, elle avait l'air encore plus terroriser et affolé qu'à l'intérieur devant toute cette scène!

Pour ce qui est de toi, je vais dire que ton geste était du au fait que tu était au bord d'une crise de nerfs et que tu n'étais pas maitre de toi même, d'abord parce-que c'était le cas et ensuite parce-que je pense que ton mec à eu sa dose d'ennuis pour la journée sans que je lui en rajoute un. Un petit conseil tu devrais apprendre à gérer tes émotions et à l'avenir ne gifle plus quelqu'un que tu ne connais pas, tu sais pas sur qui tu pourrais tomber et entre nous dans d'autre circonstance cela aurait pu très mal se passer.


Je me rendis compte que cette fille était aussi comme Remy et moi, je regardais le type qui était avec eux. Lui n'était pas comme nous, mais il avait un air de famille avec la jeune femme à qui je venais de m'adressais!

Je regardais ensuite le mec sans vie...

Vous devriez peut-être vous débarrasser de ça,
dis je en désignant le corps du type, sa fait un peu tâche dans le décors et puis quelques passant on vu que sa partait en sucette par ici... Je regardais un peu partout avant d'ajouter, il est où l'autre?

J'attendis qu'on me réponde puis je m'abaissait auprès du cadavre pour lui faire les poches, tout le monde me regardait de travers pensant certainement que j'allais lui piquer son fric. Ils étaient dingue j'avais pas besoin de ça! Au bout de quelques instant je trouvai enfin ce que je cherchais. Je me relevais en brandissant un trousseau de clef du bout des doigts.

Ba quoi?! Parce que vous croyait que sa sera pas suspect si sa voiture dort ici mais que le mec à disparut? Bon aller je m'occupe de faire disparaitre la voiture et vous du corps!


Je regardais la clef, il avait une vieille Ford, j'allais lui rendre un service en la brulant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Retour à la case départ

Revenir en haut Aller en bas

Retour à la case départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Retour à la case départ.
» [Fini] Retour à la case départ ! (Suite d'une Nouvelle crise de nerfs ?) [PV]
» « Les hommes rêvent du retour plus que du départ. »
» ❝ Les hommes rêvent du retour plus que du départ. ❞ JULIET&DONOVAN
» Retour à la case de départ de l'OPERATION BAGDAG au Belair
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée des Cinglés :: Louisville :: Centre Ville :: Restaurant L'Amadeus-
Sauter vers: