Qu'est-ce que la Folie ?

Partagez|

Où est-ce qu'on s'en va?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Où est-ce qu'on s'en va? Mar 13 Mar - 18:41

Après ce revirement de situation pour le moins étrange j'étais sorti à l'extérieur en pensant que l'air frais me remettrait les idées en place, mais ce ne fut pas le cas. Il sorti peu de temps après moi et je lui demandai quel voiture on allait prendre. Chose stupide parce que je pouvais aussi bien prendre la mienne et lui la sienne, mais j'avais envie de rester avec lui encore.

-La mienne est restée à l'Amadeus, comme la tienne, bien sûr. Je t'aurais bien passé mes chaussures... Mais je crois que tu y nagerais légèrement dedans.

Je lui souris largement.Nous passâmes prendre sa voiture et je laissai ma bonne vieille Tercel face à l'Amadeus. Elle n'allait pas du tout avec ma maison, mais à quoi bon changer une voiture qui roule encore. J'embarquai côté passager et je lui indiquai le chemin. Il se stationa dans la cours et il semblait un peu surpris.

-Tu ... crèches vraiment ici ?

Je ne pu retenir mon rire. J'acquiesçai d'un signe de tête et dévérrouillai la porte d'entrée. Première étape, je retirai mes chaussures, puis ensuite j'ouvris les lumières.

-Soit, je suis partant pour le tour du proprio, mam'zelle.

Il me sourit et je me mis à rougir de nouveau.

-Je parie que t'as assez de place pour mettre un billard quelque part là dedans.

Je ne répondis pas à cette question, mais je tendis une de mes mains un peu maladroitement vers lui en le regardant dans les yeux, lui supliant du regard de la saisir et de pas me laisser la comme une idiotte.

-Viens! Je te fais visiter.

Sa main dans la mienne, je marchai un peu avant lui et c'était bien tant mieux. Je devais être de nouveau cramoisie et j'étais certaine qu'il arrivait à sentir les battements de mon cœur pas la paume de ma main. Je commençai par le salon, puis la cuisine, la salle de bain, la chambre libre, puis le sous-sol où ce trouvait le cinéma maison et nous remontâmes. Je l'entrainai toujours à ma suite, puis je lâchai sa main sur le bas de ma chambre.Je longeai le pied du lit et sorti dehors au bord de la piscine. Je m'assied en replaçant ma jupe pour me laisser tremper les pieds dans l'eau et je tapotai à côté de moi pour qu'il me rejoigne. Je regardai la vue de la ville.

-Je me lasserai jamais de cette vue, c'est magnifique non ?

C'était dur de croire sous cet angle que la ville abritait autant de truc étrange.

-Va pas croire, que je suis l'horrible poupée barbie qui à tout eu par son père ...en fait ... c'est tout à fait ça, dis-je en soupirant un petit peu.

Je lui fis un sourire en coin.

-Mon père était ultra protecteur et il est aussi PDG d'une très grosse corporation, quand il a su que je quittais Los Angeles, la première chose qu'il a fait c'est de venir visiter Louisville et de s'organiser pour que je sois bien.

Je haussai les épaules en regardant autour de moi.

-Il y est allé un peu fort quand même, mais je peux pas dire que je suis pas bien.

Le dire aurait été mentir surement pour n'importe qui.

-Mon père à toujours cru qu'il pouvait acheté les gens de sa famille pour compenser son absence. Il est pas un mauvais père, il sait juste pas comment s'y prendre je crois. Ça fera bientôt quatre mois qu'il est parti à Hong Kong et il a un contrat de trois ans. Je l'ai même pas vu depuis que je suis emménagée ici.

Parfois il me manquait beaucoup, mais je n'aimais pas la vision qu'il donnait de moi aux autres. Je ne voulais pas être vue comme la fille du riche Marc Steinfield et il prenait un malin plaisir à me coller son étiquette dessus dès qu'il le pouvait.
Je me levai et fit glisser ma jupe au sol et retirai mon débardeur pour n'être qu'en sous-vêtement, puis je plongeai à l'eau. Une fois à l'autre bout de la piscine j'envoyai mes sous-vêtements sur le bord et regardai Remy avec un regard plus que chaud.

-Tu viens ? demandai-je à voix basse.

Je me calai dans l'eau pour en laisser sortir que le haut de ma tête jusqu'à mes yeux. Comme ça je cachais un peu le rouge de mes joues.

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Mar 13 Mar - 19:21


Kathleen me tendit la main pour me faire visiter. Je la pris en souriant. C'était assez... Impressionnant. Je n'avais jamais été dans une maison du genre. Sauf dans mes rêves sans doute. Et peut-être dans une arnaque ou deux. Elle ne me lâcha qu'une fois arrivé dans sa chambre. Elle sortit pour s'installer les pieds dans l'eau, face à la ville.

-Je me lasserai jamais de cette vue, c'est magnifique non ?
- On dirait une carte postale, fis-je avec un sourire.

Je m'assis à côté d'elle. On aurait pu croire que cette ville était comme des milliers d'autres. Pas si différentes de Chicago, Kansas City ou n'importe quelle ville américaine.

- Va pas croire, que je suis l'horrible poupée barbie qui à tout eu par son père ...en fait ... c'est tout à fait ça
- T'inquiètes pas. ça me gêne pas... Je veux dire, si on était tous identiques... on aurait besoin de rien demander, de rien partager.

Elle me fit un sourire en coin.

-Mon père était ultra protecteur et il est aussi PDG d'une très grosse corporation, quand il a su que je quittais Los Angeles, la première chose qu'il a fait c'est de venir visiter Louisville et de s'organiser pour que je sois bien.

Elle haussa les épaules.

-Il y est allé un peu fort quand même, mais je peux pas dire que je suis pas bien. Mon père à toujours cru qu'il pouvait acheté les gens de sa famille pour compenser son absence. Il est pas un mauvais père, il sait juste pas comment s'y prendre je crois. Ça fera bientôt quatre mois qu'il est parti à Hong Kong et il a un contrat de trois ans. Je l'ai même pas vu depuis que je suis emménagée ici.
- Je crois qu'être père est une des choses les plus dures au monde. Et il n'y a aucun mode d'emploi vraiment utile.

Je lui souris. Son père l'aimait à sa manière, c'était peut-être pas la meilleure, mais c'était la sienne. On y pouvait rien. Elle ôta soudain débardeur et jupe avant de se glisser dans l'eau. Je l'observai en souriant. Une fois à l'autre bout, elle ôta ses sous-vêtements, et il me sembla que la nuit était un peu plus chaude.

-Tu viens ?

Elle se dissimula presque complètement dans l'eau. Je m'empressais de me déshabiller et plongeai dans l'eau avant de la rejoindre.

- Tu rougis tout le temps, toi... C'est... mignon.

Je l'attirai contre moi et l'embrassai tout en posant mes mains sur ses hanches. Elle se laissa faire, et répondit même de belle manière.

- C'est pas sérieux de... j'sais pas quel mot utiliser tiens... sa potentielle coloc... Mais il faudrait être aveugle et insensible pour ne pas craquer.

Je déposai un baiser dans son coup. Cette fille m'attirait vraiment. Mais je savais qu'il me fallait rester assez prudent dans l'ensemble. Les émotions fortes avaient tendance à servir de catalyseur, et si j'en croyais mes battements de coeur, je commençais un peu à m'emballer.

- Une bonne chose que j'ai eu du temps libre aujourd'hui... Parce que cette journée est... plutôt exceptionnelle.

Je l'embrassais de nouveau en la gardant contre moi. Je ne voulais pas qu'elle agisse trop vite ou sur un coup de tête si c'était pour le regretter plus tard.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Mar 13 Mar - 21:30

J'étais contente que Remy ne me juge pas sur la grosseur de ma demeure. Je devais avouer que la maison était très belle, mais j'y invitait rarement des gens justement parce que je ne tenais pas à ce qu'on m'étiquette. En fait le seul qui était venu ici c'était John et maintenant Remy. Je savais pas trop ce que je faisais, mais je laissais aller mes envie sans réfléchir et je me retrouvai nue dans ma piscine à inviter un homme que je connaissais depuis moins de vingt-quatre heure à me rejoindre.
Il se déshabilla en vitesse et je devais avouer que même si je m'étais imaginer un corps en particulier, je m'étais pas attendu à ... ça.Il sauta à l'eau et s'approcha de moi.

-Tu rougis tout le temps, toi... C'est... mignon.

Je lui souris.

-C'est pas mignon, c'est embarassant.

Je parlais à voix basse comme si j'avais peur qu'on m'entende alors que j'aurais pu crier à tue tête qu'on ne m'aurait même pas entendu. Il m'attira contre lui pour m'embrasser en posant ses mains sur mes hanches. Je lui rendit son baiser avec fougue. Je posai une de mes mains contre son torse et mon autre bras autour de son cou.

-C'est pas sérieux de... j'sais pas quel mot utiliser tiens... sa potentielle coloc... Mais il faudrait être aveugle et insensible pour ne pas craquer.

Moi fallait surtout pas que je pense au fait que j'étais nue contre un homme dangereusement beau et que j'étais sur le point de faire ce que je n'avais encore jamais fait.
Il déposa un baiser dans mon cou qui m'arracha de multiple frissons. C'était comme de retomber à l'adolescence. Je devais bien être la dernière fille de vingt-quatre ans encore vierge sur cette terre.

-Une bonne chose que j'ai eu du temps libre aujourd'hui... Parce que cette journée est... plutôt exceptionnelle.

Il me ramena à lui pour m'embrasser de nouveau et cette fois, mes jambes passèrent autour de sa taille, mes ongles s'incrustèrent dans son dos et tout l'air que j'avais dans les poumons c'était comme envolé par magie.Je me reculai et lâchai prise pour me laisser aller sous l'eau avant de remonter en envoyant mes cheveux par derrière. Je nageai jusqu'à la paroi où il me rejoint assez vite. Je chassai l'eau de mon visage avec une main.

-Je dois te dire quelque chose.

En fait je savais pas comment le dire et je me demandais si valait pas mieux me taire.

-J'ai euh... j'ai jamais... en fait je suis toujours... vierge...

Voilà pourquoi je rougissais aussi facilement et c'était de nouveau le cas.

-Je suis pas une enfant, ni complètement conne... J'ai juste jamais fait. J'avais pas envie de le faire pour être comme tout les autres et de passer le restant de ma vie à dire que j'aurais du mieux choisir ma première fois.

En fait valait mieux qu'il le sâche. Je comptais pas le forcer à m'épouser ni lui demander de me remettre la lune en échange, je lui demandais rien.

-J'ai vraiment très envie de ... toi ... soufflai-je en m'approchant de lui.

Je l'embrassai de nouveau, le contact de sa peau sur la mienne, me donnait vraiment chaud, puis soudain je pensai à Jonathan, mon regard se perdit dans le vide. J'avais vraiment cru que c'était avec lui que je vivrais ça, j'avais cru qu'il m'aimait assez pour me faire confiance, en fait je m'étais peu-être fait des illusions, peu-être qu'il m'avait jamais aimé de toute façon. Je plaquai mes lèvres contre celle de Remy avec ardeur.

-Montre moi ce qu'est d'être une femme...Je suis sur que n'importe qu'elle fille doit se sentir femme dans tes bras, montre-le moi...

Il était tellement beau, un corps parfait, un sourire craquant, un regard mystérieux et ce côté charmeur un peu sauvage. J'avais envie de m'égarer avec lui, tout de suite.

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Mer 14 Mar - 7:24


Kathleen s’agrippa à moi lorsque je l'embrassai à nouveau. Je sentis ses ongles s'enfoncer dans mon dos. Elle me lâcha cependant et se laissa aller sous l'eau avant de remonter à la surface contre la paroi, un peu plus loin.

-Je dois te dire quelque chose.
- Ne te gêne surtout pas.

Je lui fis un petit sourire. Je ne savais pas trop ce qu'elle voulait me dire, mais j'étais prêt à l'entendre, quoi que ce soit.

-J'ai euh... j'ai jamais... en fait je suis toujours... vierge... Je suis pas une enfant, ni complètement conne... J'ai juste jamais fait. J'avais pas envie de le faire pour être comme tout les autres et de passer le restant de ma vie à dire que j'aurais du mieux choisir ma première fois.
- Eh bien... J'imagine que je devrai me sentir fier d'être ton choix pour ta première fois. Tu as eu raison d'attendre. Le faire juste pour le faire, c'est pas vraiment la plus belle expérience qui soit.

Elle se rapprocha de moi.

-J'ai vraiment très envie de ... toi ... soufflai-je en m'approchant de lui.

Elle m'embrassa avec ardeur, et je devais bien avouer que ce n'était vraiment pas déplaisant.

-Montre moi ce qu'est d'être une femme...Je suis sur que n'importe qu'elle fille doit se sentir femme dans tes bras, montre-le moi...

Je lui fis un petit sourire.

- T'es pas vraiment n'importe quelle fille, crois moi.

Je l'attirai de nouveau contre moi.

- Si il y a un soucis ou quoi que ce soit, tu me le dis, ok ?

Elle se contenta d'acquiescer. Je l'embrassai de nouveau et mêlai ma langue à la sienne tout en caressant son corps. Sans quitter ses lèvres, je glissais mes doigts en elle et bougeai doucement. Elle sembla un peu surprise au début mais elle finit par se laisser aller. Je finis par la pénétrer, lui tirant une petite exclamation. J'allais lui demandais si ça allait, mais elle m'embrassa avec fougue, ce que je pris pour un oui, ça va. Nous fîmes l'amour un moment dans la piscine, mais je veillais à toujours à ne pas trop m'emballer, ça ne m'était jamais arrivé avant, mais j'avais pas forcément envie de voir ce que mon don pouvait faire dans ce genre de situation.

Je finis par me retirer. Je haletais légèrement. Je souris et passais mes doigts sur le visage de Kathleen.

- ça va ? Je ne t'ai pas fait... mal ?

J'espérai que ce n'était pas le cas.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Mer 14 Mar - 10:58

J'étais fébrile, frissonante et vraiment pas sûre de moi, mais même si je le connaissais pas vraiment, j'avais une certaine confiance en lui. Je lui dit que n'importe quel fille devait se sentir femme dans ses bras et que j'avais envie qu'il me montre ce que c'était, l'effet que ça faisait.
Il me sourit.

-T'es pas vraiment n'importe quelle fille, crois moi.

Il m'attira à lui.

-Si il y a un soucis ou quoi que ce soit, tu me le dis, ok ?

J'acquiesçai d'un léger signe de tête. J'étais un peu stressée, mais l'envie passait par-dessus.Il m'embrassa de nouveau et nous laissâmes nos langues flirter ensemble, ses mains caressant mon corps me faisant frissoner. Je sentis ses doigts s'infiltrer en moi m'arrâchant un petit halte de surprise, puis il retira ses doigts pour fondre son sexe en moi, je me cambrai autaumatiquement en retenant mon souffle. Y avait pas vraiment de mot pour décrire la sensation. Je pu voir sur son visage qu'il allait prendre la parole, mais je l'empêchai en l'embrassant. Plus ça allait plus c'était intense, c'était comme tomber en amour fois mille. Les papillons dans le ventre, le cœur qui ne suit plus aucune rythme, les picotements dans les jambes et les petits cri qui sortaient de ma gorge sans retenue.Chacune de ses caresses, de ses coups de reins me soutiraient plus de frissons une fois à l'autre.Après un bon moment je le sentis venir en moi, c'était ça aussi, indescriptible, puis il se retira. Nous cherchâmes un peu notre souffle et il glissa doucement ses doigts contre ma joue.

-Ça va ? Je ne t'ai pas fait... mal ?

Je secouai légèrement la tête négativement.

-Mal ?... Bien au contraire...

Je lui fis un léger sourire. Ok, je pouvais dire que le début est été spécialement agréable,mais par la suite c'éait juste magique. Là par contre j'étais un peu mal à l'aise de nouveau, je savais ni quoi dire ni quoi faire. Ma main se glissa d'elle même contre son torse parfaitement sculpté, y avait pas à dire, si tout les hommes étaient scupté comme lui, je vivais en plein panthéon Grec. Je me décidai finalement à sortir de l'eau et me rendis jusqu'à l'armoire sur la terrasse où je rangeais les serviettes. Je m'enroulai de une puis en pris une autre que j'apportai à Remy. Lorsqu'il sorti de l'eau je me reculai en retenant la serviette et je le regardai un moment en me mordillant la lèvre.Il avança la main pour attraper la serviette, mais je me reculai de nouveau, ce qui fini en poursuite dans la cours, j'étais morte de rire et chaque fois qu'il passait près de m'attraper, je réussissais à me sauver. Je fini pris dans un coin où je pouvais plus me sauver. Je lui donnai la serviette avec un petit sourire narquois.

-D'accord je me rend... Tiens, dis-je en lui lançant la serviette.

En fait j'avais pas le choix de me rendre. Je m'avançai vers lui et déposai un rapide baiser sur ses lèvres avant de me dirigeai vers ma chambre. Je laissai tomber la serviette et passai une nuisette de satin noir.Je me plaçai dans l'embrasure de la porte.

-Hey t'a faim ?... Je sais pas , mais moi oui, je vais commander de la pizza ça te dit ?

Peu importe j'avais une faim de loup. Je me rendit au salon et pris le téléphone pour commander à manger. Je déposai ensuite le combiné et restai un moment contre le plan de travail. Je fis glisser un doigt sur mes lèvres en souriant un peu bêtement et en me rappelant l'effet que ça me faisait quand il m'embrassait, puis je sortis de mes songes lorsqu'il arriva derrière moi.

-Alors... Ça te dit de prendre la chambre libre ? Tu m'as pas ... répondu.

Pourquoi il y avait pas un mode d'emploi et pourquoi je lisais pas dans les pensées ? Y avait rien de clair et encore moins là que avant. Est-ce que je tombais en amour, est-ce que je devais le mettre à la porte et plus le revoir ? Je me sentais conne de me poser autant de questions, mais au moins ça restait dans ma tête.

-Tu serais vraiment chez toi, je suis pas du genre à poser des barrières et des limites, puis en prime tu serais assez loin du centre.

Je me rappelai soudainement que ma voiture était toujours devant l'Amadeus et puis merde j'allais passé la prendre demain c'est tout.

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Mer 14 Mar - 12:29


Kath secoua légèrement la tête.

-Mal ?... Bien au contraire...

Elle me fit un petit sourire que je lui rendis sans mal. Elle glissa sa main sur mon torse avant de sortir de l'eau et d'aller chercher des serviettes. Je sortis à mon tour et quand je voulus attraper la serviette qu'elle me tendait, elle recula, et idem quand j'essayai de nouveau, ce qui se solda par une course poursuite qui se termina dans un coin. Elle me fixa avec un petit air narquois.

-D'accord je me rend... Tiens

Elle me jeta la serviette. Elle déposa rapidement un baiser sur mes lèvres avant d'aller dans sa chambre. J'en profitai pour aller me sécher et renfiler mes affaires, puis je la rejoignis.

-Hey t'a faim ?... Je sais pas , mais moi oui, je vais commander de la pizza ça te dit ?
- Ouais, pourquoi pas.

J'étais un mec assez conciliant. Elle se dirigea vers le salon pour passer un coup de téléphone et se retourna juste comme j'arrivais.

-Alors... Ça te dit de prendre la chambre libre ? Tu m'as pas ... répondu.

Elle me semblait un peu... perturbée. Je lui souris et m'assis.

-ça me dit bien, oui.
-Tu serais vraiment chez toi, je suis pas du genre à poser des barrières et des limites, puis en prime tu serais assez loin du centre.

J'acquiesçai.

- Pas de problèmes. Je ferai ma part des tâches, t'as aucun souci à te faire la dessus.

J'allais pas la laisser tout se taper non plus - qu'elle le veuille ou non.

- Donc, oui, si tu veux toujours de moi comme coloc, je suis partant.

Nous fûmes dérangés quelques temps plus tard par l'arrivée de la pizza.

- Je m'installerai demain soir, je pense. C'est pas que j'ai des tonnes d'affaires, mais histoire qu'il y ait pas d'histoire avec l'administration. Normalement, il devrait pas y avoir de problèmes.

Je lui souris.

- Tu veux qu'on fasse quoi pour le reste de la soirée ?

N'importe quoi m'irait, j'étais bien là. Il n'y avait pas eu de dérapages. Comme quoi, on pouvait parfois prétendre être normal, sans qu'il y ait de dérapages. Enfin, ne nous réjouissons pas trop vite.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Mer 14 Mar - 17:56

Finalement, il était un peu temps, mais je commençais à être un peu plus à l'aise avec lui. Je tenais pas à faire un discours sur mes impression de ma première fois. J'avais commander de la pizza, puis je lui demandai si finalement il voulait prendre la chambre qui était libre. Il m'affirma que si et je lui rajoutai que j'allais être discrète et qu'il pouvait vraiment se sentir chez lui.

-Pas de problèmes. Je ferai ma part des tâches, t'as aucun souci à te faire la dessus.

Je lui fis un petit sourire. Moi du moment que je trouvais pas des chaussettes sale sur le comptoir de cuisine et qu'il s'éparpillait pas comme une coulé de bave derrière un escargot, je demandais vraiment pas grand chose.

-Donc, oui, si tu veux toujours de moi comme coloc, je suis partant.

Je lui tendis la main comme pour signer le contrat.

-Bienvenue chez toi dans ce cas, dis-je en lui souriant.

Je lâchai sa main et me tournai vers la porte lorsque l'on sonna. Je pris mon porte-feuille dans mon sac à main et me dépêchai d'ouvrir la porte. J'avais oublier un peu ma tenue, jamais je n'aurais osée répondre en nuisette et à voir la tête que faisait le livreur je me souvenu pourquoi je ne faisait jamais ça. Il me dit le montant et je le payai avec pourboire, puis me dépêchai de fermer la porte.

Je revins avec la pizza.

-Pervers, marmonai-je pour moi-même.

C'était quoi cette façon de regarder une femme quand même.

-Je m'installerai demain soir, je pense. C'est pas que j'ai des tonnes d'affaires, mais histoire qu'il y ait pas d'histoire avec l'administration. Normalement, il devrait pas y avoir de problèmes.

Il me sourit et je me surpris à le regarder exactement comme le livreur venait de me regarder. Je détournai la tête en pinçant les lèvres pour me retenir de rire.

-Tu veux qu'on fasse quoi pour le reste de la soirée ?

Je mis la pizza sur la table.

-Pour le moment...manger ! Après j'en sais trop rien.

Je pensais pas quoi faire d'avance. C'était en planifiant son temps qu'on perdait notre temps. Je m'assis à table après avoir déposer les assiettes et ramassé deux coca.

-Tu préfère une bière peu-être ? Il doit me rester de la "Heineken" dans le frigo, sert toi.

Voilà je commençais à réfléchir et trop pensé. J'avais déjà été assise à cette même table à manger de la pizza avec Jonathan, puis on avait écouter un film ensuite, donc je devais retirer les films pour la liste de se soir.

-Ça te dit de continuer à profiter de la nuit ? On pourait sortir des couvertures et faire un feu sur la terrasse ? La dernière fois que j'ai dormi à la belle étoile je devais avoir douze ou treize ans tout au plus.

Si je restais dans ma chambre, je n'allais pas fermer l'œil de la nuit, surtout en sachant qu'il allait être de l'autre côté du mur. Les chaises longues extérieur allaient être parfaite. Trop petite pour qu'on soit tout les deux dessus, mais possibilité d'être assez près. En même temps j'avais terriblement envie de respirer son odeur... Je lui fis un léger sourire en sortant de mes songes.

-Désolé je pense un peu trop c'est dernier temps.

Surtout aujourd'hui en fait. Nous finîmes de manger.

-Tu veux bien prendre les couvertures dans le placard à gauche du canapé s'il te plait. Je te rejoins dans deux minutes.

Je partis vers la salle de bain et pris quelques grande respiration. Une fois calme je sortis et ramassai un sac de guimauve et juste comme j'allais me dirigeai vers l'extérieur mon portable me rappella que je n'avais pas répondu au sms. Je soupirai et pris deux secondes pour répondre avant de fermer mon portable et de le laisser tomber dans mon sac à main.
Je m'installai sous la couverture sur ma chaise au côté de celle de Remy et lui montrai le sac de guimauve.

-Une soirée au bord du feu n'en est pas une sens les guimauves.

Je me levai et passai par-dessus lui pour aller ramasser les broches et j'en déposai une à ses côtés avant de repasser pour prendre ma place. Nous restâmes un moment silencieux et je pouvais pas m'empêcher de jeter quelque coup d'œil dans sa direction. Son visage et son regard sérieux éclairé par les flammes... J'avais le cœur qui s'emballait de nouveau. Comme nos chaises étaient collé une à l'autre, j'osai déposer ma tête sur son épaule et je nouai les doigts d'une de mes mains à ceux d'une des siennes.

Réfléchissant à ce que je faisais je lâchai sa main et retirai ma tête.

-Désolé, j'sais pas pourquoi j'ai fait ça ... ça c'est fait... tout seul.

Je voulais pas qui crois que je tombais amoureuse de lui ... mais si c'était le cas ?...


_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Mer 14 Mar - 18:54


Kath me tendit la main comme pour sceller un accord. Je la serrai et elle me souhaita la bienvenue chez moi. Elle alla ensuite récupérer la pizza et je lui dis que je ramènerais mes affaires le lendemain, histoire de tout régler avec le centre. Puis je lui demandais la suite du programme pour ce soir.

-Pour le moment...manger ! Après j'en sais trop rien.
- Pas de soucis. On a toute la nuit devant nous, non ?

Elle déposa des assiettes et deux cocas sur la table.

-Tu préfère une bière peu-être ? Il doit me rester de la "Heineken" dans le frigo, sert toi.
- Le coca ira très bien, merci.

Je ne buvais pas énormément. Et puis, les soirées pizza-coca, ça me ramenait de bons souvenirs.

-Ça te dit de continuer à profiter de la nuit ? On pourait sortir des couvertures et faire un feu sur la terrasse ? La dernière fois que j'ai dormi à la belle étoile je devais avoir douze ou treize ans tout au plus.

Un sourire de gamin étira mes lèvres.

- Aucun soucis. On doit bien voir les étoiles d'ici. Je passais souvent les nuits d'été dehors. On partait camper... Ou on allait faire des feux de camp sauvage en bord d'eau. On restait des heures à regarder les étoiles... Et se demander si quelqu'un à des milliers d'années lumières de nous était pas en train de faire la même chose.

Un peu loufoque, mais on avait passé des nuits blanches à essayer d'établir des théories toutes plus folles les unes que les autres. Au fil du repas, Kathleen se perdit dans ses pensées.

-Désolé je pense un peu trop c'est dernier temps.
- Ne t'excuse pas de réfléchir.

Nous terminâmes de manger et elle m'indiqua où trouver les couvertures. Je l'aidais à débarrasser avant d'aller les prendre et la rejoindre sur la terrasse. Elle me montra un sac de guimauves.

-Une soirée au bord du feu n'en est pas une sens les guimauves.
- Je ne te le fais pas dire.

Elle passa par dessus moi pour récupérer des piques. Elle m'en passa une avant de se réinstaller. Je me perdis légèrement dans mes souvenirs, parler de ces soirées m'avait rendu quelque peu nostalgique de ce temps là, et, il me fallait l'avouer, la Nouvelle Orléans me manquait un peu. Kathleen posa sa tête contre mon épaule et lia ses doigts aux miens, me tirant de mes pensées au moment où elle s'écartait.

-Désolé, j'sais pas pourquoi j'ai fait ça ... ça c'est fait... tout seul.
- Ne t'excuses pas, t'as rien fait de mal. Tu peux te caler contre moi, je vais pas te mordre.

Je lui souris. J'appréciais la sentir contre moi. Je tournai la tête vers la jeune femme.

- Ecoute, je veux pas de gêne entre nous deux. Si on doit partager la même maison, ça risque d'être compliqué, non ? Je t'apprécie déjà... Et si je devais juste te donner un conseil, ce serait... Évite de te poser trop de questions. Fais les choses dont tu as envie sans redouter les conséquences.

Je tendis la main et effleurai son visage.

- La vie est bien trop fragile pour avoir des regrets. "Carpe Diem" Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain.

J'étais plutôt adepte de cette pensée. J'avais toujours suivis le principe, mais l'ouragan m'avait vraiment fait comprendre à quel point demain pouvait être terrible et dur. Je lui souris. Je ne voulais pas non plus trop l'influencer. Je l'appréciais vraiment, et ce ne serait pas la maison qui me manquerait le plus si on en venait à se brouiller ou je ne savais pas quoi.

- Profitons de cette soirée sans se prendre la tête, d'accord ?

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Mer 14 Mar - 21:43

Je faisais des trucs automatiques qui me rendait un peu mal à l'aise, parce que les questions inévitables se posaient dans ma tête pour éviter de ramer à les poser tout haut. Je passais mon temps depuis l'après-midi à m'excuser pour mes agissements.

-Ne t'excuses pas, t'as rien fait de mal. Tu peux te caler contre moi, je vais pas te mordre.

Je fixai les flammes, mais je su quand même qu'il me regardait.

-Ecoute, je veux pas de gêne entre nous deux. Si on doit partager la même maison, ça risque d'être compliqué, non ? Je t'apprécie déjà... Et si je devais juste te donner un conseil, ce serait... Évite de te poser trop de questions. Fais les choses dont tu as envie sans redouter les conséquences.

Je tournai la tête vers lui et il tendit la main en m'effleurant le visage. Chaque fois qu'il faisait ce genre de truc, j'avais comme une décharge qui me traversait.

-La vie est bien trop fragile pour avoir des regrets. "Carpe Diem" Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain.

J'eus un petit rire, surtout sarcastique, mais je n'en dit rien. C'était facile pour lui de dire des trucs du genre, mais moi j'étais vraiment perdu là et je savais pas quoi penser. D'un côté y avait Jonathan pour qui tout ne c'était pas évaporer, je resentais encore des trucs pour lui et là du coup y avait lui, avec qui je venais de faire l'amour pour la première fois de ma vie, sans savoir comment le considérer... C'était plus facile à dire qu'à faire son "Carpe Diem".

-Profitons de cette soirée sans se prendre la tête, d'accord ?

Je me contentai d'acquiescer avec un petit sourire, puis je passai la couverture autour de mes épaules avant d'embrocher une guimauve que je fis griller sur le feu. Je pris une bouchée et la refit griller. Je faisais ça avec mon père quand j'étais gamine, nous mangeions les guimauves par étage.
J'en pris une deuxième et me tournai pour la donner à Remy après l'avoir fait chauffer, mais comme la pique était longue et que je la tenait par l'extrémité, elle vaguait légèrment et je lui en mis plein la joue. Je pouffai de rire, en mettant ma main devant ma bouche comme pour me retenir, mais en vain.

-Je suis désolé, *rire* Je te jure que j'ai pas fait exprès. *rire*

Je m'approchai et essuyai avec un doigt ce qu'il avait sur la joue, puis je le fixai un moment dans les yeux avant de l'embrasser.

-C'était pour enlever ce que tu avais sur les lèvres, dis-je en souriant.

J'avais plus envie d'être sur ma chaise. Je m'installai, assise entre ses jambes, avant de m'adosser contre lui. Je levai la tête vers les étoiles.

-C'est fou comment on peu se croire grand quand on l'est regarde d'ici et pourtant elles sont tellement géante en comparaison avec nous... Puis je crois pas que ce soit vraiment des planètes morte, sinon elles ne brilleraient pas autant.

Y avait pas à dire on avait une sacrée vue d'ici. Les gens partaient en voyage, ça leur coutaient des fortunes et tout ça pour voir quelques choses de beau et vivre un moment agréable.

-Dire que y a des gens qui vont partir super loin pour voir un ou deux palmiers et ils n'auront jamais pris le temps d'admirer cette vue... C'est con, y a tellement de belle chose que les gens ne prennent pas le temps d'observer.

Je restai silencieuse un moment en regardant simplement le ciel. Je nouai de nouveau mes doigts à ceux de Remy, mais cette fois sans poser de question comme il l'avait demandé.

-Fait un vœux !

Je pointai une étoile filante.

-T'a pas le choix... dis-je avec un léger rire.

Je fermai les yeux.

*Je fais le vœux que tout s'éclaircisse et que j'arrive à comprendre ce qui m'arrive ... sous peu.*

-C'était quoi ton vœux ?

Je lui fis un sourire en sachant très bien qu'il devait pas le dire, mais on aurait dit que c'était une tradition. Tout le monde osait quand même le demander.

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Jeu 15 Mar - 7:13


Je dis à Kath' de pas trop se prendre la tête, même si elle avait l'air un peu sarcastique. Elle se redressa et se fit griller une guimauve. Elle en fit griller une seconde qu'elle voulut me donner, mais la tige bougeait un peu beaucoup, et je me retrouvais avec de la guimauve sur la joue, ce qui me fit rire.

-Je suis désolé, *rire* Je te jure que j'ai pas fait exprès. *rire*

Elle se rapprocha et essuya la guimauve du bout des doigts avant de me fixer dans les yeux, puis de m'embrasser.

-C'était pour enlever ce que tu avais sur les lèvres

Elle vint s'installer entre mes jambes, adossée à mon dos. Je l'enlaçai. Elle leva la tête vers les étoiles.

-C'est fou comment on peu se croire grand quand on l'est regarde d'ici et pourtant elles sont tellement géante en comparaison avec nous... Puis je crois pas que ce soit vraiment des planètes morte, sinon elles ne brilleraient pas autant.

Je levai la tête à mon tour.

- Je crois qu'au contraire, on ne peut se sentir que minuscule face à l'immensité du ciel. Ce qui les rend aussi brillantes, c'est la lumière du soleil et le fait que certaines ne soient que des boules de gaz. Certaines disparaissent, d'autres apparaissent au fil du temps... Et la plupart seront encore là bien après notre disparition...

Alors, ouais, personnellement je me sentais ridiculement petit et fragile à côté.

-Dire que y a des gens qui vont partir super loin pour voir un ou deux palmiers et ils n'auront jamais pris le temps d'admirer cette vue... C'est con, y a tellement de belle chose que les gens ne prennent pas le temps d'observer.
- La plupart des gens sont aveugles. Ou trop pressés, ce qui revient au même.

Nous restâmes ensuite silencieux. Kathleen noua de nouveau ses doigts aux miens.

-Fait un vœux !
- Hein ?

Elle me pointa une étoile filante.

-T'a pas le choix...

Elle eut un petit rire. Je ne savais pas quoi faire comme voeu.

*Je souhaite que tout se passe bien.*

Sa voulait tout et rien dire.

-C'était quoi ton vœux ?

Elle me sourit. Je ris.

- Je te le dis si tu me dis le tiens. Mais aucun ne se réaliserait...

Je lui fis un sourire en coin. De toutes façons, je n'y croyais pas vraiment. Pas plus que je croyais aux génies dans les lampes à huile. Même si certaines choses improbables pouvaient arriver...

- Hey... Les guimauves vont se faire la malle si on les surveille pas ! fis-je en riant.

J'attrapais le paquet.

- Désolé, t'es la plus proche du feu, t'es préposée aux brochettes.

Je lui passais les guimauves.

- Il manque un plan d'eau... Genre lac ou truc du genre... C'est parfait pour ce genre de soirée.

Le genre de choses que je faisais toujours ou presque quand j'étais plus jeune. Je me calais contre le dossier du siège.

- C'est vraiment l'emplacement idéal. Au Centre, à moins de monter sur le toit, tu vois pas grand chose. Je sens que je vais camper dehors plus que je vais dormir dans la chambre, fis en riant.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Jeu 15 Mar - 11:41

On passait une soirée agréable et relaxante, puis au passage d'une étoile filante, je lui dit de faire un vœux, ça marchait presque jamais, mais c'était une tradition assez comique. Je lui souris ensuite en lui demandant ce qu'il avait souhaité.

-Je te le dis si tu me dis le tiens. Mais aucun ne se réaliserait...

Il me fit un sourire en coin que je lui rendis.

-Dans ce cas je ne dis rien, je veux que ça se réalise, dis-je avec un sourire naïf.

Je savais très bien que c'était n'importe quoi, mais une petite lueur d'espoir enfantine en moi espèrait tout de même.

-Hey... Les guimauves vont se faire la malle si on les surveille pas ! fit-il en riant.

J'attrapai une broche et lui le sac de guimauve.

-Désolé, t'es la plus proche du feu, t'es préposée aux brochettes.

Il m'en passa une que je fis griller sur la braise.

-Il manque un plan d'eau... Genre lac ou truc du genre... C'est parfait pour ce genre de soirée.

Je me tournai vers lui pour lui rendre sa guimauve.

-La piscine est juste là. Bon c'est pas vaseux et y'a pas d'algues et de fond bouteux, mais c'est un plan d'eau, dis-je en souriant.

Puis avoir un lac en bord de montagne comme l'emplacement de la piscine c'était impossible donc je préférais ça. Il s'adossa à la chaise.

-C'est vraiment l'emplacement idéal. Au Centre, à moins de monter sur le toit, tu vois pas grand chose. Je sens que je vais camper dehors plus que je vais dormir dans la chambre, fit-il en riant.

Je pris un air faussement scandalisée.

-Tu veux m'espionner ?!?

Je pinçai les lèvres avant de rire. Dormir dans la cours arrière en venait à avoir une vue plein pied sur ma chambre.

-Si tu veux on t'achètera une jolie tente et un sac de couchage qu'on plantera au bord de la piscine, j'entreposerai tes trucs dans le garage, dis-je en riant encore.

Je me levai de la chaise.

-Je reviens.

Je me rendis à l'intérieur et en passant devant le salon j'entendis mon portable. Je le pris et me rendit à la salle de bain. Je regardai le message et fronçai les sourcils en tentant de déchifrer le message de John. Il était saoul ??? J'échangeai quelques message avec lui et la panique m'envahit lorsqu'il marqua qu'il allait passer... Je fermai mon téléphone et m'appuyai sur le bord de l'évier.Je relevai les yeux vers le miroir.

-Qu'est ce que tu fais ma pauvre fille... murmurai-je pour moi-même.

J'étais vraiment pris au piège. J'avais toujours de très fort sentiment pour John, mais le fait qu'il m'aille abandonné me laissais douter de ses réel sentiments pour moi à savoir si il en avait déjà eu ou s'il venait juste de le réaliser.De l'autre côté il y avait Remy que je venais à peine de rencontrer, mais pour qui mon cœur s'emballait dès que j'étais près de lui...

Je me passai de l'eau froide sur le visage et pris de profonde respiration avant de sortir à nouveau dehors. Je restai silencieuse et pris ma couverture et m'installai de nouveau sur ma chaise au côté de celle de Remy. Je fixai les flammes un moment, puis je soupirai sans les lâcher des yeux.

-Jonathan dit qu'il veut me voir... maintenant. Je lui ai dit que j'avais pas envie maintenant, mais visiblement il s'en fou... Je crois qu'il est juste ... jaloux.

C'était surement ça. Il m'ignorait depuis trois mois et la journée où je rencontrais quelqu'un, il refaisait surface.

-J'ai pas vraiment envie de gérer une crise de jalousie. J'étais bien là...

Fallait toujours que quand je sois bien, un truc me tombe dessus pour me miner le moral.

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Jeu 15 Mar - 12:36


-La piscine est juste là. Bon c'est pas vaseux et y'a pas d'algues et de fond bouteux, mais c'est un plan d'eau
- C'est pas pour les algues et la vase que je disais ça.

Elle me refit passer la guimauve. Je déconnais en disant que j'allais dormir dans le jardin plutôt que dans ma chambre. Kath me regarda d'un air faussement scandalisé.

-Tu veux m'espionner ?!?

Elle se mit à rire. Je me rappelai que le jardin donnait presque direct sur sa chambre. Je m'esclaffais.

- J'ai le droit ?

Je lui fis un sourire en coin.

-Si tu veux on t'achètera une jolie tente et un sac de couchage qu'on plantera au bord de la piscine, j'entreposerai tes trucs dans le garage
- Bonne idée. Et l'hiver je m'introduirai frauduleusement dans le garage pour pas dormir dehors !

Kath se leva.

-Je reviens.
- Ok. J'vais essayer de pas manger toute les guimauves.

Elle resta un moment à l'intérieur et s'installa de nouveau sur la chaise à côté de la mienne et fixa le feu.

-Jonathan dit qu'il veut me voir... maintenant. Je lui ai dit que j'avais pas envie maintenant, mais visiblement il s'en fou... Je crois qu'il est juste ... jaloux.

J'étais sensé réagir comment ? C'était normal... Il y avait ou avait eu quelque chose entre eux.

-J'ai pas vraiment envie de gérer une crise de jalousie. J'étais bien là...

Je tournais la tête vers elle.

- Sinon, on éteint tout et on se cache dans un coin, problème réglé... Bon, d'accord, ce sera jamais aussi simple. Ecoute, je veux pas interférer entre vous deux. Y a visiblement des choses que vous devez mettre au point entre vous... Et qui ne me concernent pas. Vaudrait mieux que vous discutiez.

Je la fixais dans les yeux.

- Je serais ton ami, ton coloc' ou qu'importe ce que tu voudras que je sois, ok ? Ne t'inquiète pas par rapport à moi.

J'étais un grand garçon, je pouvais endurer un râteau si ça advenait. Après tout, elle connaissait Jonathan depuis plus longtemps qu'elle me connaissait et ils avaient des sentiments l'un pour l'autre. Je n'avais pas non plus envie de foutre la merde. Même si Kathleen m'attirait. Je fis un petit sourire à la jeune femme.

- S'il t'envoies des messages bourrés, c'est qu'il t'aime... Il a pas l'air d'un mec qui parle facilement de ses sentiments, alors ça doit être assez sincère. Après, je le connais pas assez pour parler.

La décision appartenait à Kathleen dans le fond. Mais à mon avis, c'était pas une petite porte qui allait arrêter John.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Jeu 15 Mar - 16:08

Je me sentais mal d'évoquer John dans les sujets de conversation avec Remy, mais je voulais pas non plus faire comme si de rien était. À voir les messages de John il était soit saoul ou bien frustré, je devais même avouer que ça me faisait un peu peur de savoir qu'il comptait débarquer ici, puis si je m'étais vraiment fait de fausses idées et qu'il était super violent ? Remy tourna la tête vers moi.

-Sinon, on éteint tout et on se cache dans un coin, problème réglé... Bon, d'accord, ce sera jamais aussi simple. Écoute, je veux pas interférer entre vous deux. Y a visiblement des choses que vous devez mettre au point entre vous... Et qui ne me concernent pas. Vaudrait mieux que vous discutiez.

Je lui fis un demi-sourire. Il disait ça pour être gentil, mais je savais que les mecs ça se cachaient pas, moi je l'aurais bien fait là.Il me fixa dans les yeux. Je me sentais tellement petite, c,était ridicule, mais j'avais l'impression de rompre avec mon petit-ami alors qu'aucun d'eux n'était mon copain.

-Je serais ton ami, ton coloc' ou qu'importe ce que tu voudras que je sois, ok ? Ne t'inquiète pas par rapport à moi.

Outch...Si je pensais tout de suite, là et maintenant c'est lui que je voulais y avait pas de doute, j'avais envie de lui, d'être dans ses bras et de sentir son odeur, mais je savais que si je règlais pas ce que j'avais à régler avec Jonathan, je resterais sans cesse à me poser des questions et je pouvais pas nier qu'avant qu'il m'abandonne j'étais tomber follement amoureuse de lui. Remy me fit un petit sourire.

-S'il t'envoies des messages bourrés, c'est qu'il t'aime... Il a pas l'air d'un mec qui parle facilement de ses sentiments, alors ça doit être assez sincère. Après, je le connais pas assez pour parler.

Je soupirai et détournai le regard en me passant la main dans les cheveux. J'étais entrain de chopper un super mal de crâne à force. Je me levai et rentrai à l'intérieur pour prendre des cachets avec un grand verre d'eau, puis je retournai m'asseoir sur le pied de mon lit. J'essayais de réfléchir à tout ça. Je regardai Jeremy, toujours assis sur la chaise devant le feu. Je me levai et m'accotai sur le bord de la porte vitré, puis je croisai les bras.

-Et toi ...?

Il m'interrogea du regard. Je sorti et m'avançai de nouveau vers lui, mais je restai debout. J'allais forcément m'effondrer au sol, mais pour le moment je tenais le coup.

-Toi...Tu ressens quoi pour moi ?

Le temps c'était arrêter, comme si j'étais dans un trou noir et qu'il y avait que moi et lui.

-Non parce que tu m'as dit d'être franche et de dire et faire ce que j'avais envie de faire. L'ennuie c'est que je frissone quand tu me touches, mon cœur bat la chamade quand ton regard se rive dans le miens et que j'ai encore envie que tu me fasses l'amour...

J'avais parler super vite sans le regarder pour réussir à tout dire.

-Je crois que je commence à tomber amoureuse de toi...

Je levai le regard doucement. Au pire il allait me prendre pour une folle de dire ça après vingt-quatre heures et il allait s'enfuir, puis j'allais me cloitrer chez moi et plus jamais en ressortir.

-Attend dit rien...

Tant qu'à commencer aussi bien finir.

-Oui j'étais amoureuse de lui et j'ai jamais vraiment pu mettre fin à mes sentiments parce que il y a de ça trois mois j'ai posée trop de question sur sa force et il a fuit. Pendant trois mois, il ne m'a donné aucune nouvelle, n'a répondu à aucun de mes messages texte et n'a retourner aucun de mes appels, puis aujourd'hui je tombe sur toi et ... je suis vraiment bien avec toi, mais il a fallu qu'il resurgisse de nul part et si tu me dis pas ce que tu ressens pour moi, je pourrai jamais savoir si la décision que je finirai par prendre sera la bonne.

Je pris une profonde inspiration.

-Je suis désolé de te gâcher ta soirée comme ça, tu voulais pas de prise de tête et voilà que je suis là à faire tout le contraire... Je suis désolé, reste je vais aller me coucher.

Je croisai à nouveau les bras et tournai les talons pour aller dans ma chambre.

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Jeu 15 Mar - 16:35


Elle soupira et détourna le regard avant de se lever et d'aller vers la baie vitrée.

-Et toi ...?

Je l'interrogeai du regard. Comment ça "et moi" ? Elle revint se planter devant moi, et resta debout.

-Toi...Tu ressens quoi pour moi ?

Je restais un peu surpris. Ce n'était pas de moi dont il était question.

-Non parce que tu m'as dit d'être franche et de dire et faire ce que j'avais envie de faire. L'ennuie c'est que je frissone quand tu me touches, mon cœur bat la chamade quand ton regard se rive dans le miens et que j'ai encore envie que tu me fasses l'amour... Je crois que je commence à tomber amoureuse de toi...

Oh oh, la situation allait tourner au triangle amoureux, ou bien ??? Elle releva le regard vers moi.

-Attend dit rien...

Je restai coi.

-Oui j'étais amoureuse de lui et j'ai jamais vraiment pu mettre fin à mes sentiments parce que il y a de ça trois mois j'ai posée trop de question sur sa force et il a fuit. Pendant trois mois, il ne m'a donné aucune nouvelle, n'a répondu à aucun de mes messages texte et n'a retourner aucun de mes appels, puis aujourd'hui je tombe sur toi et ... je suis vraiment bien avec toi, mais il a fallu qu'il resurgisse de nul part et si tu me dis pas ce que tu ressens pour moi, je pourrai jamais savoir si la décision que je finirai par prendre sera la bonne.

Elle pris une grande inspiration.

-Je suis désolé de te gâcher ta soirée comme ça, tu voulais pas de prise de tête et voilà que je suis là à faire tout le contraire... Je suis désolé, reste je vais aller me coucher.

Elle croisa les bras et fis demi-tour pour retourner à l'intérieur. Je me levais et l'attrapais doucement par le coude.

- Tu as le droit de vouloir savoir.

Je lui fis un petit sourire.

- Tu es une jeune femme très attirante et très attachante, je mentirais si je disais que je ne ressens rien pour toi, mais le fait est que Jonathan est revenu vers toi et quoi que tu en dises, tu l'aimes toujours. Je ne peux pas et je n'ai pas droit de te demander de me choisir moi plutôt que lui. Je ne sais pas te dire exactement ce que je ressens pour toi, mais je t'apprécie vraiment et je ne veux pas te perdre.

Je soufflais légèrement.

- Et il y a d'autres choses aussi qui entrent en compte... même si on fait tous les deux semblant de les ignorer. Je sais pas si je suis en train de tomber amoureux, mais ce qui est sur c'est que je ne veux pas te blesser. De quelque manière que ce soit.

Je l'attirais contre moi et la serrai simplement dans mes bras.

- Vas voir John. Fais le point sur ce que tu ressens. Je t'attendrais, je serais toujours là, ok ?

Je déposai un baiser sur ses lèvres et la relâchai doucement.

- TU es une fille géniale, Kath. Je te laisserai pas tomber quoi qu'il arrive, tu as ma parole d'honneur.

Je ne la "larguais" pas, et j'espérais qu'elle ne l’interpréterait pas comme ça. Mais je n'avais pas à choisir pour elle. Et puis, dans l'absolu, peut-être valait-il mieux qu'elle aille avec John, son don était plus impressionnant, mais moins dangereux que le mien.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kathleen Steinfield

avatar


✖ Messages : 220
✖ Date de naissance : 04/07/1987
✖ Bougies : 31
✖ Localisation : Louisville

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Jeu 15 Mar - 18:36

J'avais sans doute trop parlée et je devais le saouler à mort vue comme ça, je décidai donc de tournai les talons pour rentrer dans ma chambre, mais il me ratrapa et me fit me retourner doucement.

-Tu as le droit de vouloir savoir.

Il me fit un léger sourire.

-Tu es une jeune femme très attirante et très attachante, je mentirais si je disais que je ne ressens rien pour toi, mais le fait est que Jonathan est revenu vers toi et quoi que tu en dises, tu l'aimes toujours. Je ne peux pas et je n'ai pas droit de te demander de me choisir moi plutôt que lui. Je ne sais pas te dire exactement ce que je ressens pour toi, mais je t'apprécie vraiment et je ne veux pas te perdre.

Il avait raison, c'est vrai que j'aimais toujours John, mais c'est vrai aussi que j'étais sur de rien et que maintenant avec lui dans le tableau ça changeait la done.

-Et il y a d'autres choses aussi qui entrent en compte... même si on fait tous les deux semblant de les ignorer. Je sais pas si je suis en train de tomber amoureux, mais ce qui est sur c'est que je ne veux pas te blesser. De quelque manière que ce soit.

Ouais bon ça m'aidait pas ça...Il m'attira contre lui et me serra dans ses bras, j'avais presque envie de pleurer tellement j'étais perdu.

-Vas voir John. Fais le point sur ce que tu ressens. Je t'attendrais, je serais toujours là, ok ?

Je sais pas ce que j'attendais comme réponse, mais la sensation de douleur dans mon ventre en l'entendant lui, me dire de retrouver John ... C'était pas très agréable. Il m'embrassa tendrement avant de me relâcher.

-TU es une fille géniale, Kath. Je te laisserai pas tomber quoi qu'il arrive, tu as ma parole d'honneur.

Je baissai la tête.

-Merci... dis-je simplement.

Je restai silencieuse un moment et j'avais l'impression que si je bougeais j'allais m'effondrer.

-J'ai un peu peur de le voir je dois l'avouer.

Je soupirai.

-Ses textos sont étrange, puis j'ai jamais eu à galèrer avec la jalousie de quelqu'un, si ça se trouve c'est un jaloux compulsif et super violent, puis je vais me faire réduire en bouillie.

Sans mal en plus si on se rappellait l'énormité du tronc d'arbre qu'il avait mis devant ma voiture. Ça aussi c'était étrange quand on y repense. Pourquoi un tronc ?

-Je crois que je vais y aller tout de suite, pour en avoir le cœur net... Je trouve ça insoutenable comme situation et je pourrai pas fermer l'œil de la nuit si je dois avoir peur qu'il soit devant la porte à mon réveil.

Je me rendis finalement dans ma chambre. J'enfilai un jean et retirai ma nuisette pour passer un simple débardeur avec mon blouson de cuir et je sautai nu pied dans mes vieilles basket. Je nouai mes cheveux en queue de cheval, puis j'attrapai mes clés de moto. Je sorti à nouveau dehors, direction le garage, puis au moment où je devais embarquer sur ma bécane je regardai Remy. Je fis un détour jusqu'à lui en joggant et je passai ma main sur sa nuque avant de me lever sur la pointe des pieds pour l'embrasser.

-Si ça doit être la dernière fois que je t'embrasse, je voulais pas manquer cette oportunité...

Je l'embrassai de nouveau, puis décollai mes lèvres, mais je mis un temps à m'éloigner de lui. Je partis sans rien dire et mis la moto en route en direction du parc...

_________________

★Kathleen Steinfield

It must not judge a book by its cover. Often the writings that reveal more daring and surprising that the image perceived, in rough cover. Do not read each line carefully as returns to spit on the merit of the author.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeremy Reagan

avatar
Sometimes I pretend to be Normal


✖ Messages : 251
✖ Date de naissance : 26/08/1984
✖ Bougies : 33

MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va? Jeu 15 Mar - 19:05


Je dis à Kathleen d'aller voir John, d'essayer de clarifier les choses avec lui avant de se lancer dans quoi que ce soit. C'était de mon avis, le mieux à faire.

-Merci...

Elle baissa la tête.

-J'ai un peu peur de le voir je dois l'avouer.

Elle soupira.

-Ses textos sont étrange, puis j'ai jamais eu à galèrer avec la jalousie de quelqu'un, si ça se trouve c'est un jaloux compulsif et super violent, puis je vais me faire réduire en bouillie.
- Il ne te fera rien. Ne te met pas martel en tête.

Il m'avait pas l'air d'un mec à frapper une femme, même sous le coup de la colère.

-Je crois que je vais y aller tout de suite, pour en avoir le cœur net... Je trouve ça insoutenable comme situation et je pourrai pas fermer l'œil de la nuit si je dois avoir peur qu'il soit devant la porte à mon réveil.

Elle rentra se changer, puis je la vis sortir une bécane. ça me tira un sourire. J'étais un amateur de mécanique et les motos m'avaient toujours plu. Elle revint vers moi en joggant et s'arrêta devant moi. Elle passa sa main sur ma nuque et se hissa sur la pointe des pieds pour m'embrasser.

-Si ça doit être la dernière fois que je t'embrasse, je voulais pas manquer cette oportunité...

Je réussis à lui faire un sourire mais pas vraiment à parler. Elle m'embrassa de nouveau avant de se décoller comme à regret et partir. Il me sembla que le bruit du moteur mit un temps infini à disparaître dans la nuit. Une fois que je fus strictement seul, je ramassai un caillou et le lançais au loin en libérant un accumulation malvenue de mon pouvoir. ça soulageait même pas. Voilà pourquoi ça valait mieux qu'elle aille avec John à mon avis. J'allais fermer ma voiture et je me calais au salon. Je ne savais même pas si j'étais sensé rester à attendre là ou si j'étais mieux de rentrer au Centre... Je finis par m'endormir sur le fauteuil.

_________________

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Où est-ce qu'on s'en va?

Revenir en haut Aller en bas

Où est-ce qu'on s'en va?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée des Cinglés :: Louisville :: Habitations :: Steinfield-
Sauter vers: